Belhimer : consacrer la place de leader de la Télévision publique dans le secteur audiovisuel    Algérie-Emirats arabes unis : nécessité de renforcer la coopération bilatérale et de poursuivre les concertations    Douanes: réduire le temps de stationnement des conteneurs dans les ports    Cour suprême: poursuites contre l'ancien wali de Mostaganem Abdelwahid Temmar    Djerad reçoit le ministre émirati des Affaires étrangères    Robert Moreno évoque le cas Slimani    Cinq pays au 10eme Festival international du théâtre de Bejaia    Une force africaine en Libye garantira le respect du cessez-le-feu    Les consommateurs dénoncent    HADJADJ : Arrestation de 2 vendeurs illicites de boissons alcoolisées    L'EHU d'Oran au chevet des malades de Tiaret    TIZI-OUZOU : Destruction d'une casemate pour terroristes    BECHAR : Un dealer condamné à 3 ans de prison pour trafic de drogues    L'APN LUI DONNE UN DELAI DE 10 JOURS : Abdelkader Ouali refuse de renoncer à son immunité parlementaire    Découverte d'un bain romain    Nomination de Ahmed Bensebbane à la tête de l'EPTV    Visite d'Erdogan à Alger: le caractère stratégique des relations entre les deux pays réaffirmé    Amitié entre les peuples: Ghlamallah prendra part à une conférence en Croatie    Coupe de la CAF : Le Paradou hypothèque ses chances de qualification    Hand/Tournois de qualification olympique: l'Algérie dans le groupe de l'Allemagne    Sit-in de solidarité avec Ilyas Lahouazi    Les efforts de lutte contre la corruption stagnent dans les pays du g7    Un "terminus" brutal pour la JSK    Le WA Tlemcen rejoint l'O Médéa en tête du classement    Casoni pose ses conditions    Les Algériennes en regroupement à Alger    La défaillance de l'EGSA    Enquêtes sur les biens immobiliers des hommes d'affaires    "Le hirak n'a pas vocation à conquérir le pouvoir"    Lahouazi, Alloune, Khallil et Ferhani sous contrôle judiciaire    5 morts et 32 blessés dans un accident de la circulation    Biscuits roulés à la cannelle    Le ministère de la Santé recommande de reporter les voyages prévus en Chine    Convergence de vues entre Tebboune et Erdogan    L'Algérie condamne avec "force"    Liban : le nouveau gouvernement rejeté par la rue    Hirak : discuter pour être indiscutable    Sortir ...Sortir ...Sortir ...    Deux moi ou la comédie romantique réinventée    Hommage et recueillement à la mémoire de matoub lounès    Au Louvre, une œuvre cinétique de l'artiste vénézuélien Elias Crespin    Serie A : La Juventus chute face à Naples    Crise libyenne: Un conflit naît dans les laboratoires américains ?    SEOR: Perturbation de l'alimentation en eau dans 12 communes    Tunisie: Vers un nouveau gouvernement ?    Assemblage de tramways: Alstom n'a pas respecté le contenu de l'accord    Mouvement dans le corps des walis    La présidente par intérim candidate à la présidentielle    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Djelfa : Culture du safran à Djelfa, une expérience concluante pour le jeune Abderrahmane Khelili
Publié dans Le Maghreb le 14 - 12 - 2019

La culture du safran à Djelfa est une expérience pionnière concluante, initiée par le jeune Abderrahmane Banouh Khelili, incité en cela par la très haute valeur marchande de l'or rouge",considéré comme un secteur économique à haute rentabilité, dans de nombreux pays, selon des spécialistes de ce type de cultures à valeur ajoutée pour le secteur agricole. A l'origine de son immersion dans cette "aventure passionnante", comme qualifiée par lui, le jeune Khelili a cité une journée d'information, sur la "culture du safran", organisée par la direction des services agricoles (DSA) de la wilaya. "Ce fut pour moi le déclic, et j'ai commencé dès lors à réunir toutes les informations relatives à ce type de culture agricole", a-t-il raconté dans un entretien avec l'APS. Et de poursuivre "j'étais déterminé à me lancer dans cette aventure, en dépit des frais exorbitants des bulbes de safran. J'ai lancé mon projet sur mes fonds propres, soit prés de cinq millions de DA", a t-il fait savoir. Il a signalé l'entame de sa première récolte de safran début décembre courant. "La quantité de stigmates cueillie, durant cette première semaine, est un prélude à une bonne campagne, en dépit de sa modestie", a-t-il assuré.
Ce jeune conquérant de l'"or rouge" des temps modernes, n'as toutefois pas manqué de se féliciter de la "disponibilité de la ressource humaine" nécessitée pour son projet, "contrairement à ce qui est généralement de rigueur concernant tout nouveau projet d'investissement en butte au problème de main d'œuvre qualifiée", a-t-il expliqué. Relatant le processus de lancement de sa safranière depuis ses débuts, Abderrahmane Banouh Khelili a fait part de la location d'une assiette à la sortie sud de la ville de Djelfa, non sans louer le "soutien et l'accompagnement" assurés (à son profit) par les services de la DSA. Il a exprimé son souhait d'agrandir, à l'avenir, sa safranière, "voire même tenter de nouvelles aventures, comme la culture du champignon, qui est très adaptée à la région", a-t-il ajouté.
Le jeune promoteur a souligné, par la même, l'impératif d'un suivi stricte de certaines règles et normes mondiales, sans lesquelles la culture du safran ne peut réussir, à l'exemple de l'irrigation agricole devant être assurée à sa safranière, s'étendant sur une surface d'un hectare.
Il a, également, cité, entre autres bases préconisées dans la culture du safran, l'enterrement des bulbes à une moyenne de 15 cm de profondeur et en les espaçant de prés de 15 cm, également. Sachant que l'opération de culture est généralement entamée au mois de septembre dans un sol bien préparé et désherbé, tandis que la floraison débute vers le mois de décembre, et la cueillette se fait à des périodes diverses.
Après la cueillette des fleurs qui se fait à la main, l'on procède à la récupération des stigmates de la fleur (ou pistils généralement rouge clair), qui sont ensuite séchées sur des feuilles de papier, en vue de l'obtention du célébrissime pistil de safran séché, considéré comme la plus chère épice au monde, eu égard à ses vertus thérapeutiques et alimentaires avérées. Et pour cause le coût d'un kg de safran ainsi obtenu varie entre six à huit millions de DA. Concernant la certification de la qualité de son produit, M. Khelili a déploré l'absence d'un laboratoire de certification nationale, qui de ce fait contraint les producteurs de safran en Algérie, en dépit de leur petit nombre, a envoyer des échantillons de leur produit vers des laboratoires de certification étrangers, en vue de l'obtention de la "certification ISO 3632". Il s'est, en outre, félicité de la "certification de qualité obtenue par le safran de Djelfa, dont la culture est parfaitement adaptée à cette région, située à 1.100 m au dessus de la mer". "Nous nous attendions à ce résultat positif, qui augure de beaucoup de bien pour cette culture", a-t-il observé.

Des efforts en vue de la généralisation des expériences réussies
"La DSA de Djelfa fond beaucoup d'espoir sur la plate forme d'orientation et de soutien consultatif en vue d'encourager l'investissement dans nombre de filières agricoles à rentabilité économique ", a indiqué à l'APS, l'ingénieur agricole Said Essaid, chef du bureau d'orientation à la DSA.
Le responsable a particulièrement mis en avant la contribution des journées de formation, organisées précédemment par sa direction, dans la "réussite" du projet de M. Khelili, dont l'expérience concluante, a-t-il dit, "est susceptible de promouvoir la wilaya de Djelfa, en un pôle agricole dans ce type de cultures, à l'avenir", a-t-il estimé.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.