Soudan, une troisième révolution ?    Ce que veut la rue, en Algérie    Me Bouchachi favorable à un accompagnement de la période de la transition par l'ANP    Un inconnu à la tête du Conseil constitutionnel    L'AGEx de la FAC aujourd'hui à Ghermoul    Yemma Gouraya, dix ans plus tard !    Ghorbal, Gourari et Etchiali retenus    Des étudiants interpellés à l'intérieur de la faculté de droit    Stress, le nouvel ennemi de la peau    Gâteaux au café    Aucune baisse    Pas question d'en rester là ! (fin)    Ahmed Malek, le «Ennio Morricone algérien»    L'écrivain et dramaturge Aziz Chouaki n'est plus    Crise libyenne : Consternation et horreur à Tripoli    Contestation au Soudan : Omar El Béchir jeté en prison    Le géant «peuple» viendra à bout du nain «système»    Division nationale Amateur - Ouest: Six clubs sous la menace de la relégation    Sit-in des syndicalistes du CMT devant le siège de l'UGTA    La catastrophe de Notre-Dame de Paris    Projets du groupe Cevital bloqués: Rebrab entendu par la Gendarmerie    Solidarité Ramadhan: Des virements CCP pour 1.100 familles démunies    Bilan des différents services des urgences du CHUO: 16.293 consultations et 2.039 hospitalisations durant le mois dernier    Ils ont déposé des dossiers de logements depuis plusieurs années: Les mal-logés des quartiers populaires interpellent le wali    Ils demandent le départ du sytème: Les avocats protestent    Audiovisuel: L'ARAV appelle au respect des principes de déontologie et de service public    Division nationale Amateur - Est: L'USM Khenchela repasse en tête !    Division nationale Amateur - Centre: L'ESBA et le RCA ne se lâchent plus    LES ENVAHISSEURS    Système éducatif et deuxième République...    Compagnie aérienne : Tassili Airlines rouvre sa ligne Strasbourg-Oran    Forum Russie-Monde arabe: La sécurité et la stabilité en tête des priorités    Pourquoi le KGB n'a pas pu empêcher l'effondrement de l'URSS    Exportation hors-hydrocarbures: Un cadre juridique propice est nécessaire    Présidentielle du 4 juillet : Les partis de l'opposition n'y participeront pas    La solution la plus douce politiquement à la crise    Afin de booster le climat d'affaires local : Les Douanes se dotent d'un nouveau système d'information    L'ANP veille "sans répit"    Les précisions du gouvernement    Le groupe Benamor se disculpe    Youm El îlm.. Hommage à Benbadis à Constantine    Arrivés de Libye.. Onze diplomates français armés arrêtés en Tunisie    USM Alger Rebbouh Haddad : «Céder les actions du club ? Ce ne sont que des spéculations»    Après le report de la 26e journée de la Ligue 1 au 21 avril.. La demi-finale JSMB-ESS décalée au 25 avril    Relizane.. Boissons alcoolisées saisies    Boumerdès.. Préparatifs pour la réussite de la saison estivale    Soudan : L'UA lance un ultimatum aux militaires    Lancement à Paris d'un certificat international    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les candidats réclament une réforme politique
KOWEIT, legislatives
Publié dans Le Midi Libre le 31 - 01 - 2012

Les candidats aux élections législatives anticipées, prévues jeudi au Koweït, réclament une réforme politique en profondeur et l'adoption d'une nouvelle Constitution, ont rapporté dimanche des médias. "Il est temps de réécrire la Constitution", a affirmé le candidat indépendant Youssef al-Badah lors d'un récent rassemblement électoral. "La Constitution date de 1962, et depuis, tout a changé", a indiqué l'ancien député libéral Abdel Rahman al-Anjari, à nouveau candidat, dans un communiqué. Ces législatives anticipées prévues pour le 2 février ont été convoquées après la dissolution début décembre de la Chambre, consécutive à la démission du Premier ministre, cheikh Nasser Mohammed al-Ahmad Al-Sabah, et de son gouvernement à la suite d'une vague de manifestations populaires qui ont demandé l'établissement d'une monarchie constitutionnelle. 38 des 50 membres de la Chambre dissoute et 17 anciens députés et ministres figurent parmi les 330 candidats en lice. Vingt-quatre femmes sont candidates. Les femmes représentent environ 54% des 400.000 électeurs du pays.
SENEGAL, présidentielle
La liste initiale confirmée par le Conseil constitutionnel
Le Conseil constitutionnel du Sénégal a confirmé, dans la nuit de dimanche à lundi, la liste des candidats à la présidentielle de février, rendue publique vendredi, et sur laquelle figure, notamment, le chef de l'Etat sortant, M. Abdoulaye Wade. Dans son arrêt, le Conseil stipule que les requêtes présentées par des opposants pour l'annulation de la candidature de M. Wade et celle de ce dernier contre trois de ces opposants sont "recevables", mais "non fondées". Le Conseil constitutionnel devait se prononcer sur les recours en annulation de la candidature Wade déposés par sept candidats d'opposition qui la jugeaient "non conforme à la Constitution", affirmant qu'élu en 2000, réélu en 2007, M. Wade, 85 ans, a épuisé ses deux mandats légaux. Le président sortant avait également saisi le Conseil pour obtenir l'invalidation de la candidature de trois de ses opposants, d'anciens proches. La requête du chanteur Youssou Ndour, qui récusait l'invalidation de sa propre candidature par le Conseil, au motif qu'il n'avait pas présenté un nombre suffisant de signatures valides pour le soutenir, a également été jugée non fondée.
Les candidats aux élections législatives anticipées, prévues jeudi au Koweït, réclament une réforme politique en profondeur et l'adoption d'une nouvelle Constitution, ont rapporté dimanche des médias. "Il est temps de réécrire la Constitution", a affirmé le candidat indépendant Youssef al-Badah lors d'un récent rassemblement électoral. "La Constitution date de 1962, et depuis, tout a changé", a indiqué l'ancien député libéral Abdel Rahman al-Anjari, à nouveau candidat, dans un communiqué. Ces législatives anticipées prévues pour le 2 février ont été convoquées après la dissolution début décembre de la Chambre, consécutive à la démission du Premier ministre, cheikh Nasser Mohammed al-Ahmad Al-Sabah, et de son gouvernement à la suite d'une vague de manifestations populaires qui ont demandé l'établissement d'une monarchie constitutionnelle. 38 des 50 membres de la Chambre dissoute et 17 anciens députés et ministres figurent parmi les 330 candidats en lice. Vingt-quatre femmes sont candidates. Les femmes représentent environ 54% des 400.000 électeurs du pays.
SENEGAL, présidentielle
La liste initiale confirmée par le Conseil constitutionnel
Le Conseil constitutionnel du Sénégal a confirmé, dans la nuit de dimanche à lundi, la liste des candidats à la présidentielle de février, rendue publique vendredi, et sur laquelle figure, notamment, le chef de l'Etat sortant, M. Abdoulaye Wade. Dans son arrêt, le Conseil stipule que les requêtes présentées par des opposants pour l'annulation de la candidature de M. Wade et celle de ce dernier contre trois de ces opposants sont "recevables", mais "non fondées". Le Conseil constitutionnel devait se prononcer sur les recours en annulation de la candidature Wade déposés par sept candidats d'opposition qui la jugeaient "non conforme à la Constitution", affirmant qu'élu en 2000, réélu en 2007, M. Wade, 85 ans, a épuisé ses deux mandats légaux. Le président sortant avait également saisi le Conseil pour obtenir l'invalidation de la candidature de trois de ses opposants, d'anciens proches. La requête du chanteur Youssou Ndour, qui récusait l'invalidation de sa propre candidature par le Conseil, au motif qu'il n'avait pas présenté un nombre suffisant de signatures valides pour le soutenir, a également été jugée non fondée.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.