L'Algérie du second souffle    "Hélicoptère Draghi": La BCE ressort la sulfateuse à liquidités    LG: Technologie 8K au service des téléviseurs OLED & NANOCELL    Bourses: Les places mondiales prudentes en attendant la Fed    Tunisie: La fin d'une époque politique ?    Riyad ripostera-t-il aux attaques contre ses installations pétrolières?    AG extraordinaire de la Fédération algérienne de football : Adoption d'un nouveau système de compétition    Coupe arabe: Le CS Constantine éliminé par Al-Muharraq Bahreini    JM Oran-2021 : Le logo et la mascotte de la 19e édition dévoilés    Batna: Les opérateurs privés appelés à investir dans des établissements pour enfants à besoins spécifiques    Une nouvelle amnistie générale décretée    Tliba refuse de céder    Des mesures d'urgence pour El-Hadjar    Toutes les conditions "propices" réunies    Une cache d'armes et de munitions découverte à Tamanrasset    Parution. L'Encyclopédie algérienne (édition 2019) : Un coffret fort intéressant    VISITE DU MINISTRE DE LA COMMUNICATION ET DE LA CULTURE A ORAN : Rabehi appelle à mobiliser les efforts au service du pays    Les Rohingyas vivent sous la menace d'un «génocide»    Entre le souhaitable et le possible    PrAbderrahmane Mebtoul expert international : invité du jour de la radio internationale Beur/FM    Huit blessés dans une explosion de gaz butane    Les Tunisiens toujours dans l'attente des résultats préliminaires des élections présidentielles    Décès du réalisateur Moussa Haddad    Participation d'une vingtaine d'artistes    MASCARA : La BRI démantèle un réseau de faussaires de billets de banque    Boumerdès : 4 harragas meurent noyés en mer et 9 autres disparus    EN : Une dernière étape avant d'officialiser le match face à la Colombie    Juve - Sarri : "le foot italien ne peut pas se considérer parmi les favoris"    Craintes d'un nouveau conflit armé dans le Golfe    L'entraîneur de Horoya AC évoque le match retour    Les commissions d'inspection des écoles primaires à pied d'œuvre    Rebiai et Bouhalfaya libérés, Koudri et Moussaoui appelés    «Le circuit de distribution doit être assaini»    Le Trésor public réalise une importante économie    ACTUCULT    sortir ...sortir ...sortir ...    Les super héros des Comics et Marvel débarquent à Alger    L'ONU s'excuse après l'avoir attribué à l'Espagne    L'appui des syndicalistes et de la société civile à Béjaïa    La délivrance de l'agrément du ressort du wali    Le CSA menacé de paralysie    157 kg de viande rouge et 62 kg d'abats impropres à la consommation saisis    30ème mardi de mobilisation: Les étudiants maintiennent la pression malgré les interpellations    Alger, Constantine: Samir Belarbi et trois manifestants en détention provisoire    Pour s'enquérir des dysfonctionnements du secteur de l'Education: Une commission d'inspection du ministère de l'Intérieur sur le terrain    Des instructions fermes quant au respect des délais d'avancement des travaux    L'UA demande des efforts concertés aux pays africains pour assurer une gouvernance efficace des migrations    Les plus lus et les plus traduits au monde    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Un dernier hommage à Paris
Publié dans Le Midi Libre le 28 - 01 - 2012

Une foule nombreuse, composée notamment de proches, d'amis et d'artistes, est venue jeudi rendre un dernier hommage au monument de la chanson kabyle Cherif Kheddam dont la dépouille, exposée au funérarium du Père Lachaise à Paris, a été rapatriée dans l'après-midi vers l'Algérie, pays natal du défunt. Parmi les personnes présentes à la cérémonie de levée du corps, on pouvait remarquer, en plus de nombreux anonymes, la présence de chanteurs lancés et encadrés dès les années 60 par l'auteur-compositeur et interprète qu'était Cherif Kheddam. La tête engoncée dans un chapeau, la chanteuse Malika Domrane a du mal à retenir ses émotions. "Ma présence aujourd'hui à cette cérémonie est pour rendre hommage au grand Maestro qu'a été Da Cherif. Nous perdons en lui le Beethoven de l'Algérie, la terre natale qu'il a tant chérie", a-t-elle confié à l'APS. Pour l'auteure d'Assaru, la mort de Cherif Kheddam est une "grande perte pour la culture algérienne". "Il m'a appris la rigueur, le bon travail et la beauté de l'art. Mes produits ont été toujours le reflet des belles mélodies et des arrangements de Da Cherif", a-t-elle ajouté. Malika Domrane fait partie des nombreux artistes lancés par Cherif Kheddam, à travers son émission Ighennayen Uzekka (les chanteurs de demain), diffusée dans les années 60 par la Chaîne II de la Radio nationale. C'est avec cette émission, qui a donné naissance à de grands noms de la chanson kabyle comme Idir, Aït Menguellet et autres Nouara, que Kheddam sera connu et hautement apprécié pour avoir déniché des talents, conseillé et encouragé les nouveaux venus au monde de la chanson. Pour le directeur de la culture de Tizi-Ouzou, Ould Ali El Hadi, qui a fait spécialement le déplacement d'Algérie pour assister à l'hommage, la mort de Da Cherif est une "perte incommensurable pour la chanson algérienne, et la chanson kabyle en particulier". "C'est véritablement un monument que l'Algérie vient de perdre. Quelqu'un qui a marqué de son empreinte tant la chanson que la musique et qui a su donner une dimension universelle à la chanson kabyle", a-t-il dit.) Pour Ould Ali, qui a signalé avoir été "délégué personnellement" par la ministre de la Culture pour présenter ses condoléances et celles des pouvoirs publics algériens à la famille du défunt, ce dernier a formé des générations entières d'artistes qui, a-t-il reconnu, "font aujourd'hui la fierté de la chanson algérienne". "Un grand nombre de ces artistes sont aujourd'hui là pour lui rendre un dernier hommage et cela est une preuve tangible de ce que représente véritablement Da Chérif pour nous tous", a-t-il ajouté. Pour Tahar Boudjelil, un ancien compagnon et producteur du défunt, la mort de Cherif Kheddam représente la "perte d'une belle úuvre artistique qui sera, malgré son départ, toujours vivante". "Avant d'être son ami, j'étais admirateur et, par la force des choses, je suis devenu son producteur.
C'est un pur hasard d'autant que ce n'est pas vraiment mon métier, moi qui suis banquier. J'avais soutenu Da Cherif à titre accessoire et amical, dans une œuvre qui restera toujours vivante", a-t-il témoigné. La dépouille mortelle de Cherif Kheddam a été embarquée sur le vol d'Air Algérie de 15h55 à partir de l'aéroport parisien d'Orly. "Le corps sera, selon son le vœu de Da Cherif, acheminé vers le domicile parental à Bouzaréah, sur les hauteurs d'Alger, où une veillé funèbre est prévue dans l'intimité familiale, avant d'être transporté dès l'aube de vendredi vers Ait Bou Messaoud (Tizi-Ouzou), le village natal du défunt artiste, où il sera inhumé", a-t-il précisé. L'auteur-compositeur et interprète Cherif Kheddam est décédé lundi dans un hôpital parisien à l'âge de 85 ans. Réputé pour être le chantre de la musique kabyle en exil, il s'est tenu éloigné de la scène depuis plusieurs années. Ses deux dernières apparitions remontent à avril 2008 et juin 2009 sur la scène du Zénith à Paris, respectivement à l'invitation de Takfarinas et à la faveur d'un hommage à Lounès Matoub. On ne l'avait pas revu sur scène à Alger depuis son gala de l'été 1993 à la salle Atlas. Pour le plus grand bonheur d'un public nombreux et fidèle au maître, Cherif Kheddam était de retour le 31 octobre 2005 à Alger, prélude à un second concert le 18 décembre à Paris.
Une foule nombreuse, composée notamment de proches, d'amis et d'artistes, est venue jeudi rendre un dernier hommage au monument de la chanson kabyle Cherif Kheddam dont la dépouille, exposée au funérarium du Père Lachaise à Paris, a été rapatriée dans l'après-midi vers l'Algérie, pays natal du défunt. Parmi les personnes présentes à la cérémonie de levée du corps, on pouvait remarquer, en plus de nombreux anonymes, la présence de chanteurs lancés et encadrés dès les années 60 par l'auteur-compositeur et interprète qu'était Cherif Kheddam. La tête engoncée dans un chapeau, la chanteuse Malika Domrane a du mal à retenir ses émotions. "Ma présence aujourd'hui à cette cérémonie est pour rendre hommage au grand Maestro qu'a été Da Cherif. Nous perdons en lui le Beethoven de l'Algérie, la terre natale qu'il a tant chérie", a-t-elle confié à l'APS. Pour l'auteure d'Assaru, la mort de Cherif Kheddam est une "grande perte pour la culture algérienne". "Il m'a appris la rigueur, le bon travail et la beauté de l'art. Mes produits ont été toujours le reflet des belles mélodies et des arrangements de Da Cherif", a-t-elle ajouté. Malika Domrane fait partie des nombreux artistes lancés par Cherif Kheddam, à travers son émission Ighennayen Uzekka (les chanteurs de demain), diffusée dans les années 60 par la Chaîne II de la Radio nationale. C'est avec cette émission, qui a donné naissance à de grands noms de la chanson kabyle comme Idir, Aït Menguellet et autres Nouara, que Kheddam sera connu et hautement apprécié pour avoir déniché des talents, conseillé et encouragé les nouveaux venus au monde de la chanson. Pour le directeur de la culture de Tizi-Ouzou, Ould Ali El Hadi, qui a fait spécialement le déplacement d'Algérie pour assister à l'hommage, la mort de Da Cherif est une "perte incommensurable pour la chanson algérienne, et la chanson kabyle en particulier". "C'est véritablement un monument que l'Algérie vient de perdre. Quelqu'un qui a marqué de son empreinte tant la chanson que la musique et qui a su donner une dimension universelle à la chanson kabyle", a-t-il dit.) Pour Ould Ali, qui a signalé avoir été "délégué personnellement" par la ministre de la Culture pour présenter ses condoléances et celles des pouvoirs publics algériens à la famille du défunt, ce dernier a formé des générations entières d'artistes qui, a-t-il reconnu, "font aujourd'hui la fierté de la chanson algérienne". "Un grand nombre de ces artistes sont aujourd'hui là pour lui rendre un dernier hommage et cela est une preuve tangible de ce que représente véritablement Da Chérif pour nous tous", a-t-il ajouté. Pour Tahar Boudjelil, un ancien compagnon et producteur du défunt, la mort de Cherif Kheddam représente la "perte d'une belle úuvre artistique qui sera, malgré son départ, toujours vivante". "Avant d'être son ami, j'étais admirateur et, par la force des choses, je suis devenu son producteur.
C'est un pur hasard d'autant que ce n'est pas vraiment mon métier, moi qui suis banquier. J'avais soutenu Da Cherif à titre accessoire et amical, dans une œuvre qui restera toujours vivante", a-t-il témoigné. La dépouille mortelle de Cherif Kheddam a été embarquée sur le vol d'Air Algérie de 15h55 à partir de l'aéroport parisien d'Orly. "Le corps sera, selon son le vœu de Da Cherif, acheminé vers le domicile parental à Bouzaréah, sur les hauteurs d'Alger, où une veillé funèbre est prévue dans l'intimité familiale, avant d'être transporté dès l'aube de vendredi vers Ait Bou Messaoud (Tizi-Ouzou), le village natal du défunt artiste, où il sera inhumé", a-t-il précisé. L'auteur-compositeur et interprète Cherif Kheddam est décédé lundi dans un hôpital parisien à l'âge de 85 ans. Réputé pour être le chantre de la musique kabyle en exil, il s'est tenu éloigné de la scène depuis plusieurs années. Ses deux dernières apparitions remontent à avril 2008 et juin 2009 sur la scène du Zénith à Paris, respectivement à l'invitation de Takfarinas et à la faveur d'un hommage à Lounès Matoub. On ne l'avait pas revu sur scène à Alger depuis son gala de l'été 1993 à la salle Atlas. Pour le plus grand bonheur d'un public nombreux et fidèle au maître, Cherif Kheddam était de retour le 31 octobre 2005 à Alger, prélude à un second concert le 18 décembre à Paris.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.