Tripoli : 9 morts dans le bombardement d'un dépôt militaire    Crise libyenne : Alger et Tunis affichent leurs inquiétudes    Sports mécaniques : Le CSMB s'illustre    Delort, quelle bonne pioche de Belmadi !    BAC 2019 dans la capitale : Plus de 58 000 candidats    606 retraits de permis de conduire au mois de mai    Baghlia : Manque de transport public    Théâtre régional d'Oran : Les hurlements d'Léo ce soir au théâtre    La crise, c'est eux!    L'AACC s'oppose à la dissolution de l'Office central de répression de la corruption    USM Alger: Un champion dans l'impasse    GC Mascara: Une AGO décisive demain    Ils revendiquent toujours le départ du nouveau directeur: La protesta des travailleurs du Complexe financier d'Algérie Poste se poursuit    Régularisation foncière à Sidi Maarouf: 125 familles de la cité Kaibi Abderrahmane interpellent le wali    ALGER N'EST PAS L'ALGERIE    114 comprimés psychotropes saisis, deux arrestations    Tlemcen: Un jeune tué à coups de couteau et de sabre    Une quinzaine de jours seulement après le début de la saison estivale: Déjà quatre décès par noyade    La saga judiciaire continue    Kamel Daoud hôte de la nouvelle librairie «Abdelkader Alloula»: « Ouvrir actuellement une librairie est plus courageux que d'écrire un livre »    Quelques scénarios de sortie de crise    Recul des Bourses en Europe : L'impact des tensions commerciales se matérialise sur les marchés    Hocine Achiou : "En un an, Boudaoui a eu une progression extraordinaire"    Mali : La liste des 23 enfin dévoilée    Le Sétifien Abdelmoumène Djabou signe pour deux saisons    «La situation actuelle du football africain m'inquiète et inquiète la FIFA»    Pour coopérer dans le secteur du gaz : "La Russie est un partenaire idéal de la Chine"    Pour renforcer prochainement la cartographie et la télédétection : Une caméra numérique de nouvelle génération à Oran    Hommage à Ahmed Kellil    Karim Djoudi et Amar Tou, placés sous contrôle judiciaire    Pourquoi les "actes de sabotage" contre les pétroliers ne profitent pas à l'Iran?    Le président déchu comparaîtra la semaine prochaine    ANP : Gaïd Salah en visite de travail et d'inspection à la 3e Région militaire    Dialogue… ?    Des noms communs devenus des toponymes composés    Crise Libyenne : al-Sarraj préconise des élections avant la fin de l'année    L'ancien ministre des Transports Amar Tou mis sous contrôle judiciaire    Connexion perturbée et silence des autorités    La gendarmerie annonce un dispositif special    Plus de 420.000 Algériens schizophrénes    La campagne présidentiellebat son plein    Renault : Le Maire et Senard jouent l'apaisement, se tournent vers l'avenir    Forum de la mémoire : Violation continue des droits de l'enfant sahraoui par le Maroc    "El faqir", premier spectacle de rue pour enfants à Oran    ACTUCULT    Des avocats comptent introduire une action en justice : Naïma Salhi s'attaque à Djamila Bouhired    Les enfants font leur «cinoche»    Le prix du chef de l'Etat Ali-Maâchi décerné à 24 jeunes talents    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Vaste offensive contre Daech
Irak, Syrie et Libye
Publié dans Le Midi Libre le 31 - 05 - 2016

Les forces irakiennes sont entrées, ce lundi, dans la ville de Falloujah, aux mains des djihadistes de l'EI. L'offensive pour reprendre la ville située à 50 km de Baghdad a été lancée il y a une semaine. En janvier 2014, Falloujah est devenue la première ville irakienne à tomber sous le contrôle de Daech.
Les forces irakiennes sont entrées, ce lundi, dans la ville de Falloujah, aux mains des djihadistes de l'EI. L'offensive pour reprendre la ville située à 50 km de Baghdad a été lancée il y a une semaine. En janvier 2014, Falloujah est devenue la première ville irakienne à tomber sous le contrôle de Daech.
C'était six mois avant que le groupe ne proclame l'avènement d'un "califat" sur les territoires conquis à la faveur d'une attaque-éclair dans le nord et l'ouest de l'Irak ainsi qu'en Syrie. Falloujah a ensuite servi de base aux djihadistespour lancer leur grande offensive qui avait permis au groupe de s'emparer de vastes régions d'Irak, dont Mossoul, la deuxième ville du pays, toujours sous son contrôle.
Au nord de l'Irak, les forces peshmergas kurdes ont d'ailleurs lancé, de leur côté, depuis dimanche une offensive pour reprendre le contrôle de secteurs à l'est de la ville de Mossoul, principal bastion djihadiste en Irak.
Daech riposte aux offensives par des attentats
L'Etat islamique fait face à une double offensive terrestre et aérienne contre ses fiefs en Irak et en Syrie, avec l'appui militaire de la coalition internationale conduite par les Etats-Unis et celui de la Russie. Ces assauts sont les plus importants depuis l'annonce par l'EI du "califat" autoproclamé à l'été 2014 à cheval sur les deux pays.
En Syrie, à la fin de la semaine dernière, quelque 150 raids de la Coalition ont été réalisés en trois jours en appui à un assaut terrestre majeur sur différentes zones contrôlées par Daech. Sous le coup, vendredi, d'un puissant assaut dans la province de Raqa en Syrie, le groupe djihadiste est donc sur la défensive dans les deux pays qu'il contrôle en partie.
Parallèlement, l'offensive se mène également en Libye où les forces loyales au gouvernement libyen d'unité nationale ont affirmé, dimanche, chercher à encercler la ville de Syrte, bastion libyen de l'EI. Ces forces sont majoritairement composées de combattants venus de la ville de Misrata, dans l'ouest de la Libye. Ces brigades de Misrata avaient quitté Syrte l'été dernier, laissant le champ libre à Daesh.
Daech, à la défensive, riposte surtout en multipliant les attentats. Hier, au nord-est de Baghdad, un kamikaze s'est fait exploser dans un lieu fréquenté par des jeunes Irakiens, faisant 7 morts. En Syrie, les zones contrôlées par le gouvernement ont été frappées le 23 mai par une série d'attentats qui ont fait 148 morts. Par ailleurs, au Yémen, autre terrain des djihadistes, l'EI a revendiqué un sanglant double attentat qui a fait au moins 41 morts en visant de jeunes recrues de l'armée à Aden.
Polémiques russo-turques
L'armée turque a tué au moins 28 djihadistes de l'EI lors de pilonnages intervenus dimanche au nord de la grande ville syrienne d'Alep.
La nouvelle a été largement communiquée par le gouvernement d'Ankara. Il est vrai que récemment la Russie a remis au Conseil de sécurité de l'Onu quatre rapports de ses services de renseignements apportant la preuve, selon ces derniers, de l'aide importante apportée par la Turquie à Daech dans les domaine du commerce illégal d'hydrocarbures et du trafic d'antiquités, de la livraison d'armes à l'EI et celui des appuis d'Ankara au recrutement et au transfert en Syrie de combattants terroristes étrangers : 9.000 auraient ainsi transité par la Turquie.
Ces rapports mettent également en cause dans la livraison d'armes à Daech, les Etats-Unis eux-mêmes ! John Kerry a cependant assuré à son homologue russe que les armes livrées par le Pentagone en avril à Al-Qaïda et à Daech l'avaient été en vertu d'un ancien programme aujourd'hui abandonné. Les armes avaient été ainsi transmises à un groupe opposant de Bachar, l'Armée de l'Islam, qui les avait ensuite recédé à Daesh.
La Russie, qui avait unilatéralement en février dernier décrété un retrait de ses troupes, a décidé de revenir avec ses forces aériennes sur les différents fronts syriens : le porte-avion Amiral Kuznetsov devrait être ainsi déployé en juillet.
Sur le fond, les deux grandes puissances divergent toujours sur les suites à donner au processus de Genève. On pourrait se diriger vers l'arrêt des négociations internationales dans la ville suisse et la reprise de discussions intra-syriennes sans les pro-Saoudiens et incluant les Kurdes.
Ankara tend la main à la Russie
Les "tensions diplomatiques entre la Turquie et la Russie ne sont pas insurmontables et les deux pays peuvent renouer leurs liens mis à mal par la crise syrienne par la voie du dialogue", a affirmé lundi le porte-parole du gouvernement turc dans un geste de bonne volonté envers Moscou.
Les relations florissantes entre Ankara et Moscou se sont brutalement détériorées en novembre dernier après que des F-16 turcs eurent abattu un bombardier russe audessus de la frontière syrienne car il avait, selon la Turquie, violé son espace aérien. La Russie a depuis décrété une vague de sanctions économiques contre Ankara et appelé ses touristes à ne plus se rendre dans ce pays.
"Ni la Russie ni la Turquie n'ont le luxe de se passer l'un de l'autre", a affirmé M. Kurtulmus, qui est aussi vice-Premier ministre. Ses propos interviennent après que le Président russe, Vladimir Poutine, a déclaré la semaine dernière, selon les médias turcs, que la "Russie voulait reprendre les relations avec la Turquie et attendait des démarches concrètes d'Ankara, inexistantes pour le moment".
Poutine a également exigé des excuses d'Ankara. A ce propos, M. Kurtulmus est resté vague, mais a répété que "si l'aviation turque avait su qu'il s'agissait d'un (appareil) russe, elle aurait agi différemment. La Turquie n'a pas abattu cet avion délibérément", a assuré le responsable turc. Le chef de la diplomatie turque, Mevlüt Cavusoglu, s'est aussi rangé sur ce ton positif, proposant un groupe de travail conjoint pour rétablir les rapports bilatéraux.
Les membres de ce groupe se pencheront sur les démarches à faire et produiront des idées à cette fin. Toutefois, le président turc, Recep Tayyip Erdogan, a une nouvelle fois accusé la Russie de livrer des armes aux rebelles du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK) qui ont repris la lutte contre les forces turques depuis l'été 2015.
Ce n'est pas la première fois que l'homme fort de Turquie accuse la Russie de fournir du matériel militaire au PKK. De l'avis des observateurs, le nouveau gouvernement turc, dirigé par Binali Yildirim, un fidèle allié du président Erdogan, cherche à normaliser les relations de la Turquie avec plusieurs expartenaires régionaux, dont la Russie et Israël.
C'était six mois avant que le groupe ne proclame l'avènement d'un "califat" sur les territoires conquis à la faveur d'une attaque-éclair dans le nord et l'ouest de l'Irak ainsi qu'en Syrie. Falloujah a ensuite servi de base aux djihadistespour lancer leur grande offensive qui avait permis au groupe de s'emparer de vastes régions d'Irak, dont Mossoul, la deuxième ville du pays, toujours sous son contrôle.
Au nord de l'Irak, les forces peshmergas kurdes ont d'ailleurs lancé, de leur côté, depuis dimanche une offensive pour reprendre le contrôle de secteurs à l'est de la ville de Mossoul, principal bastion djihadiste en Irak.
Daech riposte aux offensives par des attentats
L'Etat islamique fait face à une double offensive terrestre et aérienne contre ses fiefs en Irak et en Syrie, avec l'appui militaire de la coalition internationale conduite par les Etats-Unis et celui de la Russie. Ces assauts sont les plus importants depuis l'annonce par l'EI du "califat" autoproclamé à l'été 2014 à cheval sur les deux pays.
En Syrie, à la fin de la semaine dernière, quelque 150 raids de la Coalition ont été réalisés en trois jours en appui à un assaut terrestre majeur sur différentes zones contrôlées par Daech. Sous le coup, vendredi, d'un puissant assaut dans la province de Raqa en Syrie, le groupe djihadiste est donc sur la défensive dans les deux pays qu'il contrôle en partie.
Parallèlement, l'offensive se mène également en Libye où les forces loyales au gouvernement libyen d'unité nationale ont affirmé, dimanche, chercher à encercler la ville de Syrte, bastion libyen de l'EI. Ces forces sont majoritairement composées de combattants venus de la ville de Misrata, dans l'ouest de la Libye. Ces brigades de Misrata avaient quitté Syrte l'été dernier, laissant le champ libre à Daesh.
Daech, à la défensive, riposte surtout en multipliant les attentats. Hier, au nord-est de Baghdad, un kamikaze s'est fait exploser dans un lieu fréquenté par des jeunes Irakiens, faisant 7 morts. En Syrie, les zones contrôlées par le gouvernement ont été frappées le 23 mai par une série d'attentats qui ont fait 148 morts. Par ailleurs, au Yémen, autre terrain des djihadistes, l'EI a revendiqué un sanglant double attentat qui a fait au moins 41 morts en visant de jeunes recrues de l'armée à Aden.
Polémiques russo-turques
L'armée turque a tué au moins 28 djihadistes de l'EI lors de pilonnages intervenus dimanche au nord de la grande ville syrienne d'Alep.
La nouvelle a été largement communiquée par le gouvernement d'Ankara. Il est vrai que récemment la Russie a remis au Conseil de sécurité de l'Onu quatre rapports de ses services de renseignements apportant la preuve, selon ces derniers, de l'aide importante apportée par la Turquie à Daech dans les domaine du commerce illégal d'hydrocarbures et du trafic d'antiquités, de la livraison d'armes à l'EI et celui des appuis d'Ankara au recrutement et au transfert en Syrie de combattants terroristes étrangers : 9.000 auraient ainsi transité par la Turquie.
Ces rapports mettent également en cause dans la livraison d'armes à Daech, les Etats-Unis eux-mêmes ! John Kerry a cependant assuré à son homologue russe que les armes livrées par le Pentagone en avril à Al-Qaïda et à Daech l'avaient été en vertu d'un ancien programme aujourd'hui abandonné. Les armes avaient été ainsi transmises à un groupe opposant de Bachar, l'Armée de l'Islam, qui les avait ensuite recédé à Daesh.
La Russie, qui avait unilatéralement en février dernier décrété un retrait de ses troupes, a décidé de revenir avec ses forces aériennes sur les différents fronts syriens : le porte-avion Amiral Kuznetsov devrait être ainsi déployé en juillet.
Sur le fond, les deux grandes puissances divergent toujours sur les suites à donner au processus de Genève. On pourrait se diriger vers l'arrêt des négociations internationales dans la ville suisse et la reprise de discussions intra-syriennes sans les pro-Saoudiens et incluant les Kurdes.
Ankara tend la main à la Russie
Les "tensions diplomatiques entre la Turquie et la Russie ne sont pas insurmontables et les deux pays peuvent renouer leurs liens mis à mal par la crise syrienne par la voie du dialogue", a affirmé lundi le porte-parole du gouvernement turc dans un geste de bonne volonté envers Moscou.
Les relations florissantes entre Ankara et Moscou se sont brutalement détériorées en novembre dernier après que des F-16 turcs eurent abattu un bombardier russe audessus de la frontière syrienne car il avait, selon la Turquie, violé son espace aérien. La Russie a depuis décrété une vague de sanctions économiques contre Ankara et appelé ses touristes à ne plus se rendre dans ce pays.
"Ni la Russie ni la Turquie n'ont le luxe de se passer l'un de l'autre", a affirmé M. Kurtulmus, qui est aussi vice-Premier ministre. Ses propos interviennent après que le Président russe, Vladimir Poutine, a déclaré la semaine dernière, selon les médias turcs, que la "Russie voulait reprendre les relations avec la Turquie et attendait des démarches concrètes d'Ankara, inexistantes pour le moment".
Poutine a également exigé des excuses d'Ankara. A ce propos, M. Kurtulmus est resté vague, mais a répété que "si l'aviation turque avait su qu'il s'agissait d'un (appareil) russe, elle aurait agi différemment. La Turquie n'a pas abattu cet avion délibérément", a assuré le responsable turc. Le chef de la diplomatie turque, Mevlüt Cavusoglu, s'est aussi rangé sur ce ton positif, proposant un groupe de travail conjoint pour rétablir les rapports bilatéraux.
Les membres de ce groupe se pencheront sur les démarches à faire et produiront des idées à cette fin. Toutefois, le président turc, Recep Tayyip Erdogan, a une nouvelle fois accusé la Russie de livrer des armes aux rebelles du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK) qui ont repris la lutte contre les forces turques depuis l'été 2015.
Ce n'est pas la première fois que l'homme fort de Turquie accuse la Russie de fournir du matériel militaire au PKK. De l'avis des observateurs, le nouveau gouvernement turc, dirigé par Binali Yildirim, un fidèle allié du président Erdogan, cherche à normaliser les relations de la Turquie avec plusieurs expartenaires régionaux, dont la Russie et Israël.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.