Le FLN part en favori    FLN, acte IV(1). France, la révolution et le «complot» terroriste !    1 339 requêtes reçues en 2018    «Tôt ou tard, le tarif de l'électricité doit être revu»    L'auto-satisfecit algérien    Des formations en vue d'améliorer les systèmes agricoles locaux    Tractations autour d'un sommet    Trio malien pour JS Saoura-IR Tanger    Votre week-end sportif    Le Raja Casablanca dernier qualifié pour les quarts de finale    Une bonbonne de gaz explose dans un restaurant mobile    Gâteau aux raisins secs    Le Dimajazz est de retour    Bouchareb ne va pas durer longtemps    Tribunal correctionnel: Trois ans de prison requis contre l'ancien DG du CHU d'Oran    Démission du SG et menaces du RCK: La FAF et la LFP retombent dans leurs travers    Division nationale amateur - Ouest: Le dauphin à l'assaut du leader    Division nationale amateur - Centre: Deux gros chocs à Aïn-Ousera et Arba    Déclaration de politique générale du gouvernement: Ouyahia dément tout empêchement de la présidence    La revanche des riches    Un individu sous les verrous: Chantage sur le Net    Aïn El Turck: Cinq femmes tuées par le monoxyde de carbone    10 familles d'El Djebass relogées    Défaitisme    L'histoire à méditer    LE QUOTIDIEN D'ORAN A 24 ANS    La violence politique    Fusillade à proximité d'un marché de Noël à Strasbourg (France)    Mise en garde contre les dangers de la surexposition aux écrans    Saisie de 3, 877 kilogrammes de kif traité et 45 731 comprimés de psychotropes en un mois    2 morts et 3 blessés dans une collision    Coup d'envoi de la première rencontre culturelle «Voix de femmes»    Une ville au passé révolutionnaire    Réminiscences de mots à l'Espaco    Répression meurtrière à la suite de manifestations de l'opposition    Brexit : Theresa May à la peine dans son tour d'Europe pour obtenir des concessions    Mondial des clubs: Vers une finale River Plate-Real Madrid    Commerce : Engagement de l'Algérie dans tout projet pour le développement de l'Afrique    Chine et Etats-Unis … les "nouveaux rivaux"    Inter Partner Assistance Algérie fête ses dix ans en triplant son capital social : Le meilleur est à venir    Bonnes nouvelles pour les souscripteurs AADL    Espérant une amélioration des relations sino-américaines : Les Bourses européennes rebondissent    Energie photovoltaïque: Un potentiel national de près de 2,6 millions TWh/an    Un monument à Soljenitsyne inauguré à Moscou le jourde son centenaire    Le manque de réussite a été fatal aux Usmistes    Kia Al-Djazaïr : remises, GPL et nouveautés au menu    Exception d'inconstitutionnalité : Le principe et sa procédure d'application    Le FLN favorisé    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Sidi Lakhdar Ben Khlouf, le poète guerrier
Evocation
Publié dans Le Midi Libre le 22 - 08 - 2010

Sidi Lakhdar Ben Khlouf, de son vrai nom Abou Mohamed Lakhal Ben Abdellah Ben Khlouf El Maghraoui, chantre de la poésie algérienne en arabe populaire, a vécu au XVIe siècle à une époque trouble dominée par la menace que faisaient planer les Espagnols sur les villes côtières de l'Algérie.
Sidi Lakhdar Ben Khlouf, de son vrai nom Abou Mohamed Lakhal Ben Abdellah Ben Khlouf El Maghraoui, chantre de la poésie algérienne en arabe populaire, a vécu au XVIe siècle à une époque trouble dominée par la menace que faisaient planer les Espagnols sur les villes côtières de l'Algérie.
Aucun écrit ne cerne avec précision sa date de naissance ni sa date de sa mort. On sait que ce personnage, qui était issu d'une famille très pauvre, fut en même temps chevalier, ayant participé à la bataille de Mazagran contre les Espagnols, et poète panégyrique du Prophète (QSSSL). On attribue à Sidi Lakhdar Ben Khlouf une origine sud-marocaine, la tradition le fait venir de Saquiet El-Hamra. N'empêche, sa famille s'est établie dès le début du XIVe siècle chez les Maghraoua, une tribu berbère qui a donné son nom au massif montagneux qui va à peu près de Mostaganem jusqu'à Cherchell. Appelé à l'époque «Djebel Maghraoua», le Dahra actuel et la plaine du Chélif surtout étaient le fief des Maghraoua dont des fractions, entre autres les Béni Ziane, ont fondé le royaume zianide de Tlemcen. Les Maghraoua sont l'une des premières tribus berbères qui s'étaient arabisées. Ben Khlouf est issu de la tribu des «Azafria». Des souvenirs précis, que le poète a transcrits de sa main, permettent de dire que Ben Khlouf était enfant à l'époque où Ténès était sous protectorat espagnol. Ayant passé une partie de sa vie dans la région de Mascara chez les Beni Chougrane, sa notoriété s'y était d'abord établie dans ces contrées avant de se répandre au-delà. Il composa des poèmes épiques et surtout religieux à la gloire du prophète Mohamed (QSSSL). Sa pauvreté, du reste, ne lui a pas permis de faire le pèlerinage à la Mecque. Cas rare, le poète a peu voyagé. Mais il a pu trouver une compensation en allant à Tlemcen où il fait la rencontre de Sidi Boumediène. Après cette entrevue, Ben Khlouf s'oriente résolument vers la glorification du Prophète (QSSSL). Lakhdar (le vert) est un surnom qui avait été donné au poète par sa mère pour effacer son véritable prénom Lekhal (le noir) donné pendant son enfance pour éloigner le mauvais œil. Ses poèmes font mention qu'il a vu 99 fois en songe le prophète Mohamed (QSSSL). Mais on pourrait situer la naissance de Sidi Lakhdar Ben Khlouf vers 1500, ce qui lui donnerait l'âge de guerroyer quand éclata en août 1558 la bataille de Mazagran, appelée alors «Le coursier du Bey» qui allait mettre aux prises les conquistadors espagnols et les troupes de Hassan Agha, fils de Kheireddine. La consolidation de la régence d'Alger et le renforcement de la sécurité publique passaient, donc, par la neutralisation du danger espagnol. Cette sanglante bataille qui avait entre autres but de desserrer l'étau autour du port de Mostaganem, étroitement contrôlé par les hommes du Comte d'Alcaudete, a été finalement remportée par les Algériens qui ont ainsi réussi à éliminer le comte espagnol. Lakhdar Ben Kkhlouf dans «Quessat Mezeghran» rapporte à sa manière ces hauts faits d'armes : «Ya farès men temm djit elyoum ghezwet Mezeghran maâlouma/Ya âjlana reyedh elmeldjoum rayet djnab ech'lou mewchouma /Ya sayelni ân ttrad elyoum quessat Mezeghran maâlouma».
L'homme qui aurait vécu 125 ans a laissé un riche répertoire qui a fourni le corpus poétique de nombreux chanteurs du châabi comme Al Anka et Bouadjadj.
Aucun écrit ne cerne avec précision sa date de naissance ni sa date de sa mort. On sait que ce personnage, qui était issu d'une famille très pauvre, fut en même temps chevalier, ayant participé à la bataille de Mazagran contre les Espagnols, et poète panégyrique du Prophète (QSSSL). On attribue à Sidi Lakhdar Ben Khlouf une origine sud-marocaine, la tradition le fait venir de Saquiet El-Hamra. N'empêche, sa famille s'est établie dès le début du XIVe siècle chez les Maghraoua, une tribu berbère qui a donné son nom au massif montagneux qui va à peu près de Mostaganem jusqu'à Cherchell. Appelé à l'époque «Djebel Maghraoua», le Dahra actuel et la plaine du Chélif surtout étaient le fief des Maghraoua dont des fractions, entre autres les Béni Ziane, ont fondé le royaume zianide de Tlemcen. Les Maghraoua sont l'une des premières tribus berbères qui s'étaient arabisées. Ben Khlouf est issu de la tribu des «Azafria». Des souvenirs précis, que le poète a transcrits de sa main, permettent de dire que Ben Khlouf était enfant à l'époque où Ténès était sous protectorat espagnol. Ayant passé une partie de sa vie dans la région de Mascara chez les Beni Chougrane, sa notoriété s'y était d'abord établie dans ces contrées avant de se répandre au-delà. Il composa des poèmes épiques et surtout religieux à la gloire du prophète Mohamed (QSSSL). Sa pauvreté, du reste, ne lui a pas permis de faire le pèlerinage à la Mecque. Cas rare, le poète a peu voyagé. Mais il a pu trouver une compensation en allant à Tlemcen où il fait la rencontre de Sidi Boumediène. Après cette entrevue, Ben Khlouf s'oriente résolument vers la glorification du Prophète (QSSSL). Lakhdar (le vert) est un surnom qui avait été donné au poète par sa mère pour effacer son véritable prénom Lekhal (le noir) donné pendant son enfance pour éloigner le mauvais œil. Ses poèmes font mention qu'il a vu 99 fois en songe le prophète Mohamed (QSSSL). Mais on pourrait situer la naissance de Sidi Lakhdar Ben Khlouf vers 1500, ce qui lui donnerait l'âge de guerroyer quand éclata en août 1558 la bataille de Mazagran, appelée alors «Le coursier du Bey» qui allait mettre aux prises les conquistadors espagnols et les troupes de Hassan Agha, fils de Kheireddine. La consolidation de la régence d'Alger et le renforcement de la sécurité publique passaient, donc, par la neutralisation du danger espagnol. Cette sanglante bataille qui avait entre autres but de desserrer l'étau autour du port de Mostaganem, étroitement contrôlé par les hommes du Comte d'Alcaudete, a été finalement remportée par les Algériens qui ont ainsi réussi à éliminer le comte espagnol. Lakhdar Ben Kkhlouf dans «Quessat Mezeghran» rapporte à sa manière ces hauts faits d'armes : «Ya farès men temm djit elyoum ghezwet Mezeghran maâlouma/Ya âjlana reyedh elmeldjoum rayet djnab ech'lou mewchouma /Ya sayelni ân ttrad elyoum quessat Mezeghran maâlouma».
L'homme qui aurait vécu 125 ans a laissé un riche répertoire qui a fourni le corpus poétique de nombreux chanteurs du châabi comme Al Anka et Bouadjadj.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.