Covid-19: le personnel soignant appelés à fédérer ses efforts pour endiguer la pandémie    430 nouveaux cas confirmés et 9 décès en Algérie    Boubaghla, un symbole de bravoure et de résistance face à l'occupation française    Athlétisme-Covid19: la Fédération algérienne décrète une saison à blanc    Accidents de la circulation : 10 morts et 357 blessés en 48 heures    L'UE ne reconnait pas la marocanité du Sahara Occidental    Skikda: "la récupération du crâne du chahid Bensaâd, permettra d'enseigner l'Histoire aux nouvelles générations"    Djerad préside une cérémonie de remise des clefs à 1.000 bénéficiaires de logements AADL à Baba Hassen    Le nouveau tsar    Les Syriens et les Français en tête    Disponibilité d'Android 11 Beta sur OPPO Find X2 Series    Chanegriha confirmé au poste de chef d'état-major de l'ANP    Le Mali à la croisée des chemins    Ce que risquent l'Algérie, le Maroc et le Rwanda    Le bilan s'alourdit à 89 morts    Le chef du gouvernement tiendra-t-il le coup ?    La Corée du Nord contre tout assouplissement «prématuré» du confinement    Le Président proroge de trois mois le recours à l'armée pour la mise en œuvre du confinement    Débat virtuel sur le hirak avec Bouchachi et Belkaïd    Les clubs de la Ligue 1 ont cumulé un déficit estimé à 1 000 milliards de centimes    Zidane ne souhaite pas un départ de Messi du Barça    Mohyiddine Kerrache signe pour quatre ans    LE HIRAK EST UN MOUVEMENT DE PROTESTATIONS, DE REVENDICATIONS ET NON UN PARTI POLITIQUE OU UNE COOPTATION DE CERTAINS INDIVIDUS.    Les candidats à l'instance présidentielle connus mardi prochain    Un geste d'apaisement qui en appelle d'autres    Les médecins critiquent la gestion de la crise    L'organisation des fêtes de fin d'année interdite    «L'obstination de certains pour un projet inutile»    Les citoyens ferment le siège de l'APC    Deux navires de Sonatrach mis sous séquestre    Décès du poète et parolier Mohamed Angar    Chanegriha: le rapatriement des crânes des résistants, un complément aux fondements de la souveraineté nationale    Brèves    Chlef : Le projet des deux trémies toujours en souffrance    JSMB : Nacer Yahiaoui n'est plus    Mouloudia d'Alger : La direction fustige la FAF    Taleb Omar appelle à davantage de mobilisation contre l'inaction de l'ONU face aux dépassements de l'occupant    Biskra : La Casnos active un portail électronique pour ses affiliés    Poésie. Agarruj Yeffren de Mohamed Said Gaci : Un trésor caché    Agression de l'éditeur Karim Chikh : Vague d'indignation sur la toile    Paléontologie : Le jurassique au pied de la cite Malki    Ligues 1 et 2: Encore des divergences sur la reprise    En dépit d'une décision de l'UE: L'Espagne ne rouvrira pas ses frontières aux Algériens    Non respect des mesures préventives contre le Covid 19 : 1034 infractions en un mois    De l'eau pour tous...    L'INDEPENDANCE, LE HIRAK ET LE MAL PROFOND    Adrar: L'ex-député Mohamed Guerrot n'est plus    l'Algérie a honoré sa dette    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Cantines et vacances des pauvres
Scolarité dans les contrées de la Mitidja
Publié dans El Watan le 21 - 12 - 2008

A près un trimestre de toutes les souffrances et insuffisances, les établissements scolaires sont fermés et ce, depuis cette fin de semaine, jusqu'au 3 janvier. Si sur le plan pédagogique il s'agit de vacances d'hiver, cela signifie aussi, pour la plupart des élèves habitant dans les villes et les contrées de la Mitidja, un rendez-vous avec la réalité d'une dure vie au quotidien de leurs familles démunies.
La malnutrition est le triste sort des dizaines de ces enfants qui ont subi la même situation durant tout un trimestre. En effet, les 8 cantines opérationnelles n'offraient que de modestes repas au profit d'environ 500 élèves sur plus de 1500 scolarisés dans les écoles situées à travers les trois communes relevant de la wilaya déléguée de Baraki. Ces infrastructures se trouvent souvent dans les centres urbains, à savoir dans les villes de Sidi Moussa, de Baraki et des Eucalyptus. Par conséquent, les écoliers des vieux quartiers étaient privés d'au moins un repas dans la journée. Aux alentours de Zitoune et une partie de Cherarba, les enfants peinent à trouver, à midi, du pain alors que leurs enseignants prennent le risque de manger dans les fast-foods. Le constat amer est identique dans les 87 cantines scolaires ouvertes dans les établissements d'Alger Est. Selon un responsable d'un CEM, ces cantines se trouvent dans des classes transformées pour l'occasion, dont une partie ne disposent ni d'équipements de cuisine ni adéquates aux normes d'hygiène.
Le besoin a été à l'origine d'une improvisation dans l'urgence. « La plupart des communes qui ont connu les affres du terrorismes étaient, en fait, dans un besoin criant et on a dû procéder à l'ouverture de classes servant pour des lieux de restauration », déclare le directeur d'un établissement primaire. On a même eu recours aux chalets dans la commune des Eucalyptus pour s'en servir comme cantines et comme classes dans plusieurs sites où les écoles ont été détruites par les terroristes. Dans la localité de Raïs, l'école Raïs 2 est privée de cantine scolaire et les centaines d'écoliers, habitant en grande partie dans les hameaux et localités rurales éloignées, ont, au cours du trimestre dernier, vécu dans des conditions des plus déplorables pour se restaurer et se déplacer. En dépit de la promesse du P/APC de Sidi Moussa d'apporter l'aide nécessaire, les parents n'ont rien vu sur le terrain. Ils réclament toujours des cantines pour leurs enfants. Le directeur de l'école Rais 1, dotée d'une cantine, se dit dépassé par la gestion de cette infrastructure et lui cause bien de tracas. S'agissant du nouveau budget d'aménagement scolaire décidé récemment par les pouvoirs publics, ce directeur suggère qu'il vaut peut-être mieux poser de nouvelles serrures aux portes et nettoyer les fourneaux à mazout, que de dire autre chose. La situation est en réalité désolante à travers les écoles rurales comme par exemple à Gassem ou encore à Ouled Allal. A présent, les écoliers en pleines vacances subissent les rigueurs de l'hiver, en plus de la sous-alimentation due à la pauvreté de la quasi-totalité des familles, qui de retour dans leurs maisons, désertées depuis 1997, dépensent tout ce qu'ils ont dans leur reconstruction. Au fond de la plaine de la Mitidja, beaucoup d'anciennes habitations ne sont pas pourvues en chauffage. Par ailleurs, le bois n'est guère disponible pour tous les ménages.
« Durant ces 15 jours, les écoliers de ces régions défavorisées sont contraints de passer leur temps n'importe comment », se désole un parent d'élève. Il est à signaler que certains fournisseurs de cantines scolaires ont soulevé le non-paiement des factures de plus de 2 milliards, ce qui ne les encourage pas à continuer. Par conséquent, les cantines seront menacées de fermeture dans plusieurs écoles. Enfin, tous les opérateurs s'interrogent sur l'utilité des 12 milliards de dinars engagés par les pouvoirs publics afin de renforcer les œuvres scolaires, si l'assainissement de la gestion de ce volet n'est pas pris en charge.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.