Premier League : Pas de vainqueur entre Man United et Liverpool    Ligue 1: ouverture d'une période de transfert du 25 au 31 janvier pour les clubs professionnels    Real Madrid : Les conditions sont fixées pour ce flop de Zidane !    La Cnas de Béjaïa lance une campagne d'information    Trois morts et une blessée dans un accident    «Un départ en fanfare» : le dernier caprice de Donald Trump    Placé sur liste noire par les Etats-Unis, le Chinois Xiaomi répond    Institut français d'Alger Médiath'ART: La nuit porte…concept    Le lait en sachet, une denrée rare    Chronique du grand éclat de la diplomatie algérienne    La Juventus et l'Inter, deux visions du mercato    La Lamborghini des bourdes !    Les infusions et les jus pour soigner la douleur sciatique    Saviez-vous que ... ?    Relance des travaux    Chachnaq 1er, Ouyahia et la «boîte noire»    Les super-héros Marvel de retour sur petit écran en noir et blanc    Record pour un dessin de Tintin : 3,175 millions d'euros    Les avocats plaident l'innocence    Les adversaires de Mellal n'ont pas mobilisé    La Tunisie et la Libye à pied d'œuvre à Alger    Zetchi entame sa campagne    Le schiste américain remonte la pente    Museveni réélu avec 58,6% des voix pour un 6e mandat    Jan Kubis, nouvel émissaire de l'ONU pour la Libye    300 millions de centimes dérobés    La rue fait monter la pression au Soudan    L'Algérie classée derrière la France et la RDC    Situation politique et questions régionales au menu    Le SNM s'en prend à la Cour suprême et au Conseil d'Etat    Hommage à la mère et à la Kabylie    Le moudjahid Moussa Cherchali inhumé au cimetière de Sidi Yahia    LE DROIT SELECTIF DU CRIME CONTRE L'HUMANITE    Oran : Tremblement de terre de magnitude 3,5    Relizane : Des demandeurs de logement manifestent    Métro d'Alger : La décision de reprise tarde à venir    Lentement ou sans précipitation ?    LOURDE CHARGE    Régularisation des détenteurs de contrats pré-emploi: 30.000 postes budgétaires pour l'Education    Hausse inédite des prix: Mise en garde contre la dégradation du pouvoir d'achat    Football - Ligue 1: Le MCA refroidit l'ESS, le WAT de mal en pis    Tribune - De Gaulle peut-il être un personnage passerelle entre la France et l'Algérie ?    230 nouveaux cas et 4 décès en 24 heures    Le RCD fustige le gouvernement    «C'est Bouteflika qu'il fallait juger»    Guterres propose Jan Kubis pour le poste d'envoyé spécial    Tébessa: Cinq morts et trois blessés dans l'explosion d'une bombe artisanale    Nettoyer le pays de qui et de quoi ?    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Manifestations du 11 décembre 1960/Mouvement populaire 2019 : 59 ans après, la soif de l'indépendance est toujours vive
Publié dans Le Maghreb le 11 - 12 - 2019

11 décembre 1960 : des milliers d'Algériens déferlaient dans les quartiers populaires de la capitale et d'autres grandes villes du pays en faveur de l'indépendance et pour dénoncer la politique de répression coloniale contre les militants du FLN.

Après 59 ans, les Algériens espèrent toujours à l'indépendance en redescendant dans les rues pour clamer haut et fort à en finir avec un régime politique gangrené par la corruption et le clientélisme jusqu'à en marginaliser toute compétence ou effort de développer le pays.
Depuis presque 10 mois de début d'une mobilisation (le 22 février dernier) sans essoufflement, la revendication est toujours vive : " Istiqlal ! ", (Indépendance !). Des centaines de milliers d'Algériens du Mouvement populaire dans la rue chaque mardi et vendredi pour appeler au départ de la issaba (la bande), ce qui veut dire le départ des responsables qui ont incarné pendant plusieurs décennies le système déchu de Bouteflika. Cela a été marqué comme les plus grandes manifestations pacifiques dans l'histoire, sans être émaillé par des incidents de violence. Les manifestants puisent leurs slogans et courage de la Guerre de libération comme en témoignent les portraits des héros et martyrs de libération brandis à chacune des marches. Un véritable réservoir pour maintenir la flamme de la révolution intacte. Suite aux évènements de la " Bataille d'Alger " et la chasse au plomb qui s'est abattue sur la population et les militants du Mouvement nationaliste - le Front de libération nationale -, mais surtout après la visite du président Français de l'époque De Gaulle en Algérie précédée de manifestations des colons revendiquant " une Algérie Française ", des Algériens ; femmes, enfants et vieux sont sortis dans les quartiers populaires, en décembre 1960, en signe de soutien au FLN et au GPRA (Gouvernement provisoire de la république algérienne) pour l'indépendance de l'Algérie. Portant des emblèmes algériens, ils criaient : " Tahya El Djazaïr ! " et " Algérie algérienne ", aux sons des youyous fusant de toutes parts. Les manifestations s'étendirent à tous les quartiers populaires : Belcourt, le quartier de Diar-El-Mahçoul à Salembier (Madania actuellement), El-Harrach, Kouba, Birkhadem, Diar El Ada, la Casbah et Climat de France (Oued Koriche). Avant de se générer, pendant plus d'une semaine, dans tout le territoire national.
Ces manifestations avaient été durement réprimées par les forces coloniales, alors que l'ONU venait juste d'approuver une nouvelle fois l'autodétermination pour le peuple algérien. Cette réaction de la France coloniale est venue aussi mettre à nu son déni du droit international et ses velléités impérialistes, survenant durant la Journée internationale des droits de l'homme (10 décembre), que le monde célébrera aujourd'hui son 71ème anniversaire.
Célébré chaque année le 10 décembre, jour anniversaire de l'adoption en 1948 par l'assemblée générale des Nations unis de la déclaration universelle des droits de l'homme, cette journée est une reconnaissance de la communauté internationale des droits inaliénables des peuples à accéder à la liberté et à l'indépendance. Pour cette année, cette journée est célébrée sous la thématique de la jeunesse et mettra l'accent sur les capacités de jeunes en matière de défense des droits de l'homme. L'objectif est de célébrer le potentiel des jeunes et leurs capacités à être des acteurs et des actrices de changements constructifs. Il s'agit aussi de mettre la lumière sur les jeunes qui - comme pendant la Guerre de Libération nationale - sont toujours à l'avant-garde des transformations politiques, économiques et sociales. Ils sont aussi en première ligne lors des mobilisations populaires qui réclament des changements positifs comme dans le cas du Mouvement populaire pacifique actuellement.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.