L'Opep+ marque le coup : baisse drastique de 2 millions B/J pour novembre    Adapter les offres de formation aux exigences du secteur du tourisme    Lamamra examine avec son homologue portugais le renforement des relations bilatérales    Processus mené par l'ONU au Sahara occidental exprimé    L'UNRWA dénonce Israël    Mise en garde contre les dangers des produits pyrotechniques    Intempéries à Bordj Bou Arreridj : biens endommagés et mort de plus de 400 bêtes    Le Président Tebboune adresse une invitation à son homologue somalien pour le Sommet arabe d'Alger    Elections partielles à Tizi-Ouzou: le FFS promet d'associer les citoyens dans la gestion de la commune    Déclaration de politique générale du Gouvernement: les députés plaident pour la modernisation du système financier    Rebiga reçu par les membres du Conseil présidentiel libyen    Le Président Tebboune reçoit un appel téléphonique de son homologue allemand    Parlement arabe: le sénateur Abdelkrim Koreichi plébiscité président de la Commission des AE    65e anniversaire de la bataille d'Issine : une occasion pour rappeler la cohésion et la solidarité algéro-libyenne    Tlemcen: raccordement de 428 exploitations agricoles au réseau électrique depuis mars    CHAN 2023 / Constantine : le stade chahid Hamlaoui sera prêt "prochainement"    Le projet prend forme    Nouvelles agressions marocaines    Le Président Tebboune reçoit le MAE portugais    L'Armée sahraouie mène de nouvelles attaques contre les forces d'occupation marocaine dans différents secteurs    Les félicitations du président    Gymnastique/Championnat arabe: illustration de l'Algérie et l'Egypte en individuels    Installation des nouveaux président et commissaire d'Etat du Conseil d'Etat    Le 14e FIBDA s'ouvre à Alger    Améliorer la situation socio-professionnelle dans le projet de loi de l'artiste    Le silence dans l'œuvre d'Assia Djebar    Inter-Barça : Xavi indigné par l'arbitrage de la rencontre    Environnement n'est pas juste gestion des ordures    Il y a dix ans nous quittait Abdelkader Freha: Une légende toujours vivace    Ligue 2 - Changement de staffs techniques: Majdi El Kourdi au RCK, Boufenara au NAHD    Financement occulte de la campagne présidentielle de 2019: Saïd Bouteflika condamné à 8 ans de prison    Le dépistage systématique recommandé: Le cancer du sein tue 3.500 algérienne par an    Un missile balistique a survolé le Japon    Le Maroc enchaîne les revers    Déluge de questions à l'APN    Amer Ouali Rachid, nouveau président    «Le gouvernement doit corriger son action»    Les enseignements d'une révolte    Les bienfaits de la médecine naturelle    Les «pétards» se mettent au...digital!    Algérie-France : c'est du concret!    Benzerti relance les Vert et Rouge    Boufenara, nouvel entraîneur    Début des éliminatoires vendredi au Caire    «Le bourreau et la victime n'ont pas la même mémoire»    Des maisons d'édition à profusion    Les super guerriers algériens présents en force    De la supercherie démocratique du 5 octobre 88 à l'imposture de « l'Algérie nouvelle » post-22 février 2019.    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Alger réapprend à redevenir mélomane
Animation culturelle pendant le Ramadhan
Publié dans Le Midi Libre le 12 - 09 - 2010

L'animation culturelle a connu durant le mois sacré de Ramadhan de cette année une impulsion nouvelle du moins à Alger au regard du nombre appréciable d'activités qui s'y sont déroulées. Si la musique et la chanson de variété se sont taillés la part du lion, il n'en demeure pas moins qu'il y en eu à peu près pour tous les goûts. La musique chaâbie a avoisiné le gnaoui, l'andalou, le kabyle, la musique symphonique, les madihs religieux, malouf, haouzi, et même du jazz et du rock ! Ainsi chaque année le Ramadhan confirme sa vocation de mois culturel par excellence. Pratiquement tous les organismes chargés de l'animation culturelle ont fait le plein. Plusieurs pôles d'attraction ont été mis en avant, on peut citer le TNA (théâtre national algérien) Mahieddine-Bachtarzi, le théâtre de verdure Lâadi-Flici sous l'égide de l'Etablissement Arts et Culture, le palais de la culture Moufdi-Zakaria, la salle Ibn Zaydoun sous l'égide de l'Oref (Office Riadh el Feth), et les deux salles Atlas et El Mouggar sous l'égide de l'ONCI (Office national de la culture et de l'information). On peut retenir d'ores et déjà quelques événements-phares : la tenue des « Layali ramadhan » (soirées du ramadhan) au théâtre de verdure Laâdi-Flici, du Festival national de la chanson chaâbi sur 7 jours au TNA et le concert-événement du chanteur kabyle Aït Menguellet à la salle Atlas. Le Festival de la chanson chaâbie a par exemple cette année élargi son espace de représentation au théâtre de plein air Fadéla-Dziria de l'Institut national supérieur de musique. Il y eut aussi 8 jours pleins de théâtre du Sud qui ont été animées au niveau du TNA Mahieddine-Bachtarzi par dix troupes venues du sud du pays. La salle Atlas de Bab El-Oued a aussi abrité des soirées dédiées aux chants religieux « madih ». En outre le TNA Mahieddine- Bachtarzi s'est transformé des journées durant en temple du chaâbi en accueillant en sus du festival du même nom et des journées théâtrales du Sud un panel d'artistes appartenant au même genre musical, ainsi y a défilé la quasi-totalité des stars de la chanson populaire, citons entre autres Nadia Benyoucef, Abdelkader Chaou, Didine Karoum, Noureddine Dziri, etc. Le TNA Mahieddine-Bachtarzi était entré carrément en compétition avec le théâtre de verdure Laâdi-Flici, qui lui a tenu à présenter des concerts de musique un peu plus diversifiés. A ce niveau là, nombre de stars de la musique chaâbie se sont produits aux côtés de vedettes du rock, du jazz et de la musique kabyle. Le palais de la culture Moufdi-Zakaria s'est de son côté ouvert à des artistes ou à des groupes musicaux venus des quatre coins du pays. Dans la foulée on y a programmé une exposition-vente d'artisanat d'art et objets de décoration qui s'est étalée sur tout le mois ainsi qu'une pièce de théâtre : « Café du Bonheur » de Ziani Cherif Ayad. Là aussi le chant religieux a côtoyé le flamenco avec le groupe Triana d'Alger, le folklore avec la troupe de « Essaada » (Bou Saâda) et « Nissa Essaf» ( Beni Senous de Tlemcen), et la chanson de variété avec Cheb Anouar, Nardjes et Salim Helil et nous en oublions.
L'animation culturelle a connu durant le mois sacré de Ramadhan de cette année une impulsion nouvelle du moins à Alger au regard du nombre appréciable d'activités qui s'y sont déroulées. Si la musique et la chanson de variété se sont taillés la part du lion, il n'en demeure pas moins qu'il y en eu à peu près pour tous les goûts. La musique chaâbie a avoisiné le gnaoui, l'andalou, le kabyle, la musique symphonique, les madihs religieux, malouf, haouzi, et même du jazz et du rock ! Ainsi chaque année le Ramadhan confirme sa vocation de mois culturel par excellence. Pratiquement tous les organismes chargés de l'animation culturelle ont fait le plein. Plusieurs pôles d'attraction ont été mis en avant, on peut citer le TNA (théâtre national algérien) Mahieddine-Bachtarzi, le théâtre de verdure Lâadi-Flici sous l'égide de l'Etablissement Arts et Culture, le palais de la culture Moufdi-Zakaria, la salle Ibn Zaydoun sous l'égide de l'Oref (Office Riadh el Feth), et les deux salles Atlas et El Mouggar sous l'égide de l'ONCI (Office national de la culture et de l'information). On peut retenir d'ores et déjà quelques événements-phares : la tenue des « Layali ramadhan » (soirées du ramadhan) au théâtre de verdure Laâdi-Flici, du Festival national de la chanson chaâbi sur 7 jours au TNA et le concert-événement du chanteur kabyle Aït Menguellet à la salle Atlas. Le Festival de la chanson chaâbie a par exemple cette année élargi son espace de représentation au théâtre de plein air Fadéla-Dziria de l'Institut national supérieur de musique. Il y eut aussi 8 jours pleins de théâtre du Sud qui ont été animées au niveau du TNA Mahieddine-Bachtarzi par dix troupes venues du sud du pays. La salle Atlas de Bab El-Oued a aussi abrité des soirées dédiées aux chants religieux « madih ». En outre le TNA Mahieddine- Bachtarzi s'est transformé des journées durant en temple du chaâbi en accueillant en sus du festival du même nom et des journées théâtrales du Sud un panel d'artistes appartenant au même genre musical, ainsi y a défilé la quasi-totalité des stars de la chanson populaire, citons entre autres Nadia Benyoucef, Abdelkader Chaou, Didine Karoum, Noureddine Dziri, etc. Le TNA Mahieddine-Bachtarzi était entré carrément en compétition avec le théâtre de verdure Laâdi-Flici, qui lui a tenu à présenter des concerts de musique un peu plus diversifiés. A ce niveau là, nombre de stars de la musique chaâbie se sont produits aux côtés de vedettes du rock, du jazz et de la musique kabyle. Le palais de la culture Moufdi-Zakaria s'est de son côté ouvert à des artistes ou à des groupes musicaux venus des quatre coins du pays. Dans la foulée on y a programmé une exposition-vente d'artisanat d'art et objets de décoration qui s'est étalée sur tout le mois ainsi qu'une pièce de théâtre : « Café du Bonheur » de Ziani Cherif Ayad. Là aussi le chant religieux a côtoyé le flamenco avec le groupe Triana d'Alger, le folklore avec la troupe de « Essaada » (Bou Saâda) et « Nissa Essaf» ( Beni Senous de Tlemcen), et la chanson de variété avec Cheb Anouar, Nardjes et Salim Helil et nous en oublions.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.