«Toutes les décisions prises ont pour finalité la protection de la Patrie et l'intérêt du citoyen»    Un terroriste arrêté à Bordj-Badji-Mokhtar    Un homme au cœur du système de rapine    Joe Biden expose une carte où le Sahara Occidental apparaît distinct du Maroc    Ould Salek : «le Maroc fait chanter des pays pour les amener à s'aligner sur la décision de Trump»    Amir Sayoud file en Arabie Saoudite    12e journée : Résultats décevants pour les Algériens    Louis van Gaal de nouveau sélectionneur des Pays-Bas    Les sapeurs-pompiers, un rempart contre les feux de forêt    Les élections locales en novembre    Les divas orientales à l'honneur    Après une saison décevante de la JS KABYLIE : Cap sur la finale de la Coupe de la Ligue    Nous assistons à une dégradation des habitats côtiers et une baisse de la biodiversité    JO-2020 : lutte Fin de parcours pour Bachir Sid Azara    Comment jouer avec la vie    Commission d'éthique de la FIFA : Issa Hayatou suspendu un an pour absence de «loyauté»    Le comédien Saïd Hilmi tire sa révérence    Enseignements tunisiens    Exporter des médecins ou importer des malades ?    Face à une situation économique et sanitaire préoccupante, dix axes directeurs pour le redressement national    Les élections locales en novembre    Covid-19: Les contaminations en hausse chez les enfants    Logements promotionnels libres: Début des souscriptions à partir d'aujourd'hui    Abominable Delta    Résumer le présent et reconstruire le futur    A l'origine de tout, il y a d'abord la transgression: Covid-19 et Démence(s) humaines    Les oasis au fil de l'eau - de la foggara au pivot, un livre pas comme les autres    La JSK a la tête en coupe de la Ligue    Suspension pour «désinformation» des activités de deux ONG internationales    7 pays africains, dont l'Algérie, s'y opposent    Baâdji passe à l'action    Le paiement électronique effectif    La diaspora au rendez-vous    Le gang d'Ali Mendjeli tombe    Le confinement partiel se précise    Plusieurs opérations menées en une semaine    L'activité touristique sombre    Un levier pour la sécurité nationale    L'hommage de Lamamra à la diaspora    Lamamra au bout du fil    Fin du cinquième stage    La scène artistique kabyle en deuil    Les poèmes de Mohamed Benhanafi enfin édités    «Le Seigneur des Anneaux» diffusé en septembre 2022    LE GENERAL ALI OUELHADJ YAHIA, NOUVEAU COMMANDANT DE LA GENDARMERIE    10 ans de prison requis à l'encontre de l'ancien wali Moussa Ghellaï    Tebboune préside aujourd'hui une réunion du Haut Conseil de Sécurité    La date bientôt fixée    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Cantines et vacances des pauvres
Scolarité dans les contrées de la Mitidja
Publié dans El Watan le 21 - 12 - 2008

A près un trimestre de toutes les souffrances et insuffisances, les établissements scolaires sont fermés et ce, depuis cette fin de semaine, jusqu'au 3 janvier. Si sur le plan pédagogique il s'agit de vacances d'hiver, cela signifie aussi, pour la plupart des élèves habitant dans les villes et les contrées de la Mitidja, un rendez-vous avec la réalité d'une dure vie au quotidien de leurs familles démunies.
La malnutrition est le triste sort des dizaines de ces enfants qui ont subi la même situation durant tout un trimestre. En effet, les 8 cantines opérationnelles n'offraient que de modestes repas au profit d'environ 500 élèves sur plus de 1500 scolarisés dans les écoles situées à travers les trois communes relevant de la wilaya déléguée de Baraki. Ces infrastructures se trouvent souvent dans les centres urbains, à savoir dans les villes de Sidi Moussa, de Baraki et des Eucalyptus. Par conséquent, les écoliers des vieux quartiers étaient privés d'au moins un repas dans la journée. Aux alentours de Zitoune et une partie de Cherarba, les enfants peinent à trouver, à midi, du pain alors que leurs enseignants prennent le risque de manger dans les fast-foods. Le constat amer est identique dans les 87 cantines scolaires ouvertes dans les établissements d'Alger Est. Selon un responsable d'un CEM, ces cantines se trouvent dans des classes transformées pour l'occasion, dont une partie ne disposent ni d'équipements de cuisine ni adéquates aux normes d'hygiène.
Le besoin a été à l'origine d'une improvisation dans l'urgence. « La plupart des communes qui ont connu les affres du terrorismes étaient, en fait, dans un besoin criant et on a dû procéder à l'ouverture de classes servant pour des lieux de restauration », déclare le directeur d'un établissement primaire. On a même eu recours aux chalets dans la commune des Eucalyptus pour s'en servir comme cantines et comme classes dans plusieurs sites où les écoles ont été détruites par les terroristes. Dans la localité de Raïs, l'école Raïs 2 est privée de cantine scolaire et les centaines d'écoliers, habitant en grande partie dans les hameaux et localités rurales éloignées, ont, au cours du trimestre dernier, vécu dans des conditions des plus déplorables pour se restaurer et se déplacer. En dépit de la promesse du P/APC de Sidi Moussa d'apporter l'aide nécessaire, les parents n'ont rien vu sur le terrain. Ils réclament toujours des cantines pour leurs enfants. Le directeur de l'école Rais 1, dotée d'une cantine, se dit dépassé par la gestion de cette infrastructure et lui cause bien de tracas. S'agissant du nouveau budget d'aménagement scolaire décidé récemment par les pouvoirs publics, ce directeur suggère qu'il vaut peut-être mieux poser de nouvelles serrures aux portes et nettoyer les fourneaux à mazout, que de dire autre chose. La situation est en réalité désolante à travers les écoles rurales comme par exemple à Gassem ou encore à Ouled Allal. A présent, les écoliers en pleines vacances subissent les rigueurs de l'hiver, en plus de la sous-alimentation due à la pauvreté de la quasi-totalité des familles, qui de retour dans leurs maisons, désertées depuis 1997, dépensent tout ce qu'ils ont dans leur reconstruction. Au fond de la plaine de la Mitidja, beaucoup d'anciennes habitations ne sont pas pourvues en chauffage. Par ailleurs, le bois n'est guère disponible pour tous les ménages.
« Durant ces 15 jours, les écoliers de ces régions défavorisées sont contraints de passer leur temps n'importe comment », se désole un parent d'élève. Il est à signaler que certains fournisseurs de cantines scolaires ont soulevé le non-paiement des factures de plus de 2 milliards, ce qui ne les encourage pas à continuer. Par conséquent, les cantines seront menacées de fermeture dans plusieurs écoles. Enfin, tous les opérateurs s'interrogent sur l'utilité des 12 milliards de dinars engagés par les pouvoirs publics afin de renforcer les œuvres scolaires, si l'assainissement de la gestion de ce volet n'est pas pris en charge.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.