FAF : le candidat unique, Charaf-Eddine Amara, fixe ses priorités    Yaoum El Ilm: Message du Président de la République    Algérie Poste appelle les travailleurs grévistes à « rejoindre immédiatement » leurs postes    Algérie Poste : La direction menace les grévistes de licenciement    Coronavirus: 167 nouveaux cas, 119 guérisons et 3 décès    Covid-19: la pandémie a fait 2.974.651 morts dans le monde    Le NMLWS condamne la décision de l'ouverture d'un bureau de LREM à Dakhla occupée    Noureddine Tounsi risque un an de prison ferme    Crise du lait en sachet, les rationnements ne suffisent plus    "la réforme de la Sécurité sociale est plus que délicate"    L'AIE relève ses prévisions de la demande    «La croissance économique n'atteindra pas les 4,5% prévus»    Le procès de six hirakistes reporté au 19 mai    Le Kenya désavoue l'ambassadeur marocain à Nairobi    Le RAJ appelle à une conférence nationale    Amandine mon amour    Sommet à Sétif, virée à l'Est pour le CRB et le MCA    CA Bordj Bou Arréridj-MC Oran pour commencer    Flick va-t-il claquer la porte ?    Participation du Conseil de la nation à la réunion du Comité sur les questions relatives au Moyen-Orient de l'UIP    Tension persistante dans l'éducation    Six éléments de soutien aux groupes terroristes arrêtés    Près de 28 000 familles nécessiteuses recensées    Saisie de 155 kg de viande de volaille impropre à la consommation    Imposant dispositif sécuritaire durant ce mois de Ramadhan    Ces partis à candidats «extra-muros»    Ahmed Rachedi nommé conseiller chargé de la culture et de l'audiovisuel    Cérémonie des Oscars : des stars en chair et en os, pas sur Zoom    Dans les coulisses de la saison 2 du phénomène "Timoucha"    L'Algérie condamne l'assassinat de Sidi Brahim Ould Sidati    Des experts de l'ONU appellent à arrêter la colonisation et protéger le peuple palestinien    Boumerdès : Engouement au marché du Ramadhan    Bouira: Un piéton fauché par un camion    Faut-il recréer le monde sans nous ?    Est-ce une nouvelle crise ?    Des partis à la recherche de candidats    Nomination des chefs de sûreté    Les premiers signaux d'un emballement social    Les suggestions des opérateurs    Washington prépare à l'Otan le retrait concerté d'Afghanistan    Pochettino fair-play avec le Bayern    Une offre sur la table pour Agüero    Pérez ne lâchera pas Hazard    Au Sahel, «il n'y a aucune solution sans Barkhane»    Al Menfi ferait «tous les efforts possibles» pour le départ des forces étrangères    La leçon d'une vie    «L'Etat n'abandonnera jamais le cinéma»    Lancement de la plateforme numérique «lawhati.dz»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Bob Dylan, un homme de paroles
Prix nobel de littérature
Publié dans Le Midi Libre le 15 - 10 - 2016

L'Académie suédoise a choisi de récompenser le musicien et poète américain « pour avoir créé [...] de nouveaux modes d'expression poétique ».
L'Académie suédoise a choisi de récompenser le musicien et poète américain « pour avoir créé [...] de nouveaux modes d'expression poétique ».
Le prix Nobel de littérature 2016 est décerné à Bob Dylan, 75 ans, « pour avoircréé dans le cadre de la grande tradition de la musique américaine de nouveaux modes d'expression poétique », a annoncé la secrétaire générale de l'Académie suédoise, Sara Danius. L'Américain, premier musicien à être récompensé par l'académie depuis la création du prix en 1901, succède à la Biélorusse Svetlana Alexievitch.
« Bob Dylan écrit une poésie pour l'oreille », a expliqué Mme Danius à la télévision publique SVT, affirmant que les membres de l'académie avaient manifesté « une grande cohésion » dans ce choix. « Il s'inscrit dans une longue tradition qui remonte à William Blake », le célèbre poète anglais mort en 1827, a-t-elle affirmé, citant Visions of Johanna et Chimes of Freedom. « Il est extrêmement doué pour la rime.
C'est un sampleur littéraire qui convoque la grande tradition et peut marier de façon absolument novatrice des musiques de genres différents, des textes de genres différents. »
Une histoire de l'Amérique à lui seul
Dylan est une histoire de l'Amérique à lui seul, synthétisant dans son oeuvre la poésie surréaliste de la beat generation, l'austérité militante du folk, la complainte du blues, l'énergie révoltée du rock et la chronique de la vie quotidienne propre à la country. Présentée par l'Académie suédoise comme une « icône », la légende du folk a sorti son 37e album, Fallen Angels, en mars. A l'occasion d'une cérémonie de remise de trophées, organisée en 2015, l'auteur-compositeur était revenu sur son parcours :
« Les chansons ne sont pas apparues par magie, je ne les ai pas fabriquées à partir de rien. J'ai appris à écrire des paroles en écoutant des chansons folk. Et je les ai jouées (...), je n'ai rien chanté d'autre que des folk songs, et elles m'ont ouvert le code pour tout ce qui est de bonne chasse, tout ce qui appartient à tout le monde. »
A cette occasion, il avait aussi défendu sa voix : « Mes critiques disent que je mutil mes mélodies, que je rends mes chansonsméconnaissables. Vraiment ? (...) Sam Cooke [chanteur de rhythm'n'blues à la voix d'ange] a répondu ceci quand on lui a dit qu'il avait une belle voix : "C'est très gentil à vous, mais les voix ne doivent pas être jugées en fonction de leur joliesse. Elles ne comptent que si elles vous convainquent qu'elles disent la vérité". »
Des textes politiques
Depuis des années, le nom de Bob Dylan revenait souvent mais peu d'experts s'attendaient à ce que l'académie franchisse le pas de récompenser un chanteur aussi populaire que lui. Né le 24 mai 1941, à Duluth, dans le Minnesota, l'artiste a grandi dans une famille juive de la classe moyenne.
Dans sa jeunesse, comme la plupart des adolescents américains, Bob Dylan tombe sous le charme du rock avec Elvis Presley et Jerry Lee Lewis avant de former son propre groupe. En 1959, étudiant à l'université de Minneapolis, il découvre les pionniers du blues, du country et du folk :
Robert Johnson, Hank Williams et Woody Guthrie. En 1961, il abandonne ses études et déménage à New York pour fréquenter la scène musicale embryonnaire de Greenwich Village. C'est à cette époque que Robert Allen Zimmerman adopte comme nom de scène Bob Dylan, qui sera aussi le titre de son premier album.
Sorti en 1962, celui-ci est un fiasco. La percée se produit un an plus tard avec l'album The Freewheelin'Bob Dylan et ses deux titres folk de protestation : Blowin' in the Wind, chanson pacifiste qui sera un hymne des années 1960 contre la guerre auVietnam, et A Hard Rain's AGonna Fall. En 1963, il participe à la marche sur Washington autour de Martin Luther King.
A partir de la fin des années 1960, il sedétache de plus en plus des fans de folk et des milieux de gauche, refusant d'être l'étendard des contestations et des luttes de l'époque, publiant un recueil de poésie en 1971,Tarantula, et s'essayant même à la peinture et au cinéma.
Depuis les années 1980, son extraordinaire créativité s'est tarie, malgré des albums remarquables (Oh Mercy en 1989, Time Out of Mind en 1997) et le premier volume d'une autobiographie célébrée par la critique, Chroniques (2004), dont on attend toujours la suite. Showman infatiguable, quoiqu'inégal, il parcourt la route sans relâche – il est ces jours-ci à l'affiche du Desert Trip Festival, en Californie, où il rejouera vendredi 14 octobre en première partie des Rolling Stones, une semaine après un premier concert-événément.
Un pouvoir poétique extraordinaire
Décidément habitué à être là où ne l'attend pas, il a aussi reçu en 2008 le prix Pulitzer, qui récompense traditionnellement des travaux journalistiques. Il avait été distingué, selon les mots du jury, « pour son profond impact sur la musique populaire et la culture américaine, à travers des compositions lyriques au pouvoir poétique extraordinaire ».
Bien qu'il n'ait signé qu'un petit nombre de grands albums après l'apothéose créative des années 1965-1975, il reste, au même titre que le tandem Lennon- McCartney, l'un des chanteurs auteurscompositeurs les plus influents de l'histoire de la musique, maintes fois copié, jamais égalé. C'est le premier Américain à obtenir le prix Nobel de littérature depuis Toni Morrison, en 1993. Le prix Nobel s'accompagne d'une récompense de huit millions de couronnes suédoises (822 000 euros).
Le prix Nobel de littérature 2016 est décerné à Bob Dylan, 75 ans, « pour avoircréé dans le cadre de la grande tradition de la musique américaine de nouveaux modes d'expression poétique », a annoncé la secrétaire générale de l'Académie suédoise, Sara Danius. L'Américain, premier musicien à être récompensé par l'académie depuis la création du prix en 1901, succède à la Biélorusse Svetlana Alexievitch.
« Bob Dylan écrit une poésie pour l'oreille », a expliqué Mme Danius à la télévision publique SVT, affirmant que les membres de l'académie avaient manifesté « une grande cohésion » dans ce choix. « Il s'inscrit dans une longue tradition qui remonte à William Blake », le célèbre poète anglais mort en 1827, a-t-elle affirmé, citant Visions of Johanna et Chimes of Freedom. « Il est extrêmement doué pour la rime.
C'est un sampleur littéraire qui convoque la grande tradition et peut marier de façon absolument novatrice des musiques de genres différents, des textes de genres différents. »
Une histoire de l'Amérique à lui seul
Dylan est une histoire de l'Amérique à lui seul, synthétisant dans son oeuvre la poésie surréaliste de la beat generation, l'austérité militante du folk, la complainte du blues, l'énergie révoltée du rock et la chronique de la vie quotidienne propre à la country. Présentée par l'Académie suédoise comme une « icône », la légende du folk a sorti son 37e album, Fallen Angels, en mars. A l'occasion d'une cérémonie de remise de trophées, organisée en 2015, l'auteur-compositeur était revenu sur son parcours :
« Les chansons ne sont pas apparues par magie, je ne les ai pas fabriquées à partir de rien. J'ai appris à écrire des paroles en écoutant des chansons folk. Et je les ai jouées (...), je n'ai rien chanté d'autre que des folk songs, et elles m'ont ouvert le code pour tout ce qui est de bonne chasse, tout ce qui appartient à tout le monde. »
A cette occasion, il avait aussi défendu sa voix : « Mes critiques disent que je mutil mes mélodies, que je rends mes chansonsméconnaissables. Vraiment ? (...) Sam Cooke [chanteur de rhythm'n'blues à la voix d'ange] a répondu ceci quand on lui a dit qu'il avait une belle voix : "C'est très gentil à vous, mais les voix ne doivent pas être jugées en fonction de leur joliesse. Elles ne comptent que si elles vous convainquent qu'elles disent la vérité". »
Des textes politiques
Depuis des années, le nom de Bob Dylan revenait souvent mais peu d'experts s'attendaient à ce que l'académie franchisse le pas de récompenser un chanteur aussi populaire que lui. Né le 24 mai 1941, à Duluth, dans le Minnesota, l'artiste a grandi dans une famille juive de la classe moyenne.
Dans sa jeunesse, comme la plupart des adolescents américains, Bob Dylan tombe sous le charme du rock avec Elvis Presley et Jerry Lee Lewis avant de former son propre groupe. En 1959, étudiant à l'université de Minneapolis, il découvre les pionniers du blues, du country et du folk :
Robert Johnson, Hank Williams et Woody Guthrie. En 1961, il abandonne ses études et déménage à New York pour fréquenter la scène musicale embryonnaire de Greenwich Village. C'est à cette époque que Robert Allen Zimmerman adopte comme nom de scène Bob Dylan, qui sera aussi le titre de son premier album.
Sorti en 1962, celui-ci est un fiasco. La percée se produit un an plus tard avec l'album The Freewheelin'Bob Dylan et ses deux titres folk de protestation : Blowin' in the Wind, chanson pacifiste qui sera un hymne des années 1960 contre la guerre auVietnam, et A Hard Rain's AGonna Fall. En 1963, il participe à la marche sur Washington autour de Martin Luther King.
A partir de la fin des années 1960, il sedétache de plus en plus des fans de folk et des milieux de gauche, refusant d'être l'étendard des contestations et des luttes de l'époque, publiant un recueil de poésie en 1971,Tarantula, et s'essayant même à la peinture et au cinéma.
Depuis les années 1980, son extraordinaire créativité s'est tarie, malgré des albums remarquables (Oh Mercy en 1989, Time Out of Mind en 1997) et le premier volume d'une autobiographie célébrée par la critique, Chroniques (2004), dont on attend toujours la suite. Showman infatiguable, quoiqu'inégal, il parcourt la route sans relâche – il est ces jours-ci à l'affiche du Desert Trip Festival, en Californie, où il rejouera vendredi 14 octobre en première partie des Rolling Stones, une semaine après un premier concert-événément.
Un pouvoir poétique extraordinaire
Décidément habitué à être là où ne l'attend pas, il a aussi reçu en 2008 le prix Pulitzer, qui récompense traditionnellement des travaux journalistiques. Il avait été distingué, selon les mots du jury, « pour son profond impact sur la musique populaire et la culture américaine, à travers des compositions lyriques au pouvoir poétique extraordinaire ».
Bien qu'il n'ait signé qu'un petit nombre de grands albums après l'apothéose créative des années 1965-1975, il reste, au même titre que le tandem Lennon- McCartney, l'un des chanteurs auteurscompositeurs les plus influents de l'histoire de la musique, maintes fois copié, jamais égalé. C'est le premier Américain à obtenir le prix Nobel de littérature depuis Toni Morrison, en 1993. Le prix Nobel s'accompagne d'une récompense de huit millions de couronnes suédoises (822 000 euros).


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.