Un 53e vendredi grandiose à Alger    TSA nous menace de poursuites judiciaires pour avoir publié l'interview de Mr Hadj Nacer sans “autorisation”.    Foot/Coupe arabe des nations U20: l'Algérie bat la Palestine 1-0    LE 22 FEVRIER DECRETE JOURNEE NATIONALE : 1er anniversaire du hirak, tout a changé    REVISION DE LA CONSTITUTION : Le projet prêt d'ici le début de l'été    EX-MINISTRES ET WALIS CITES DANS DES AFFAIRES DE CORRUPTION : La justice retient des charges contre d'anciens responsables    AIR ALGERIE : Le PNC décide la suspension de la grève    L'AVICULTURE EN CRISE : Le poussin ne trouve pas preneur à Tiaret    L'Espagne dispute à l'Algérie ses eaux territoriales    MOSTAGANEM : Le chef de cabinet de la wilaya placé sous mandat de dépôt    MASCARA : La BRI arrête 4 dealers à Tighennif    MASCARA : Un mort sur la RN 14    TIARET : Saisie de 195 kg de viande congelée impropre à la consommation    M'sila: inhumation du poète et chercheur Ayache Yahiaoui à Ain Khadra    Boxe/Tournoi pré-olympique: élimination de Sara Kali en 8es de finale    Tennis/Tournoi international ITF juniors: Matis Amier en finale    Les chaines qui diffuseront les rencontres de nos Pros, ce vendredi    PSG: Cette grosse révélation dans le dossier Kylian Mbappé !    La réponse du clan Neymar à la déclaration de Messi    Slimane Laïchour. officier de l'ALN, messager de Krim Belkacem, Mohamedi Saïd et le colonel Amirouche : «Le maquis est une leçon de courage, d'humilité, une leçon de la mort, mais aussi une leçon de la vie»    Le pianiste Simon Ghraichy anime un récital à Alger    CRAAG: Secousse de magnitude 4.3 degrés enregistrée à Jijel    Bendouda s'entretient avec l'ambassadeur de Russie sur l'ouverture de centres culturels    Psychotropes: impératif de revoir la loi de 2004    Journée nationale de la fraternité: instances et partis valorisent la décision du Président Tebboune    2020, an II de la nouvelle Algérie    Promotion du dialogue social: une nouvelle approche pour le règlement des contentieux    Président Tebboune: l'Algérie peut jouer le rôle d'un arbitre "impartial" dans la crise libyenne    Syrie: la vie reprend son cours normal à Alep et Idleb à l'aune des victoires de l'armée    Polisario: "le Maroc n'est qu'une puissance militaire occupante" du Sahara occidental    Cour suprême: l'ex-wali de Sidi Bel Abbes auditionné    Khalifa Haftar reçu par le ministre russe de la Défense    Une expulsion et des interrogations    Le cynisme met fin au sauvetage humanitaire en Méditerranée    Nouveau sit-in des enseignants de l'université de Tizi Ouzou    Les Rouge et Noir renouent avec le derby    Serport annoncera aujourd'hui le rachat du club    L'UA encourage le Mali à dialoguer avec les chefs terroristes    Décès du poète et chercheur Ayache Yahiaoui    Les chemins vers l'art    Le message poignant De nos frères blessés    …sortir ...sortir ...sortir ...    La femme, une icône du pacifisme de la révolution    Aïn témouchent : deux morts et 13 blessés dans un accident de la route    Es Sénia: Plus de 158 tonnes de tabac à chiquer saisies    Pour faire face à la grève: Air Algérie affrète deux avions et recrute de nouveaux personnels navigants    Travaux de maintenance du réseau électrique: Des perturbations dans l'alimentation électrique dans trois communes    Près de 700 "gülenistes" arrêtés ou recherchés en Turquie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Pétrole : L'Opep appelle à la "responsabilité partagée" des pays producteurs
Publié dans Le Maghreb le 15 - 09 - 2019

L'Opep en a appelé mercredi à la "responsabilité partagée" de tous les pays producteurs de pétrole pour assurer la stabilité du marché, alors que les pays extérieurs au cartel comme les Etats-Unis pompent toujours plus.

C'est un appel à la raison lancé par l'Opep (Organisation des pays exportateurs de pétrole). Cette dernière a appelé, ce mercredi 11 septembre, les pays producteurs de pétrole à prendre en commun leur responsabilité afin de garantir la stabilité du marché. L'organisation des pays exportateurs de pétrole a légèrement revu à la baisse ses prévisions de croissance de la demande pour 2019 et 2020, citant des statistiques économiques moins bonnes que prévu au premier semestre de cette année et des perspectives moins optimistes pour l'économie mondiale. Dans son rapport mensuel publié mercredi, l'Opep a ainsi abaissé à 1,02 million de barils par jours (mbj) sa prévision de croissance de la demande de pétrole cette année (-0,08 mbj par rapport à la précédente estimation) et à 1,08 mbj pour l'an prochain (-0,06 mbj).
"Compte tenu des prévisions pour la croissance économique mondiale, la (croissance de la) demande de pétrole est attendue à environ 1 mbj en 2019 et 2020. Toutefois, elle devrait être dépassée par la forte croissance de l'offre non-Opep", souligne l'Organisation. Cette offre est tirée par les Etats-Unis, toujours en pleine révolution des pétroles de schiste, même si l'Opep a revu à la baisse sa prévision pour ce pays l'an prochain.

La production saoudienne inférieure au niveau de 2018
"Cela souligne la responsabilité partagée de tous les pays producteurs pour soutenir la stabilité du marché pétrolier afin d'éviter une volatilité indésirable et une rechute potentielle dans un marché déséquilibré", conclut le cartel basé à Vienne. De son côté, l'Opep a notablement augmenté sa production en août, pompant 136.000 barils par jour de plus à 29,741 mbj. Cette hausse a été tirée par le chef de file du cartel, l'Arabie saoudite (+118.000 barils par jour), et par le Nigeria (+86.000), selon des sources secondaires (indirectes) citées dans le rapport. La production saoudienne a toutefois régulièrement décliné depuis un an et reste actuellement bien inférieure à son niveau de 2018. Un groupe dirigé par l'Arabie saoudite, chef de file de l'Opep, et la Russie --non membre de ce cartel-- cherche à équilibrer le marché pétrolier en réduisant l'offre. Le nouveau ministre saoudien de l'Energie, le prince Abdel Aziz ben Salmane, s'est déclaré favorable lundi à la poursuite de cette politique de baisse de la production de pétrole.

Réunion du Comité de suivi de l'accord de réduction de production
Le Comité ministériel conjoint de suivi de l'accord OPEP et non-OPEP (JMMC) a tenu jeudi sa 16éme réunion à Abou Dhabi (Emirats Arabes unis), avec la participation de l'Algérie.
La réunion du JMMC sera consacrée à l'analyse de la situation du marché pétrolier international et de ses perspectives à court et moyen terme, avait indiqué le ministère de l'Energie dans un communiqué.
Il sera également question de l'examen des niveaux de conformité des ajustements de production par rapport aux engagements tenus par les pays membres de l'OPEP et les pays participants non membres de l'Organisation, selon la même source.
En décembre 2018, l'OPEP avait convenu avec dix pays producteurs non-OPEP, d'une baisse conjointe de leur production de 1,2 million de barils, avec une réduction de 800.000 barils/jour par l'OPEP et de 400.000 barils/jour par ces pays producteurs non-OPEP.
Cet accord a été reconduit pour une durée supplémentaire de 9 mois allant du 1er juillet 2019 jusqu'a 31 mars 2020, mais les prix de l'or noir restent instables à cause notamment des perspectives moins optimistes pour l'économie mondiale et autres facteurs.
Mercredi, l'OPEP a appelé à la "responsabilité partagée" de tous les pays producteurs de pétrole pour assurer la stabilité du marché, alors que les pays extérieurs de l'organisation comme les Etats-Unis pompent toujours plus de brut.
"Compte tenu des prévisions pour la croissance économique mondiale, la (croissance de la) demande de pétrole est attendue à environ 1 mb/j en 2019 et 2020.Toutefois, elle devrait être dépassée par la forte croissance de l'offre non-OPEP", souligne l'Organisation dans son rapport mensuel publié mercredi.
Cette offre est tirée par les Etats-Unis, toujours en pleine révolution des pétroles de schiste, même si l'OPEP a revu à la baisse sa prévision pour ce pays l'an prochain.
"Cela souligne la responsabilité partagée de tous les pays producteurs pour soutenir la stabilité du marché pétrolier afin d'éviter une volatilité indésirable et une rechute potentielle dans un marché déséquilibré", note l'OPEP.
Dans ce contexte, l'Arabie Saoudite qui copréside le JMMC avec la Russie s'est déclaré favorable à la poursuite de la politique de baisse de la production de pétrole.
La politique pétrolière de l'Arabie saoudite, qui assure le tiers de la production de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole, ne changerait pas de cap, avait déclaré le nouveau ministre de l'Energie de l'Arabie saoudite, le prince Abdel Aziz ben Salmane nommé dimanche dernier à ce poste.
Selon le dernier rapport du JMMC, la conformité globale aux accords d'ajustement volontaire de la production pétrolière entre l'OPEP et ses partenaires non-OPEP a été de 159 % en juillet dernier.
Le Comité avait appelé les pays participant à la Déclaration de coopération à poursuivre leurs efforts pour se conformer pleinement et en temps voulu aux ajustements volontaires de la production sur la base des décisions de la 176e réunion de la conférence de l'OPEP et de la 6e réunion ministérielle de l'OPEP et non-OPEP , tenues les 1 et 2 juillet dernier à Vienne.
Le JMMC a été créé à la suite de la 171ème Conférence ministérielle de l'OPEP du 30 novembre 2016 et de la "Déclaration de coopération" de la réunion ministérielle mixte OPEP- pays non membres de l'OPEP tenue le 10 décembre 2016.
Ce Comité est chargé de veiller à ce que ces objectifs soient réalisés grâce à la mise en œuvre des ajustements volontaires de la production du pétrole des pays OPEP et non-OPEP.
Le JMMC est composé de sept pays membres de l'OPEP (Algérie, Arabie Saoudite, Emirats Arabes Unis, Irak, Koweït, Nigeria et Venezuela) et de deux pays non membres de l'Organisation (Russie et Kazakhstan).


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.