Décès du Général-major Hassen Alaimia, commandant de la 4e RM à Ouargla    Les restes mortuaires de 24 chefs de la Résistance populaire inhumés au Carré des martyrs du cimetière d'El-Alia    Quels moyens pour respecter le protocole sanitaire ?    Un procès à huis clos !    Rapatriement des crânes de résistants : ultime hommage du président Tebboune au Palais de la Culture    Les prix à la production en hausse de 0,6% au 1er trimestre 2020    Amnesty répond au Maroc, lui rappelle son sinistre bilan des droits de l'homme    Sept blessés lors d'une tentative d'attentat près du port de Mogadiscio    L'UE ne reconnaît pas la marocanité du Sahara occidental    Trudeau hésite à aller à Washington pour un sommet sur le nouvel Aléna    Poussée populaire et promesse d'une nouvelle Algérie    Incertitudes sur le rituel du sacrifice du mouton    Covid-19: les gestes barrières seul et unique moyen pour briser la chaine de contamination    Sachez-que    Poulet caramélisé au sésame    Laskri compte piloter une liste    Arrivée du cortège funèbre des restes de 24 chefs de la Résistance populaire au cimetière d'El-Alia    Les martyrs de la Mitidja : les oubliés de l'Histoire    La «longue liste» des auteurs retenus dévoilée    Béchar : Protestations dans les bureaux de poste    Benrahma inscrit un triplé contre Wigan    "Je ne spéculerai pas sur l'avenir de Messi"    Voici le contenu de la mise au point    Développement de Talents : La FIFA retient 13 écoles algériennes    Mesures de grâce présidentielle pour la libération immédiate de près de 4700 détenus    Un activiste devant la justice    Banque Mondiale : L'Algérie passe à la catégorie pays à revenu intermédiaire inférieur    Sonatrach revoit ses priorités    "Oran doit s'attendre à un 4e pic de contamination"    26 décès et 1 500 personnes infectées    Des dizaines de morts dans des combats en Syrie    Le témoignage glaçant d'un employé turc du consulat saoudien    L'ONU cherche toujours un émissaire pour la Libye    L'Algérie et la France doivent affronter le problème de la Mémoire qui hypothèque les relations bilatérales    La catastrophe écologique du lac «Oum Ghellaz» se répète: Les rejets industriels pointés du doigt    En dépit de la pandémie: Les solariums clandestins bravent l'interdiction    MO Béjaïa: Club en quête d'assainissement    Meilleurs joueurs africains (1ère partie): Le subjectivisme toujours au rendez-vous    Le pas à ne pas franchir    Chlef: La CNAS veut améliorer ses prestations    L'Emir Abdelkader : « Un guerrier, un homme d'Etat, un apôtre de la paix »    Nouvelles approches sur les crimes de «la Main rouge» contre les Algériens    A quoi sert un musée ?    L'infrangible lien...    Marche de la diaspora algérienne à Montréal    Les journalistes indésirables dans la salle d'audience    L'Algérie exportera 50 millions de gants vers l'Espagne    Vu à Alger    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le service national réduit à 9 mois !
Le projet de loi sera proposé au Parlement prochainement
Publié dans Le Midi Libre le 11 - 01 - 2014

Une bonne nouvelle pour les jeunes qui n'ont pas encore accompli leur service national. Un cadeau de fin d'année. Les prochaines recrues ne vont pas devoir "traîner leurs guêtres" durant plus de 9 mois dans une caserne.
Une bonne nouvelle pour les jeunes qui n'ont pas encore accompli leur service national. Un cadeau de fin d'année. Les prochaines recrues ne vont pas devoir "traîner leurs guêtres" durant plus de 9 mois dans une caserne.
Le service national sera réduit à 9 mois, selon le général-major Ali Akroum, directeur central de l'équipement au ministère de la Défense. Un projet de loi sera proposé au Parlement, prochainement, pour concrétiser cette réduction, selon cet officier supérieur de l'ANP qui s'exprimait, jeudi, en marge de la journée parlementaire, sur le rôle de la recherche scientifique dans le développement et la modernisation des armées.
Il était question depuis quelques temps d'«alléger» la durée du service national. De 18 mois, la durée du service national va passer à 12 mois. La nouvelle a été annoncée, récemment, par un autre officier supérieur de l'ANP, le général-major Mohamed Benbicha, en déplacement à Médéa. Finalement, la présence des jeunes sous les drapeaux sera beaucoup plus courte.
Trois mois seront soustraits encore et le service national sera réduit à dispenser aux jeunes appelés les rudiments du savoir militaire indispensable à tout jeune Algérien. Selon le code de service national de 1974, le service militaire est obligatoire en Algérie pour tous les hommes âgés de 19 ans révolus. En 2002, sa durée a été réduite, passant de 2 ans à 18 mois.
Le service national se réalise en deux temps, les 6 premiers mois sont consacrés à une formation militaire de base, tandis que les 12 suivants sont consacrés à des projets civils (administratifs, économiques ou sociaux). Il reste que de temps à autre, des opérations de « régularisations des insoumis » sont lancées. De nombreux jeunes qui répugnaient à rejoindre les casernes ont bénéficié des ces mesures tout en étant « bon pour le service national ».
Principaux bénéficiaires: les jeunes gens âgés plus de 30 ans. De mars 2011 au 2 mai 2013, 90.193 citoyens algériens, dont 1604 résidant à l'étranger, âgés de 30 ans (ou plus) et n'ayant pas effectué leur service national, ont été régularisés. De 2002 à 2009, 349.441 hommes de 30 ans et plus ont été régularisés. Depuis le 31 décembre 2011, la dispense officielle des obligations de service national décidée par le président de la République, chef suprême des forces armées, ministre de la Défense nationale a permis de systématiser le processus.
Ainsi tout homme âgé de 30 ans et plus, n'ayant pas effectué son service militaire, peut régulariser sa situation auprès des autorités algérienne. Cette dispense s'applique aux Algériens vivant en Algérie comme à l'étranger. La durée du service national a fait «débat» depuis un certain temps. De nombreux jeunes gens verraient d'un bon œil l'instauration d'un service national facultatif. D'autres pencheraient plutôt pour l'instauration d'un service civil.
Même les parlementaires y ont mis leur grain de sel. Certains d'entre-eux ont exprimé le souhait de voir la durée du service réduite à 9 mois. Alors que d'autres ont fait le choix de le voir proposer aux jeunes sur la base du volontariat. Il semble que l'ANP ait opté pour le réduire à 9 mois. Les raisons qui ont incitées l'ANP à « assouplir » le service national ?
Elles sont nombreuses. Outre le coût élevé de la formation militaire et l'encombrement des casernes, il y a « les problèmes » qui empoisonnent la vie des jeunes qui n'ont pas accompli leur service national. Certains d'entre-eux n'avaient jamais reçu d'ordre d'appel et qui, parce qu'ils n'avaient pas de sursis ou de carte militaire, ne pouvaient se procurer des documents officiels et ne pouvaient pas non plus obtenir d'emploi. Un véritable dilemme pour ces jeunes.
Le Premier ministre, Abdelmalek Sellal a certes levé, récemment, cette véritable épée de Damoclès suspendue sur la tête de milliers de jeunes. Toutefois, il reste que cette mesure est ambiguë. Le jeune peut déposer un dossier de demande d'emploi sans cette fameuse « position vis-à-vis du service national ».
S'il est retenu, le jeune devrait cependant fournir ce document dans son dossier de recrutement. Autant dire que le jeune, qui s'est soustrait à l'obligation du service national, ne gagne rien au change. Retour à la case départ en attendant d'avoir atteint les trente ans et bénéficier de la « grâce » du président de la République.
Le service national sera réduit à 9 mois, selon le général-major Ali Akroum, directeur central de l'équipement au ministère de la Défense. Un projet de loi sera proposé au Parlement, prochainement, pour concrétiser cette réduction, selon cet officier supérieur de l'ANP qui s'exprimait, jeudi, en marge de la journée parlementaire, sur le rôle de la recherche scientifique dans le développement et la modernisation des armées.
Il était question depuis quelques temps d'«alléger» la durée du service national. De 18 mois, la durée du service national va passer à 12 mois. La nouvelle a été annoncée, récemment, par un autre officier supérieur de l'ANP, le général-major Mohamed Benbicha, en déplacement à Médéa. Finalement, la présence des jeunes sous les drapeaux sera beaucoup plus courte.
Trois mois seront soustraits encore et le service national sera réduit à dispenser aux jeunes appelés les rudiments du savoir militaire indispensable à tout jeune Algérien. Selon le code de service national de 1974, le service militaire est obligatoire en Algérie pour tous les hommes âgés de 19 ans révolus. En 2002, sa durée a été réduite, passant de 2 ans à 18 mois.
Le service national se réalise en deux temps, les 6 premiers mois sont consacrés à une formation militaire de base, tandis que les 12 suivants sont consacrés à des projets civils (administratifs, économiques ou sociaux). Il reste que de temps à autre, des opérations de « régularisations des insoumis » sont lancées. De nombreux jeunes qui répugnaient à rejoindre les casernes ont bénéficié des ces mesures tout en étant « bon pour le service national ».
Principaux bénéficiaires: les jeunes gens âgés plus de 30 ans. De mars 2011 au 2 mai 2013, 90.193 citoyens algériens, dont 1604 résidant à l'étranger, âgés de 30 ans (ou plus) et n'ayant pas effectué leur service national, ont été régularisés. De 2002 à 2009, 349.441 hommes de 30 ans et plus ont été régularisés. Depuis le 31 décembre 2011, la dispense officielle des obligations de service national décidée par le président de la République, chef suprême des forces armées, ministre de la Défense nationale a permis de systématiser le processus.
Ainsi tout homme âgé de 30 ans et plus, n'ayant pas effectué son service militaire, peut régulariser sa situation auprès des autorités algérienne. Cette dispense s'applique aux Algériens vivant en Algérie comme à l'étranger. La durée du service national a fait «débat» depuis un certain temps. De nombreux jeunes gens verraient d'un bon œil l'instauration d'un service national facultatif. D'autres pencheraient plutôt pour l'instauration d'un service civil.
Même les parlementaires y ont mis leur grain de sel. Certains d'entre-eux ont exprimé le souhait de voir la durée du service réduite à 9 mois. Alors que d'autres ont fait le choix de le voir proposer aux jeunes sur la base du volontariat. Il semble que l'ANP ait opté pour le réduire à 9 mois. Les raisons qui ont incitées l'ANP à « assouplir » le service national ?
Elles sont nombreuses. Outre le coût élevé de la formation militaire et l'encombrement des casernes, il y a « les problèmes » qui empoisonnent la vie des jeunes qui n'ont pas accompli leur service national. Certains d'entre-eux n'avaient jamais reçu d'ordre d'appel et qui, parce qu'ils n'avaient pas de sursis ou de carte militaire, ne pouvaient se procurer des documents officiels et ne pouvaient pas non plus obtenir d'emploi. Un véritable dilemme pour ces jeunes.
Le Premier ministre, Abdelmalek Sellal a certes levé, récemment, cette véritable épée de Damoclès suspendue sur la tête de milliers de jeunes. Toutefois, il reste que cette mesure est ambiguë. Le jeune peut déposer un dossier de demande d'emploi sans cette fameuse « position vis-à-vis du service national ».
S'il est retenu, le jeune devrait cependant fournir ce document dans son dossier de recrutement. Autant dire que le jeune, qui s'est soustrait à l'obligation du service national, ne gagne rien au change. Retour à la case départ en attendant d'avoir atteint les trente ans et bénéficier de la « grâce » du président de la République.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.