Grève contre le projet de réforme des retraites (France) :    La situation financière des clubs relancée    L'Algérie présente au rendez-vous de Djerba    Projet de traduction des plus importants écrits    Le combat de Zahia Ziouani    Décès de la chanteuse du groupe Roxette    L'Algérie prend part à Rome à la réunion ministérielle des pays membres    «Je m'engage à ouvrir un dialogue national sérieux»    Maroc : Pourquoi la compagnie TUI fly supprime-t-elle des vols vers le Maroc ?    nouveau président de la République    Niger : Une deuxième attaque en deux jours contre l'armée    Sommet de Paris : Poutine salue un " pas important " vers une désescalade en Ukraine    France: Après 6 jours de grève, la réforme des retraites va être enfin dévoilée    Benflis prend acte de sa défaite et annonce le passage de flambeau aux jeunes    Les résultats préliminaires annoncés par l'ANIE    OGC Nice: "Atal absent quelques mois"    Remis de sa commotion cérébrale: L'Algérien Oukidja opérationnel face à Marseille    Médias: Sky perd les droits de la Ligue des champions pour l'Allemagne    Installation de portiques électroniques    « 2019 a été une année exceptionnelle pour moi »    Lutte contre la criminalité urbaine à Alger: Près de 3.000 affaires traitées en novembre    Djelfa : Culture du safran à Djelfa, une expérience concluante pour le jeune Abderrahmane Khelili    L'annonce des résultats définitifs entre le 16 et le 25 décembre    Election présidentielle: Abdelmadjid Tebboune largement élu président    Les premières leçons de l'élection présidentielle du 12 décembre 2019    Tissemsilet : Manifestations du 11 décembre 1960 : réinhumation des restes du chahid Bennai Omar à Theniet El Had    Tunisie : " La prise de conscience autour du patrimoine historique est tardive "    Court métrage documentaire : Le documentaire "Nice Very Nice" en compétition au Sénégal    Adoption d'un projet de loi pour contrôler l'emploi    Mahrez dans le Top 10 des joueurs africains les mieux payés    MASCARA : Un parc illicite sur un espace de l'APC    AIN TEMOUCHENT : Arrestation d'un individu en possession d'un drone    Secousse tellurique de magnitude 3,2 degrés à Boumerdès    TISSEMSILT : Délocalisation du concours des agents d'administration à Tiaret    Deux contrebandiers arrêtés à Ouargla et un autre appréhendé à Biskra    Des vents forts vendredi sur plusieurs wilayas du Nord et des Hauts-Plateaux    Présidentielle: le taux de participation par wilayas annoncé à 15h    Brèves    L'Algérie condamne "avec la plus grande force" l'attaque contre l'armée au Niger    Préserver cette institution de solidarité entre générations    Nouveaux pourparlers de paix à Juba entre rebelles et Khartoum    Projet de traduction des plus importants écrits algériens en langue française    ACTUCULT    Exportation de 460 000 tonnes de ciment    Eric Zemmour sera jugé le 22 janvier prochain    Bangkok en haut du classement    Communiqué du Conseil des ministres    COP25 sur le climat : La protection de la nature cherche sa place    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Chili : Accord historique pour une nouvelle Constitution
Publié dans Le Maghreb le 18 - 11 - 2019

Les partis politiques au Chili sont parvenus vendredi à un accord au Parlement pour organiser un référendum en avril 2020 afin d'adopter une nouvelle Constitution, visant à apaiser la violente crise sociale qui secoue le pays depuis près d'un mois.

"C'est une réponse de la politique au sens le plus noble du terme, la politique qui pense au Chili, qui prend son destin en main et qui assume ses responsabilités", a affirmé lors d'une conférence de presse matinale le président du Sénat Jaime Quintana. Membre du Parti pour la démocratie (opposition de centre-gauche), il s'exprimait aux côtés d'autres responsables de partis hormis le Parti communiste. Après plusieurs heures de négociations au Parlement, la coalition gouvernementale de droite du président Sebastian Pinera et les principaux partis d'opposition ont signé un "Accord pour la paix et la nouvelle Constitution" prévoyant un référendum en avril 2020.
Celui-ci comportera deux questions: l'une sur la révision ou non de la Constitution et l'autre, le cas échéant, sur la méthode pour la rédiger, selon M. Quintana. Cette seconde question devra déterminer quel organe rédigera la future Constitution, soit un congrès mixte -- idée soutenue par la coalition gouvernementale -- composé à parts égales de membres élus à cette fin et de parlementaires en exercice, soit une assemblée constituante intégralement composée de membres élus à cette fin -- idée soutenue par l'opposition.
Si le projet de révision est validé par référendum, l'élection des membres de l'une ou l'autre de ces instances se fera en octobre 2020, au suffrage universel en même temps que les élections municipales et régionales. La ratification de la nouvelle Constitution s'effectuera au suffrage universel, avec vote obligatoire pour l'occasion. L'accord est intervenu au sein d'un Congrès où aucun bloc ne dispose d'une majorité des deux tiers nécessaire pour une révision constitutionnelle. "C'est une réponse de la politique au sens le plus noble du terme, la politique qui pense au Chili, qui prend son destin en main et qui assume ses responsabilités", a affirmé le président du Sénat Jaime Quintana. Membre du Parti pour la démocratie (opposition de centre-gauche), il s'exprimait aux côtés d'autres responsables de partis hormis le Parti communiste.
"Nous sommes heureux d'avoir pu conclure un accord qui marque une victoire contre la violence", a assuré pour sa part Jacqueline van Rysselberghe, présidente de l'Union Démocratique indépendante (UDI, conservateur), pilier de la coalition soutenant le président Pinera. "Cet accord constitue un premier pas, mais c'est un premier pas historique et fondamental pour commencer à construire notre nouveau pacte social dans lequel la citoyenneté va tenir un rôle prépondérant", a déclaré de son coté le ministre de l'Intérieur, Gonzalo Blumel.
La révision de la Constitution héritée de la dictature d'Augusto Pinochet (1973-1990), toujours en place dans sa majeure partie malgré le retour à la démocratie il y a trente ans, figure en bonne place dans les revendications des manifestants qui protestent depuis le 18 octobre.
Les manifestations, qui ont fait 22 morts et plus de 2.000 blessés, restent massives près d'un mois depuis leur début.
M. Pinera a changé de discours, annonçant samedi préparer un projet de modification de la Constitution alors que durant les neuf premiers jours de la contestation il avait déployé l'armée dans les rues pour la première fois depuis la dictature.
La contestation avait démarré pour protester contre une hausse du ticket de métro à Santiago et s'est vite transformée en une explosion sociale sans précédent dans ce pays sud-américain.
"La Constitution de la dictature meurt et une démocratie naît", s'est félicité le sénateur progressiste et ex-ministre des Affaires étrangères Heraldo Munoz.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.