Enfin libre    La Cour suprême approuve le pourvoi en cassation    Les "entorses" à la justice dans l'affaire Karim Tabbou    Sonatrach ouvre des discussions sur les contrats gaziers    Un programme d'urgence pour atténuer l'impact du stress hydrique    Conférence internationale sur la protection sociale    Nouveau tir d'un missile balistique    Douze ans après, Yahia Chérif de retour au RC Kouba    Paqueta augmente la charge de travail    Le Libyen Shuhoub Abdulbasit au sifflet    Quand les parents et les enfants jouent avec la mort    Raccordement de plus de 450 foyers au réseau d'électricité en deux mois    SmaIl Yefsah L'inoubliable voix    Ken Loach a opté pour "La Bataille d'Alger"    Grande rencontre sur la microentreprise    Constantine contredit Medaouar    Les Algériennes pour prendre option    Barcelone pour redémarrer, Manchester pour se rassurer    Branle-bas de combat chez les partis    Astuces pour une meilleure visibilité    Le Premier ministre confirme    Entre fermeture et menus réduits    Saisie de 6 263 unités de produits pyrotechniques    La colère du FFS    L'état d'exception : une dictature constitutionnelle ?    Dbeyba et ses alliés font tout pour se maintenir au pouvoir : Doutes sur les élections du 24 décembre en Libye    Editions Média-Plus. Ici, on noya les Algériens de Fabrice Riceputi : Silence, on tue des Algériens    Jaoudet Gassouma-écrivain, journaliste, plasticien, réalisateur et enseignant : «Mes sujets sont en quête de reconstruction et de résilience»    Premier ministre: L'Algérie déterminée à accélérer les réformes structurelles    Une union truffée de non-dits    JS Kabylie: Toujours les mêmes ambitions    Filière lait: Les producteurs appellent à une solution concernant la marge bénéficiaire    Hamdoullah dima la baisse !    Virée au Palais de justice    Des rejets «excessifs et arbitraires»    La face «cachée» du «Bâtiment»    Le chemin est encore long    Neuf éditions déjà!    La nuit du pétard    Les pétards ont «mis le feu»    La Tunisie sollicite l'aide de l'Algérie    L'armée française tue une femme pendant une poursuite    Les dirigeants unis contre l'enquête, pour maintenir l'impunité    Les clubs déclarent la guerre à Newcastle    Des émissaires de Sassou Nguesso en mission de «conciliation»    Belabed appelle à inculquer la lecture aux enfants    Documentaire sur la solidarité Algéro-Chilienne    Assia Djebar: le manuscrit inachevé    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Des œuvres en... pâte à modeler
Etablissement arts et culture, exposition de Rédha Chellal
Publié dans Le Midi Libre le 31 - 01 - 2012

La «simple» pâte à modeler scolaire permet à l'artiste Redha Chellal ben Mouhamed de faire exploser sa fantaisie, laissant libre cours à son imagination et au final livrer des tableaux révolutionnaires de haute facture.
La «simple» pâte à modeler scolaire permet à l'artiste Redha Chellal ben Mouhamed de faire exploser sa fantaisie, laissant libre cours à son imagination et au final livrer des tableaux révolutionnaires de haute facture.
L'Etablissement Arts et Culture, situé à la place Audin, accueille du 26 de ce mois au 6 du mois prochain, une exposition de tableaux réalisés à base de... pâte à modeler scolaire. C'est réellement une première en la matière, si on exclut les «œuvres» de nos chères têtes brunes l'auteur de cette innovation est l'artiste-peintre Redha Chellal ben Mouhamed.
Une technique révolutionnaire qui laisse rêveur devant la technicité employée par l'artiste pour faire de cette matière «commune» de véritables chefs-d'œuvres. Les tableaux de l'artiste, exposés dans le hall de l'Etablissement Arts et Culture sont véritablement admirable et il faut s'y prendre à deux fois pour remarquer la matière inusitée employée par l'artiste. Ainsi la simple pâte à modeler scolaire permet à Redha Chellal ben Mouhamed de faire exploser sa fantaisie, laissant libre cours à son imagination et au final livrer des tableaux de haute facture. L'artiste Redha Chellal, nous invite à pénétrer dans son univers coloré en nous faisant découvrir sa nouvelle technique de peinture, à ce propos il dira : « J'ai toujours été passionné de dessin, et cela depuis mon enfance. J'ai débuté avec de techniques classiques avant de développer mes propre méthodes. Pour cela j'ai choisi la pâte à modeler scolaire qui me permet de mettre en couleurs mes idées selon mon propre style d'expression artistique ». Les tableaux de l'artiste Redha Chellal sont inspirés des multiples traditions algériennes et de la vie de tous les jours. Les coutumes, traditions et même les diverses légendes algériennes. Cette matière un peu déroutante pour le profane qui découvre ces toiles a permis la réalisation de tableaux sur lesquels éclatent un assemblage de couleurs et une riche diversité de thèmes. «Les trois sacrées femmes» ; «L'amoureuse» et «Invasion culturelle» sont parmi les œuvres exposées par l'artiste. Le tableau
« Invasion culturelle » offre un regard croisé entre deux couleurs dominantes : le noir et le bleu. Il représente l'éventuelle menace culturelle que laisse planer la mondialisation et l'influence des médias étrangers sur la société algérienne. À ce propos, le talentueux Redha Chellal explique : « J'ai voulu exprimer ma vision d'artiste sur le danger qui menace les coutumes et traditions de la société algérienne. J'ai tenté de les traduire sur mon œuvre, qui est en quelque sorte une adversité entre deux régimes culturels de la société : tradition et mondialisation ». L'artiste-peintre Redha Chellal ben Mohamed est originaire de la wilaya de Sétif. Né le 11 juin 1971 il a toujours été un passionné de peinture depuis son enfance. Il a été conforté et soutenu dans sa vocation, première admiratrice de l'artiste. Il a aussi été encouragé et plus ou moins encadré par l'artiste-peintre, issu de l'Ecole des beaux arts, Zaaboubi Abderrahmane, ce dernier lui a inculqué les bases de la peinture universelle.
Il a essayé de ne pas reproduire ou copier les méthodes déjà utilisées par les autres artistes, s'engageant résolument à développer ses idées novatrices. Ainsi il nous offre cette exposition, pas comme les autres, qui témoigne d'un esprit artistique libréré de toute entrave. Une exposition à savourer sans modération pour les amoureux des belles œuvres.
L'Etablissement Arts et Culture, situé à la place Audin, accueille du 26 de ce mois au 6 du mois prochain, une exposition de tableaux réalisés à base de... pâte à modeler scolaire. C'est réellement une première en la matière, si on exclut les «œuvres» de nos chères têtes brunes l'auteur de cette innovation est l'artiste-peintre Redha Chellal ben Mouhamed.
Une technique révolutionnaire qui laisse rêveur devant la technicité employée par l'artiste pour faire de cette matière «commune» de véritables chefs-d'œuvres. Les tableaux de l'artiste, exposés dans le hall de l'Etablissement Arts et Culture sont véritablement admirable et il faut s'y prendre à deux fois pour remarquer la matière inusitée employée par l'artiste. Ainsi la simple pâte à modeler scolaire permet à Redha Chellal ben Mouhamed de faire exploser sa fantaisie, laissant libre cours à son imagination et au final livrer des tableaux de haute facture. L'artiste Redha Chellal, nous invite à pénétrer dans son univers coloré en nous faisant découvrir sa nouvelle technique de peinture, à ce propos il dira : « J'ai toujours été passionné de dessin, et cela depuis mon enfance. J'ai débuté avec de techniques classiques avant de développer mes propre méthodes. Pour cela j'ai choisi la pâte à modeler scolaire qui me permet de mettre en couleurs mes idées selon mon propre style d'expression artistique ». Les tableaux de l'artiste Redha Chellal sont inspirés des multiples traditions algériennes et de la vie de tous les jours. Les coutumes, traditions et même les diverses légendes algériennes. Cette matière un peu déroutante pour le profane qui découvre ces toiles a permis la réalisation de tableaux sur lesquels éclatent un assemblage de couleurs et une riche diversité de thèmes. «Les trois sacrées femmes» ; «L'amoureuse» et «Invasion culturelle» sont parmi les œuvres exposées par l'artiste. Le tableau
« Invasion culturelle » offre un regard croisé entre deux couleurs dominantes : le noir et le bleu. Il représente l'éventuelle menace culturelle que laisse planer la mondialisation et l'influence des médias étrangers sur la société algérienne. À ce propos, le talentueux Redha Chellal explique : « J'ai voulu exprimer ma vision d'artiste sur le danger qui menace les coutumes et traditions de la société algérienne. J'ai tenté de les traduire sur mon œuvre, qui est en quelque sorte une adversité entre deux régimes culturels de la société : tradition et mondialisation ». L'artiste-peintre Redha Chellal ben Mohamed est originaire de la wilaya de Sétif. Né le 11 juin 1971 il a toujours été un passionné de peinture depuis son enfance. Il a été conforté et soutenu dans sa vocation, première admiratrice de l'artiste. Il a aussi été encouragé et plus ou moins encadré par l'artiste-peintre, issu de l'Ecole des beaux arts, Zaaboubi Abderrahmane, ce dernier lui a inculqué les bases de la peinture universelle.
Il a essayé de ne pas reproduire ou copier les méthodes déjà utilisées par les autres artistes, s'engageant résolument à développer ses idées novatrices. Ainsi il nous offre cette exposition, pas comme les autres, qui témoigne d'un esprit artistique libréré de toute entrave. Une exposition à savourer sans modération pour les amoureux des belles œuvres.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.