ON A TOUJOURS REFUSE DE NOUS ECOUTER. AUJOURD'HUI, ON VA SE FAIT ENTENDRE    El-Tarf : 20 kg de kif saisis, 7 personnes écrouées    Bouchareb annonce un virage à 180 degrés: Le FLN soutient le mouvement populaire    Chlef: La grève des impôts largement suivie    Retards dans le lancement des VRD et malfaçons: Les souscripteurs AADL dénoncent    CAN-2019: Algérie - Gambie, vendredi à 20h45: Le match des jeunes loups de Belmadi    USM Annaba: L'attaque, ce maillon faible    RCK - Démission du président Farès: Un directoire mis en place    Seddik Chihab: Le pays est gouverné par «des forces anticonstitutionnelles»    Tébessa: La pénurie d'eau s'installe    Le coup de pied de l'âne    Algérie - USA: Des experts du FBI pour la formation aux enquêtes sur les vols de patrimoine culture    Programme spécial vacances à la salle Ahmed Bey    200 millions d'euros de dégâts depuis le début du mouvement    «Le mois de mars marqué par "les hauts-faits aux objectifs nobles" du peuple»    Le FLN «rejoint» le mouvement populaire    Refus des visas pour les Algériens    Le GSP bat Prisons du Kenya et passe en quarts    Réunion de travail entre les présidents de clubs et la FABB    Des arbitres nigériens pour Guinée Equatoriale - Algérie des U23    A propos de l'acheminement gratuit du gaz vers la France    Manifestations populaires et perspectives    Saisie de plus de 1.800 comprimés psychotropes    Première section de formation pour les enfants autistes    Les postiers rejoignent el hirak    De l'eau 24h/24 pour les Constantinois dès 2020    Aide du PAM pour plus d'un demi-million de personnes    L'ONU présente un nouveau plan pour le retrait des combattants    Un artiste promis à un million de dollars au Japon    Cheïkh Aïchouba Mostefa dit Si Safa    Célébration du 57e anniversaire de la fête de la victoire    Crise au Venezuela : Washington parle de "négociations positives" avec Moscou    Après près de 30 ans à la tête du pays : Le président kazakh Noursoultan Nazarbaïev démissionne    Tamanrasset : Adapter les textes régissant le commerce extérieur avec les spécificités des régions frontalières    France : La croissance 2019 revue en baisse à 1,4%, dit Le Maire    De pluies assez soutenues    Constantine : Fin des travaux de consolidation des stations du téléphérique    MARCHES POUR LE CHANGEMENT : Les personnels de la santé appellent au "respect de la Constitution", à "l'indépendance de la justice"    Lamamra maintient le cap    Cascade de démentis    VEHICULES CKD-SKD: Légère baisse de la facture d'importation    Les derniers terroristes del'EI acculés au bord de l'Euphrate    Dylan Bronn forfait face à l'Algérie    El-Qods occupée: Escalade israélienne, condamnations et mises en garde palestiniennes    Ghardaïa, la 51e édition de la fête du tapis reportée sine die    Tlemcen : Les accords d'Evian au centre d'une rencontre    Eliminatoires Coupe d'Afrique des Nations 2019.. Mobilis fidèle aux Verts    Ghaza : L'ONU demande à Israël de revoir ses règles d'engagement militaires    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Dda Cherif s'éteint à Paris à l'âge de 85 ans
Il a chanté la liberté de la femme et l'amour de la patrie
Publié dans Le Midi Libre le 28 - 01 - 2012

En 1974, la Kabylie se souvient … Invité à la fête des cerises à Larbaâ Nat Iraten, le père de Tirgaw fenane le rêve d'un artiste devait chanter à sa façon «le temps des cerises.» Il a été empêché comme le fut Mouloud Mammeri en 1980 lors de la présentation de son livre «Poèmes Kabyle anciens» à Tizi-Ouzou.
En 1974, la Kabylie se souvient … Invité à la fête des cerises à Larbaâ Nat Iraten, le père de Tirgaw fenane le rêve d'un artiste devait chanter à sa façon «le temps des cerises.» Il a été empêché comme le fut Mouloud Mammeri en 1980 lors de la présentation de son livre «Poèmes Kabyle anciens» à Tizi-Ouzou.
Déçu, mais pas découragé notre poète qui est rentré au pays en 1963 avait pourtant nourri l'espoir à l'indépendance conquise au prix d'immense sacrifices dans la lutte qu'il chanta d'ailleurs admirablement bien dans sa chanson L'zzayer n'chalah atsehloud (Algérie, puisses-tu panser tes blessures).
Cependant, Dda Cherif s'est fait également le chantre de la beauté et de la liberté de la femme. Féministe à la première heure, celui qui avait appris le Saint Coran en 1948 reconnaissait à la femme des droits indescriptibles. Cherif Kheddam dans ce registre à des textes sublimes. Aussi est-il une voix autorisée dans cet esprit Dda Cherif chante le respect de la femme car celle-ci s'honore par elle-même d'abord dans sa conduite au quotidien et par sa libération dans le travail, et a contrario, elle aura beau se draper dans n'importe quelle bure cela rien ne fera pas pour autant un modèle de vertu. Cette réflexion Cherif Kheddam nous la donne dans sa chanson, D'achou l'hajev t'harit, denif matkesvit, tartah iw garez ouhayek qui se traduit par (Ö femme, nul besoin de te voiler, ta pudeur c'est ton comportement et non pas le tissu dont tu t'enveloppe). Avec son charisme et sa bonté bien chevillée au corps il est à l'origine de l'éclosion d'immences talents grâce à son émission de la chaîne 2 Ichenayene uzzeka.
C'est de cette émission qu'ont apparue aussi, Idir, Ferhat Mehenni, Aït Menguelet, et la diva Nouara pour qui il composa et avec laquelle il chanta divinement. A l'étude de son répertoire, on s'aperçoit que l'artiste a accompli avec une égal talent aussi bien la symphonie, la versification, que l'interprétation. Il est de ces génies pour qui aucun aspect de la chanson n'est étranger à l'instar des plus grands, tels que El Hassnaoui, Elanka, Dahmane, Wahbi, Ferré… on en passe et des meilleurs. Et tous ont célébré la femme dans des textes d'une inoubliable beauté en la mettant d'autant plus en valeur.
Ainsi, Dda Cherif, d'un incommensurable brio a tout chanté, la révolution, la femme, l'amazighité, la patrie avec constance. Qu'on s'en souvienne.
Le maestro est parti sans bruit rejoindre ses compagnons de combat, Kateb Yacine, Mouloud Mammeri, Matoub, Mohya… au Panthéon de la culture et des hommes libres.
Dda Cherif a laissé un bel héritage à la génération future. Qu'il repose en paix ce Monument de la chanson algérienne. Chérif Kheddam a été enterré, hier, dans son village natal de Bou Messaoud dans la wilaya de Tizi-Ouzou.
Déçu, mais pas découragé notre poète qui est rentré au pays en 1963 avait pourtant nourri l'espoir à l'indépendance conquise au prix d'immense sacrifices dans la lutte qu'il chanta d'ailleurs admirablement bien dans sa chanson L'zzayer n'chalah atsehloud (Algérie, puisses-tu panser tes blessures).
Cependant, Dda Cherif s'est fait également le chantre de la beauté et de la liberté de la femme. Féministe à la première heure, celui qui avait appris le Saint Coran en 1948 reconnaissait à la femme des droits indescriptibles. Cherif Kheddam dans ce registre à des textes sublimes. Aussi est-il une voix autorisée dans cet esprit Dda Cherif chante le respect de la femme car celle-ci s'honore par elle-même d'abord dans sa conduite au quotidien et par sa libération dans le travail, et a contrario, elle aura beau se draper dans n'importe quelle bure cela rien ne fera pas pour autant un modèle de vertu. Cette réflexion Cherif Kheddam nous la donne dans sa chanson, D'achou l'hajev t'harit, denif matkesvit, tartah iw garez ouhayek qui se traduit par (Ö femme, nul besoin de te voiler, ta pudeur c'est ton comportement et non pas le tissu dont tu t'enveloppe). Avec son charisme et sa bonté bien chevillée au corps il est à l'origine de l'éclosion d'immences talents grâce à son émission de la chaîne 2 Ichenayene uzzeka.
C'est de cette émission qu'ont apparue aussi, Idir, Ferhat Mehenni, Aït Menguelet, et la diva Nouara pour qui il composa et avec laquelle il chanta divinement. A l'étude de son répertoire, on s'aperçoit que l'artiste a accompli avec une égal talent aussi bien la symphonie, la versification, que l'interprétation. Il est de ces génies pour qui aucun aspect de la chanson n'est étranger à l'instar des plus grands, tels que El Hassnaoui, Elanka, Dahmane, Wahbi, Ferré… on en passe et des meilleurs. Et tous ont célébré la femme dans des textes d'une inoubliable beauté en la mettant d'autant plus en valeur.
Ainsi, Dda Cherif, d'un incommensurable brio a tout chanté, la révolution, la femme, l'amazighité, la patrie avec constance. Qu'on s'en souvienne.
Le maestro est parti sans bruit rejoindre ses compagnons de combat, Kateb Yacine, Mouloud Mammeri, Matoub, Mohya… au Panthéon de la culture et des hommes libres.
Dda Cherif a laissé un bel héritage à la génération future. Qu'il repose en paix ce Monument de la chanson algérienne. Chérif Kheddam a été enterré, hier, dans son village natal de Bou Messaoud dans la wilaya de Tizi-Ouzou.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.