Crash d'un avion militaire: Le Président Tebboune observe une minute de silence à la mémoire des deux pilotes    Coronavirus: le Président Tebboune ordonne le rapatriement immédiat des Algériens établis à Wuhan    Palestine: le rejet du plan de paix américain pour le Proche-Orient s'intensifie    Préoccupations des citoyens: les cadres appelés à prendre leurs responsabilités    Début à Alger des travaux du Forum d'affaires algéro-libyen    Médéa : campagne de sensibilisation aux accidents de la route    Abdelkader Ouali soupçonné de lourdes affaires de corruption    Un protocole à la tête du client ?    Le retrait militaire américain du Sahel inquiète Paris    Le successeur d'Al-Baghdadi menace de s'attaquer à Tel-Aviv    L'Algérie face à l'Allemagne, la Suède et la Slovénie    La CAT a saisi l'ITF    Anes Tounsi sacré «Meilleur nageur»    Kaci-Saïd : "Le MCA devait négocier le transfert de Bendebka"    Foot/ Ligue 1 (JS Kabylie): le Tunisien Yamen Zelfani nouvel entraîneur    Une perte annuelle de 2 milliards de dollars pour l'Algérie    Aucun vol annulé à cause du coronavirus    Noureddine Chegrane expose son «Hommage au jazz» à Dar Abdeltif    Une feuille de route «sérieuse et réaliste» pour réformer le domaine    Un monde pas si fou que ça !    Alger, Annaba, Constantine et Blida accueillent la "Nuit des idées"    Alger: récupération d'un montant volé de 1,9 milliard de centimes et 34.000 euros    Emploi et formation en Algérie : Opportunités et défis de la révolution numérique    Salah Goudjil refuse de quitter le perchoir    Cinq DG depuis le début du hirak    Plan d'action du gouvernement : Le Conseil des ministres se réunira la semaine prochaine    Cancer du sein: 3800 femmes bénéficient d'un dépistage précoce à Biskra    Installation du Comité algérien de soutien et de fraternité avec le peuple libyen    «En Libye, Erdogan et Poutine profitent du retrait des états-Unis et de la division des Européens»    Moyen-Orient : Spirale de violence en Irak    Coupes africaines : Le PAC se rapproche de l'élimination    Archéologie à Ferkane à Tébessa : Découverte d'un bain romain dans la commune de Ferkane    Ciné-club à Bejaïa : Nadia Zouaoui raconte «l'islam de (son) enfance»    Education: Grève dans le primaire et mécontentement chez les syndicats    Tébessa: La journée de la douane    Mostaganem: 35 personnes, dont un ex-wali et 11 cadres, accusés dans des affaires de corruption    L'après Berlin et la crise libyenne    MC Oran: Chérif El-Ouazzani dénonce des faits graves    Détenus du Hirak: Des libérations et des procès reportés    Il y a de l'eau dans le gaz !    BONBONS ET CARAMELS    Blida: Le lait en sachet disponible chez les épiciers    Démantèlement d'un gang armé spécialisé dans le vol par effraction    Deuxième place pour Reguigui    Décès du moudjahid Guergour Ahmed    11 harraga interceptés au large d'Oran    Le gouvernement dément la mort de manifestants    Le président Tebboune ordonne la tenue d'un Conseil interministériel    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Elections présidentielle et législatives en Namibie : Un pouvoir contesté
Publié dans Le Maghreb le 10 - 12 - 2019

1,5 million d'électeurs sont appelés aux urnes pour ces élections législatives et présidentielle. Sans surprise, le président en exercice Hage Geingob devrait être réélu pour un second mandat de cinq ans. Depuis l'indépendance du pays, il y a 30 ans, son parti, la Swapo, a remporté toutes les élections hautes la main. Aux dernières élections, Hage Geingob avait remporté le scrutin avec 87% des voix et son parti la Swapo avec 80% des suffrages pour les législatives.
Mais l'hégémonie du parti au pouvoir commence à s'effriter à mesure que la frustration monte dans le pays. Malgré ces importantes ressources naturelles, diamants et uranium, et après des années de forte croissance, la Namibie connaît un ralentissement économique prononcé depuis trois ans. En panne aujourd'hui : les principaux piliers de son dynamisme : le secteur minier qui subit la chute des cours et le secteur agricole, la sécheresse qui a frappé ses dernières années l'Afrique australe ne l'ayant pas épargnée.

Corruption
Pour compenser les contre-performances des mines et de l'agriculture, le pays peut compter sur le tourisme, qui connaît une croissance régulière. Tout récemment, le magazine de voyage Geo a classé la Namibie parmi les dix plus beaux pays du monde. Le pays va peut-être voir le bout du tunnel : le Fonds monétaire international prévoit une reprise progressive dès cette année. La relance serait soutenue, entre autres, par une forte production minière et un rebond des activités de construction, ainsi que de meilleures conditions agraires.
Les défis économiques restent tout de même considérables et le taux de chômage frôle les 30% selon le FMI. En dépit d'atouts importants, l'économie de la Namibie traverse une phase de vulnérabilité et sa vitalité reste encore très liée à l'économie de l'Afrique du Sud, elle aussi en crise ces dernières années.
" Le pays est touché par une crise économique et pour de nombreux Namibiens, Hage Geingob est associé avec le déclin économique et non la prospérité, analyse Henning Melber, politologue à l'université de Pretoria en Afrique du Sud. Ensuite la corruption et le détournement d'argent sont en hausse, malgré les promesses du gouvernement de lutter contre la corruption. Le dernier scandale a éclaté il y a tout juste quelques jours. Un énorme contrat illégal entre deux ministres et une société de pêche islandaise. Cela n'a fait que renforcer les accusations déjà existantes que l'administration de Geingob ne fait rien pour lutter contre la corruption. "

Une opposition balbutiante
Autant de raisons qui expliquent que pour la première fois, on s'attend à un léger recul du parti au pouvoir et notamment de son président. C'est la première élection depuis l'indépendance où il va y avoir un peu de suspens, estime encore le politologue. " Son premier mandat a été décevant. Il avait promis d'être le président de la prospérité, qu'il éradiquerait la pauvreté dans les sept prochaines années. Mais depuis qu'il est en poste, il y a cinq ans, le niveau de pauvreté est resté le même, voire a augmenté ; de même que le chômage. "
Face à la Swapo, l'opposition est morcellée en une quinzaine de petites formations et sans programme. Cette fois-ci, une réelle menace pourrait venir d'un membre du parti au pouvoir qui se présente comme candidat indépendant. Même s'il chasse parmi les électeurs de la Swapo, estiment les experts, au mieux, il ne peut qu'espérer faire reculer de peu le score du parti de libération.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.