2 436 affaires traitées en 2017    La planche à billets plus sollicitée que prévu    Marche de soutien aux travailleurs de Cevital    Kia Al-Djazaïr : remises, GPL et nouveautés au menu    Les eurodéputés des Verts et de la gauche dénoncent un vote illégal au parlement européen    250 000 réfugiés pourraient rentrer en 2019, selon l'ONU    USMA, le dernier challenge pour 2018 s'envole !    L'Algérien Syoud bon dernier de sa série    Shakhtar-Lyon, duel pour le dernier ticket    Fin de la trêve entre le ministère de l'éducation et les syndicats    Deux élus locaux destitués    Les élèves de 43 écoles primaires de la wilaya mangent des repas froids    Aïn Témouchent célèbre le 11 Décembre    Mohamed Aïssa, le vivre-ensemble et tout le reste    Distribution de près de 2 000 logements    NA Hussein Dey: Lacète n'appréhende pas l'arbitrage en Zambie    Au fil... des jours - Communication politique : nouvelles du front ! (Suite et fin)    Renouvellement partiel des membres du Conseil de la nation: Les élus locaux en pleine campagne électorale    De quel droit vous parlez au nom des Algériens ?    Une bande de narcotrafiquants démantelée    Pour mauvaise gestion: Fin de fonctions du DG et du SG du CHU de Bejaïa    Kafka, l'Algérino    Louh: Enquêtes sur 67 affaires d'agressions sur des Algériens à l'étranger    L'ASM Oran en deuil: Mohamed El-Kadiri a tiré sa révérence    IS Tighennif: L'Idéal mène le bal    La terre des rêves, des chants de piste et des kangourous: Alice Springs, cœur central du territoire des Aborigènes, le 17 novembre 2018.    Transfert : Vers un retour de Boudebouz en Ligue 1 française    GTMO 5+5: 9e réunion des ministres des Transports mercredi à Nouakchott    Guerre commerciale : Les Etats-Unis et la Chine au bord du gouffre financier    Les "gilets jaunes" annoncent une nouvelle journée de manifestations    Espagne : Madrid menace d'intervenir en Catalogne    4 établissements fermés !    Le projet approuvé par le CNI    L'Office central de la répression de la corruption dissous ?    Le FLN favorisé    Commerce : Ouverture de la 1ère Foire commerciale intra-africaine au Caire    Necib à la Radio : "Le bilan 2018 du secteur des ressources en eau est positif"    Union des radios et télévisions arabes : Réélection du DG de la Radio algérienne    La 15e édition de DimaJazz du 18 au 22 décembre    Pacte mondial sur les migrations: Les observations de l'Algérie    Agressions contre des Algériens à l'étranger: Enquêtes sur 67 affaires    Coup d'envoi de la 11e édition du Salon Djurdjura du livre à Tizi-Ouzou: Plaidoyer la promotion de l'acte de lire et du livre    TIARET : 2 individus arrêtés et 3 voitures et un fusil saisis    MASCARA : Un sexagénaire se suicide à El Keurt    2 000 marcheurs pour la liberté à Béjaïa    Les textes désormais contestables    Coupe d'Algérie: DRB Tadjenanet-CRB et ESS- O Médéa, affiches des 32es de finale    Commémoration du 58e anniversaire des manifestations du 11 décembre 1960 : Aïn Témouchent abritera les festivités nationales    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Ait Oulhadj, un village marabout
Tadartiw
Publié dans Le Midi Libre le 11 - 08 - 2010

Sous la protection du vénérable Oulhadj Amghar, le petit village d'Aït Oulhadj est singulier par ses traditions, sa configuration et son mode de vie en rapport aux neuf autres villages constituant la commune d'Aït Bouaddou.
Sous la protection du vénérable Oulhadj Amghar, le petit village d'Aït Oulhadj est singulier par ses traditions, sa configuration et son mode de vie en rapport aux neuf autres villages constituant la commune d'Aït Bouaddou.
Oulhadj, saint vénéré et adulé par les villageois est, selon la légende ou l'histoire racontée par les siens, le premier marabout à s'implanter dans ce creux sans lumière façonné par les torrents éternels entre Aït Irane, village aux escarpes tranchantes et Aït El Mansour, lui même à majorité maraboutique. Oulhadj, qui bénéficia d'un lopin de terre, un gite et l'hospitalité requise des autochtones, procréa et fonda, décennie après décennie, ce village de marabouts dans ce lieu enclavé duquel le soleil s'absente pendant les trois mois d'hiver laissant place au givre et à la neige. On raconte que le vieux démiurge fit jaillir l'eau d'un rochet qu'il fendit d'un coup de canne et décida de prendre demeure tout près de cette fontaine qui donne une eau généreuse à ce jour à 1.400 âmes. Toujours coincé entre deux montagnes, le village, tout en prenant le cours de la modernité conserve jalousement ses traditions ancestrales. En effet, pour rencontre un vieux, à proprement parler, il faut se rendre à Aït Oulhadj. Dans la place qui constitue le noyau du village, dans un espace aménagée sur l'oued souvent en cru, ils se retrouvent alignés l'un à côté de l'autre, sous la forme de Tajmaât des ancêtres, à se raconter les anecdotes du jour où à accorder la bénédiction après l'obole des visiteurs. Turbans blancs, burnous et gandoura blancs immaculés, les mains jointes, les yeux levés vers le ciel et la parole facile. Même les jeunes ainsi habillés donnent cette image à aura sacrée des vieux marabouts d'antan. Qu'ils s'appellent si Moh, si Ahmed ou si Ali, tous sont membres d'une délégation de bons offices qui sillonne les villages de la commune ou ceux avoisinants afin d'y régler conflits et malentendus. Les vendredis à l'heure de la prière, tous se rassemblent à la mosquée autour du mausolée de leur vénérable père à attendre les nombreux visiteurs qui viennent des quatre coins du pays, qui pour une bénédiction qui pour les soins, qui pour une médiation dans un différend l'opposant à un frère, un père, un membre de la famille ou à un villageois. A l'Achoura, la fête annuelle, l'affluence déborde sur les autres villages, les immatriculations des voitures indiquent à qui doute encore du pouvoir sacré de Oulhadj Amghar, l'origine et l'éloignement des arrivants : Oran, Annaba, Constantine, Setif… La fête qui dure trois jours et trois nuits rassemble, en plus des croyants, adeptes et habitués, des jeunes filles dans leurs plus beaux atours et les jeunes hommes dans leurs beaux habits pour des rencontres aguicheuses et prometteuses. Les dons collectés durant ces jours festifs renforcent la caisse pour plus de projets mais viennent aussi au secours des familles démunies que compte ce village dont les habitants ne vivent que de ce que leur assure l'émigration. En effet, étant marabouts, venus en hôtes, à Aït Bouaddou, à l'instar d'autres marabouts implantés dans d'autres régions, en dehors d'une modeste habitation et d'un verger, les fils de Oulhadj Amgahar ne possèdent ni terre ni biens apparents. Les plus chanceux d'entre eux, qui ont connus les affres des mines de charbons dans le nord de la France, sont revenus acheter et construire dans les plaines loin des flancs déjetés d'une montagne hostile. Depuis leur installation au village, les mariages chez les Aït Oulhadj se font exclusivement en famille. Mais ces dernières années les sages ont décidé d'abolir cette tradition permettant à leurs filles d'épouser enfin « les Kabyles » Depuis, des prétendants autres que les marabouts pénètrent enfin ce sanctuaire qu'est le village Aït Oulhadj.
Oulhadj, saint vénéré et adulé par les villageois est, selon la légende ou l'histoire racontée par les siens, le premier marabout à s'implanter dans ce creux sans lumière façonné par les torrents éternels entre Aït Irane, village aux escarpes tranchantes et Aït El Mansour, lui même à majorité maraboutique. Oulhadj, qui bénéficia d'un lopin de terre, un gite et l'hospitalité requise des autochtones, procréa et fonda, décennie après décennie, ce village de marabouts dans ce lieu enclavé duquel le soleil s'absente pendant les trois mois d'hiver laissant place au givre et à la neige. On raconte que le vieux démiurge fit jaillir l'eau d'un rochet qu'il fendit d'un coup de canne et décida de prendre demeure tout près de cette fontaine qui donne une eau généreuse à ce jour à 1.400 âmes. Toujours coincé entre deux montagnes, le village, tout en prenant le cours de la modernité conserve jalousement ses traditions ancestrales. En effet, pour rencontre un vieux, à proprement parler, il faut se rendre à Aït Oulhadj. Dans la place qui constitue le noyau du village, dans un espace aménagée sur l'oued souvent en cru, ils se retrouvent alignés l'un à côté de l'autre, sous la forme de Tajmaât des ancêtres, à se raconter les anecdotes du jour où à accorder la bénédiction après l'obole des visiteurs. Turbans blancs, burnous et gandoura blancs immaculés, les mains jointes, les yeux levés vers le ciel et la parole facile. Même les jeunes ainsi habillés donnent cette image à aura sacrée des vieux marabouts d'antan. Qu'ils s'appellent si Moh, si Ahmed ou si Ali, tous sont membres d'une délégation de bons offices qui sillonne les villages de la commune ou ceux avoisinants afin d'y régler conflits et malentendus. Les vendredis à l'heure de la prière, tous se rassemblent à la mosquée autour du mausolée de leur vénérable père à attendre les nombreux visiteurs qui viennent des quatre coins du pays, qui pour une bénédiction qui pour les soins, qui pour une médiation dans un différend l'opposant à un frère, un père, un membre de la famille ou à un villageois. A l'Achoura, la fête annuelle, l'affluence déborde sur les autres villages, les immatriculations des voitures indiquent à qui doute encore du pouvoir sacré de Oulhadj Amghar, l'origine et l'éloignement des arrivants : Oran, Annaba, Constantine, Setif… La fête qui dure trois jours et trois nuits rassemble, en plus des croyants, adeptes et habitués, des jeunes filles dans leurs plus beaux atours et les jeunes hommes dans leurs beaux habits pour des rencontres aguicheuses et prometteuses. Les dons collectés durant ces jours festifs renforcent la caisse pour plus de projets mais viennent aussi au secours des familles démunies que compte ce village dont les habitants ne vivent que de ce que leur assure l'émigration. En effet, étant marabouts, venus en hôtes, à Aït Bouaddou, à l'instar d'autres marabouts implantés dans d'autres régions, en dehors d'une modeste habitation et d'un verger, les fils de Oulhadj Amgahar ne possèdent ni terre ni biens apparents. Les plus chanceux d'entre eux, qui ont connus les affres des mines de charbons dans le nord de la France, sont revenus acheter et construire dans les plaines loin des flancs déjetés d'une montagne hostile. Depuis leur installation au village, les mariages chez les Aït Oulhadj se font exclusivement en famille. Mais ces dernières années les sages ont décidé d'abolir cette tradition permettant à leurs filles d'épouser enfin « les Kabyles » Depuis, des prétendants autres que les marabouts pénètrent enfin ce sanctuaire qu'est le village Aït Oulhadj.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.