Lutte contre la corruption et la récupération de l'argent pillé    Un lourd fardeau pour les nouveaux magistrats    Ooredoo annonce le rétablissement de son réseau de couverture    Réception fin 2019 des projets annexes du barrage Ouarkis    Lutte contre la corruption et faire de l'Algérie un pays émergent    Près de 2 millions de déplacés rentrent chez eux depuis 2015    Judo : deux nouvelles médailles pour l'Algérie    Delort buteur, Abeid signe ses débuts avec Nantes    Le match contre ses détracteurs    Une jeune femme électrocutée à Béni Dergoune    20 AOUT 1956, LE CONGRES DE LA SOUMMAM : Le tournant décisif    Le documentaire Tideles projeté en avant-première    Anime un concert à Alger    VISA POUR LA FRANCE : Changement des délais de traitement des demandes    COMMERCE : Retour de l'importation des véhicules de moins de 3 ans    SALAIRES NON PAYES : Le Groupe Tahkout apporte des précisions    AFFAIRE AGENCE FONCIERE DE MOSTAGANEM : Le directeur et 3 chefs de services sous contrôle judiciaire    Farida Benyahia, nouvelle présidente du Conseil d'Etat    Les Algériens de France tiennent à la transition    Infernal !    Paul Put contre-attaque    Azzedine Mihoubi en terrain hostile à Béjaïa    De plus en plus d'étudiants algériens dans les universités allemandes    Gratuité de transport pour 720 handicapés    Le corps d'un baigneur retrouvé sur une plage près de Ouréah    Rencontre internationale sur la douleur chronique prochainement à Oran    Le ministère de l'Intérieur suspend ses activités à Aden    Moscou accuse Washington d'y avoir alloué des fonds    Pékin reproche à l'UE de vouloir s'ingérer dans ses affaires    La mer artistique de Mohammed Bakli    Cheba Farida priée de quitter la scène illico presto    Hassen Ferhani doublement primé au Festival de Locarno    Une marche pour réclamer le retour aux principes de la Soummam    Le rôle de l'armée dans la vie politique en Algérie en question    MCO: Premier pari gagné de Chérif El Ouazzani    CRB - NCM, aujourd'hui à 21h00: Tout pour une 1re victoire    Tlemcen : 400 hectares de forêt ravagés par le feu    Guerre des pétroliers : Gibraltar rejette la demande américaine de retenir le Grace 1 iranien    Jeux Africains : La sauteuse Arar accréditée à Rabat    Embouteillages monstres aux accès de la capitale Les retraités de l'ANP empêchés d'atteindre Alger    Karim Younes: Le Panel «ne parle pas au nom peuple, du hirak ou du pouvoir»    Tébessa: L'OPGI, les loyers impayés et le reste    Skikda, El Tarf: L'eau continue de susciter des protestations    Déficit commercial, régulation de l'importation Echec sur toute la ligne    CR Belouizdad: Un problème d'efficacité à régler au plus vite    Une guerre contre l'Iran provoquerait l'effondrement du monde unipolaire    Célébration de la journée de création de la SADC : Sabri Boukadoum appelle les pays membres à renforcer la politique de solidarité en Afrique    Les migrants toujours bloqués à lampédusa    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Dda Cherif s'éteint à Paris à l'âge de 85 ans
Il a chanté la liberté de la femme et l'amour de la patrie
Publié dans Le Midi Libre le 28 - 01 - 2012

En 1974, la Kabylie se souvient … Invité à la fête des cerises à Larbaâ Nat Iraten, le père de Tirgaw fenane le rêve d'un artiste devait chanter à sa façon «le temps des cerises.» Il a été empêché comme le fut Mouloud Mammeri en 1980 lors de la présentation de son livre «Poèmes Kabyle anciens» à Tizi-Ouzou.
En 1974, la Kabylie se souvient … Invité à la fête des cerises à Larbaâ Nat Iraten, le père de Tirgaw fenane le rêve d'un artiste devait chanter à sa façon «le temps des cerises.» Il a été empêché comme le fut Mouloud Mammeri en 1980 lors de la présentation de son livre «Poèmes Kabyle anciens» à Tizi-Ouzou.
Déçu, mais pas découragé notre poète qui est rentré au pays en 1963 avait pourtant nourri l'espoir à l'indépendance conquise au prix d'immense sacrifices dans la lutte qu'il chanta d'ailleurs admirablement bien dans sa chanson L'zzayer n'chalah atsehloud (Algérie, puisses-tu panser tes blessures).
Cependant, Dda Cherif s'est fait également le chantre de la beauté et de la liberté de la femme. Féministe à la première heure, celui qui avait appris le Saint Coran en 1948 reconnaissait à la femme des droits indescriptibles. Cherif Kheddam dans ce registre à des textes sublimes. Aussi est-il une voix autorisée dans cet esprit Dda Cherif chante le respect de la femme car celle-ci s'honore par elle-même d'abord dans sa conduite au quotidien et par sa libération dans le travail, et a contrario, elle aura beau se draper dans n'importe quelle bure cela rien ne fera pas pour autant un modèle de vertu. Cette réflexion Cherif Kheddam nous la donne dans sa chanson, D'achou l'hajev t'harit, denif matkesvit, tartah iw garez ouhayek qui se traduit par (Ö femme, nul besoin de te voiler, ta pudeur c'est ton comportement et non pas le tissu dont tu t'enveloppe). Avec son charisme et sa bonté bien chevillée au corps il est à l'origine de l'éclosion d'immences talents grâce à son émission de la chaîne 2 Ichenayene uzzeka.
C'est de cette émission qu'ont apparue aussi, Idir, Ferhat Mehenni, Aït Menguelet, et la diva Nouara pour qui il composa et avec laquelle il chanta divinement. A l'étude de son répertoire, on s'aperçoit que l'artiste a accompli avec une égal talent aussi bien la symphonie, la versification, que l'interprétation. Il est de ces génies pour qui aucun aspect de la chanson n'est étranger à l'instar des plus grands, tels que El Hassnaoui, Elanka, Dahmane, Wahbi, Ferré… on en passe et des meilleurs. Et tous ont célébré la femme dans des textes d'une inoubliable beauté en la mettant d'autant plus en valeur.
Ainsi, Dda Cherif, d'un incommensurable brio a tout chanté, la révolution, la femme, l'amazighité, la patrie avec constance. Qu'on s'en souvienne.
Le maestro est parti sans bruit rejoindre ses compagnons de combat, Kateb Yacine, Mouloud Mammeri, Matoub, Mohya… au Panthéon de la culture et des hommes libres.
Dda Cherif a laissé un bel héritage à la génération future. Qu'il repose en paix ce Monument de la chanson algérienne. Chérif Kheddam a été enterré, hier, dans son village natal de Bou Messaoud dans la wilaya de Tizi-Ouzou.
Déçu, mais pas découragé notre poète qui est rentré au pays en 1963 avait pourtant nourri l'espoir à l'indépendance conquise au prix d'immense sacrifices dans la lutte qu'il chanta d'ailleurs admirablement bien dans sa chanson L'zzayer n'chalah atsehloud (Algérie, puisses-tu panser tes blessures).
Cependant, Dda Cherif s'est fait également le chantre de la beauté et de la liberté de la femme. Féministe à la première heure, celui qui avait appris le Saint Coran en 1948 reconnaissait à la femme des droits indescriptibles. Cherif Kheddam dans ce registre à des textes sublimes. Aussi est-il une voix autorisée dans cet esprit Dda Cherif chante le respect de la femme car celle-ci s'honore par elle-même d'abord dans sa conduite au quotidien et par sa libération dans le travail, et a contrario, elle aura beau se draper dans n'importe quelle bure cela rien ne fera pas pour autant un modèle de vertu. Cette réflexion Cherif Kheddam nous la donne dans sa chanson, D'achou l'hajev t'harit, denif matkesvit, tartah iw garez ouhayek qui se traduit par (Ö femme, nul besoin de te voiler, ta pudeur c'est ton comportement et non pas le tissu dont tu t'enveloppe). Avec son charisme et sa bonté bien chevillée au corps il est à l'origine de l'éclosion d'immences talents grâce à son émission de la chaîne 2 Ichenayene uzzeka.
C'est de cette émission qu'ont apparue aussi, Idir, Ferhat Mehenni, Aït Menguelet, et la diva Nouara pour qui il composa et avec laquelle il chanta divinement. A l'étude de son répertoire, on s'aperçoit que l'artiste a accompli avec une égal talent aussi bien la symphonie, la versification, que l'interprétation. Il est de ces génies pour qui aucun aspect de la chanson n'est étranger à l'instar des plus grands, tels que El Hassnaoui, Elanka, Dahmane, Wahbi, Ferré… on en passe et des meilleurs. Et tous ont célébré la femme dans des textes d'une inoubliable beauté en la mettant d'autant plus en valeur.
Ainsi, Dda Cherif, d'un incommensurable brio a tout chanté, la révolution, la femme, l'amazighité, la patrie avec constance. Qu'on s'en souvienne.
Le maestro est parti sans bruit rejoindre ses compagnons de combat, Kateb Yacine, Mouloud Mammeri, Matoub, Mohya… au Panthéon de la culture et des hommes libres.
Dda Cherif a laissé un bel héritage à la génération future. Qu'il repose en paix ce Monument de la chanson algérienne. Chérif Kheddam a été enterré, hier, dans son village natal de Bou Messaoud dans la wilaya de Tizi-Ouzou.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.