La justice se penche sur la fraude électorale    Suspension de la chaîne El Hayat TV pour une semaine    Les ambitions de Sonelgaz    Généralisation du sans plomb dès le 1er juillet    L'université s'ouvre sur l'entreprise    Réunion du Forum de dialogue politique le 28 juin en Suisse    Le message de Washington    Déroute des partis dominants    «Il reste encore 90 minutes à jouer pour atteindre la finale»    Qui arrêtera l'Italie ?    Une Super Ligue africaine en réflexion    Sit-in de parents de migrants devant la Wilaya    Les sujets diversement appréciés    Une troisième vague n'est plus exclue    «Urban Jungle», une exposition collective sur le réaménagement d'une rue d'Alger    Une édition exclusivement algérienne    La Banque d'Algérie a donné son accord pour la création d'une banque d'import-export    Deux hirakistes risquent trois ans de prison à Mostaganem    Bouazza : "Le CRB ? Ce sera encore plus difficile"    L'ESS conforte sa position de leader    L'ALGERIE BAT LA MAURITANIE    Le FFS dénonce et condamne "un acte ignoble"    Paris ouverts sur de nouvelles hausses    Des pourparlers égypto-européens pour "faire avancer la paix"    L'auteur condamné à 3 ans de prison ferme    Relaxe pour le maire d'Afir confirmée en appel    "Réviser l'Accord d'Alger, c'est ouvrir la boîte de Pandore"    Dessalement de l'eau de mer: une réunion pour le suivi des projets pour renforcer les réserves    Une grande Histoire à apaiser    De nouveaux équipements arrivent: Bombardiers d'eau et drones contre les feux de forêt    Alger: Deux ouvriers meurent électrocutés    Education: L'Intersyndicale revient à la charge    Le changement en Algérie est-il impossible?    Tébessa: Il était une fois, la place de la Révolution    Une ambition en sursis    Selma Bédri, sur du velours    Djerad: la répudiation    Les mesures phares mises en exergue    Chanegriha à Moscou    Fin de saison pour Frioui?    Brèves Omnisports    Les négociations prennent fin sans parvenir à un accord    Une vingtaine de Palestiniens blessés par l'entité sioniste    L'enjeu des locales et la survie des partis    «Ne souillez pas nos symboles!»    «Les planches me manquent!»    Rencontre avec Emir Berkane    Qui succédera à Chenine ?    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Tunisie : Grâce à leur portable, les paysannes ont enfin un accès plus facile à la couverture santé
Publié dans Le Maghreb le 18 - 12 - 2019

En Tunisie, la majorité des ouvrières agricoles n'ont pas accès à la sécurité sociale : soit leur salaire ne suffit pas à cotiser, soit elles ne parviennent pas à se rendre en ville pour faire les démarches nécessaires. Pourtant, leurs conditions de travail sont dangereuses. Pour pallier cela, un jeune diplômé en génie mécanique a créé une plateforme permettant aux travailleuses agricoles d'échelonner le paiement de leur cotisation en transférant de petites sommes via leur téléphone.
Une carte de sécurité sociale via de simples SMS. Après 20 ans à travailler dans les champs sans couverture santé, Naïma Khelifi va enfin pouvoir se faire soigner grâce à ce sésame délivré par la nouvelle plateforme tunisienne "Ahmini" ("protège-moi" en arabe).
Dès l'aube, cette Tunisienne mère de quatre enfants et âgée de 49 ans passe un peigne en plastique dans les branches des oliviers pour en récolter les fruits, à Chebika,
à 20 km de Kairouan (centre). Naïma et les autres saisonnières sont payées dix dinars par jour (trois euros) pour récolter olives, piments ou tomates.

"J'empruntais la carte de sécurité sociale de ma voisine"
En ce tiède jour de novembre, les mains noircies par le labeur et les cheveux protégés par un foulard fleuri, elles font une pause autour de quelques morceaux de pain et d'un thé sucré qui infuse sur un feu de bois. Naïma se plaint d'arthrite, mais pas question d'arrêter de travailler car son maigre salaire est le seul du foyer. Son mari, atteint de rhumatisme, a cessé son activité d'ouvrier agricole il y a six ans.
"Quand un de mes fils ou un membre de la famille tombait malade, j'empruntais la carte de sécurité sociale de ma voisine pour pouvoir aller à l'hôpital", raconte-t-elle. Mais son sort devrait s'améliorer avec l'application "Ahmini" lancée en mai, grâce à laquelle elle a reçu sa première carte de soins.
La plateforme permet aux travailleuses agricoles d'échelonner le paiement de la cotisation en transférant de petites sommes par SMS, un dinar (30 centimes d'euros) minimum, avec pour objectif de cotiser à hauteur de 20 dinars (6,30 €) par mois, un montant plus bas que la cotisation "classique" à la sécurité sociale.
La carte donne accès aux soins publics mais aussi à une assurance en cas d'accident de travail et une pension de retraite. "Désormais, j'ai l'esprit tranquille, avec mes enfants on va pouvoir se faire soigner pour beaucoup moins cher", se réjouit Naïma.

Préserver la "dignité"
En avril, 12 personnes dont sept ouvrières sont mortes dans la région de Sidi Bouzid (centre), dans l'accident d'une camionnette. Le même mois, le gouvernement a réduit la contribution demandée aux ouvrières agricoles et adopté une loi leur permettant de cotiser en dépit de revenus irréguliers. Reste que, selon le ministère de l'Agriculture, 90% des quelque 500000 femmes travaillant dans l'agriculture et la pêche n'ont toujours pas de couverture santé.
C'est parce que Meher Khelifi souhaite que toutes les travailleuses agricoles disposent d'une couverture santé qu'il a lancé "Ahmini". "L'idée est partie des difficultés que j'ai vécues", explique avec émotion le jeune autodidacte de 34 ans, originaire d'une famille modeste de Kairouan.
Sa mère Fatouma, qui travaillait dans les champs, "est morte parce que nous n'avions pas d'argent ni de carte de soins. C'était une situation tragique, je ne disposais pas de l'argent nécessaire et la maladie s'est développée", dit-il à propos du cancer qui l'a emportée.
Depuis, il dit vouloir "préserver la dignité des femmes rurales âgées ou malades". En six mois, 400 paysannes se sont inscrites à "Ahmini" et les dossiers de milliers d'autres sont en attente.

Difficile "de convaincre"
Le projet de Meher Khelifi a débuté en 2016. Tout juste diplômé en génie mécanique, il se rend à Tunis pour participer à un appel à projets pour les femmes rurales, organisé par la Banque mondiale. Sans moyens ni soutien, il n'a nulle part où passer la nuit, ni même un ordinateur pour présenter ses idées. Il fait pourtant partie des lauréats.
En juin 2018, une banque gouvernementale devient partenaire d'"Ahmini" et s'engage à financer 39?% de son capital jusqu'en 2023. Aujourd'hui, Meher Khelifi dirige une équipe de 15 personnes.
Mais les obstacles restent nombreux, le premier d'entre eux étant la bureaucratie. Dans un pays où la numérisation de l'administration démarre à peine, difficile "de convaincre d'adopter les nouvelles technologies", explique-t-il. Il multiplie donc les déplacements entre les administrations à Tunis, son bureau à Kairouan et les exploitations agricoles.
"C'est une solution simple et efficace pour les femmes, qui permet de fragmenter le paiement" de la carte de soins, souligne Afifa Ghamgui, qui a accompagné le projet pour la Banque Mondiale. Elle pourrait "s'adapter à d'autres pays", selon elle. Pour Meher, "le vrai succès est de voir les femmes rurales enfin capables de se faire soigner".
En Tunisie, grâce à leur portable, les paysannes ont enfin un accès plus facile à la couverture santaire.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.