Production et distribution du lait: Un système de traçabilité en cours de préparation    Séisme à Jijel : pas de pertes humaines ou matérielles    Services d'urgence et femmes enceintes: le ministère trace une nouvelle feuille de route    PREPARATION DU CONGRES DU RND : Mihoubi évoque de ‘'nouvelles bases'' pour le parti    CORONAVIRUS : L'Algérie met en place un dispositif d'alerte et de riposte    MOSTAGANEM : 5 personnes écrouées pour trafic de drogue et vente d'alcool    La plateforme proposée pour l'aboutissement de la révolution    Tébessa: Recrutement de Trois Gardiens pour sécuriser la Nouvelle Mosaïque découverte à Négrine    PROGRAMME ECONOMIQUE DE TEBOUNE : BATATA ET GAZ DE SCHISTE    Au moins 11 soldats tués par des terroristes    Brexit : Boris Johnson a signé l'accord    Réunion de conciliation avec Téhéran en février    Ferme condamnation algérienne    «Nous devons respecter nos adversaires»    La wilaya de Aïn Témouchent nous écrit    Un gouvernement de la chefferie à la primature    Le procès de Fodil Boumala programmé pour le 9 février    Un vendredi dédié aux détenus d'opinion    Une secousse tellurique de magnitude 3.3 enregistrée à Jijel    Plus de 4 500 postes à pourvoir pour la session de février    Opération coup-de-poing à Oued R'hiou    880 ha réservés à la production d'eucalyptus    Le réflexe de Chitour    Mostaganem abritera la 3e édition du Festival national de la poésie des jeunes    La prochaine édition sous le signe du rapprochement avec le citoyen    ACTUCULT    Les redevances des droits d'auteur, objet d'incompréhension    Célébration de l'anniversaire de la naisance de Matoub Lounès    Le jugement de Si Slimane    Ligue 2: Le programme des rencontres de la 16ème journée    Bouira : Hommage à Matoub Lounès    Vita Club - JSK (aujourd'hui à 17h) : Belaïli «Nous avons les moyens de les surprendre»    PAC 1 - CSC 2 : C'est le grand retour du CSC    En bref…    CAN-2020 de Handball : Les Verts éliminés par l'Egypte    WAT – JSMB : Les Béjaouis avec les réservistes    Transport de marchandises : La logistique qui fait défaut aux exportations    Venezuela : Maduro célèbre «l'échec de l'aventure putschiste» de Guaido    Energie et télécommunications : L'USTDA confirme l'intérêt américain    Indice de perception de la corruption 2019: L'Algérie à la 106e place    Réunion des voisins de la Libye à Alger: Rejet de l'ingérence étrangère    Pour des travaux de maintenance du réseau: Des coupures d'électricité annoncées dans trois communes    Les raisons de la colère    Lancement d'un nouveau site web    Blessé, Slimani forfait face à Strasbourg samedi    Les nouveaux projets expansionnistes du Maroc dénoncés    Tebboune, à coeur ouvert    Sahara occidental: Podemos dénonce les manœuvres expansionnistes du Maroc    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le vote commence chez la communauté algérienne à l'étranger
Publié dans Le Maghreb le 08 - 12 - 2019

Décalage horaire et difficultés pour accéder aux bureaux de vote dans les représentations consulaires nationales, notamment dans les pays à large superficie, oblige la communauté algérienne à l'étranger de voter quelques jours plutôt que la date du 12 décembre, la communauté algérienne établie à l'étranger a commencé à voter, hier. En effet, le responsable de la communication de l'ANIE (Autorité nationale indépendante des élections); Ali Drâa, a annoncé, jeudi dernier, " le début du vote pour le scrutin électoral concernant les Algériens de la diaspora établis à l'étranger, samedi 07 décembre ".
Représentant un réservoir électoral non négligeable, la diaspora nationale devra choisir l'un des cinq candidats en lice, qu'ils estiment répondre le mieux à ses aspirations. Des candidats qui achèveront leurs campagnes électorales de trois semaines 48 heures avant le jour J, sans faire le déplacement à l'étranger pour se faire connaître et surtout faire connaître leurs programmes. À s'interroger, dès lors, sur ce manque d'intérêt inexpliqué pour les Algériens installés à l'étranger?
Le député de la communauté algérienne de France, Samir Châabna, a posé à plusieurs reprises ce problème de marginalisation de nos politiques des Algériens de l'étranger, alors que les pouvoirs publics accourent à la veille de chaque scrutin à montrer des images d'eux en train de voter pour donner exemple aux nationaux. " Malgré leur éloignement du pays, les Algériens établis à l'étranger ont toujours répondu présents et exprimé leurs empathie aux multiples événements qui avaient lieu à l'intérieur de leur pays. Ils ont toujours partagé le bonheur et le chagrin de leur frères de l'intérieur. Mais ils ne comprennent pas pourquoi les pouvoirs publics ne vont à leur rencontre qu'en temps des élections pour les montrer comme un exemple de nationalisme à leurs compatriotes nationaux. Les Algériens de l'étranger aiment qu'on pense à eux pendant les élections, mais aussi dans les autres domaines comme le logement, le rapatriement des cercueils…", avait confié Châabna, octobre dernier, au Courrier d'Algérie, rencontré à l'occasion de la tenue d'un colloque à l'APN ayant comme thème : " L'apport des émigrés algériens et leur rôle dans le renforcement de l'unité nationale" pour commémorer les manifestations du 17 octobre 1961. Mais un autre détail de poids expliquerait ce faible intérêt des candidats pour la communauté nationale à l'étranger, notamment le Mouvement populaire en Algérie qui ne faiblit pas après neuf mois de manifestations et de marches consécutives. Car en toile de fond, le refus de la tenue du scrutin présidentiel du 12 décembre et le rejet du Hirak exprimé aux cinq candidats, considérés comme les résidus du régime de Bouteflika cherchant à le régénérer. Malgré les moyens mis à leur disposition, les candidats ont éprouvé beaucoup de mal à mener leurs meetings électoraux, souvent chahutés par des manifestants hostiles. Autre faits marquants, ce qui est un fait inédit, aucun candidat n'a daigné faire le déplacement aux wilayas de Tizi-Ouzou et Béjaïa, où les citoyens ont fermé plusieurs sièges des APC et daïras en signe de refus des élections. Ce mouvement de protestation qui a pris une vive allure à l'approche de scrutin présidentiel a atteint l'Outre-mer. Grâce aux appels partagés largement sur les réseaux sociaux, les Algériens de l'étranger et la diaspora nationale ont fait plusieurs marches en France, Belgique, Canada et les État-Unis en signe de solidarité avec les revendications du Mouvement pacifique, les détenus d'opinion et l'appel pour le départ du système actuel. Cela veut dire aussi que les Tebboune, Mihoubi, Bengrina, Benflis et Belaïd, risquent de rencontrer le même accueil moins chaleureux à l'étranger. Cependant, le fossé qui sépare les prétendants à la magistrature suprême et les Algériens de l'étranger est plus profond. En fait, aucun candidat n'a fait des promesses concrètes envers cette communauté nationale où il n'a fait montre de ses problèmes vécus au quotidien. Hier, après un 42e acte du Mouvement populaire tout aussi mobilisateur que les précédents, les cinq candidats devraient s'affronter lors d'un débat télévisé transmis en direct. Les Algériens de l'étranger s'attendront, à coup sûr, à des engagements et promesses de mesures concrètes.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.