Soutien des porteurs de projets: prochaine mise en place d'un Fonds de financement des start-up    Encore un doublé de Benrahma    Un jour sur la plage    Covid-19: Approvisionnement des wilayas concernées par l'interdiction de la circulation    Kafkaien    La nouvelle feuille de route    A la croisée des chemins, l'Otan aurait-elle «perdu le Nord» ?    Les vérités de Boukadoum    Le FFS va-t-il se retirer du PAD ?    Deux nouveaux chefs pour la Sûreté de Aïn-Séfra et Mécheria    Un recrutement en catimini    Le Chabab défend le recrutement de Benmenni (CABBA)    Naidji de retour    Alerte aux pesticides périmés à Blad-Touahria    Près de 20 000 personnes verbalisées pour non-respect du confinement    Le Syndicat des directeurs accuse la tutelle    Ce que se ronger les ongles dit de votre personnalité    Les nouveautés, en temps de pandémie    Hourof El Jenna, un spectacle de calligraphie arabe lumineuse    MO Béjaïa : Le club interdit de recrutement    Algérie Poste de la wilaya de Tipasa : Plus de 100 TPE installés à la mi-mai    Leur coût de production a pourtant baissé de 90% : Les énergies renouvelables, ces mal-aimées    Une voiture dans un sac à dos    Aveu d'échec    On vous le dit    Les pro-démocratie ouvrent les primaires pour les législatives à Hong Kong    Mouvement de contestation au Mali : Escalade à Bamako    Kaci Hadjar, Moudjahid. Professeur en gynécologie-obstétrique décédé le 13 juillet 2019 : Le professeur qui rajoutait de la vie aux années    Edward Saïd, une pensée de l'exil    Zabor ou les psaumes : langage et liberté    CS Constantine: Rachid Redjradj poussé vers la sortie    Le SNAPO et l'association des consommateurs exigent plus: Les publicités «mensongères» des compléments alimentaires interdites    Victimes de plus en plus d'agressions: Les gardes forestiers réclament des armes    FIFA - Coronavirus: Amendement du code de l'éthique    ASILE DE FOUS    Taisez-vous Marine Le Pen !    Tlemcen : Les grottes de Mghanine attirent des visiteurs en pleine crise sanitaire    TLS Contact Algérieréaménage ses RDV- visas    Tebboune préside aujourd'hui un Conseil des ministres    Boukadoum réaffirme le rejet par l'Algérie de toute ingérence étrangère en Libye    La liste de Hakim Belahcel à la tête de l'instance présidentielle    10 ANS DE PRISON REQUIS CONTRE UN COUPLE : Vaste escroquerie immobilière à Oran    Kaïs Saïed met en garde contre un danger interne    Le barreau s'engage à défendre les droits de la victime    Le port de Skikda et les instructions d'Amar Ghoul    Nouvelle lune de miel entre Alger et Paris    "Tout geste unilatéral serait diplomatiquement malheureux"    Le général-major Omar Tlemsani, nouveau commandant de la 4e Région militaire    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Absence de commodités
Etablissements scolaires à Boumerdès
Publié dans Le Midi Libre le 14 - 09 - 2010

Le quotidien des écoliers dans la wilaya de Boumerdès est plutôt pénible en raison de l'absence de plusieurs commodités au niveau des établissements scolaires. En effet, plusieurs structures éducatives ne sont toujours pas dotées de cantines scolaires et plusieurs localités ne disposent toujours pas de bus pour le ramassage scolaire. Les localités les plus touchées par l'absence de ces commodités sont celles situées sur le versant sud-est et l'est de la wilaya, qui sont dans leur majorité des communes rurales dépourvues de toutes les commodités de la vie urbaine. L'absence ou le manque de ces commodités a des répercussions néfastes sur la scolarité des élèves ainsi que sur leur rendement. Des élèves de tous les paliers confondus passent ainsi la journée le ventre vide faute de cantines. Dans la commune des Issers, la plupart des établissements scolaires ne disposent toujours pas de cantines. Les quelques structures, disposant de cantines, n'offrent qu'un repas froid à longueur d'année. A l'école primaire du village Iounoughen, les élèves n'ont droit qu'à un repas froid en dépit des plaintes récurrentes des parents d'élèves qui réclament à cor et à cris des repas chaud pour leurs enfants. L'école du village Ighoumrassen est dépourvue de cantine scolaire tandis que dans celle de Djeouna, les responsables y offrent des repas froids. Ce manque criant en cantines scolaires se répercute négativement sur la scolarité des enfants, particulièrement en hiver où le climat est des plus rudes. L'APC des Issers ne dispose que de deux bus pour le ramassage scolaire. L'un des deux bus est en panne depuis des mois et l'APC n'a pas les moyens financiers pour le faire réparer, selon le P/APC joint hier par téléphone. Ce dernier nous a informé que pas moins de 700 élèves résidant dans les zones rurales sont scolarisés au niveau du chef-lieu communal et leur transport est assuré par l'APC. Ce qui est loin d'offrir, un tant soit peu, de confort avec deux bus. Au niveau de la localité limitrophe de Si Mustapha, la situation est loin d'être reluisante particulièrement en matière du transport scolaire. En raison de l'absence d'un lycée, les élèves parcourent des kilomètres pour rejoindre les bancs du lycée de Zemmouri. En matière de cantines scolaires seules les deux écoles primaires de la Vieille Cité et celui du chef-lieu Ali- Boudhar sont dotés de cantines scolaires tandis qu'au niveau du CEM de la ville, on y sert depuis des années des repas froids. Au début de l'année écoulée, plusieurs manifestations ont eu lieu à Dellys notamment au nouveau CEM où les collégiens réclamaient l'ouverture d'une cantine scolaire.
Le quotidien des écoliers dans la wilaya de Boumerdès est plutôt pénible en raison de l'absence de plusieurs commodités au niveau des établissements scolaires. En effet, plusieurs structures éducatives ne sont toujours pas dotées de cantines scolaires et plusieurs localités ne disposent toujours pas de bus pour le ramassage scolaire. Les localités les plus touchées par l'absence de ces commodités sont celles situées sur le versant sud-est et l'est de la wilaya, qui sont dans leur majorité des communes rurales dépourvues de toutes les commodités de la vie urbaine. L'absence ou le manque de ces commodités a des répercussions néfastes sur la scolarité des élèves ainsi que sur leur rendement. Des élèves de tous les paliers confondus passent ainsi la journée le ventre vide faute de cantines. Dans la commune des Issers, la plupart des établissements scolaires ne disposent toujours pas de cantines. Les quelques structures, disposant de cantines, n'offrent qu'un repas froid à longueur d'année. A l'école primaire du village Iounoughen, les élèves n'ont droit qu'à un repas froid en dépit des plaintes récurrentes des parents d'élèves qui réclament à cor et à cris des repas chaud pour leurs enfants. L'école du village Ighoumrassen est dépourvue de cantine scolaire tandis que dans celle de Djeouna, les responsables y offrent des repas froids. Ce manque criant en cantines scolaires se répercute négativement sur la scolarité des enfants, particulièrement en hiver où le climat est des plus rudes. L'APC des Issers ne dispose que de deux bus pour le ramassage scolaire. L'un des deux bus est en panne depuis des mois et l'APC n'a pas les moyens financiers pour le faire réparer, selon le P/APC joint hier par téléphone. Ce dernier nous a informé que pas moins de 700 élèves résidant dans les zones rurales sont scolarisés au niveau du chef-lieu communal et leur transport est assuré par l'APC. Ce qui est loin d'offrir, un tant soit peu, de confort avec deux bus. Au niveau de la localité limitrophe de Si Mustapha, la situation est loin d'être reluisante particulièrement en matière du transport scolaire. En raison de l'absence d'un lycée, les élèves parcourent des kilomètres pour rejoindre les bancs du lycée de Zemmouri. En matière de cantines scolaires seules les deux écoles primaires de la Vieille Cité et celui du chef-lieu Ali- Boudhar sont dotés de cantines scolaires tandis qu'au niveau du CEM de la ville, on y sert depuis des années des repas froids. Au début de l'année écoulée, plusieurs manifestations ont eu lieu à Dellys notamment au nouveau CEM où les collégiens réclamaient l'ouverture d'une cantine scolaire.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.