Le ras-le-bol    Allez-y tout doucement Messieurs !    Exportation: Les aveux du président de l'ANEXAL    Internet: Le très haut débit arrive    L'Europe sommée de faire allégeance à Trump    Conférence internationale sur la sécurité: La fracture de l'Occident    MC Alger: Des ratages à tous les niveaux    Le Complexe olympique de Belgaïd aborde sa dernière ligne droite: Le poids des «aberrations» du passé et des «fausses» réserves    RC Relizane: Latrèche démissionne, Beldjilali limogé    Bouira: Deux hommes se tuent en parapente    Prescription des traitements d'oncologie innovants: Le ministère de la Santé revoit sa copie    80ème anniversaire de la Guerre civile espagnole: Oran, pour un hommage aux réfugiés républicains    Le terroir algérien à l'honneur: Une semaine gastronomique de la ville d'El Oued à l'hôtel Royal    Commémoration de la Journée du Chahid    Le NC Magra résiste au RC Relizane    La France domine la compétition, l'Algérie au tableau des 32    Tunisie - Algérie 1-1 en amical    La révolution algérienne, un exemple pour la liberté des peuples    Abdelaziz Bouteflika : «L'Algérie attachée à ce choix stratégique et populaire»    Djalleb promet plus de facilitations pour les jeunes    Certaines revendications des syndicats ne relèvent pas des compétences du ministère    Bordj-Menaiel expose ses problèmes    L'auteur du crime de Bendaoued placé en détention préventive    Réformes politiques et économiques    La revendication sociale se transforme en atteinte à la Sûreté de l'Etat    Un plan d'aménagement urbain en phase de maturation    Tartit, le désert au féminin pluriel    Ou l'histoire d'un amour impossible    Soirée targuie avec Tikoubaouine    17 millions de dinars dérobés !    Horreur à Haouch El Makhfi    Un terroriste arrêté à Alger    Selon Moscou : Un coup d'Etat militaire au Venezuela devient une priorité des USA    L'opposition cherche toujours un candidat    Chine : Les prix ralentissent, la crainte d'une déflation monte    EDF : L'Ebitda a rebondi en 2018 mais risque de stagner cette année    Agence nationale de l'aviation civile : Contrôle, régulation et supervision sont ses missions essentielles    Accord de pêche UE-Maroc : Appel au boycott des produits issus du Sahara occidental occupé    Oran a son orchestre symphonique    14e Salon international de défense à Abou Dhabi.. Gaïd Salah prend part à l'ouverture    En adressant un message aux pays de la région.. Bouteflika exprime le vœu de relancer l'UMA    Coupe du monde de sabre féminin «juniors».. La Française Sarah Noutcha remporte l'étape d'Alger    Escalade des attaques de colons contre les Palestiniens    L'opposition sceptique    Les Algériens en conquérants    Les meilleurs réunis autour d'une exposition collective    Présidentielle 2019: Une campagne avant l'heure et des protestations    Nigeria : L'élection présidentielle reportée d'une semaine    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les candidats réclament une réforme politique
KOWEIT, legislatives
Publié dans Le Midi Libre le 31 - 01 - 2012

Les candidats aux élections législatives anticipées, prévues jeudi au Koweït, réclament une réforme politique en profondeur et l'adoption d'une nouvelle Constitution, ont rapporté dimanche des médias. "Il est temps de réécrire la Constitution", a affirmé le candidat indépendant Youssef al-Badah lors d'un récent rassemblement électoral. "La Constitution date de 1962, et depuis, tout a changé", a indiqué l'ancien député libéral Abdel Rahman al-Anjari, à nouveau candidat, dans un communiqué. Ces législatives anticipées prévues pour le 2 février ont été convoquées après la dissolution début décembre de la Chambre, consécutive à la démission du Premier ministre, cheikh Nasser Mohammed al-Ahmad Al-Sabah, et de son gouvernement à la suite d'une vague de manifestations populaires qui ont demandé l'établissement d'une monarchie constitutionnelle. 38 des 50 membres de la Chambre dissoute et 17 anciens députés et ministres figurent parmi les 330 candidats en lice. Vingt-quatre femmes sont candidates. Les femmes représentent environ 54% des 400.000 électeurs du pays.
SENEGAL, présidentielle
La liste initiale confirmée par le Conseil constitutionnel
Le Conseil constitutionnel du Sénégal a confirmé, dans la nuit de dimanche à lundi, la liste des candidats à la présidentielle de février, rendue publique vendredi, et sur laquelle figure, notamment, le chef de l'Etat sortant, M. Abdoulaye Wade. Dans son arrêt, le Conseil stipule que les requêtes présentées par des opposants pour l'annulation de la candidature de M. Wade et celle de ce dernier contre trois de ces opposants sont "recevables", mais "non fondées". Le Conseil constitutionnel devait se prononcer sur les recours en annulation de la candidature Wade déposés par sept candidats d'opposition qui la jugeaient "non conforme à la Constitution", affirmant qu'élu en 2000, réélu en 2007, M. Wade, 85 ans, a épuisé ses deux mandats légaux. Le président sortant avait également saisi le Conseil pour obtenir l'invalidation de la candidature de trois de ses opposants, d'anciens proches. La requête du chanteur Youssou Ndour, qui récusait l'invalidation de sa propre candidature par le Conseil, au motif qu'il n'avait pas présenté un nombre suffisant de signatures valides pour le soutenir, a également été jugée non fondée.
Les candidats aux élections législatives anticipées, prévues jeudi au Koweït, réclament une réforme politique en profondeur et l'adoption d'une nouvelle Constitution, ont rapporté dimanche des médias. "Il est temps de réécrire la Constitution", a affirmé le candidat indépendant Youssef al-Badah lors d'un récent rassemblement électoral. "La Constitution date de 1962, et depuis, tout a changé", a indiqué l'ancien député libéral Abdel Rahman al-Anjari, à nouveau candidat, dans un communiqué. Ces législatives anticipées prévues pour le 2 février ont été convoquées après la dissolution début décembre de la Chambre, consécutive à la démission du Premier ministre, cheikh Nasser Mohammed al-Ahmad Al-Sabah, et de son gouvernement à la suite d'une vague de manifestations populaires qui ont demandé l'établissement d'une monarchie constitutionnelle. 38 des 50 membres de la Chambre dissoute et 17 anciens députés et ministres figurent parmi les 330 candidats en lice. Vingt-quatre femmes sont candidates. Les femmes représentent environ 54% des 400.000 électeurs du pays.
SENEGAL, présidentielle
La liste initiale confirmée par le Conseil constitutionnel
Le Conseil constitutionnel du Sénégal a confirmé, dans la nuit de dimanche à lundi, la liste des candidats à la présidentielle de février, rendue publique vendredi, et sur laquelle figure, notamment, le chef de l'Etat sortant, M. Abdoulaye Wade. Dans son arrêt, le Conseil stipule que les requêtes présentées par des opposants pour l'annulation de la candidature de M. Wade et celle de ce dernier contre trois de ces opposants sont "recevables", mais "non fondées". Le Conseil constitutionnel devait se prononcer sur les recours en annulation de la candidature Wade déposés par sept candidats d'opposition qui la jugeaient "non conforme à la Constitution", affirmant qu'élu en 2000, réélu en 2007, M. Wade, 85 ans, a épuisé ses deux mandats légaux. Le président sortant avait également saisi le Conseil pour obtenir l'invalidation de la candidature de trois de ses opposants, d'anciens proches. La requête du chanteur Youssou Ndour, qui récusait l'invalidation de sa propre candidature par le Conseil, au motif qu'il n'avait pas présenté un nombre suffisant de signatures valides pour le soutenir, a également été jugée non fondée.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.