Le Président Tebboune reçoit un traitement en Allemagne, son état de santé "pas préoccupant"    Le Président Tebboune reçoit des messages de vœux de prompt rétablissement    Révision constitutionnelle: les Algériens "face à leur destin"    L'ouverture de "consulats" dans les territoires sahraouis occupés, une violation de toutes les lois    Covid-19: 306 nouveaux cas, 184 guérisons et 8 décès    La valorisation de l'œuvre de Mohamed, le Sceau des messagers, au centre d'une conférence    Bendouda : un plan précis en voie d'élaboration pour dynamiser les établissements culturels    Mawlid Ennabawi: extinction de 7 incendies domestiques et feux de forêts dans 3 wilayas    Covid-19 : neuf nouvelles wilayas concernées par les mesures de confinement    L'ouverture du scrutin peut être avancée dans les zones éloignées et à l'étranger    «Réduire la facture des importations est une de nos priorités»    L'Opep+ a réussi à stabiliser les cours    Des ateliers sur la cybercriminalité en Algérie et en Tunisie    "Cette Constitution doit passer"    Triciti tueur de chroniques!    Référendum, les jeunes, le FLN, Seif al-Hadjadj...    Annulation de toutes les réunions physiques à l'ONU    Qui a dit que deux parallèles ne se rencontrent jamais ?    Plus d'un demi-million de cas de malnutrition aiguë    L'UA inquiète de l'afflux des terroristes étrangers en Afrique    L'Azerbaïdjan accuse l'Arménie d'avoir tué 19 civils    L'ONU appelle les Libyens à tenir leurs engagements    Soumana prêté une saison au NC Magra    «Considérer les joueurs de l'Unaf comme des étrangers»    Victoire en amical devant le NAHD    Le stage de Zéralda a pris fin sur une bonne note    "Je suis un athlète propre !"    Sonelgaz sponsorise l'équipe de handball IR Boufarik    Zeghmati "corrige" Sidi-Ali Khaldi ?    La défense pointe du doigt de nombreuses irrégularités    Le terroriste Mustapha Derrar arrêté à Tlemcen    Perpétuer la tradition malgré le Covid-19    Des classes de huit élèves divisées en groupes    Transportés à 7h du matin pour des cours donnés à 13h    Abdelmadjid Tebboune transféré, hier, en Allemagne    Blocage    Pôles d'excellence    Qui est Malek Bennabi ?    Le monde du cinéma proteste contre une nouvelle fermeture des salles    La collection d'un éphémère musée new-yorkais du KGB bientôt aux enchères    IL Y A 31 ANS, DISPARAISSAIT KATEB YACINE    L'engagement d'un poète    Le Conseil d'Etat français sous pression    L'Algérie procèdera à la réalisation "progressive" de centrales électriques    Les hôpitaux mobilisés à Chlef : Ouverture de nouveaux centres anti-Covid 19    GICA: début d'exportation de 40.000 tonnes de clinker vers l'Etat Dominicain    LDC : Sans Ronaldo, la Juventus chute à domicile face au Barça    LDC : Man United balaye le RB Leipzig. Triplé pour Rashford    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





C'est reparti pour trois jours de protesta
Grève dans l'Education à partir de demain
Publié dans Le Midi Libre le 24 - 04 - 2011

Le secteur de l'Education nationale sera paralysé à compter de demain. Et pour cause, plusieurs syndicats, activant dans le secteur, entament une grève nationale à compter de demain.
Le secteur de l'Education nationale sera paralysé à compter de demain. Et pour cause, plusieurs syndicats, activant dans le secteur, entament une grève nationale à compter de demain.
Les travailleurs du secteur de l'Education nationale entameront une grève de deux jours, soit les 25 et 26 avril, à l'appel de leur syndicat (SNTE). Le Syndicat national autonome des professeurs de l'enseignement secondaire et technique (Snapest), fort du soutien du Cnapest et de l'Unpef, entamera une grève de trois jours : les 25, 26 et 27 de ce mois.
Annoncée la semaine dernière, cette grève sera suivie par des rassemblements de protestation devant les sièges des directions de l'éducation à travers toutes les wilayas du pays, mardi 26. La dégradation des conditions socioprofessionnelles des travailleurs de ce secteur, sensible, est à l'origine de ce débrayage. Le ministère de l'Education, estiment-ils, est resté sourd à leurs doléances.
« Les travailleurs de l'Education veulent, à travers ce mouvement de grève, faire pression sur le ministère de l'Education nationale, pour qu'il satisfasse dans les plus brefs délais toutes les revendications des travailleurs du secteur en question », a précisé la SNTE dans son communiqué. Selon Belamouri Laghaydh, qui est responsable de la Fédération nationale des personnels du secteur de l'Education nationale (Fnpsen), plusieurs points restent insatisfaits. « Nous exigeons la révision du statut particulier des travailleurs de l'Education, la révision du régime indemnitaire, la révision de la loi portant sur le logement social, ainsi que le dossier des œuvres sociales », a-t-il affirmé lors d'une conférence de presse tenue la semaine dernière à Bab Ezzouar. La direction générale de la Fonction publique est interpellée, précise-t-on auprès du SNTE, en vue de trouver des solutions aux revendications soulevées. Ces dernières, au nombre de 6, ont, principalement trait, non seulement à l'appréciation des diplômes sans distinction, la formation, mais aussi à la promotion et la revalorisation des adjoints de l'éducation
Parmi les revendications de cette instance syndicale, rappelons-le, la révision du statut particulier des travailleurs de l'éducation contenu dans le décret exécutif numéro 08/315, afin de remédier aux anomalies contenues dans l'actuel statut. Le SNTE a également demandé l'application, à la tutelle, des articles 43 et 44 du statut particulier des travailleurs de l'Education, mais aussi l'actualisation de « la prime Sud » sur le nouveau salaire de base de l'année 2008. Les protestataires réclament, en outre, l'application du décret exécutif 95/300 qui concerne les enseignants de l'enseignement moyen et ceux du primaire.
Pour sa part, précise-t-on, le conseil national du Snapest a décidé d'entrer dans une protestation, après avoir déposé un préavis de grève dimanche 17 avril conformément à la réglementation. Ce mouvement de protestation a été décidé lors du conseil national du Snapest tenu les 14 et 15 avril derniers au lycée Ben-Taftifa de Blida, en présence des délégués de 36 wilayas, a-t-on souligné dans un communiqué du syndicat.
Les travailleurs du secteur de l'Education nationale entameront une grève de deux jours, soit les 25 et 26 avril, à l'appel de leur syndicat (SNTE). Le Syndicat national autonome des professeurs de l'enseignement secondaire et technique (Snapest), fort du soutien du Cnapest et de l'Unpef, entamera une grève de trois jours : les 25, 26 et 27 de ce mois.
Annoncée la semaine dernière, cette grève sera suivie par des rassemblements de protestation devant les sièges des directions de l'éducation à travers toutes les wilayas du pays, mardi 26. La dégradation des conditions socioprofessionnelles des travailleurs de ce secteur, sensible, est à l'origine de ce débrayage. Le ministère de l'Education, estiment-ils, est resté sourd à leurs doléances.
« Les travailleurs de l'Education veulent, à travers ce mouvement de grève, faire pression sur le ministère de l'Education nationale, pour qu'il satisfasse dans les plus brefs délais toutes les revendications des travailleurs du secteur en question », a précisé la SNTE dans son communiqué. Selon Belamouri Laghaydh, qui est responsable de la Fédération nationale des personnels du secteur de l'Education nationale (Fnpsen), plusieurs points restent insatisfaits. « Nous exigeons la révision du statut particulier des travailleurs de l'Education, la révision du régime indemnitaire, la révision de la loi portant sur le logement social, ainsi que le dossier des œuvres sociales », a-t-il affirmé lors d'une conférence de presse tenue la semaine dernière à Bab Ezzouar. La direction générale de la Fonction publique est interpellée, précise-t-on auprès du SNTE, en vue de trouver des solutions aux revendications soulevées. Ces dernières, au nombre de 6, ont, principalement trait, non seulement à l'appréciation des diplômes sans distinction, la formation, mais aussi à la promotion et la revalorisation des adjoints de l'éducation
Parmi les revendications de cette instance syndicale, rappelons-le, la révision du statut particulier des travailleurs de l'éducation contenu dans le décret exécutif numéro 08/315, afin de remédier aux anomalies contenues dans l'actuel statut. Le SNTE a également demandé l'application, à la tutelle, des articles 43 et 44 du statut particulier des travailleurs de l'Education, mais aussi l'actualisation de « la prime Sud » sur le nouveau salaire de base de l'année 2008. Les protestataires réclament, en outre, l'application du décret exécutif 95/300 qui concerne les enseignants de l'enseignement moyen et ceux du primaire.
Pour sa part, précise-t-on, le conseil national du Snapest a décidé d'entrer dans une protestation, après avoir déposé un préavis de grève dimanche 17 avril conformément à la réglementation. Ce mouvement de protestation a été décidé lors du conseil national du Snapest tenu les 14 et 15 avril derniers au lycée Ben-Taftifa de Blida, en présence des délégués de 36 wilayas, a-t-on souligné dans un communiqué du syndicat.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.