Décès de quatre médecins du Coronavirus: le Président Tebboune adresse ses condoléances    APN: Clôture de la session ordinaire 2019-2020    Covid-19 : mobilisation d'un plus grand nombre de lits dans les hôpitaux    Covid-19: confinement partiel dans les communes d'El Kala et d'Echatt à la wilaya d'El Tarf    Faut-il avoir peur de la seconde «ouhda» ?    Le ministre des Ressources en eau dévoile la directive du président    9 juillet 1962    Benrahma et Brentford à deux points des barrages    Chelsea chasse Leicester du podium    Se sauver ou sombrer    Rachad, les harragas et la décennie noire    «La perte du goût et de l'odorat sont deux symptômes du Covid-19»    «La sensibilisation et le confinement ciblé des zones endémiques sont la clé pour contenir le Covid-19»    Le barrage de Boukourdane face aux aléas du déficit hydrique    Le secteur culturel salue l'aide débloquée pour affronter le coronavirus    Papicha de Mounia Meddour au 9e Festival du cinéma arabe de Séoul    Lancement prochain de la dernière phase de l'aménagement de la Maison de la culture    Pour quelle réorganisation territoriale ?    Accablant réquisitoire    La FAF tranchera le 15 juillet    Me Meftah : "Deux procès contre Hannachi sont programmés pour le 27 juillet"    Cafouillage administratif et réunions sans résultat    Cap sur un nouveau plan de relance    Climat: nouvelle hausse des températures jusqu'en 2024, selon l'ONU    Perspectives moroses pour l'économie algérienne    Relaxe pour trois activistes du hirak à Béjaïa    Boukadoum met en garde contre la gravité de la détérioration de la situation en Libye    54 infractions à la législation forestière enregistrées    10 décès et 469 nouveaux cas en 24 heures    Risque de famine pour 7 millions de personnes en Afrique de l'Est    Plus de 3 000 réfugiés arrivés en Ouganda en trois jours    Le Burkina pris dans une spirale de violence    Nos prénoms dissimulent tant de guerres et tant de conflits !    "Hourof El Jenna", un spectacle de calligraphie arabe lumineuse    Installation de Mohamed Boukerras au poste de Directeur général de l'ISMAS    Installation du comité d'évaluation des œuvres des candidats au concours du "Prix Ali Maachi" pour les jeunes créateurs    Football Amateur : Attention au chant des sirènes    MO Béjaïa : Hadjar a subi une intervention chirurgicale    Relance du Barrage vert : ce qu'il faut éviter    Annulation de la CAN-2020 Féminine : Une pétition pour la restauration du tournoi    Azazga : Electro-industries dans la zone des turbulences    Libye : Boukadoum plaide pour une solution "opérationnelle et pratique"    Les chouhada sont revenus ce vendredi    Nouveau calendrier pour les pensions de retraite    Appel à commentaires pour l'élaboration d'une feuille de route    Le passeport Algérien toujoura a la traine    Surveillance des droits de l'homme : La Minurso ne doit pas faire exception, affirme le Polisario    Le Kremlin promet de riposter aux sanctions britanniques    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Au lendemain de l'Aïd, pénurie et anarchie
Marché des fruits et légumes
Publié dans Le Midi Libre le 14 - 09 - 2010

Au lendemain de l'Aïd, les prix des produits de large consommation, déjà élevés tout au long du mois de Ramadhan, ont subi des hausses notables et risquent fort d'épuiser davantage les bourses des ménagères toute la fin de semaine dernière à Sétif. Mis à part les deux jours des fêtes de l'Aïd et le lendemain où les marchés des fruits et légumes présentaient des étals quasi déserts, la journée d'hier a laissé apparaître un climat de spéculation et de surenchère. En effet, les citoyens emportés par la frénésie des préparatifs de l'Aïd, quelques jours avant, se sont vus confrontés à un nouveau décor fait de pénurie et de cherté. Pour les produits disponibles, la pomme de terre à titre d'exemple, qui était fixée à 30 DA a atteint aisément la barre des 60 DA, la tomate affichée auparavant à 20 DA est fixée, elle aussi, à 60 DA, l'oignon à 55 DA, la salade à 200 DA alors que les fruits de saison et les viandes se sont éclipsés carrément des étals. Autant dire que les points d'approvisionnement traditionnels n'accueillaient pas grand-monde. Les consommateurs n'ont d'autre choix que de s'orienter vers les vendeurs à la criée qui stationnent leurs camionnettes devant les cités. Il s'agit, pour leur majorité, de maraîchers, qui se chargent d'écouler, eux-mêmes, leur marchandise auprès du consommateur. Ce qui se place en porte-à-faux avec l'argument avancé par les commerçants parlant de la trêve des cultivateurs. Un prétexte régulièrement évoqué par les commerçants pour justifier les pénuries des produits de large consommation et leur cherté au lendemain des fêtes de l'Aïd.
Selon la ménagère, la fluctuation des prix du marché de la consommation qui s'est répercutée négativement sur les petites bourses après la saignée de Ramadhan, celle de l'Aïd et enfin celle de la rentrée scolaire, risque fort de perdurer durant toute la semaine à venir avant d'atteindre une stabilité relative. Selon les témoignages de quelques citoyens, le phénomène en question n'est guère nouveau car la célébration de l'Aïd est souvent synonyme de pénurie et d'anarchie commerciale.
Au lendemain de l'Aïd, les prix des produits de large consommation, déjà élevés tout au long du mois de Ramadhan, ont subi des hausses notables et risquent fort d'épuiser davantage les bourses des ménagères toute la fin de semaine dernière à Sétif. Mis à part les deux jours des fêtes de l'Aïd et le lendemain où les marchés des fruits et légumes présentaient des étals quasi déserts, la journée d'hier a laissé apparaître un climat de spéculation et de surenchère. En effet, les citoyens emportés par la frénésie des préparatifs de l'Aïd, quelques jours avant, se sont vus confrontés à un nouveau décor fait de pénurie et de cherté. Pour les produits disponibles, la pomme de terre à titre d'exemple, qui était fixée à 30 DA a atteint aisément la barre des 60 DA, la tomate affichée auparavant à 20 DA est fixée, elle aussi, à 60 DA, l'oignon à 55 DA, la salade à 200 DA alors que les fruits de saison et les viandes se sont éclipsés carrément des étals. Autant dire que les points d'approvisionnement traditionnels n'accueillaient pas grand-monde. Les consommateurs n'ont d'autre choix que de s'orienter vers les vendeurs à la criée qui stationnent leurs camionnettes devant les cités. Il s'agit, pour leur majorité, de maraîchers, qui se chargent d'écouler, eux-mêmes, leur marchandise auprès du consommateur. Ce qui se place en porte-à-faux avec l'argument avancé par les commerçants parlant de la trêve des cultivateurs. Un prétexte régulièrement évoqué par les commerçants pour justifier les pénuries des produits de large consommation et leur cherté au lendemain des fêtes de l'Aïd.
Selon la ménagère, la fluctuation des prix du marché de la consommation qui s'est répercutée négativement sur les petites bourses après la saignée de Ramadhan, celle de l'Aïd et enfin celle de la rentrée scolaire, risque fort de perdurer durant toute la semaine à venir avant d'atteindre une stabilité relative. Selon les témoignages de quelques citoyens, le phénomène en question n'est guère nouveau car la célébration de l'Aïd est souvent synonyme de pénurie et d'anarchie commerciale.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.