Les agences commerciales d'AT ouvertes dimanche 1er novembre    Sahara occidental: toute dérobade au référendum d'autodétermination rend caduc le cessez-le-feu    Les électeurs ivoiriens attendus samedi aux urnes pour élire leur président    Illizi-référendum: les bureaux itinérants accueillent les électeurs dans de bonnes conditions    L'Algérie condamne l'acte terroriste ayant ciblé un lieu de culte à Nice en France    Militaires français au Sahel. Un inconscient colonial si peu refoulé.    Cyclisme: les lauréats de 2019 récompensés à Staouéli    Foot-Covid19:le trio arbitral algérien confiné en Egypte "se porte bien"    Covid-19: 319 nouveaux cas, 195 guérisons et 7 décès    Explosion de gaz à Médéa, plusieurs blessés déplorés    Pourquoi le 1er novembre 1954 ?    ETAT DE SANTE DU PRESIDENT TEBBOUNE : La Présidence de la République rassure    Ligue 1-Covid19: le championnat peut reprendre mais sous conditions    REVOLUTION ET REVISION CONSTITUTIONNELLE : Demain, Novembre du changement    GPL : L'Algérie en mesure de convertir 500 000 véhicules/an    LE GENERAL SAID CHANEGRIHA SOULIGNE : ‘'Le personnel militaire doit avoir une conscience élevée''    Dessins et desseins de la France coloniale    Retour de la chaine Al Jazeera    FINANCE ISLAMIQUE : Forte adhésion des citoyens à Mostaganem    MASCARA : 718 mille quintaux d'olives prévus cette année    TISSEMSILT : Des secteurs d'utilité publique sans directeurs    POUR FORAGE ILLICITE D'UN PUITS A TIARET : Arrestation de 2 personnes à Medrissa    DEMANTELEMENT D'UN RESEAU DE DEALERS : Saisie de 5201 psychotropes à Tiaret    Liverpool: Van Dijk opéré avec succès    Real Madrid: un nouveau plan pour Dybala ?    Bayern Munich: Flick envoie un message à Alaba    "La honte à ceux qui séparent les épines des roses", le parcours d'une militante associative    ORAN : Un riche programme pour le Mawlid Ennabaoui    PRIX DU PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE DU JOURNALISTE PROFESSIONNEL : La lauréate Leila Zerguit honorée par le wali d'Oran    Octobre rose à Constantine: des femmes atteintes de cancer du sein à cœur ouvert    Service Presse de la wilaya III historique : la communication en soutien de la Révolution    La France a mené en Algérie une "guerre totale" qui a décimé la population autochtone    Référendum : l'Algérie est en phase de franchir une "étape décisive"    Tebboune reçoit un traitement en Allemagne, son état de santé "pas préoccupant"    L'ouverture du scrutin peut être avancée dans les zones éloignées et à l'étranger    Des ateliers sur la cybercriminalité en Algérie et en Tunisie    "Cette Constitution doit passer"    10 décès et 320 nouveaux cas    Annulation de toutes les réunions physiques à l'ONU    Qui a dit que deux parallèles ne se rencontrent jamais ?    Soumana prêté une saison au NC Magra    Le stage de Zéralda a pris fin sur une bonne note    L'UA inquiète de l'afflux des terroristes étrangers en Afrique    L'Azerbaïdjan accuse l'Arménie d'avoir tué 19 civils    Zeghmati "corrige" Sidi-Ali Khaldi ?    L'Opep+ a réussi à stabiliser les cours    L'Algérie procèdera à la réalisation "progressive" de centrales électriques    Les hôpitaux mobilisés à Chlef : Ouverture de nouveaux centres anti-Covid 19    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Après la gouvernance prédatrice de " la bande " : L'Algérie doit relever le défi pour se reconstruire
Publié dans Le Maghreb le 24 - 07 - 2019

L'Algérie a connu durant un quart de siècle des vicissitudes qui l'ont rendu exsangue, alors qu'elle devait faire face à des défis colossaux pour se développer, défis politiques, économiques, sociaux et culturels. Une gouvernance improvisée, anarchique et prédatrice a marqué cette période douloureuse.

Une période au cours de laquelle " la bande " au pouvoir a placé la nation sous sa tutelle et son autorité pour se servir. Tous les retards de développement, toutes les crises dont les contrecoups se font sentir aujourd'hui puisent leurs racines dans cette absence politico-démocratique, dans l'absence de confiance réciproque entre le peuple et ses dirigeants qui n'avaient d'autres soucis que de se servir, eux, leur famille et leurs reproches. Une décadence morale, une vision tronquée de l'Etat.
L'une des conséquences de ce pouvoir prédateur en est que depuis vingt ans, c'est le peuple algérien qui souffre. L'Algérie peine aujourd'hui à sortir du gouffre dans lequel elle est plongée par la grâce d'un ex-président de la République à qui on a volé ses prérogatives et sa " signature ". La crise actuelle que traverse la nation est sans précédent, l'un des éléments essentiels de l'unité nationale est gravement menacé. Le terrain est envahi par des politiques qui se disputent le contrôle et la récupération du mouvement citoyen alors que la situation du pays incite tout le monde à plus de réflexion et de responsabilité.
Certes, la maîtrise de la crise politique actuelle depuis la démission de l'ex-président de la République, l'avènement du mouvement populaire a connu des succès significatifs allant dans le sens d'un apaisement des tensions politiques, d'un rapprochement entre les différents acteurs politiques et sociaux pour une sortie de crise consensuelle, mais aussi d'insuffisances et dérives ayant entraîné le retard dans l'amorce d'un dialogue global et inclusif. Les divergences à ce sujet, quasi congénitales, ont atteint leur paroxysme et les effets pervers se poursuivent sans que l'on tienne compte de la stabilité du pays, les aspirations populaires, notamment au changement, à la sécurité, au bien-être et la prospérité.
Dès le début de la crise, le Haut-commandement de l'ANP s'est mobilisé, s'est engagé aux côtés du peuple dans ses revendications légitimes, justes au changement, pleines d'espoirs d'une vie meilleure sur le plan politique, économique et social sombre depuis vingt ans. Il s'est attelé par la voix officielle du vice-ministre de la Défense nationale, chef d''état-major de l'ANP, Ahmed Gaïd Salah à légalité constitutionnelle, l'appel sans exclusive à la reconstruction de sortie de crise, à la reconstruction démocratique à travers les urnes, l'élection libre et pluraliste d'un nouveau président de la République. Une feuille de route pour le relèvement politique et démocratique, croit-on. Donc un mi-parcours qui montre que l'Armée est là garante des avancées du chemin vers la sortie de l'impasse politique actuelle. C'est dire dans cette voie qu'une certaine classe politique encore hésitante a le devoir national de corriger sa position afin de permettre de mobiliser et consommer la totalité des voies à la solution de la crise.
Le chef de l'Etat, M. Abdelkader Bensalah vient de noter avec satisfaction les conclusions de sortie de crise proposées par le Forum de la société civile pour le changement qui a proposé une liste de personnalités nationales pour mener le processus de facilitation du dialogue.
Cette initiative de la société civile prouve une nouvelle avancée dans la bonne direction. Sur le plan politique cette importante proposition de la société civile pour la sortie de crise est à même d'aboutir dans les prochaines semaines à des échanges entre les différents acteurs politiques et sociaux en vue de la restauration de la confiance entre tous et retour définitif à la " paix politique " entre l'Etat et la classe politique.
Une réponse claire aussi à ceux qui doutent par excès de la main tendue par le chef de l'Etat et le vice-ministre de la Défense nationale, à la classe politique, les personnalités et la société civile Ce qui signifie que les contradictions du moment doivent être réglées par le dialogue. La division des rangs n'a jamais imposé la stabilité générale du pays. Dans ces conditions, les parties prenantes à l'initiative de la société civile sont appelées à y adhérer de bonne foi et de respecter les termes de ce qui aura été retenu. M. Abdelkader Bensalah s'est déjà engagé à appliquer les propositions qui sortiront de cette dynamique, pourvu qu'elles soient conformes à la Constitution et aux lois de la République, bien sûr, conformes aux revendications populaires de changement.
C'est pourquoi, l'Etat, ses composantes y compris l'Institution militaire croit toujours que le processus de dialogue national de sortie de crise pourra aider à retrouver la stabilité politique. C'est une panacée, qui permettra au pays d'éviter le vide constitutionnel, une guerre politique fratricide qui risque de plonger encore le pays dans le gouffre. Il s'agit d'une attitude et d'un engagement responsables, une volonté de rétablir l'Etat de droit.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.