Report au 16 décembre du procès en appel des frères Kouninef    Schalke : Bentaleb sort du silence au sujet de sa mise à l'écart    Pétrole : le Brut de l'Opep à 46,72 dollars à la veille de la réunion de l'Opep+    Foot / Ligue des champions : le CRB et le MCA pour finir le travail    Averses de pluies sur le Centre et l'Est du pays jusqu'à jeudi    En effet..., que faire de la Ligue arabe ?    «Pas d'avenir radieux en Afrique sans l'Algérie»    Bayon, un autre SUV en préparation    Trois terroristes abattus à Jijel    Houda Feraoun sous contrôle judiciaire    Des parlementaires britanniques interpellent leur gouvernement sur la répression marocaine au Sahara occidental    Ouverture de nouvelles spécialités en master économie    Décès d'Henri Teissier : un homme de paix qui œuvrait pour le vivre-ensemble    Culture: signature de contrats de performance avec les directeurs du TNA et huit théâtres    Une contre-expertise indépendante bat en brèche la thèse de la police    Le gouvernement Castex contredit Macron    Tesla rappelle 870 voitures en Chine    L'AADL met en demeure le groupe Aceg-Chine    Les travailleurs de l'Eniem investissent la rue    Les clubs de Ligue 1 soulagés    Les SG de 4 clubs convoqués devant la commission de discipline    Benrahma marque des points    Rachid Nekkaz demande sa remise en liberté    Décès du frère du cheikh de la Zaouiya Tidjaniya à Dakar : Djerad présente ses condoléances    Le paludisme menace des dizaines de milliers de personnes    Inquiétude des bénéficiaires    L'opinion politique à l'appréciation des juges    Le procès de Merzoug Touati renvoyé au 26 janvier 2021    "L'Anomalie" d'Hervé Le Tellier primé    HENRI TEISSIER, UN SEIGNEUR DE PAIX    "Impossible de supprimer le ministère des Moudjahidine..."    Décès de Mgr Teissier : la scène religieuse perd "un de ses fidèles serviteurs"    Violences contre les femmes : 96 affaires traitées depuis janvier à Tizi Ouzou    Prévention contre la pandémie dans les établissements scolaires à Biskra : Aucun élève n'est atteint de la Covid-19    SADEG Bologhine : Presque 5 milliards DA de factures impayées    Ecole El Merdja Djedida à Baraki : Les parents d'élèves irrités par la dégradation    USM Bel-Abbès: Dans l'attente de solutions miracles    USM Alger: Ne pas tout remettre en question    NI OFFRE NI DEMANDE    WA Tlemcen: Garder les pieds sur terre    Quand s'endetter rapporte    Combat «Don quichotien» ?    Indifférence aux prix    Protéger les enfants travailleurs durant la pandémie    L'Europe doit tenir tête à la Hongrie et à la Pologne    Devant être la rampe de lancement du développement national durable: l'école algérienne doit revoir sa copie (5ème partie)    Le président Tebboune annonce son retour    Monseigneur Henri Teissier tire sa dernière révérence    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





USA-Inde : L'Inde déroule le tapis rouge pour Donald Trump
Publié dans Le Maghreb le 26 - 02 - 2020

Donald Trump est arrivé lundi matin en Inde pour une visite d'État de deux jours, où le géant d'Asie du Sud lui a concocté un accueil haut en couleurs avec un meeting géant aux côtés de Narendra Modi puis une escapade au Taj Mahal.

La première journée de ce déplacement est l'occasion d'un pas de deux soigneusement chorégraphié entre le président américain et le premier ministre indien. Les deux hommes mettent en scène leur alchimie personnelle dans un contexte de frictions commerciales causées par leurs protectionnismes respectifs.
Responsables indiens et américains se réservent les discussions sur le fond des dossiers pour la série d'entretiens bilatéraux mardi à New Delhi. L'Inde est un allié stratégique pour les États-Unis en Asie, qui voient en elle un potentiel contrepoids à la montée en puissance de la Chine dans la région.
"Nous avons hâte d'être en Inde. Nous sommes en chemin et rencontrerons tout le monde dans quelques heures", a tweeté Donald Trump en hindi depuis son avion Air Force One. Narendra Modi est venu en personne l'accueillir à son atterrissage à Ahmedabad, pour le premier voyage officiel de l'actuel locataire de la Maison Blanche dans le pays de 1,3 milliard d'habitants.
Le milliardaire a commencé son déplacement au Gujarat (ouest), riche État dont est originaire Narendra Modi et que le nationaliste hindou a gouverné jusqu'à son arrivée à la tête de la nation de 1,3 milliard d'habitants en 2014.
Les autorités de la grande ville d'Ahmedabad, mise sur son trente-et-un pour l'occasion, lui ont préparé un "road show" qui a fait halte à l'ashram de Gandhi. Cet itinéraire de plusieurs kilomètres a été jalonné d'immenses affiches célébrant l'amitié entre l'Inde et les États-Unis. Sur des estrades, des artistes ont réalisé des spectacles célébrant la diversité de l'Inde.
Le dirigeant républicain a affirmé la semaine dernière que "six à dix millions de personnes" se presseront pour le saluer le long de ce parcours. Plus modestes, les officiels indiens attendent entre quelques milliers et dizaines de milliers de personnes.
"Namaste Trump"
Trump et Modi ont tenu à la mi-journée un meeting conjoint dans le plus grand stade de cricket du monde, dont la construction a été achevée pour l'occasion, d'une capacité de 110.000 sièges. Cet événement, intitulé "Namaste Trump" ("Bonjour Trump" en hindi), est le retour de faveur de l'Indien au président américain pour un grand meeting similaire entre les deux hommes aux États-Unis, "Howdy Modi", organisé à Houston (Texas) en septembre dernier.
Après ce bain de foule, Donald Trump s'est envolé pour la ville d'Agra et son emblématique Taj Mahal afin d'assister, en compagnie de son épouse Melania, au coucher de soleil sur le somptueux mausolée moghol. Les autorités indiennes ont relâché d'importantes quantités d'eau dans la Yamuna, le fleuve pollué qui coule au pied du monument érigé au XVIIe siècle par l'empereur Shah Jahan, afin que le couple présidentiel ne soit pas dérangé par les odeurs nauséabondes qui s'en dégagent habituellement.
La venue de Donald Trump en Inde ne devrait pas être l'occasion d'annonces majeures. Les deux pays sont engagés dans un bras de fer commercial depuis l'année dernière mais, faute de terrain d'entente à ce jour, aucun grand accord commercial ne devrait être conclu lors de cette visite.
Washington s'irrite du protectionnisme historique du géant d'Asie du Sud et juge que les entreprises américaines n'ont pas un accès suffisant à son marché intérieur.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.