«Non c'est non !»    «Des forces non constitutionnelles gèrent le pays»    «La grève ne doit pas toucher le système pétrolier et gazier»    L'ADE prépare la saison estivale    L'après-Bouteflika a déjà commencé    Bronn forfait face au Swaziland et l'Algérie    Les Verts pour terminer sur une bonne note    Le GS Pétroliers passe en quarts    Saisie de 100 g de cocaïne et 12,5 kg de kif    Saisie de 9 322 comprimés psychotropes    Si Boutef m'était conté    RCK - Démission du président Farès: Un directoire mis en place    Seddik Chihab: Le pays est gouverné par «des forces anticonstitutionnelles»    Retards dans le lancement des VRD et malfaçons: Les souscripteurs AADL dénoncent    Tébessa: La pénurie d'eau s'installe    USM Annaba: L'attaque, ce maillon faible    Algérie - USA: Des experts du FBI pour la formation aux enquêtes sur les vols de patrimoine culture    Programme spécial vacances à la salle Ahmed Bey    Ouverture «courant 2019» de trois antennes du CRMA    Refus des visas pour les Algériens    Réunion de travail entre les présidents de clubs et la FABB    Les joueurs poursuivent leur grève    Le corps du pilote italien Giovani Stafanit en voie d'évacuation vers son pays    Aide du PAM pour plus d'un demi-million de personnes    L'ONU présente un nouveau plan pour le retrait des combattants    200 millions d'euros de dégâts depuis le début du mouvement    Première section de formation pour les enfants autistes    Les postiers rejoignent el hirak    «Le mois de mars marqué par "les hauts-faits aux objectifs nobles" du peuple»    Cinq partis politiques lancent un «Rassemblement pour une nouvelle République»    Manifestations populaires et perspectives    Un artiste promis à un million de dollars au Japon    Cheïkh Aïchouba Mostefa dit Si Safa    Célébration du 57e anniversaire de la fête de la victoire    Lamamra maintient le cap    Cascade de démentis    VEHICULES CKD-SKD: Légère baisse de la facture d'importation    De pluies assez soutenues    Constantine : Fin des travaux de consolidation des stations du téléphérique    MARCHES POUR LE CHANGEMENT : Les personnels de la santé appellent au "respect de la Constitution", à "l'indépendance de la justice"    Tamanrasset : Adapter les textes régissant le commerce extérieur avec les spécificités des régions frontalières    Les derniers terroristes del'EI acculés au bord de l'Euphrate    El-Qods occupée: Escalade israélienne, condamnations et mises en garde palestiniennes    Crise au Venezuela : Washington parle de "négociations positives" avec Moscou    Après près de 30 ans à la tête du pays : Le président kazakh Noursoultan Nazarbaïev démissionne    France : La croissance 2019 revue en baisse à 1,4%, dit Le Maire    Ghardaïa, la 51e édition de la fête du tapis reportée sine die    Tlemcen : Les accords d'Evian au centre d'une rencontre    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Bouteflika appelle à une alternative économique
Célebration du double anniversaire du 24 février
Publié dans Le Midi Libre le 25 - 02 - 2018

Le président de la République, Abdelaziz Bouteflika, a indiqué hier que l'anniversaire de lacréation de l'Union générale des travailleurs algériens (UGTA) en 1956 et celui de la nationalisation des hydrocarbures en 1971 constituent deux dates d'une grande portée symbolique...
Le président de la République, Abdelaziz Bouteflika, a indiqué hier que l'anniversaire de lacréation de l'Union générale des travailleurs algériens (UGTA) en 1956 et celui de la nationalisation des hydrocarbures en 1971 constituent deux dates d'une grande portée symbolique...
Le chef de l'Etat a appelé la jeunesse à s'investir dans l'oeuvre d'édification nationale. "Nous célébrons, en ce même 24 Février, l'anniversaire de la création de l'Union générale des trav ailleurs algériens en 1956 et celui de la nationalisation des hydrocarbures en 1971. Il s'agit là de deux dates d'une grande portée symbolique", a souligné le chef de l'Etat dans un message à l'occasion du double anniversaire de la création de la Centrale syndicale et de la nationalisation des hydrocarbures, lu enson nom par le ministre de la Justice, garde des Sceaux, Tayeb Louh.
"Nous les commémorons, chaque année,pour galvaniser notre détermination à relev er les défis d'aujourd'hui et à construire l'Algérie de demain", a ajoutéle président Bouteflika, précisant que "ces deux accomplissements historiques sont porteurs d'une leçon qui doit guider notre conduite quotidienne, car ils ont été la traduction concrète de la capacité du peuple algérien de se surpasser chaque fois qu'il s'engage pour un but déterminant pour son destin".
"Le but de leur commémoration est aussi d'inspirer notre jeunesse et de lui insuffler l'ambition de s'investir corps et âme dans l'oeuvre d'édification nationale", a-t-il poursuivi. Pour le chef de l'Etat, "le combat héroïque des travailleurs pour la libération de la patrie du colonialisme et leur courageuse mobilisation qui permis de gagner le pari de la nationalisation des hydrocarbures, le 24 Février, ont été prolongés par les sacrifices consentis par les travailleuses et les travailleurs algériens durant la décennie noire pour défendre l'outil de production et permettre la survie de notre économie face au déchaînement de la violence terroriste. Ce faisant, ils ont démontré qu'ils sont et demeurent les dignes dépositaires du legs des héros du mouvement ouvrier national, de Aïssat Idir à Abdelhak Benhamouda".
Le président Bouteflika a tenu à rendre hommage "aux femmes et aux hommes de Novembre, ces travailleurs qui ont permis l'espoir et ouvert des perspectives nouvelles à notre pays, ainsi qu'à celles et ceux qui ont défié la violence terroriste et donné leur vie, pour permettre à notre pay s de survivre, de sortir de son épreuve". A cette occasion, le chef de l'Etat a appelé "les travailleuses et les travailleurs et particulièrement la jeunesse à se mobiliser, plus que jamais, pour relancer l'économie, construire l'Algérie forte qui offrira à tous ses enfants les conditions de vie et de travail souhaitables pour tous".Par ailleurs, le président Bouteflika a affirmé que le développement "n'a de sens que s'il vise à améliorer les conditions devie des citoyens à travers l'ensemble duterritoire national, notamment les créateurs de richesse, c'est-à-dire les travailleursdans toute leur diversité".
"L'étendue de notre territoire, qui est unavantage certain, nous impose une politique de développement inventive, soucieuse de justice sociale qu'il nous revient aujourd'hui de mener dans une situation exceptionnelle où la diversification de notre économie, dans un contex te de crise, impose rigueur et moralisation de la gouvernance", a-t-il expliqué, assurant qu'il accorde une "grande attention à ces questions stratégiques". En outre, le président de la République a encouragé les travailleurs "à veiller à ce que la défense légitime et vigilante de leurs droits aille de pair avec l'observationeffective et régulière de leurs devoirs et obligations, dans cette phase si crucialedu développement national".
Réaliser l'essor de l'économie en préservant les acquis sociau
Le président de la République, Abdelaziz Bouteflika, a réaffirmé par ailleurs que l'objectif de la relance de l'économie et la diversification des revenus du pays doit être réalisé tout en préservant la solidarité nationale. La crise économique qui a perturbé les fondamentaux économiques mondiaux, par ses conséquences multidimensionnelles, "nous interpelle pour bien fixer notre choix des meilleurs voies et moyens de réaliser l'essor de notre économie", a affirmé le président de la République.
Dans ce sens, il a avancé que le déséquilibre des marchés pétroliers et ses conséquences sur les équilibres macro-économiques du pays impliquent "la nécessité desortir de la dépendance de notre économie des revenus des hydrocarbures et de nousatteler à diversifier nos sources de revenusen créant de la richesse."A ce propos, le chef de l'Etat a appelé à l'adaptation du pays au changement, et ce,en hissant l'économie, les entreprises etles universités aux standards mondiaux d'excellence et de compétitivité mais "tout en restant fidèles à notre doctrine en matière de politique sociale et de solidarité nationale". Pour Bouteflika, "nous en avons les capacités, nous avons le potentiel requis et nous en avons l'ambition". Par ailleurs, le président a exprimé la conviction que la puissance des Etats repose, désormais, sur la "faculté d'anticipation" conjuguée à la compétitivité de leurs économies nationales, elles-mêmes articulées autour de la recherche et développement.
"Seuls survivent les meilleurs, ceux en mesure d'anticiper le futur, de s'organiser pour le conquérir", a-t-il fait valoir. Dans son message, il a avancé que le pays dispose des ressources suffisantes pour opérer une accélération décisive de son développement et réaliser son insertion active dans l'économie mondiale. Selon le chef de l'Etat, la diversification et la compétitivité de l'économie constituent un impératif devenu "plus crucial" dans le contexte de crise pétrolière qe lepays traverse.
Le Président prône une conduite patriotique économique offensive
Le président de la République, Abdelaziz Bouteflika, a aussi appelé à une "conduite patriotique économique offensive" en vue de moderniser l'industrie locale et conforter les entreprises publiques et privées. "Nous devons adopter une conduite patriotique économique offensiv e qui v erra l'Etat, loin de s'enfermer dans un protectionnisme stérilisant pour les entreprises nationales, fonder sa politique sur la modernisation du tissu industriel et la saine émulation entre entreprises publiques et privées dans le respect de l'éthique et des intérêts suprêmes de la Nation", a affirmé le président de la République.
Dans ce sens, il a avancé que le principe de la préférence nationale "prévaudra rigoureusement dans les commandes publiques" de même que le gouvernement encouragerales produits nationaux à gagner en compétitivité et occuper une "place majeure" sur le marché national et à trouver une place dans les marchés internationaux. D'autre part, le chef de l'Etat a noté que la diversification de l'économie du pays devrait s'appuyer, de plus en plus, sur des activités plus intenses en technologie et à forte valeur ajoutée, qui devra induire un repeuplement industriel qualitatif et en phase avec les évolutions structurelles de l'industrie mondiale. Abordant les convulsions actuelles des marchés pétroliers qui frappent tous les pays producteurs, le président a rappelé que les pouvoirs publics ont oeuvré à renforcer la capacité de résilience de l'économie du pays en engageant une politique volontariste de désendettement.
"Cette politique a porté ses fruits puisque nous sommes en mesure d'affronter cette crise avec sang-froid, avec détermination,tout en étant rassurés quant à nos marges de manoeuvre en mesure de nous permettre de mener un plan d'action efficace de sortie de crise", a-t-il soutenu. Abordant la gestion financière, le président a préconisé l'identification des niches d'économie et la rationalisation des dépenses tout en mettant l'accent sur la compétitivité, les gains de productivitéet la rigueur dans cette gestion.Cependant, a-t-il insisté, "cette quête d'une plus grande rigueur dans la gestion ne doit pas affecter les bas revenus ni sacrifier les principes de justice sociale et de solidarité nationale".
Modernisation de l'industrie par une baction structurante à long terme
Le président de la République, Abdelaziz Bouteflika, a affirmé que la modernisation du tissu industriel doit passer par une action structurante à long terme qui permettrait de développer une économie souveraine et diversifiée "J'ai instruit le gouvernement pour prendre la mesure des enjeux et définir les grands axes d'une action structurante à long terme en vue de moderniser le tissu industriel pour le porter aux standards internationaux de compétitivité et d'excellence technologique", a soutenu le président de la République.
Dans ce sens, il a considéré qu'il revient au gouvernement d'"agir en profondeur" sur la gouvernance économique des structures de l'Etat et des entreprises publiques, de créer les conditions de la cohérence des processus industriels. Pour le chef de l'Etat, le secteur publi marchand doit jouer un "rôle moteur" dans cette dynamique, tout comme le secteur privé qui devra être encouragé et bénéficier d'incitations à investir et à innover. Il a aussi affirmé que la jeunesse algérienne "ne doit plus entrevoir son avenir à travers le prisme des variations des prix du pétrole".
De surcroît, a-t-il fait valoir, "nous devons tirer les enseignements qui s'imposent et remettre en cause les distorsions structurelles de notre économie qui ont rendu possible notre exposition excessive à la crise qui a marqué les marchés pétroliers depuis 2014". Dans ce sillage, il a soutenu que l'Algérie ne doit plus se suffire d'être un simple exportateur d'hydrocarbures, mais fructifier son génie national afin de s'imposer comme un acteur économique performant et compétitif.
"Ce faisant, nous réduirons notre vulnérabilitéaux cycles imprévisibles des marchés pétroliers et ferons de la richesse, que sont les hydrocarbures, une chance réelle de développement pour notre pays", a-t-il insisté.
Une transition énergétique volontariste et visionnaire
Soulignant que l'Algérie est déjà un "acteur énergétique important", le président Bouteflika a aussi relevé que l'industrie pétrochimique, qui est en train de prendre son élan, devra être encouragée davantage pour valoriser les hydrocarbures du pays. S'agissant des énergies renouvelables, il a avancé que l'ensoleillement naturel exceptionnel de l'Algérie autorise les plus hautes ambitions dans une "transition énergétique volontariste et visionnaire".
A ce égard, il a souligné que l'ambitieux projet de réalisation de 22 gigawatts avec, notamment, des centrales solaires, devra être un projet structurant au plus haut point et doit reposer sur une composante industrielle à même de mettre pleinement à contribution le génie national et d'assurerla création de richesses et d'emplois.
"Dans de nombreux domaines d'avenir, nous disposons de ressources qui nous qualifient pour accéder au cercle des leaders et devenir un acteur performant dans la transition énergétique. J'accorde une très grande importance à cet objectif et insiste pour que nous adoptions une attitude volontariste et visionnaire, mobilisant toutes nos entreprises et nos universités", a-t-il ajouté. Par ailleurs, le chef de l'Etat a aussi mis en exergue le secteur de l'agricultureen tant que gisement important d'emplois et source d'amélioration de la sécurité alimentaire du pays.
Le chef de l'Etat a appelé la jeunesse à s'investir dans l'oeuvre d'édification nationale. "Nous célébrons, en ce même 24 Février, l'anniversaire de la création de l'Union générale des trav ailleurs algériens en 1956 et celui de la nationalisation des hydrocarbures en 1971. Il s'agit là de deux dates d'une grande portée symbolique", a souligné le chef de l'Etat dans un message à l'occasion du double anniversaire de la création de la Centrale syndicale et de la nationalisation des hydrocarbures, lu enson nom par le ministre de la Justice, garde des Sceaux, Tayeb Louh.
"Nous les commémorons, chaque année,pour galvaniser notre détermination à relev er les défis d'aujourd'hui et à construire l'Algérie de demain", a ajoutéle président Bouteflika, précisant que "ces deux accomplissements historiques sont porteurs d'une leçon qui doit guider notre conduite quotidienne, car ils ont été la traduction concrète de la capacité du peuple algérien de se surpasser chaque fois qu'il s'engage pour un but déterminant pour son destin".
"Le but de leur commémoration est aussi d'inspirer notre jeunesse et de lui insuffler l'ambition de s'investir corps et âme dans l'oeuvre d'édification nationale", a-t-il poursuivi. Pour le chef de l'Etat, "le combat héroïque des travailleurs pour la libération de la patrie du colonialisme et leur courageuse mobilisation qui permis de gagner le pari de la nationalisation des hydrocarbures, le 24 Février, ont été prolongés par les sacrifices consentis par les travailleuses et les travailleurs algériens durant la décennie noire pour défendre l'outil de production et permettre la survie de notre économie face au déchaînement de la violence terroriste. Ce faisant, ils ont démontré qu'ils sont et demeurent les dignes dépositaires du legs des héros du mouvement ouvrier national, de Aïssat Idir à Abdelhak Benhamouda".
Le président Bouteflika a tenu à rendre hommage "aux femmes et aux hommes de Novembre, ces travailleurs qui ont permis l'espoir et ouvert des perspectives nouvelles à notre pays, ainsi qu'à celles et ceux qui ont défié la violence terroriste et donné leur vie, pour permettre à notre pay s de survivre, de sortir de son épreuve". A cette occasion, le chef de l'Etat a appelé "les travailleuses et les travailleurs et particulièrement la jeunesse à se mobiliser, plus que jamais, pour relancer l'économie, construire l'Algérie forte qui offrira à tous ses enfants les conditions de vie et de travail souhaitables pour tous".Par ailleurs, le président Bouteflika a affirmé que le développement "n'a de sens que s'il vise à améliorer les conditions devie des citoyens à travers l'ensemble duterritoire national, notamment les créateurs de richesse, c'est-à-dire les travailleursdans toute leur diversité".
"L'étendue de notre territoire, qui est unavantage certain, nous impose une politique de développement inventive, soucieuse de justice sociale qu'il nous revient aujourd'hui de mener dans une situation exceptionnelle où la diversification de notre économie, dans un contex te de crise, impose rigueur et moralisation de la gouvernance", a-t-il expliqué, assurant qu'il accorde une "grande attention à ces questions stratégiques". En outre, le président de la République a encouragé les travailleurs "à veiller à ce que la défense légitime et vigilante de leurs droits aille de pair avec l'observationeffective et régulière de leurs devoirs et obligations, dans cette phase si crucialedu développement national".
Réaliser l'essor de l'économie en préservant les acquis sociau
Le président de la République, Abdelaziz Bouteflika, a réaffirmé par ailleurs que l'objectif de la relance de l'économie et la diversification des revenus du pays doit être réalisé tout en préservant la solidarité nationale. La crise économique qui a perturbé les fondamentaux économiques mondiaux, par ses conséquences multidimensionnelles, "nous interpelle pour bien fixer notre choix des meilleurs voies et moyens de réaliser l'essor de notre économie", a affirmé le président de la République.
Dans ce sens, il a avancé que le déséquilibre des marchés pétroliers et ses conséquences sur les équilibres macro-économiques du pays impliquent "la nécessité desortir de la dépendance de notre économie des revenus des hydrocarbures et de nousatteler à diversifier nos sources de revenusen créant de la richesse."A ce propos, le chef de l'Etat a appelé à l'adaptation du pays au changement, et ce,en hissant l'économie, les entreprises etles universités aux standards mondiaux d'excellence et de compétitivité mais "tout en restant fidèles à notre doctrine en matière de politique sociale et de solidarité nationale". Pour Bouteflika, "nous en avons les capacités, nous avons le potentiel requis et nous en avons l'ambition". Par ailleurs, le président a exprimé la conviction que la puissance des Etats repose, désormais, sur la "faculté d'anticipation" conjuguée à la compétitivité de leurs économies nationales, elles-mêmes articulées autour de la recherche et développement.
"Seuls survivent les meilleurs, ceux en mesure d'anticiper le futur, de s'organiser pour le conquérir", a-t-il fait valoir. Dans son message, il a avancé que le pays dispose des ressources suffisantes pour opérer une accélération décisive de son développement et réaliser son insertion active dans l'économie mondiale. Selon le chef de l'Etat, la diversification et la compétitivité de l'économie constituent un impératif devenu "plus crucial" dans le contexte de crise pétrolière qe lepays traverse.
Le Président prône une conduite patriotique économique offensive
Le président de la République, Abdelaziz Bouteflika, a aussi appelé à une "conduite patriotique économique offensive" en vue de moderniser l'industrie locale et conforter les entreprises publiques et privées. "Nous devons adopter une conduite patriotique économique offensiv e qui v erra l'Etat, loin de s'enfermer dans un protectionnisme stérilisant pour les entreprises nationales, fonder sa politique sur la modernisation du tissu industriel et la saine émulation entre entreprises publiques et privées dans le respect de l'éthique et des intérêts suprêmes de la Nation", a affirmé le président de la République.
Dans ce sens, il a avancé que le principe de la préférence nationale "prévaudra rigoureusement dans les commandes publiques" de même que le gouvernement encouragerales produits nationaux à gagner en compétitivité et occuper une "place majeure" sur le marché national et à trouver une place dans les marchés internationaux. D'autre part, le chef de l'Etat a noté que la diversification de l'économie du pays devrait s'appuyer, de plus en plus, sur des activités plus intenses en technologie et à forte valeur ajoutée, qui devra induire un repeuplement industriel qualitatif et en phase avec les évolutions structurelles de l'industrie mondiale. Abordant les convulsions actuelles des marchés pétroliers qui frappent tous les pays producteurs, le président a rappelé que les pouvoirs publics ont oeuvré à renforcer la capacité de résilience de l'économie du pays en engageant une politique volontariste de désendettement.
"Cette politique a porté ses fruits puisque nous sommes en mesure d'affronter cette crise avec sang-froid, avec détermination,tout en étant rassurés quant à nos marges de manoeuvre en mesure de nous permettre de mener un plan d'action efficace de sortie de crise", a-t-il soutenu. Abordant la gestion financière, le président a préconisé l'identification des niches d'économie et la rationalisation des dépenses tout en mettant l'accent sur la compétitivité, les gains de productivitéet la rigueur dans cette gestion.Cependant, a-t-il insisté, "cette quête d'une plus grande rigueur dans la gestion ne doit pas affecter les bas revenus ni sacrifier les principes de justice sociale et de solidarité nationale".
Modernisation de l'industrie par une baction structurante à long terme
Le président de la République, Abdelaziz Bouteflika, a affirmé que la modernisation du tissu industriel doit passer par une action structurante à long terme qui permettrait de développer une économie souveraine et diversifiée "J'ai instruit le gouvernement pour prendre la mesure des enjeux et définir les grands axes d'une action structurante à long terme en vue de moderniser le tissu industriel pour le porter aux standards internationaux de compétitivité et d'excellence technologique", a soutenu le président de la République.
Dans ce sens, il a considéré qu'il revient au gouvernement d'"agir en profondeur" sur la gouvernance économique des structures de l'Etat et des entreprises publiques, de créer les conditions de la cohérence des processus industriels. Pour le chef de l'Etat, le secteur publi marchand doit jouer un "rôle moteur" dans cette dynamique, tout comme le secteur privé qui devra être encouragé et bénéficier d'incitations à investir et à innover. Il a aussi affirmé que la jeunesse algérienne "ne doit plus entrevoir son avenir à travers le prisme des variations des prix du pétrole".
De surcroît, a-t-il fait valoir, "nous devons tirer les enseignements qui s'imposent et remettre en cause les distorsions structurelles de notre économie qui ont rendu possible notre exposition excessive à la crise qui a marqué les marchés pétroliers depuis 2014". Dans ce sillage, il a soutenu que l'Algérie ne doit plus se suffire d'être un simple exportateur d'hydrocarbures, mais fructifier son génie national afin de s'imposer comme un acteur économique performant et compétitif.
"Ce faisant, nous réduirons notre vulnérabilitéaux cycles imprévisibles des marchés pétroliers et ferons de la richesse, que sont les hydrocarbures, une chance réelle de développement pour notre pays", a-t-il insisté.
Une transition énergétique volontariste et visionnaire
Soulignant que l'Algérie est déjà un "acteur énergétique important", le président Bouteflika a aussi relevé que l'industrie pétrochimique, qui est en train de prendre son élan, devra être encouragée davantage pour valoriser les hydrocarbures du pays. S'agissant des énergies renouvelables, il a avancé que l'ensoleillement naturel exceptionnel de l'Algérie autorise les plus hautes ambitions dans une "transition énergétique volontariste et visionnaire".
A ce égard, il a souligné que l'ambitieux projet de réalisation de 22 gigawatts avec, notamment, des centrales solaires, devra être un projet structurant au plus haut point et doit reposer sur une composante industrielle à même de mettre pleinement à contribution le génie national et d'assurerla création de richesses et d'emplois.
"Dans de nombreux domaines d'avenir, nous disposons de ressources qui nous qualifient pour accéder au cercle des leaders et devenir un acteur performant dans la transition énergétique. J'accorde une très grande importance à cet objectif et insiste pour que nous adoptions une attitude volontariste et visionnaire, mobilisant toutes nos entreprises et nos universités", a-t-il ajouté. Par ailleurs, le chef de l'Etat a aussi mis en exergue le secteur de l'agricultureen tant que gisement important d'emplois et source d'amélioration de la sécurité alimentaire du pays.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.