Raffinerie d'Alger: mise en service des unités de production    Real : Hazard face à un choix compliqué    L'ancien chef du protocole de Bouteflika en prison    Communiqués poussés par des vents contraires et panique chez les PPE    Conseils d'éthique pour l'université    Lait subventionné, la pénurie perdure    Pourquoi un Parlement en Iran ?    Du monde unipolaire à l'avènement d'un nouveau monde multipolaire (2e partie)    Fraude et irrégularités à la présidentielle au Togo    Libye : Haftar avance ses pions dans l'ouest amazigh    Bernie Sanders favori pour affronter Donald Trump    Un an de prison requis contre Fodil Boumala    Enfin le derby de la capitale !    Farès rejoue six mois plus tard    Rentrée professionnelle: la nomenclature de la formation étoffée par 4 nouvelles spécialités    Hasna El Becharia en concert à Alger    ...Sortir ...Sortir ...Sortir ...    «Un solfège thématique»    Participation du film Synapse au Festival de Louxor    L'ANFC interpelle le chef de l'Etat et le ministre de la Justice    Tibane rend hommage à Rachid Talbi    Un représentant du FMI souligne une "vraie volonté de changement" de la situation économique    Congestion routière à Alger: plus de 100 points noirs recensés    Coronavirus : Onze villes en quarantaine en Italie    Afrique de l'Ouest : Les organisations terroristes «coordonnent» leurs opérations    Enamarbre de Skikda : Les travailleurs exigent le départ du Directeur    Adoption de la stratégie d'adaptation de la communication gouvernementale à la nouvelle situation    La révision de la Constitution intervient pour satisfaire les revendications du Hirak    Boxe/Tournoi pré-olympique (4e j): Abdelli en quarts de finale    Le coronavirus menance les prochains matchs de l'Inter Milan    MO Béjaïa : Les Crabes toujours menacés    Journée nationale du patrimoine : La Casbah célébrée sous le signe du deuil    Criminalité à Boumerdès : Les chiffres inquiétants de la police    Constantine : 12 blessés dans un accident de la route près de l'aéroport    Du lundi au jeudi : Perturbations dans l'alimentation en eau potable    Ooredoo confirme l'expulsion du PDG de sa filiale algérienne    Tebboune préside un Conseil des ministres    Handball - O. Maghnia: Les frontaliers qualifiés au play-off    La réforme de l'administration au pas de charge ?    Grève des PNC: Des poursuites disciplinaires contre 200 travailleurs d'Air Algérie    Benfreha: 1.000 bouteilles de boissons alcoolisées saisies    Ras El Aïn: Des terrains désaffectés transformés en décharges de déchets inertes    Time is money ?    Le 53 ème vendredi de la contestation populaire à Sétif. Un an déjà    Makri réitère le soutien du MSP    Une loi sur les religions ravive les tensions du passé    Il a atteint 1,9 % en janvier    Le groupe Ooredoo confirme l'expulsion de Nickolai Beckers    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le bureau politique de la discorde
Rebondissement dans la crise du FLN
Publié dans Le Midi Libre le 20 - 11 - 2013

Le cercle des opposants au secrétaire général du parti du FLN, Amar Saïdani, est allé s'élargissant et la crise qui secoue le vieux parti depuis des mois s'est, par voie de conséquence, compliqué davantage.
Le cercle des opposants au secrétaire général du parti du FLN, Amar Saïdani, est allé s'élargissant et la crise qui secoue le vieux parti depuis des mois s'est, par voie de conséquence, compliqué davantage.
La composante du nouveau bureau politique (BP), entérinée par le comité central lors de sa session ordinaire du 16 novembre dernier, ne fait pas l'unanimité au sein même du camp de ceux qui ont soutenu l'élection de Amar Saïdani au poste de secrétaire général, le 29 août. Des voix se sont, en effet, élevées pour contester le choix du successeur d'Abdelaziz Belkhadem.
Saïdani avait proposé au comité central les noms de Kada Benouda, Mustapha Boualègue, Mustapha Bachtiri, Ali Merabet, Mohamed Alioui, Ahmed Boumehdi, Sadek Bouguetaya, Mustapha Maâzouzi, Moussa Benhamadi, Hadjoudj Abdelkader, Saïd Bouhadja, Alioui Mohamed, Yamina Meftali Abdelkader Zahali, Rachid Assas et Saïd Bedaïda. Le comité central, à l'exception de 7 membres qui ont dit non, a entériné cette liste à une écrasante majorité donc.
Mais dès la fin des travaux, les opposants à cette liste sont montés au creneau pour la critiquer en reprochant à Amar Saïdani de n'avoir pas tenu compte de beaucoup de paramètres et de critères. Ainsi le chef du groupe parlementaire à l'APN, Tahar Khaoua, figure parmi les opposants à cette composante du BP. Khaoua, qui ambitionnait de faire partie du BP, a estimé, selon certaines sources, avoir été « poignardé » par Saïdani.
Le chef du groupe parlementaire à l'APN a été parmi les plus ardents partisans de Amar Saïdani, alors que la candidature de ce dernier au poste du secrétaire général était combattue avec force par le groupe de Abderahane Belayat. Contre ce dernier Tahar Khaoua a aussi mené une grande bataille concernant la question du renouvellement des instances de l'APN.
« Je ne vous défendrais plus » aurait dit Khaoua à Amar Saïdani, le soir même de l'annonce de la composante du bureau politique. Ce soir aussi les opposants ont, selon certaines sources, tenu une réunion de coordination afin d'examiner la situation.
Il est aussi reproché à Amar Saïdani d'avoir choisi des éléments qui étaient avec Ali Benflis lors de l'élection présidentielle 2004 et d'avoir, par voie de conséquences, sacrifié ceux qui étaient aux cotés de Abdelaziz Bouteflika lors de ce scrutin présidentiel qu'il a d'ailleurs remporté largement face à son rival.
Un choix qui pourrait être fatal à Saïdani puisqu'à en croire certaines informations les proches de Benflis au BP pourraient démissionner de leurs postes pour rejoindre le camp de Ali Benflis lorsque ce dernier annoncera officiellement sa candidature pour les élections présidentielles d'avril 2014. Mais il n' y a pas que cet aspect qui a suscité le courroux d'une partie du comité central.
En effet, il est aussi reproché à Amar Saïdani de n'avoir pas tenu compte de l'équilibre régional dans le choix de cette composante. Une bonne partie des membres du BP est, en effet, originaire de l'est du pays.
Deux membres, Sadek Bouguetaya et Mustapha Boualègue, sont originaires de la même wilaya, Souk Ahras en l'occurrence. Par ailleurs Rachid Assas, d'Oum El-Bouaghi, et Saïd Bedaida, de Batna, appartiennent à la même région, celle des Aurès alors que Saïd Bouhadja, originaire de la wilaya de Skikda, est considéré comme le représentant du Nord constantinois.
Cela sans oublier la présence de Mustapha Maâzouzi de Biskra alors que Amar Saïdani lui-même est originaire d'El Oued. Les mécontents font donc pression sur Amar Saïdani pour qu'il change cette composante du BP. A cette fracture au sein de son propre camp Saïdani fait face aussi à l'opposition de Abderahmane Belayat, qui se considèrent toujours comme le coordinateur du bureau politique et des redresseurs dirigés par Abdelkriml Abada.
Ils ne lui reconnaissent aucune légitimité à la tête du FLN car ils le considèrent comme un « usurpateur ». Aussi ce troisième groupe d'opposants s'active pour réunir une session du comité central afin d'élire un secrétaire général « légitime » du FLN. Décidément, a quelques mois seulement des presidentielels de 2014, le vieux parti est dans tous ses états.
La composante du nouveau bureau politique (BP), entérinée par le comité central lors de sa session ordinaire du 16 novembre dernier, ne fait pas l'unanimité au sein même du camp de ceux qui ont soutenu l'élection de Amar Saïdani au poste de secrétaire général, le 29 août. Des voix se sont, en effet, élevées pour contester le choix du successeur d'Abdelaziz Belkhadem.
Saïdani avait proposé au comité central les noms de Kada Benouda, Mustapha Boualègue, Mustapha Bachtiri, Ali Merabet, Mohamed Alioui, Ahmed Boumehdi, Sadek Bouguetaya, Mustapha Maâzouzi, Moussa Benhamadi, Hadjoudj Abdelkader, Saïd Bouhadja, Alioui Mohamed, Yamina Meftali Abdelkader Zahali, Rachid Assas et Saïd Bedaïda. Le comité central, à l'exception de 7 membres qui ont dit non, a entériné cette liste à une écrasante majorité donc.
Mais dès la fin des travaux, les opposants à cette liste sont montés au creneau pour la critiquer en reprochant à Amar Saïdani de n'avoir pas tenu compte de beaucoup de paramètres et de critères. Ainsi le chef du groupe parlementaire à l'APN, Tahar Khaoua, figure parmi les opposants à cette composante du BP. Khaoua, qui ambitionnait de faire partie du BP, a estimé, selon certaines sources, avoir été « poignardé » par Saïdani.
Le chef du groupe parlementaire à l'APN a été parmi les plus ardents partisans de Amar Saïdani, alors que la candidature de ce dernier au poste du secrétaire général était combattue avec force par le groupe de Abderahane Belayat. Contre ce dernier Tahar Khaoua a aussi mené une grande bataille concernant la question du renouvellement des instances de l'APN.
« Je ne vous défendrais plus » aurait dit Khaoua à Amar Saïdani, le soir même de l'annonce de la composante du bureau politique. Ce soir aussi les opposants ont, selon certaines sources, tenu une réunion de coordination afin d'examiner la situation.
Il est aussi reproché à Amar Saïdani d'avoir choisi des éléments qui étaient avec Ali Benflis lors de l'élection présidentielle 2004 et d'avoir, par voie de conséquences, sacrifié ceux qui étaient aux cotés de Abdelaziz Bouteflika lors de ce scrutin présidentiel qu'il a d'ailleurs remporté largement face à son rival.
Un choix qui pourrait être fatal à Saïdani puisqu'à en croire certaines informations les proches de Benflis au BP pourraient démissionner de leurs postes pour rejoindre le camp de Ali Benflis lorsque ce dernier annoncera officiellement sa candidature pour les élections présidentielles d'avril 2014. Mais il n' y a pas que cet aspect qui a suscité le courroux d'une partie du comité central.
En effet, il est aussi reproché à Amar Saïdani de n'avoir pas tenu compte de l'équilibre régional dans le choix de cette composante. Une bonne partie des membres du BP est, en effet, originaire de l'est du pays.
Deux membres, Sadek Bouguetaya et Mustapha Boualègue, sont originaires de la même wilaya, Souk Ahras en l'occurrence. Par ailleurs Rachid Assas, d'Oum El-Bouaghi, et Saïd Bedaida, de Batna, appartiennent à la même région, celle des Aurès alors que Saïd Bouhadja, originaire de la wilaya de Skikda, est considéré comme le représentant du Nord constantinois.
Cela sans oublier la présence de Mustapha Maâzouzi de Biskra alors que Amar Saïdani lui-même est originaire d'El Oued. Les mécontents font donc pression sur Amar Saïdani pour qu'il change cette composante du BP. A cette fracture au sein de son propre camp Saïdani fait face aussi à l'opposition de Abderahmane Belayat, qui se considèrent toujours comme le coordinateur du bureau politique et des redresseurs dirigés par Abdelkriml Abada.
Ils ne lui reconnaissent aucune légitimité à la tête du FLN car ils le considèrent comme un « usurpateur ». Aussi ce troisième groupe d'opposants s'active pour réunir une session du comité central afin d'élire un secrétaire général « légitime » du FLN. Décidément, a quelques mois seulement des presidentielels de 2014, le vieux parti est dans tous ses états.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.