Barça : Koeman prend la défense de Messi    Saïd Chengriha lors de sa visite hier à Béchar : «Nous mettrons en échec tous les desseins hostiles»    Après 20 mois de détention, le sort de Ali Ghediri toujours pas connu    Prolongation de mandat    Enquête    Relaxe pour sept activistes du Hirak    Le projet discuté au conseil national fin janvier    Numérisation de la CNAS : Les arrêts de travail déclarés via le portail El Hanaa    L'Algérie concernée par la mise à jour de l'OMI    Le CPE en hibernation    Session de formation aux métiers de l'export    "Les étudiants doivent éviter les fausses déclarations"    Le prix du pétrole continuera d'augmenter en 2021    «Pour des raisons électorales ou intérêts calculés, les démocrates ont pactisé avec les islamistes»    Le Conseil de sécurité diffuse les propositions de l'UA    LE DROIT SELECTIF DU CRIME CONTRE L'HUMANITE    Quand Suzanne Tamim crie justice !    Arrêt prématuré d'un test des moteurs de la fusée géante SLS    Les Européens appellent Téhéran à la raison    Affaire GB Pharma : Le procès en appel reporté    Mercato exceptionnel du 25 au 31 janvier    "Le plus difficile reste à venir"    Défaite de l'Algérie face à l'Islande    Le lieu de stockage du vaccin anticovid gardé secret    Caravane médico-sociale au profit des habitants    La radio locale sensibilise aux dangers du monoxyde de carbone    Un mort et 14 blessés dans un accident de la circulation    Arrestation de 2 personnes en possession de 263 700 euros en faux billets à Amizour    Résidences de formation pour les praticiens du 4e art dans le Sud algérien    Hommage à Abou Laïd Doudou, l'homme de lettres    Lancement prochain de fouilles archéologiques à Portus Magnus    À la découverte de la musique actuelle africaine    Une solidarité efficace et autonome    Une quête de l'Histoire d'un peuple    MC Oran: Le Mouloudia méritait mieux    Un citoyen tombe du 5èm étage d'un immeuble en construction    Mostaganem: Incendie sur un bateau de pêche    Formation professionnelle: Les ingénieurs-enseignants paralysent les instituts spécialisés    JS Saoura: Une efficacité à améliorer    Volleyball - Ligue de wilaya de Sidi Bel-Abbès: Sekrane Lahcene réélu à l'unanimité    LA TRITURE    Direction générale des impôts: Nouvelles modalités de radiation du registre de commerce    Pénétrante portuaire: Des instructions pour accélérer le projet et le livrer par tronçons    Principes et autres considérations    Est-ce la bonne statue?    222 nouveaux cas, 181 guérisons et 5 décès    L'Algerie se tourne vers l'Afrique    Institut français d'Alger Médiath'ART: La nuit porte…concept    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La course des candidats lancée
Election présidentielle de 2019
Publié dans Le Midi Libre le 13 - 08 - 2018

Samedi 11 août, c'est l'hilarant député Tahar Missoum, plus connu sous le sobriquet "Spécifique", qui annonce sa décision de se lancer dans la bataille de la prochaine présidentielle, lui qui a déjà perdu celle des dernières législatives.
Samedi 11 août, c'est l'hilarant député Tahar Missoum, plus connu sous le sobriquet "Spécifique", qui annonce sa décision de se lancer dans la bataille de la prochaine présidentielle, lui qui a déjà perdu celle des dernières législatives.
Tous les regards sont d'ores et déjà braqués sur la prochaine élection présidentielle. D'ailleurs nombre decandidats se sont déjà déclarés partants dans cette course à la plus haute marche du pouvoir.Les candidats potentiels se mettent enordre de bataille. Alors que le projet du 5emandatprend une tournure sérieuse, des personnalités,indépendantes, de l'oppositionou de partisplutôt proches du pouvoir,se déclarent candidates ou en voie del'être à cette élection qui s'annonce aussi verrouillée que les précédentes.
Ce samedi 11 août, c'est l'hilarant députéTahar Missoum, plus connusous le sobriquet"Spécifique", qui annonce sa décisionde se lancer dans la bataille de la prochaineprésidentielle, lui qui a déjà perdu celle des dernières législatives. Tahar Missoum, qui connaît bien le pouvoir pour en avoir subi ses foudres, ne doute assurément pas qu'ilsera un lièvre parmi d'autres. Mais l'objectif de cet ex-député ne semble pas celui de conquérir la présidence de la Républiquemais plutôt de reconquérir la scène médiatique, qu'il a totalement perdue depuis qu'il ne siège plus à l'hémicycle Zighout-
Youcef.Lièvre comme lui, il y en a d'autres pour cette présidentielle d'avril 2019. Nacer Boudiaf, fils du défunt Président de la république Mohamed Boudiaf. Sans parti, Nacer Boudiaf, qui veut visiblement capitaliserla sympathie et le respectqu'avaient de nombreux Algériens pour son père, décide de se porter candidat en tant qu'indépendant. Il assure être conscient des embûches qu'il trouvera surson chemin. Mais Nacer Boudiaf ne baisseraassurément pas les bras.
Il se battra comme d'autres "lièvres". Il n'est pas le seul à être dans cette position. Volontairement ou non, Fethi Gheras, candidat investi par son parti le Mouvement démocratique et social (MDS)entame déjà sa précampagne présidentielle. Son objectifprincipal semble plutôt defaire connaître le projet de société de son parti. Mais cela ne l'empêchera pas d'être un lièvre decette présidentielle, si son dossier de candidature est accepté.De son côté, Ali Benflis, président du partide Talaie El Houriyet, annonce être candidat à la présidentielle de 2019. Si le projet du 5e mandat se concrétise, Ali Benflis aura donc à affronter le président Bouteflika pour la troisième fois, lui qui a été candidat à la magistrature suprême en 2004 et 2014.
D'autres "lièvres" se profilent à l'horizon. Abdelaziz Belaïd du Front El Moustakbel, Fawzi Rebaïne de Ahd 54, Abdallah Djaballah d'El Adala, Filali Ghouini du parti El Islah, Louisa Hanoune du Partides Travailleurs etSaïd Sadi en tant qu'indépendantdevraient annoncer leur intention d'aller à la conquête de la présidencede la République à la rentrée sociale.Dans cette échéance électorale fermée, où rien ne sera laissé au hasard, il n'y a pas de place à la compétition saine. Et ces candidats, annoncés ou en attente, le saventbien. Ils savent que le jeu est biaisé et que les dés sont pipés.Ce qui les différencie,c'est ce qui les pousse à se lancer dans cette joute électorale en endossant le rôle de "lièvres".
Tous les regards sont d'ores et déjà braqués sur la prochaine élection présidentielle. D'ailleurs nombre decandidats se sont déjà déclarés partants dans cette course à la plus haute marche du pouvoir.Les candidats potentiels se mettent enordre de bataille. Alors que le projet du 5emandatprend une tournure sérieuse, des personnalités,indépendantes, de l'oppositionou de partisplutôt proches du pouvoir,se déclarent candidates ou en voie del'être à cette élection qui s'annonce aussi verrouillée que les précédentes.
Ce samedi 11 août, c'est l'hilarant députéTahar Missoum, plus connusous le sobriquet"Spécifique", qui annonce sa décisionde se lancer dans la bataille de la prochaineprésidentielle, lui qui a déjà perdu celle des dernières législatives. Tahar Missoum, qui connaît bien le pouvoir pour en avoir subi ses foudres, ne doute assurément pas qu'ilsera un lièvre parmi d'autres. Mais l'objectif de cet ex-député ne semble pas celui de conquérir la présidence de la Républiquemais plutôt de reconquérir la scène médiatique, qu'il a totalement perdue depuis qu'il ne siège plus à l'hémicycle Zighout-
Youcef.Lièvre comme lui, il y en a d'autres pour cette présidentielle d'avril 2019. Nacer Boudiaf, fils du défunt Président de la république Mohamed Boudiaf. Sans parti, Nacer Boudiaf, qui veut visiblement capitaliserla sympathie et le respectqu'avaient de nombreux Algériens pour son père, décide de se porter candidat en tant qu'indépendant. Il assure être conscient des embûches qu'il trouvera surson chemin. Mais Nacer Boudiaf ne baisseraassurément pas les bras.
Il se battra comme d'autres "lièvres". Il n'est pas le seul à être dans cette position. Volontairement ou non, Fethi Gheras, candidat investi par son parti le Mouvement démocratique et social (MDS)entame déjà sa précampagne présidentielle. Son objectifprincipal semble plutôt defaire connaître le projet de société de son parti. Mais cela ne l'empêchera pas d'être un lièvre decette présidentielle, si son dossier de candidature est accepté.De son côté, Ali Benflis, président du partide Talaie El Houriyet, annonce être candidat à la présidentielle de 2019. Si le projet du 5e mandat se concrétise, Ali Benflis aura donc à affronter le président Bouteflika pour la troisième fois, lui qui a été candidat à la magistrature suprême en 2004 et 2014.
D'autres "lièvres" se profilent à l'horizon. Abdelaziz Belaïd du Front El Moustakbel, Fawzi Rebaïne de Ahd 54, Abdallah Djaballah d'El Adala, Filali Ghouini du parti El Islah, Louisa Hanoune du Partides Travailleurs etSaïd Sadi en tant qu'indépendantdevraient annoncer leur intention d'aller à la conquête de la présidencede la République à la rentrée sociale.Dans cette échéance électorale fermée, où rien ne sera laissé au hasard, il n'y a pas de place à la compétition saine. Et ces candidats, annoncés ou en attente, le saventbien. Ils savent que le jeu est biaisé et que les dés sont pipés.Ce qui les différencie,c'est ce qui les pousse à se lancer dans cette joute électorale en endossant le rôle de "lièvres".


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.