Le Président Tebboune entame lundi une visite de travail en République arabe d'Egypte    Barça : Memphis Depay de retour en Eredivisie ?    Lancement d'une nouvelle campagne nationale de vaccination    Foot/ Ligue 2 : victoire de l'ASM Oran devant le MC Saida (2-0)    Wilaya d'Alger: réseau de trafic de stupéfiants démantelé et plus de 2.000 comprimés psychotropes saisis    Mostaganem: exportation de câbles électriques au Sénégal    Le peuple sahraoui déterminé à défendre son droit à l'indépendance par tous les moyens légitimes    Le FFS dénonce "une grave dérive du pouvoir"    L'Allemagne va livrer à l'Ukraine un hôpital de campagne    Foot, force et démocratie    Les avocats prônent la prudence    Barça : Ansu Fati face à un choix difficile    "L'Algérie a les moyens de rivaliser avec les meilleures nations au monde"    "Je vais me remettre en question"    Lait subventionné : l'augmentation du prix n'est pas à l'ordre du jour    Placement de près de 19 000 demandeurs d'emploi en 2021    Le Cnapeste reporte sa grève    Quand la quête de vérité met la lumière sur un passé sombre    Taghit, une source d'inspiration pour les artistes    Au moins 70 morts dans une frappe de la coalition contre une prison    Le Cameroun sur le chemin des Verts    Cap sur la Coupe de la CAF !    Les championnats à huis clos    Pressions franco-allemandes sur Kaïs Saïed    44,6 millions d'habitants en Algérie en janvier 2021    Recul de l'activité au 3e trimestre 2021    Plus de 20 000 interventions effectuées par la Direction du commerce en 2021    Qui succédera à Mohcine Belabbas ?    T'wakhdhet !    Deux en un sur le podium    Il y a dix ans nous quittait Cherif Kheddam    Déficiences comblées ?    Le miracle argentin en temps de Covid    Une nouvelle opération de rapatriement: 155 Subsahariens reconduits vers les frontières    Sonelgaz: Le pôle urbain «Ahmed Zabana» raccordé au gaz de ville    Un pays antichoc    113 postes de formation en doctorat ouverts    Les voleurs de câbles de Séraidi sous les verrous    L'Algérie déterminée à dire son mot    La menace «jihadiste» nourrit le sentiment anti-peul    Les combats entre Kurdes et Daesh font plus de 70 morts    Algérie nouvelle : la mise sur orbite    «Ma rencontre avec la mort»    «Nous partageons une Histoire complexe»    Le moudjahid Cherif Athmane n'est plus    L'urbanisme et les Algériens    Bouslimani affiche ses intentions    Les sénatoriales à l'épreuve des alliances    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Histoire d'une rencontre projeté à Oran
ZOOM SUR Brahim Tsaki
Publié dans Le Midi Libre le 08 - 02 - 2012

Le film Histoire d'une rencontre de Brahim Tsaki, a été projeté lundi à la cinémathèque d'Oran dans le cadre de la deuxième journée du cycle dédié à ce cinéaste qui compte parmi ceux qui ont apporté leurs lettres de noblesse au 7ème Art algérien.
"Histoire d'une rencontre" (hikayat liqaa) dont la réalisation remonte à 1983, fut récompensé du Grand Prix Etalon de Yennenga au 9e Festival panafricain du cinéma de Ouagadougou (Fespaco, Burkina Faso, 1985) qui constitue la plus prestigieuse récompense de cette manifestation culturelle internationale. Brahim Tsaki est dans ce contexte le premier réalisateur algérien à avoir remporté ce Grand Prix du Fespaco qui distingue notamment les auteurs rendant mieux compte de l'identité culturelle Africaine.
Salué par les critiques comme une belle expression métaphorique sur les rapports Nord-Sud, "Histoire d'une rencontre" prend son prétexte dans la sympathie nouée par deux sourds-muets, une fille d'un ingénieur américain et un garçon du pays où ils font connaissance près d'une base d'exploitation pétrolière située quelque part dans le tiers-monde. Le film s'attache aux sentiments qui rapprochent ces deux personnages et à l'émouvante relation qui se développera en dépit de leurs conditions de vie diamétralement opposées, elle vivant dans le confort et lui dans un modeste milieu social.
Les deux rôles sont interprétés par Carine Mattys et Boumediene Belasri, sourd-muet dans la vie réelle et acteur fétiche de Brahim Tsaki pour avoir également joué le rôle principal dans son premier long-métrage Les Enfants du vent (1980) et sa dernière création Ayrouwen en 2007.
Histoire d'une rencontre qui a été produit par l'ex-Office national pour le commerce et l'industrie cinématographique (ONCIC) vaut également par la qualité du scénario signé Yamina Kessar, la touche artistique du musicien Safy Boutella et des autres membres de l'équipe technique.
Aux yeux des cinéphiles, cette oeuvre s'inscrit indubitablement dans la lignée des premières oeuvres de Brahim Tsaki, à l'image de son premier court-métrage Gare de triage et Les enfants du vent projetés dimanche à l'ouverture de cette rétrospective. Dans le cadre du cycle consacré à ce cinéaste jusqu'à jeudi prochain, le public de la cinémathèque d'Oran aura l'occasion de revoir deux autres créations originales intitulées Les enfants des néons (1990) et Ayrouwen (Il était une fois) qui a obtenu le grand Prix Issni N'Ourgh du Festival du film amazigh d'Agadir (Maroc, 2009) et le Prix de la meilleure photographie au Festival international du film arabe d'Oran en 2008. Ce cycle intitulé "Zoom sur Brahim Tsaki" constitue la première étape d'un programme dédié aux cinéastes algériens formés en Belgique, organisé par l'Agence algérienne pour le rayonnement culturel (AARC) en partenariat avec la délégation de Wallonie Bruxelles à Alger.
Le film Histoire d'une rencontre de Brahim Tsaki, a été projeté lundi à la cinémathèque d'Oran dans le cadre de la deuxième journée du cycle dédié à ce cinéaste qui compte parmi ceux qui ont apporté leurs lettres de noblesse au 7ème Art algérien.
"Histoire d'une rencontre" (hikayat liqaa) dont la réalisation remonte à 1983, fut récompensé du Grand Prix Etalon de Yennenga au 9e Festival panafricain du cinéma de Ouagadougou (Fespaco, Burkina Faso, 1985) qui constitue la plus prestigieuse récompense de cette manifestation culturelle internationale. Brahim Tsaki est dans ce contexte le premier réalisateur algérien à avoir remporté ce Grand Prix du Fespaco qui distingue notamment les auteurs rendant mieux compte de l'identité culturelle Africaine.
Salué par les critiques comme une belle expression métaphorique sur les rapports Nord-Sud, "Histoire d'une rencontre" prend son prétexte dans la sympathie nouée par deux sourds-muets, une fille d'un ingénieur américain et un garçon du pays où ils font connaissance près d'une base d'exploitation pétrolière située quelque part dans le tiers-monde. Le film s'attache aux sentiments qui rapprochent ces deux personnages et à l'émouvante relation qui se développera en dépit de leurs conditions de vie diamétralement opposées, elle vivant dans le confort et lui dans un modeste milieu social.
Les deux rôles sont interprétés par Carine Mattys et Boumediene Belasri, sourd-muet dans la vie réelle et acteur fétiche de Brahim Tsaki pour avoir également joué le rôle principal dans son premier long-métrage Les Enfants du vent (1980) et sa dernière création Ayrouwen en 2007.
Histoire d'une rencontre qui a été produit par l'ex-Office national pour le commerce et l'industrie cinématographique (ONCIC) vaut également par la qualité du scénario signé Yamina Kessar, la touche artistique du musicien Safy Boutella et des autres membres de l'équipe technique.
Aux yeux des cinéphiles, cette oeuvre s'inscrit indubitablement dans la lignée des premières oeuvres de Brahim Tsaki, à l'image de son premier court-métrage Gare de triage et Les enfants du vent projetés dimanche à l'ouverture de cette rétrospective. Dans le cadre du cycle consacré à ce cinéaste jusqu'à jeudi prochain, le public de la cinémathèque d'Oran aura l'occasion de revoir deux autres créations originales intitulées Les enfants des néons (1990) et Ayrouwen (Il était une fois) qui a obtenu le grand Prix Issni N'Ourgh du Festival du film amazigh d'Agadir (Maroc, 2009) et le Prix de la meilleure photographie au Festival international du film arabe d'Oran en 2008. Ce cycle intitulé "Zoom sur Brahim Tsaki" constitue la première étape d'un programme dédié aux cinéastes algériens formés en Belgique, organisé par l'Agence algérienne pour le rayonnement culturel (AARC) en partenariat avec la délégation de Wallonie Bruxelles à Alger.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.