Le Bouclier de l'UNOA décerné au Président de la République    Le secteur de la communication œuvre à améliorer la communication institutionnelle    Les pouvoirs publics s'emploient à créer un climat attractif pour l'investissement empreint de confiance    Agressions sionistes à Jénine : session à huis clos au Conseil de sécurité de l'ONU    L'Algérie condamne le massacre commis par l'armée d'occupation sioniste dans le camp de Jénine    CHAN-2022 (1/4 de finales) : "Il faut être fort pour battre le Ghana"    CHAN-2022 (Quarts de finale) - Algérie - Côte d'Ivoire (1-0) : Les Verts au bout du suspens    Des pluies orageuses et chutes de grêle sur le Nord du pays jusqu'à samedi    Décès du moudjahid Zerdoumi Salah: M. Rebiga présente ses condoléances    Grève des services d'assistance à l'aéroport de Milan: le vol d'Air Algérie pourrait connaitre des perturbations vendredi    CHAN 2022/quarts de finale: Sénégal- Mauritanie: "Nous sommes déterminés à gagner"    Beni-Abbes: Merad rencontre des représentants de la société civile    El Tarf: première tranche de plus de 3 milliards DA allouée à la réalisation de 45 opérations de développement    Des cartes prépayées pour acquérir les produits Naftal en mars prochain    Biskra: Belmehdi présente ses condoléances à la famille du défunt Cheikh Abdelkader Othmani    Le Chœur de l'établissement Arts et Culture chante l'Afrique    Lila Borsali présente à Alger son spectacle "La conférence des oiseaux"    Ce cancer financier qui mine l'Algérie    Maroc: appel de soutien et de solidarité pour la libération des prisonniers politiques et des journalistes    Le revers et ses travers !    Diplomatie: Intenses activités pour régler la crise libyenne    Ils seront installés par la Sonelgaz: Des détecteurs de monoxyde de carbone gratuits pour les ménages    Projet de loi sur les stupéfiants et les psychotropes: Le SNAPO se réjouit de l'aboutissement du dossier    Trois individus arrêtés pour vol de bijoux    Tlemcen: Des réaménagements pour le futur pôle urbain    Culture et savoir-vivre    Initiatives et audaces ! Le mot d'ordre du Président aux walis    Demain à 17h00: Algérie-Côte d'Ivoire: Les Verts pour un billet au carré d'as    Demain à 20h00: Sénégal-Mauritanie: Une affiche alléchante    Moi, Roberte Thuveny et le rêve algérien de mon père    DE L'ESPRIT TRIBAL    Conseil des ministres: Trafic des psychotropes et asphyxie au monoxyde de carbone au menu    Pure idiotie    Maroc-Israël: Les manœuvres et le chantage de Rabat    Tlemcen: Le tribunal de commerce spécialisé et son président installés    Algérie, France et l'atout de savoir s'écouter    A toutes fins utiles    L'Algérie affrontera la Côte d'Ivoire en quarts de finale    Trafic difficile sur plusieurs axes routiers    Mise en garde de la Protection civile et du ministère de la Santé    Comment comprendre et faire comprendre le football    Le Général d'Armée Chanegriha en visite officielle en France    Le Président Tebboune réserve un accueil solennel à la présidente du Conseil des ministres italien    Le Burkina Faso demande le départ des troupes françaises dans un délai d'un mois    Une ONG marocaine salue l'adoption d'une résolution sur la liberté de la presse au royaume    Ouargla Pour le développement    Fatima-Zohra Hadj Ahmed expose ses photographies de La Casbah    Visite des monuments et sites archéologiques d'Annaba    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Sociétés au travers de transes corporelles
2e Festival international de la danse contemporaine
Publié dans Le Midi Libre le 23 - 12 - 2010

Il y avait une très belle affiche au Festival international de la danse contemporaine mardi soir au théâtre national algérien Mahieddine-Bachtarzi d'Alger même si le groupe syrien Broukare of art performance initialement prévu au cours de cette soirée a été déprogrammé pour être remplacé par le Groupe Casbah danse d'Alger.
Il y avait une très belle affiche au Festival international de la danse contemporaine mardi soir au théâtre national algérien Mahieddine-Bachtarzi d'Alger même si le groupe syrien Broukare of art performance initialement prévu au cours de cette soirée a été déprogrammé pour être remplacé par le Groupe Casbah danse d'Alger.
Les organisateurs n'ont pas jugé utile de fournir une explication sur l'absence de ce groupe ni d'ailleurs sur la défection au cours de la soirée du lundi de la formation espagnole Collectif pop. En sus du Groupe Casbah danse, il y avait au menu la Compagnie Métatarses (France) et le Groupe ethnique et folklore de l'académie de Coinbra (Portugal). Le Groupe Casbah danse a su quand même réaliser une belle prestation avec sa pièce « La danse en arc-en-ciel », une fresque chorégraphique exécutée en 5 mouvements par 10 jeunes danseurs dont 4 de sexe féminin. Bien que se déclinant tout en faisceaux lumineux, le spectacle a investi les relations conflictuelles hommes-femmes. Il était intéressant de voir comment les rapports entre les deux sexes se traduisent sur le corps. La chorégraphie met en scène une relation schizophrénique et violente fondée sur l'attirance-répulsion. Le mouvement des corps y est très énergique, les gestes très rapides, et l'étreinte violente, rude mais brève. La référence aux traditions et au folklore y est pour autant absente, les danseurs arborent des tenues collantes fabriquées pour la circonstance. Hommes et femmes peuvent se retrouver embarqués dans des entreprises exceptionnelles, toujours violentes, comme la guerre de Libération ou dans des embarcations de corsaires, allusion à la course en Méditerranée. Tout ceci contraste avec le spectacle suivant et tout en douceur qui a été présenté par le Groupe ethnique et folklore de l'académie de Coinbra du Portugal. Ce groupe a joué sur la sémantique de la fusion entre monde urbain et monde rural, qui rappelle les compositions poétiques d'Apollinaire. On voit des éléments du folklore portugais (danse des pieds, instruments de musique et costumes) se mêler aux éléments de la modernité (Ville, circulation routière) dont les images sont diffusées par un film ou suggérées par l'attitude des danseurs (qui par exemple s'attardent à lire les journaux). La pièce ponctuée de chants a pris l'allure d'un opéra. Le mouvement des corps dessine des rapports plus sereins entre les deux sexes qui voltigent sur une musique non pas enregistrée mais jouée sur scène par un homme ou une femme avec une guitare, une flute et un tambour. A musique douce, rapports doux, et danse souple et joyeuse. On est en fait introduit dans un jardin d'Eden en pleine ville. Enfin le spectacle qui clôturera la soirée nous oblige à revoir l'appréciation que nous avons exprimée dans un précédent papier, à savoir qu'un spectacle chorégraphique digne de ce nom ne peut se faire sans une équipe complète de danseurs. Sandra Abouav, 26 ans, de la Compagnie Métatarses a démontré le contraire. Sur plus d'une demi-heure elle a monté un spectacle entièrement en solo. Intitulée Slide, la pièce qui tire probablement son nom du verbe anglais « glisser » a tenu en haleine l'assistance. Invité à présenter la pièce, Vincent Cespedes qui a composé la musique de cette pièce mais qui est aussi écrivain et philosophe, en a profité pour glisser un mot de pub sur son dernier livre L'homme expliqué aux femmes paru chez Flammarion en 2010. A la tribune, il s'est dit « espérer à travers ce livre être l'avocat des hommes » et d'ajouter « j'y expliquais que les hommes sont en train de se transformer en bien ». Selon lui « il n'y a pas de mauvaises et de bonnes danses, toute danse s'attache à quêter la vérité ». Et de poursuivre « l'intérêt du spectacle que vous allez suivre ne réside pas dans l'ampleur du dandinement du corps mais dans la prouesse que va réaliser la danseuse en réussissant à tenir longtemps sur scène ». En effet Sandra Abouav condense en elle-même des dizaines de danseurs. Sa pièce chorégraphique invite au voyage intérieur où l'on voit les tourments, les joies et les pulsions psychiques se matérialiser en mouvements musculaires et corporelles. Le corps de Sandra a semblé pétiller de mille éclats, muter sous l'épiderme, se décomposer et se recomposer à l'infini. La fin a été marquée par des applaudissements nourris par ci et des ouf de soulagement par-là !
Les organisateurs n'ont pas jugé utile de fournir une explication sur l'absence de ce groupe ni d'ailleurs sur la défection au cours de la soirée du lundi de la formation espagnole Collectif pop. En sus du Groupe Casbah danse, il y avait au menu la Compagnie Métatarses (France) et le Groupe ethnique et folklore de l'académie de Coinbra (Portugal). Le Groupe Casbah danse a su quand même réaliser une belle prestation avec sa pièce « La danse en arc-en-ciel », une fresque chorégraphique exécutée en 5 mouvements par 10 jeunes danseurs dont 4 de sexe féminin. Bien que se déclinant tout en faisceaux lumineux, le spectacle a investi les relations conflictuelles hommes-femmes. Il était intéressant de voir comment les rapports entre les deux sexes se traduisent sur le corps. La chorégraphie met en scène une relation schizophrénique et violente fondée sur l'attirance-répulsion. Le mouvement des corps y est très énergique, les gestes très rapides, et l'étreinte violente, rude mais brève. La référence aux traditions et au folklore y est pour autant absente, les danseurs arborent des tenues collantes fabriquées pour la circonstance. Hommes et femmes peuvent se retrouver embarqués dans des entreprises exceptionnelles, toujours violentes, comme la guerre de Libération ou dans des embarcations de corsaires, allusion à la course en Méditerranée. Tout ceci contraste avec le spectacle suivant et tout en douceur qui a été présenté par le Groupe ethnique et folklore de l'académie de Coinbra du Portugal. Ce groupe a joué sur la sémantique de la fusion entre monde urbain et monde rural, qui rappelle les compositions poétiques d'Apollinaire. On voit des éléments du folklore portugais (danse des pieds, instruments de musique et costumes) se mêler aux éléments de la modernité (Ville, circulation routière) dont les images sont diffusées par un film ou suggérées par l'attitude des danseurs (qui par exemple s'attardent à lire les journaux). La pièce ponctuée de chants a pris l'allure d'un opéra. Le mouvement des corps dessine des rapports plus sereins entre les deux sexes qui voltigent sur une musique non pas enregistrée mais jouée sur scène par un homme ou une femme avec une guitare, une flute et un tambour. A musique douce, rapports doux, et danse souple et joyeuse. On est en fait introduit dans un jardin d'Eden en pleine ville. Enfin le spectacle qui clôturera la soirée nous oblige à revoir l'appréciation que nous avons exprimée dans un précédent papier, à savoir qu'un spectacle chorégraphique digne de ce nom ne peut se faire sans une équipe complète de danseurs. Sandra Abouav, 26 ans, de la Compagnie Métatarses a démontré le contraire. Sur plus d'une demi-heure elle a monté un spectacle entièrement en solo. Intitulée Slide, la pièce qui tire probablement son nom du verbe anglais « glisser » a tenu en haleine l'assistance. Invité à présenter la pièce, Vincent Cespedes qui a composé la musique de cette pièce mais qui est aussi écrivain et philosophe, en a profité pour glisser un mot de pub sur son dernier livre L'homme expliqué aux femmes paru chez Flammarion en 2010. A la tribune, il s'est dit « espérer à travers ce livre être l'avocat des hommes » et d'ajouter « j'y expliquais que les hommes sont en train de se transformer en bien ». Selon lui « il n'y a pas de mauvaises et de bonnes danses, toute danse s'attache à quêter la vérité ». Et de poursuivre « l'intérêt du spectacle que vous allez suivre ne réside pas dans l'ampleur du dandinement du corps mais dans la prouesse que va réaliser la danseuse en réussissant à tenir longtemps sur scène ». En effet Sandra Abouav condense en elle-même des dizaines de danseurs. Sa pièce chorégraphique invite au voyage intérieur où l'on voit les tourments, les joies et les pulsions psychiques se matérialiser en mouvements musculaires et corporelles. Le corps de Sandra a semblé pétiller de mille éclats, muter sous l'épiderme, se décomposer et se recomposer à l'infini. La fin a été marquée par des applaudissements nourris par ci et des ouf de soulagement par-là !


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.