La revanche de Tayeb Zitouni    La Cour de Tipasa dément    Pourquoi l'Arabie saoudite profitera le plus du chaos    Des instructions pour accélérer la cadence des travaux    L'APN convoque une réunion "importante" en présence du MAE    La FAF sort de son mutisme et dénonce une "campagne de médisance    Maintien du confinement partiel jusqu'au 13 juin    L'UGCAA et l'Anca appellent à la reprise des activités économiques et la réouverture des commerces    Djerad plaide pour l'allègement de la dette    L'Algérie rappelle son ambassadeur en France    Les commerçants réclament la reprise de leurs activités    Décès d'El-Youssoufi: le Président Tebboune rend hommage à un "homme d'Etat chevronné"    ORGANISATION D'UNE SOIREE A ORAN : L'affaire devant le juge d'instruction    Plus de 20.000 civils tués ou blessés en 2019 dans seulement 10 conflits    DERNIER MEMBRE EN VIE DU GROUPE DES 22 : Le président Tebboune reçoit Othmane Belouizdad    TOSYALI ORAN : Troisième exportation de 10.000 tonnes de rond à béton vers les Etats-Unis    LA SAISON BAS SON PLEIN A ORAN : Le thon cédé entre 1000 et 1300 DA le kg    TAXES SUR L'IMPORTATION DES VEHICULES NEUFS : Les précisions de Ferhat Ait Ali    L'OPPOSANT KARIM TABBOU PRIVE D'UN APPEL TELEPHONIQUE : La Cour de Tipasa dément    PROTECTION CIVILE A MOSTAGANEM : 1339 interventions durant le mois de Ramadhan    Le MJS et le COA décidés à travailler dans un "climat de sérénité"    Diplomate yéménite: "le Maroc n'a aucune souveraineté sur le Sahara occidental"    Décès de Abderhamane El Youssoufi: une étoile du Grand Maghreb s'éteint    137 nouveaux cas confirmés et 8 décès enregistrés en Algérie    Le massacre des Ouffia à El-Harrach (Alger): un crime qui révèle la barbarie de la France coloniale    Affaire d'enregistrement sonore: les présidents de l'USB et du CABBA convoqués    Covid19-Championnat d'Algérie: Medouar sceptique sur une éventuelle reprise    Essais nucléaires: une illustration des crimes français contre l'homme et la nature    La prison rouge de Ferdjioua (Mila), témoin de la barbarie de la France coloniale    Covid19: Djerad plaide pour l'allègement de la dette des pays en développement    Décès de Guy Bedos: Un artiste épris de justice s'en va    4 médecins et 6 paramédicaux testés positifs au Coronavirus    Tayeb Zitouni nouveau SG du RND    PLFC 2020: la Commission des finances et du budget de l'APN examine les amendements proposés    Le porte-parole du Quai d'Orsay s'exprime    Saâdaoui, l'homme par qui le scandale est arrivé    Biskra, la Mitidja du Sud    PLFC 2020: traiter les effets de la crise tout en soutenant le pouvoir d'achat    RC Relizane: Un parcours en deçà des prévisions    Non, demain ne ressemblera pas à hier    En hommage aux victimes du Covid-19: Une minute de silence, hier, à l'Institut «Cervantès» d'Oran    Un important dispositif policier dissuade les manifestants    Les feuilles de l'automne    L'infrangible lien…    La Grèce renforce le contrôle à sa frontière avec la Turquie    Les lecteurs du versant sud de Tizi Ouzou privés de journaux    Je veux partir seul au paradis !    Les victimes algériennes du Covid-19 en attente de rapatriement    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La campagne électorale durera 21 jours Le marathon pour le Palais d'"El Mouradia" entamé officiellement hier
Publié dans Le Maghreb le 18 - 11 - 2019


Par: Med Wali
C'est parti, le coup d'envoi de la campagne électorale autour de la présidentielle du 12 décembre prochain a été officiellement donné hier, à partir de plusieurs wilayas du pays. Les cinq candidats en lice, Abdelmadjid Tebboune, Ali Benflis, Abdelaziz Belaïd, Azzedine Mihoubi et Abdelkader Bengrina, tenteront de prime abord, de séduire électorat et citoyens, pendant 21 jours, avant de passer à l'étape du silence électoral 48 heures avant le scrutin.

Trois prétendants sur cinq, ont préféré entamer, hier, le " marathon " de la campagne électorale depuis, la wilaya d'Adrar, il s'agit de Abdelmadjid Tebboune, Abdelaziz Belaïd et Azzedine Mihoubi. Concernant Ali Benflis, ce dernier a commencé par les wilayas de Tlemcen et Tamanrasset en même temps. Pour le président du mouvement " El bina " Abdelkader Bengrina, c'est à partir d'Alger et précisément de la Grande-Poste, lieu mythique du " Hirak " qu'il a choisi de débuter son périple…

Benflis: " l'ère du président aux prérogatives de Pharaon est révolue"
C'est à Tlemcen que le candidat Ali Benflis a donné le coup d'envoi à sa campagne électorale en vue de l'élection présidentielle du 12 décembre prochain. Le chef de file de " Talaie El houriat ", a axé son discours devant ses partisans sur son projet de système semi-présidentiel. Le candidat à l'accès au Palais d'" El Mouradia " a promis la fin de l'ère du président aux prérogatives de Pharaon. Ainsi, parmi les promesses de l'ancien chef de Gouvernement, " la désignation d'un premier ministre issu de la majorité parlementaire. " Benflis a, par ailleurs, insisté sur la nécessité de la tenue de l'élection présidentielle estimant que les conditions réunies sont acceptables. Entre autres, Benflis est revenu sur " les Effets du crime " causés par la "Mafia" sur l'économie nationale. En prononçant, hier, son discours devant ses partisans, au niveau de la maison de la Culture "Abdelkader Aloula", au cœur de la capitale des Zianides, Benflis a présenté son projet de reconstruction des institutions des Etats, surtout ceux de la régulation. Il a ensuite appuyé sur ses propos, en faisant allusions aux directives de l'ancien ministre de la Justice, Tayeb Louh, en s'interrogeant dans la foulée " Qui a mis les juges à son avantage et aux spoliateurs ? Vous savez de qu'il s'agit", a-t-il dit. " Afin de ne pas revenir à ces pratiques, nous menons un projet prometteur pour l'indépendance du pouvoir judiciaire. " Aussi, Benflis a également évoqué les " crimes " du gang contre la cour des comptes, en déclarant que " la bande a attaché et cousu la bouche de cette institution, puisque il s'agit de l'institution suprême de supervision des dépenses publiques ", a-t-il affirmé. En sus, ce candidat a évoqué notamment, les raisons de sa candidature à la prochaine élection. Il a mentionné qu'" il a couru pour tenter d'éteindre la crise, de mettre en place un gouvernement démocratique et une nouvelle constitution, et surtout pour libérer la justice. " Et de poursuivre " Je travaillerai pour limiter les prérogatives du président de la République, et en transférer une partie à la majorité parlementaire ou par consensus entre les partis. S'il arrive au palais d'"El Mouradia ", Benflis promet "d'organiser des rencontres hebdomadaires avec la formation du gouvernement ", comme il a assuré qu'"il libèrera les organes et médias publics pour qu'ils ne servent ni le gouvernement ni le président. "

Marmouri : " Tebboune promet de remplacer les hommes d'affaires par des jeunes "
Le candidat indépendant, Abdelmadjid Tebboune, a choisi de s'adresser aux jeunes pour commencer sa campagne électorale, à travers le directeur du Comité de la jeunesse, Hassan Marmouri. Ce dernier a promis que " le candidat dispose d'un plan d'action pour la promotion des nouveaux jeunes entrepreneurs, et ce, pour remplacer les hommes d'affaires. " L'ancien ministre du Tourisme a indiqué, hier, lors d'un rassemblement organisé à l'occasion du premier jour de la campagne électorale, à Sidi Fredj à Alger que " c'est le Hirak qui a libéré tout le monde pour baptiser une nouvelle plateforme pour la construction d'une nouvelle République ", a-t-il indiqué. Et de souligner " Tebboune est porteur d'un projet prometteur qui donne confiance aux jeunes, afin de les impliquer dans la gouvernance et la prise de décision ", en promettant " des dizaines de postes au sein de l'Etat, et rétablir de nouveaux hommes d'affaires issus de la jeune génération de jeunes entrepreneurs. Par ailleurs, Marmouri a déclaré que " l'économie moderne est basée sur la connaissance et que son candidat l'encouragera et servira de médiateur entre l'ancienne et la nouvelle génération pour la promotion de l'économie nationale. "

Le directeur de campagne d'Abdelmadjid Tebboune remplacé !
Pour remplacer son directeur de campagne électorale démissionnaire, Abdallah Bâali, le candidat indépendant, Abdelmadjid Tebboune a fait appel à son ancien directeur de cabinet, lorsqu'il était premier ministre en 2017, Mohamed Lamine Messaïd. Ce dernier est son nouveau directeur de campagne, après qu'Abdallah Bâali ait démissionné de son poste.

Bengrina entame sa campagne électorale depuis une place mythique du " Hirak "
Le candidat Abdelkader Bengrina, président du mouvement " El Bina " a choisi un lieu symbolique du " Hirak ", la Grande-Poste d'Alger, en l'occurrence, pour entamer sa campagne électorale en prévision du scrutin présidentiel du 12 décembre prochain. C'est à partir de la Grande-Poste d'Alger que Abdelkader Bengrina a choisi de débuter son périple afin de convaincre l'électorat en vue de la présidentielle qui se déroulera dans moins d'un mois. Le candidat engagé dans la course au Palais d'" El Mouradia " a mis l'accent sur la symbolique de la place de la Grande-Poste, affirmant que " c'est à partir de cette place que la presse s'est libérée et avec elle plusieurs autres secteurs de la société sont devenus indépendants notamment. Ce candidat à la présidentielle a continué de marcher dans les principales artères de la capitale Alger, sous les applaudissements de ses partisans " l'Armée et le peuple Khawa, khawa, et les fils de la France sont des traîtres ", " Bengrina Président ", scandent la foule qui entourent leur candidat. Rappelons que Bengrina a traversé la rue " Assla Hocine ", en passant par le siège de la wilaya, et le bâtiment du parlement jusqu'à la place " Port-Saïd ".

Azzedine Mihoubi dévoile son programme électoral
Le candidat à la Présidentielle du 12 décembre prochain, Azzedine Mihoubi a dévoilé, samedi à Alger, les grandes lignes de son programme électoral qui comporte quinze engagements " stratégiques" axés sur la réalisation de réformes institutionnelles "profondes" et l'amélioration de la situation socio-économique du citoyen. Placé sous le slogan "Je m'engage", ce programme a été conçu sur la base d'une analyse de la situation politique, socio-économique et culturelle du pays, et propose plus de 200 mesures pratiques en vue de reconquérir la confiance du citoyen, a affirmé M. Mihoubi.
Assurant qu'il apportera ce qui est plus important que les promesses ayant caractérisé tant d'étapes politiques dans l'histoire du pays, M. Mihoubi a estimé que ces promesses étaient à l'origine de l'effondrement de la confiance entre le Pouvoir et le peuple. Tout en s'engageant à "renforcer davantage les libertés politiques, collectives et individuelles qui ne portent pas atteinte aux coutumes et traditions", M. Mihoubi a relevé l'importance d'" actualiser le processus démocratique et de l'appuyer avec plus de mécanismes créés, de façon à ériger ces derniers en un facteur de progrès et non d'extrémisme". Il a indiqué dans ce contexte, que " les Algériens sont sortis dans un Hirak populaire en quête de nouveaux espaces pour l'exercice de leur lutte politique en dehors des cadres traditionnels", réitérant son engagement dans ce sens, à "œuvrer à comprendre cette mutation et la cerner, notamment à travers, l'actualisation de la forme actuelle du système et de le raffermir à travers la concrétisation de plus d'acquis au profit des libertés et de l'indépendance des deux pouvoirs, judiciaire et législatif". Au volet économique, M. Mihoubi s'est engagé à mener des réformes " structurelles" qui permettent d'améliorer le climat des affaires et de réunir les conditions du décollage économique de l'Algérie, affirmant qu'il formera un gouvernement de compétences nationales, créera un grand ministère de l'Economie et qu'il promouvra le rôle consultatif du Conseil national économique et social (CNES)".

Edification d'une économie forte basée sur un terrain politique solide
Abdelaziz Belaïd a présenté un programme électoral qui s'articule principalement sur " des réformes profondes répondant aux aspirations du peuple algérien ". Ayant pour slogan à sa campagne, " le peuple décide ", le candidat Belaïd s'est engagé qu'une fois élu président de la République, il œuvrera à bâtir " des institutions fortes reflétant la place de l'Etat algérien ", et " consolider l'appartenance nationale tenant compte des dimensions maghrébine, régionale et internationale". Dans ce cadre, il a indiqué que parmi les priorités de son programme figurent "la révision de la Constitution et toutes les lois relatives aux réformes" ainsi que "l'ouverture d'un dialogue inclusif regroupant toutes les obédiences politiques du pays" et "l'édification d'une économie forte" basée sur "un terrain politique solide", soulignant que son programme se penche sur d'autres aspects, en particulier, "l'investissement en l'être humain pour réaliser le développement escompté". Le candidat s'est engagé, à cette occasion, à éliminer la corruption, consacrer la démocratie participative et concrétiser "un contrôle effectif à l'aide des différents dispositifs". Faisant état d'autres propositions incluses dans son programme pour l'éradication du chômage et la revalorisation des salaires des fonctionnaires, M. Belaïd a souligné la consécration des droits du citoyen à savoir la prise en charge sanitaire et le logement en sus de la promotion des droits de la Femme. Il a également proposé la création d'une instance dédiée à la communauté algérienne établie à l'étranger afin de faciliter l'intégration des enfants de la communauté au processus de la réforme économique en tirant profit de leur compétence et expérience. Par ailleurs, M. Belaid s'est engagé de garantir l'indépendance de la Justice et d'opérer "des amendements" sur la loi de l'information, tout en assurant la transparence en matière de répartition de la publicité. Soulignant que les élections étaient "la seule solution pour sortir de la crise que traverse le pays", M. Belaid a fait savoir que l'Algérie a besoin de "la contribution de tout un chacun", ajoutant "il est temps pour la génération post-indépendance de prendre en charge l'édification du pays". "L'Algérie a un rôle stratégique dans la région", a-t-il déclaré, relevant l'existence des parties extérieures et intérieures "souhaitant nager en eaux troubles" et que "les Algériens ayant donné des leçons à travers le Hirak populaire pacifique sont conscients de ces défis."


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.