FIFA Best : Les 5 nominés pour le titre d'entraineur de l'année    Numérisation en cours    Déjà en phase de modernisation    Un scooter propre et innovant    Escapade dans le monde des SUV    Le moudjahid et ancien président de l'APN Said Bouhadja n'est plus    Le Bayern et Liverpool visent les 8es, Inter-Real sous pression    Des marchés couverts désertés par les commerçants et la clientèle    Covid-19 : tout sur les tests de dépistage    Les écoles renouent avec la grève    Vous parlez au nom de qui ?    Maïssa Bey sur les traces d'Amara Lakhous    Dans le Sud irakien, le narguilé, c'est l'affaire des ébénistes    Renvoi du verdict au 8 décembre prochain    "Ciccolini a eu la sanction qu'il mérite"    Des agriculteurs bloquent le lancement des travaux    Qualification de huit nouvelles recrues    énième report du procès Boumala    Des mesures pour faire face à une situation d'urgence    Les civils piégés à l'approche de la bataille de Mekele    Une grande bataille à mener par tous    Les Témouchentois passeront l'hiver au chaud    Pierre Buyoya démissionne    Moscou accuse Washington de violer ses eaux territoriales    Les banques publiques difficilement vendables    Liberté pour Yacine Mebarki    Le sujet qui fâche    USMBA – RCR : Treize joueurs qualifiés par la LFP    EN U20 : Un stage d'une semaine à Sidi Moussa    Timimoun : Des chercheurs préparent un sommet des oasis en 2021    Le Mouloudia d'Alger à pied d'œuvre au Bénin    Musée Public National des Antiquités d'Alger : Acquisition de nouvelles pièces archéologiques    Faute de bus depuis le début de l'épidémie : Les habitants de Belouta et Bouchaoui pénalisés    Maroc-Sahara Occidental: «Une reprise des hostilités préméditée»    Les facteurs dopants    Pénurie de Lovenox: Le ministre accuse l'automédication    Tlemcen: Un projet pour sécuriser l'alimentation en eau    Arabie saoudite : un site d'Aramco touché par un missile    Blida: Trois trafiquants de psychotropes sous les verrous    LA NATURE DU CIEL ET LE POIDS DU COUFFIN    Le tourisme grand perdant    La DGSN rappellel'obligation du port du masque en voiture    Lancement fin novembre des travaux de réalisation de 140.000 logements    Macron provoque la tempête !    Le report de plusieurs affaires pénales intervient à "la demande de la défense des accusés"    Le juge demande un complément d'enquête    Tergiversations au Conseil de la Nation    Décès de Abderrachid Boukerzaza: Djerad présente ses condoléances à la famille du défunt    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Chili : Accord historique pour une nouvelle Constitution
Publié dans Le Maghreb le 18 - 11 - 2019

Les partis politiques au Chili sont parvenus vendredi à un accord au Parlement pour organiser un référendum en avril 2020 afin d'adopter une nouvelle Constitution, visant à apaiser la violente crise sociale qui secoue le pays depuis près d'un mois.

"C'est une réponse de la politique au sens le plus noble du terme, la politique qui pense au Chili, qui prend son destin en main et qui assume ses responsabilités", a affirmé lors d'une conférence de presse matinale le président du Sénat Jaime Quintana. Membre du Parti pour la démocratie (opposition de centre-gauche), il s'exprimait aux côtés d'autres responsables de partis hormis le Parti communiste. Après plusieurs heures de négociations au Parlement, la coalition gouvernementale de droite du président Sebastian Pinera et les principaux partis d'opposition ont signé un "Accord pour la paix et la nouvelle Constitution" prévoyant un référendum en avril 2020.
Celui-ci comportera deux questions: l'une sur la révision ou non de la Constitution et l'autre, le cas échéant, sur la méthode pour la rédiger, selon M. Quintana. Cette seconde question devra déterminer quel organe rédigera la future Constitution, soit un congrès mixte -- idée soutenue par la coalition gouvernementale -- composé à parts égales de membres élus à cette fin et de parlementaires en exercice, soit une assemblée constituante intégralement composée de membres élus à cette fin -- idée soutenue par l'opposition.
Si le projet de révision est validé par référendum, l'élection des membres de l'une ou l'autre de ces instances se fera en octobre 2020, au suffrage universel en même temps que les élections municipales et régionales. La ratification de la nouvelle Constitution s'effectuera au suffrage universel, avec vote obligatoire pour l'occasion. L'accord est intervenu au sein d'un Congrès où aucun bloc ne dispose d'une majorité des deux tiers nécessaire pour une révision constitutionnelle. "C'est une réponse de la politique au sens le plus noble du terme, la politique qui pense au Chili, qui prend son destin en main et qui assume ses responsabilités", a affirmé le président du Sénat Jaime Quintana. Membre du Parti pour la démocratie (opposition de centre-gauche), il s'exprimait aux côtés d'autres responsables de partis hormis le Parti communiste.
"Nous sommes heureux d'avoir pu conclure un accord qui marque une victoire contre la violence", a assuré pour sa part Jacqueline van Rysselberghe, présidente de l'Union Démocratique indépendante (UDI, conservateur), pilier de la coalition soutenant le président Pinera. "Cet accord constitue un premier pas, mais c'est un premier pas historique et fondamental pour commencer à construire notre nouveau pacte social dans lequel la citoyenneté va tenir un rôle prépondérant", a déclaré de son coté le ministre de l'Intérieur, Gonzalo Blumel.
La révision de la Constitution héritée de la dictature d'Augusto Pinochet (1973-1990), toujours en place dans sa majeure partie malgré le retour à la démocratie il y a trente ans, figure en bonne place dans les revendications des manifestants qui protestent depuis le 18 octobre.
Les manifestations, qui ont fait 22 morts et plus de 2.000 blessés, restent massives près d'un mois depuis leur début.
M. Pinera a changé de discours, annonçant samedi préparer un projet de modification de la Constitution alors que durant les neuf premiers jours de la contestation il avait déployé l'armée dans les rues pour la première fois depuis la dictature.
La contestation avait démarré pour protester contre une hausse du ticket de métro à Santiago et s'est vite transformée en une explosion sociale sans précédent dans ce pays sud-américain.
"La Constitution de la dictature meurt et une démocratie naît", s'est félicité le sénateur progressiste et ex-ministre des Affaires étrangères Heraldo Munoz.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.