Le FFS s'indigne et demande le retrait de l'article 87 bis du code pénal    Domenech abonde dans le sens de Belmadi et ses propos sur Delort    L'Algérien Mohamed Belhocine élu    Des mesures urgentes pour "décongestionner" Alger    Milan AC : Ibrahimovic fait son retour dans le groupe    Stambouli : "Nous sommes prêts pour le défi"    Tirage au sort des barrages le 18 décembre à Doha    Début des travaux de regarnissage de la pelouse    Signature de trois conventions-cadres avec l'Anade    Campagne de maintenance des raccordements au gaz naturel    Arrestation de trafiquants de drogue présumés    La Seine d'horreur    De la berceuse de Fairouz ou de l'audit ?    sortie culturelle    CS Constantine-MC Oran en ouverture de la saison    Galtier trouve Belmadi «excessif»    Belmadi invité à la visioconférence    6 morts et 30 blessés dans des échanges de tirs à Beyrouth    Le marché de gros de Semmar prochainement transféré à El-Kharrouba    Une entrée de gamme satisfaisante    Violent incendie dans un appartement    Jambes lourdes et alimentation équilibrée    Mon beau chien Giscard...    Comment bloquer les appels indésirables ?    Elections à l'algérienne et syndrome du boycott    Ils ne nous aiment pas...    Focus sur le cinéma d'émigration    Ouverture aujourd'hui à Annaba    Une visite et des attentes    Des enfants exploités: La mendicité pointée du doigt    Industrie pharmaceutique: Des dispositions réglementaires pour «booster» le secteur    Tlemcen: Un militaire tué et deux autres blessés dans l'explosion d'une bombe    Bouira: Deux morts et 2 blessés dans un accident de la route    «Pesez de votre poids sur la politique française!»    Révélations sur une alliance criminelle    Les Russes en prospection à Tamanrasset et Djanet    Belaribi brandit l'expérience algérienne    C'est l'apanage des mamans!    L'Irlande appelle à la reprise des négociations    Le Makhzen et ses promoteurs aux abois    L'ONU appelle à la cessation des combats à Marib    Quelles incidences?    Des rejets à la pelle    Me Mourad Oussedik et la défense de rupture    Deux séquences de la barbarie coloniale    La France muette face à ses massacres    La prise d'otage de tout un peuple    Petite histoire du culte de la vache au lait d'or noir.    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



L'improbable alliance
Partisans du président Bouteflika
Publié dans Le Midi Libre le 22 - 04 - 2014

Nombreux sont les partis politiques qui ont soutenu la candidature du président Bouteflika lors de l'élection présidentielle du 17 avril.
Nombreux sont les partis politiques qui ont soutenu la candidature du président Bouteflika lors de l'élection présidentielle du 17 avril.
En effet il n'y a pas que les quatre grandes formations politiques, à savoir le FLN, le RND, le MPA et le parti de TAJ puisqu'une myriade d'autres petites formations politiques, de moindre envergure certes, ces petites formations n'en ont pas moins mené la campagne électorale au profit de leur favori. Des partis qui se sont même regroupés au sein d'alliances. Comme c'est le cas du Groupe de fidélité et stabilité créé par le président de TAJ, Amar Ghoul, dans lequel se sont regroupés une dizaine de partis politiques avant l'élection présidentielle.
Mais ces groupes ont finalement totalement disparus de la scène. Durant la campagne électorale quatre partis politiques seulement se sont distingués. Le FLN, le MPA, le TAJ et le RND qui ont été, en effet, la locomotive ayant servi à mobiliser les troupes au profit du candidat Bouteflika. Les leaders, Amar Saïdani (FLN), Abdelkader Bensalah (RND) Amara Benyounès (MPA) et Amar Ghoul (TAJ), ont sillonné de nombreuses wilayas du pays. Amara Benyounès, Amar Ghoul et Amar Saïdani, notamment, ont mené campagne à l'étranger puisqu'ils ont animé des meetings en France, en Belgique et en Tunisie. Il y avait en outre les deux « revenants » Ahmed Ouyahia et Abdelaziz Belkhadem rappelés tous deux par le président Bouteflika à la veille de la campagne électorale.
Ouyahia a été nommé ministre d'Etat chef de cabinet à la présidence de la République et, Abdelaziz Belkhadem ministre d'Etat conseiller spécial du président. Ce sont ces six, avec le directeur de campagne du candidat Bouteflika, Abdelmalek Sellal, qui ont animé la campagne électorale du président Bouteflika qui a été réélu pour un quatrième mandat. Après l'élection d'aucuns s'interrogent sur le devenir de cette « alignasse » conjoncturelle. Ces quatre partis politiques vont-ils créer une alliance présidentielle pour soutenir le programme du président de la République ?
Depuis la défunte Alliance présidentielle, alors formée par le trio FLN-RND-MSP, aucune nouvelle structure n'a vu le jour par la suite. Les partis, qui soutiennent le président, n'arrivent pas, apparemment, à accorder leurs violons. Ils donnent l'impression d'être minés par nombre de divergences. Des divergences apparues quelques fois au grand jour. Et ce ne sont pas les exemples, illustrant ces désaccords, qui manquent. A la veille de l'élection une sourde bataille a éclaté entre ces partis, sur une question de leadership.
Le FLN de Amar Saïdani voulait bien reconstituer une nouvelle alliance présidentielle. Il s'est, dans ce cadre, rapproché du parti de TAJ, Amar Saïdani et Amar Ghoul ont même eu une rencontre au sommet au siège du vieux parti. Ce rapprochement s'est aussi manifesté dans la chambre basse du Parlement. Mais Saïdani n'arrivait pas à rallier à sa cause les deux autres partis, le RND et le MPA puisqu'il n'est pas parvenu à tenir des réunions au sommet avec les dirigeants de ces deux partis. Pis encore leurs divergences ont débordé sur la place publique et Amara Benyounés a, à maintes reprises, souligné qu'il rejette le leadership du FLN.
Ce même Amara Benyounés a critiqué ouvertement Saïdani lorsque ce dernier s'en est pris au chef du DRS, le général Toufik. Abdelkader Bensalah, secrétaire général du RND, a aussi adressé des piques à Saïdani lorsque le FLN faisait le forcing en faveur de la candidature de Bouteflika. Saïdani est allé encore plus loin lorsqu'il a violemment critiqué Abdelmalek Sellal, alors Premier ministre. C'est dire combien les alliés du président Bouteflika sont traversés par les contradictions .Des contradictions qui font qu'il n'est pas envisageable de créer une nouvelle alliance présidentielle. A moins que... .....
En effet il n'y a pas que les quatre grandes formations politiques, à savoir le FLN, le RND, le MPA et le parti de TAJ puisqu'une myriade d'autres petites formations politiques, de moindre envergure certes, ces petites formations n'en ont pas moins mené la campagne électorale au profit de leur favori. Des partis qui se sont même regroupés au sein d'alliances. Comme c'est le cas du Groupe de fidélité et stabilité créé par le président de TAJ, Amar Ghoul, dans lequel se sont regroupés une dizaine de partis politiques avant l'élection présidentielle.
Mais ces groupes ont finalement totalement disparus de la scène. Durant la campagne électorale quatre partis politiques seulement se sont distingués. Le FLN, le MPA, le TAJ et le RND qui ont été, en effet, la locomotive ayant servi à mobiliser les troupes au profit du candidat Bouteflika. Les leaders, Amar Saïdani (FLN), Abdelkader Bensalah (RND) Amara Benyounès (MPA) et Amar Ghoul (TAJ), ont sillonné de nombreuses wilayas du pays. Amara Benyounès, Amar Ghoul et Amar Saïdani, notamment, ont mené campagne à l'étranger puisqu'ils ont animé des meetings en France, en Belgique et en Tunisie. Il y avait en outre les deux « revenants » Ahmed Ouyahia et Abdelaziz Belkhadem rappelés tous deux par le président Bouteflika à la veille de la campagne électorale.
Ouyahia a été nommé ministre d'Etat chef de cabinet à la présidence de la République et, Abdelaziz Belkhadem ministre d'Etat conseiller spécial du président. Ce sont ces six, avec le directeur de campagne du candidat Bouteflika, Abdelmalek Sellal, qui ont animé la campagne électorale du président Bouteflika qui a été réélu pour un quatrième mandat. Après l'élection d'aucuns s'interrogent sur le devenir de cette « alignasse » conjoncturelle. Ces quatre partis politiques vont-ils créer une alliance présidentielle pour soutenir le programme du président de la République ?
Depuis la défunte Alliance présidentielle, alors formée par le trio FLN-RND-MSP, aucune nouvelle structure n'a vu le jour par la suite. Les partis, qui soutiennent le président, n'arrivent pas, apparemment, à accorder leurs violons. Ils donnent l'impression d'être minés par nombre de divergences. Des divergences apparues quelques fois au grand jour. Et ce ne sont pas les exemples, illustrant ces désaccords, qui manquent. A la veille de l'élection une sourde bataille a éclaté entre ces partis, sur une question de leadership.
Le FLN de Amar Saïdani voulait bien reconstituer une nouvelle alliance présidentielle. Il s'est, dans ce cadre, rapproché du parti de TAJ, Amar Saïdani et Amar Ghoul ont même eu une rencontre au sommet au siège du vieux parti. Ce rapprochement s'est aussi manifesté dans la chambre basse du Parlement. Mais Saïdani n'arrivait pas à rallier à sa cause les deux autres partis, le RND et le MPA puisqu'il n'est pas parvenu à tenir des réunions au sommet avec les dirigeants de ces deux partis. Pis encore leurs divergences ont débordé sur la place publique et Amara Benyounés a, à maintes reprises, souligné qu'il rejette le leadership du FLN.
Ce même Amara Benyounés a critiqué ouvertement Saïdani lorsque ce dernier s'en est pris au chef du DRS, le général Toufik. Abdelkader Bensalah, secrétaire général du RND, a aussi adressé des piques à Saïdani lorsque le FLN faisait le forcing en faveur de la candidature de Bouteflika. Saïdani est allé encore plus loin lorsqu'il a violemment critiqué Abdelmalek Sellal, alors Premier ministre. C'est dire combien les alliés du président Bouteflika sont traversés par les contradictions .Des contradictions qui font qu'il n'est pas envisageable de créer une nouvelle alliance présidentielle. A moins que... .....


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.