Lutte contre la corruption et la récupération de l'argent pillé    Un lourd fardeau pour les nouveaux magistrats    Ooredoo annonce le rétablissement de son réseau de couverture    Réception fin 2019 des projets annexes du barrage Ouarkis    Lutte contre la corruption et faire de l'Algérie un pays émergent    Près de 2 millions de déplacés rentrent chez eux depuis 2015    Judo : deux nouvelles médailles pour l'Algérie    Delort buteur, Abeid signe ses débuts avec Nantes    Le match contre ses détracteurs    Une jeune femme électrocutée à Béni Dergoune    20 AOUT 1956, LE CONGRES DE LA SOUMMAM : Le tournant décisif    Le documentaire Tideles projeté en avant-première    Anime un concert à Alger    VISA POUR LA FRANCE : Changement des délais de traitement des demandes    COMMERCE : Retour de l'importation des véhicules de moins de 3 ans    SALAIRES NON PAYES : Le Groupe Tahkout apporte des précisions    AFFAIRE AGENCE FONCIERE DE MOSTAGANEM : Le directeur et 3 chefs de services sous contrôle judiciaire    Farida Benyahia, nouvelle présidente du Conseil d'Etat    Les Algériens de France tiennent à la transition    Infernal !    Paul Put contre-attaque    Azzedine Mihoubi en terrain hostile à Béjaïa    De plus en plus d'étudiants algériens dans les universités allemandes    Gratuité de transport pour 720 handicapés    Le corps d'un baigneur retrouvé sur une plage près de Ouréah    Rencontre internationale sur la douleur chronique prochainement à Oran    Le ministère de l'Intérieur suspend ses activités à Aden    Moscou accuse Washington d'y avoir alloué des fonds    Pékin reproche à l'UE de vouloir s'ingérer dans ses affaires    La mer artistique de Mohammed Bakli    Cheba Farida priée de quitter la scène illico presto    Hassen Ferhani doublement primé au Festival de Locarno    Une marche pour réclamer le retour aux principes de la Soummam    Le rôle de l'armée dans la vie politique en Algérie en question    MCO: Premier pari gagné de Chérif El Ouazzani    CRB - NCM, aujourd'hui à 21h00: Tout pour une 1re victoire    Tlemcen : 400 hectares de forêt ravagés par le feu    Guerre des pétroliers : Gibraltar rejette la demande américaine de retenir le Grace 1 iranien    Jeux Africains : La sauteuse Arar accréditée à Rabat    Embouteillages monstres aux accès de la capitale Les retraités de l'ANP empêchés d'atteindre Alger    Karim Younes: Le Panel «ne parle pas au nom peuple, du hirak ou du pouvoir»    Tébessa: L'OPGI, les loyers impayés et le reste    Skikda, El Tarf: L'eau continue de susciter des protestations    Déficit commercial, régulation de l'importation Echec sur toute la ligne    CR Belouizdad: Un problème d'efficacité à régler au plus vite    Une guerre contre l'Iran provoquerait l'effondrement du monde unipolaire    Célébration de la journée de création de la SADC : Sabri Boukadoum appelle les pays membres à renforcer la politique de solidarité en Afrique    Les migrants toujours bloqués à lampédusa    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le silence des grosses pointures
BENFLIS, OUYAHIA ET BELKHADEM CANDIDATS POTENTIELS À LA PRESIDENTIELLE
Publié dans L'Expression le 25 - 09 - 2013


Ali Benflis-Ahmed Ouyahia- Abdelaziz Belkhadem
De par leur parcours et leur statut politique, Benflis, Ouyahia et Belkhadem refuseront de jouer le rôle des lièvres de la présidentielle 2014.
Alors que la présidentielle 2014 approche à grands pas, les candidatures des grosses pointures de la scène politique se font rares. Il en est ainsi de Benflis, Ouyahia et Belkhadem qui étaient visibles il y a quelques mois dans les médias et au titre desquels certains militants avaient même ouvert des pages sur Facebook pour chercher des soutiens à leurs candidatures à la prochaine échéance électorale, se sont brusquement plongés dans un silence. Ces derniers refusent de servir de lièvres dans une élection jouée d'avance.
Leur silence à la fois politique et médiatique, intervient après les récents évènements qui ont secoué la scène politique: l'élection de Amar Saâdani à la tête du FLN et la restructuration au DRS. Ces deux événements qui sont liés directement à l'élection présidentielle 2014, ont visiblement perturbé leurs intentions et stoppé toute ambition de leur part pour se présenter comme candidat à l'élection présidentielle que certains affirment qu'elle est jouée d'avance. Et pourtant, rien n'a été décidé et le Président Bouteflika n'a pas encore affiché ses intentions de se représenter pour un 4e mandat. Pour Ouyahia, Benflis et Belkhadem, l'ambition d'accéder à la magistrature suprême n'a jamais été cachée. Mais il était hors de question pour eux de se présenter face au candidat Bouteflika, sachant d'avance qu'ils n'auront aucune chance de l'emporter. L'ex-candidat à l'élection présidentielle en 2004, Ali Benflis l'a appris à ses dépens puisqu'il s'est fait laminer par le candidat Bouteflika. Benflis avait fait l'impasse sur l'élection de 2009, pour justement se consacrer à l'élection de 2014 pensant que le candidat Bouteflika n'allait pas se présenter à cette élection. Après avoir perdu toute chance de récupérer le FLN, Benflis ne souhaite pas s'aventurer encore une fois dans une bataille électorale dont il sortira une nouvelle fois vaincu. L'ancien SG du FLN sait pertinemment que sans la machine électorale de l'ex-parti unique, il est très difficile voire impossible de gagner une élection quelle que soit son importance.
Pour sa part, Ahmed Ouyahia, qui est resté silencieux depuis son départ du gouvernement et du parti, attend tranquillement son tour. De par son éducation politique, Ouyahia ne s'aventure jamais en eaux troubles. Ouyahia qui ne s'est jamais exprimé ouvertement sur ses intentions présidentielles, avait déclaré en parfait observateur de la politique française, lors d'une émission de télévision que «la présidentielle était la rencontre d'un homme et de son destin», allusion faite à une réponse donnée dans le même contexte par l'ancien président français Valéry Giscard d'Estaing.
L'ancien Premier ministre Ouyahia qui est une grosse pointure de la politique nationale, ne s'est pas exprimé depuis des mois. Ses sorties privées sont suivies comme le lait sur le feu. Et sa dernière sortie remonte au mois de mai dernier à Oran, où il était venu présenter ses condoléances au président du groupe parlementaire du RND, Miloud Chorfi qui a perdu son frère aîné. Sur place, l'ancien Premier ministre a refusé de faire des déclarations. Ouyahia, qui est un véritable commis de l'Etat, sait pertinemment que son destin est lié avec le temps. Son jeune âge joue en faveur de son parcours politique dans les présidentielles.
Pour sa part, Abdelaziz Belkhadem, l'ex chef de gouvernement et ex-SG du FLN considéré lui aussi comme une grosse pointure de la classe politique, l'aventure de la présidentielle est possible, mais à condition que le Président Bouteflika ne se représente pas. Depuis l'élection de Saâdani à la tête du FLN, Belkhadem s'est muré dans un silence politique inquiétant. Refusant à la fois de s'exprimer sur l'élection de Saâdani, (même s'il lui a apporté son soutien politique) et de parler de ses ambitions politiques futures.
Enfin, l'un des favoris de l'élection présidentielle de 1999, Mouloud Hamrouche, s'est également muré dans un silence inquiétant, lui qui avait fait l'impasse sur les deux précédentes présidentielles de 2004 et 2009. Contrairement aux trois candidats pressentis comme Benflis, Ouyahia et Belkhadem, Hamrouche avait reçu le soutien d'une formation assez conséquente pour lui apporter une aide politique: le FFS. Mais avec le plus vieux parti de l'opposition, Hamrouche ex-cadre du FLN, est sûr de ne pas arriver à El Mouradia. C'est pourquoi l'ex-chef de gouvernement a décidé de rester observateur sans pour autant quitter totalement la politique et son équation variable, la présidentielle.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.