Lutte anti-terroriste en Afrique: Alger et Madrid réitèrent leur engagement    Bordj Badji Mokhtar: Des missiles sol-air et des obus de mortiers interceptés    Le débat est ailleurs    Transfert illicite de capitaux: Les douanes cibleront les passagers à risque dès 2019    Chlef: Ténès se souvient    Mise en place de la DNCG: Une direction qui divise la FAF et les clubs    Coupe d'Algérie - 32es de finale: Le MCO, le PAC et le CABBA passent, la JSK au tapis    MC Saïda: Un avenir très incertain    Oran: 19 harraga, dont une femme de 54 ans, interceptés    Tamanrasset: Cinq personnes meurent carbonisées dans une collision    Pour mettre un terme à la gestion anarchique des parkings: Une commission pour récupérer près de 150 sites de stationnement illicites    Lettre d'un jeune Algérien à «nos» députés    Le numérique s'invite au Salon du livre    La Data à l'honneur du plus grand événement IT et de l'économie numérique en Algérie    MCA-Al Merreikh (Soudan) en quarts de finale    Les arbitres des matchs des clubs algériens connus    «Surtout ne pas sous-estimer Ghriss»    183 Palestiniens arrêtés par les autorités israéliennes ces cinq derniers jours    AI appelle à rendre justice aux militants du mouvement Hirak dans le Rif    L'Algérie face aux nouveaux enjeux sécuritaires mondiaux    Du nouveau dans l'aide à l'habitat    Placement de plus de 4.700 demandeurs d'emploi depuis janvier    150 demandes de brevet d'invention déposées depuis début 2018    Défendre la mémoire de nos chouhada !    Lancement de la première application électronique d'accès à la recherche en bibliothèque    Ouverture des journées nationales de la littérature    Sahara occidental : Notre bataille au niveau de la justice européenne a changé le cours du conflit    Transport & logistique : Les principales contraintes aux exportations    Grève des travailleurs en CTA du Complexe sidérurgique d'El Hadjar : Le dialogue et la concertation priment pour dénouer la situation    Algérie-France : Clôture d'un jumelage institutionnel visant à asseoir un cadastre    Route Adrar-Tindouf : Rapprocher les wilayas et impulser la dynamique économique dans la région    Un élève hospitalisé à Tiaret    L'Université Sâad Dahleb de Blida évacuée    Des produits aux substances dangereuses    Amnesty international déplore l'absence d'un cadre juridique    Une manifestation pour dénoncer l'arrivage d'une cargaison de phosphate sahraoui    Coupe d'Algérie de football (32es de finale) : MB Bazer Sakhra, première surprise des 32es de finale    Compétitions européennes interclubs : Deux affiches entre internationaux algériens    Le 15e Dimajazz du 18 au 22 décembre à Constantine    Journée arabe de la police: Une centaine de policiers promus à Sidi Bel Abbès    Constantine: Des bénéficiaires du LPL réclament l'accélération de la remise des clés    «The Algiers Singers» en concert: Ambiance festive à Notre Dame d'Afrique    FLN : L'initiative de Bouchareb au point mort    Les dangereuses nouvelles filières    Décès du vice-président de l'APW    Ahl El Andalous et leurs invités, ce soir, à l'Opéra d'Alger    Le devoir sacré de défendre et de renforcer l'unité nationale    C'est la guerre des mots    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Pari difficile pour Benghabrit
L'enseignement des langues en question
Publié dans Le Midi Libre le 20 - 09 - 2018

L'enseignement des langues dans les 3 paliers sera décisifcette année. La ministre de, l'Education, NouriaBenghabrit, tient à sa réformeen introduisant de nouveauxoutils didactiques pour rendreefficace la pédagogie.
L'enseignement des langues dans les 3 paliers sera décisifcette année. La ministre de, l'Education, NouriaBenghabrit, tient à sa réformeen introduisant de nouveauxoutils didactiques pour rendreefficace la pédagogie.
La ministre va donner le coup d'envoi prochainement à un conclave à grandeéchelle qui va réunir des inspecteurs de l'enseignement, des conseillers enEducationet des experts en linguistiques pourévaluer le système d'enseignement des langues en Algérie. C'est ce qu'indiqueune source proche de ce dossier au niveau du département de Benghebrit oùilestquestion "d'un bilan sur la pédagogie deslangues étrangères, la réforme de son systèmeet l'introduction d'une nouvelle approche qualitative pour l'enseignementdurantcette année".
Il est à souligner que la commission qui a été créée à cet effet ennovembre dernier n'a pas rendu encore cesconclusions. Mais tout porte à croire qued'ici à quelques jours, la réunion que présiderala ministre sera plus décisive et tranchantesur ces questions. Selon la mêmesource "il faudra d'abord trancher sur larépartition du volume d'horaires deslangues étrangères dans les 3 paliers".
A rappeler qu'actuellement, lesélèvesdes 2premiers cycles n'ont que 4 heures de français,3 à 4 heures d'anglais etplusd'heures pour la langue arabe. Dans les lycées, il existe une certaine disproportion dans la répartition des langues avec uneprédominance pour certaines filières del'anglais (plus de 4 heures) et le françaisavec 3 à 4 heures alors que l'espagnol ou l'italien à une juste mesure l'allemand nebénéficient pas d'une répartition équitablesauf pour les filières de lettres et philosophie.Pour en finir avec ce système, les experts linguistes et conseillers à la pédagogievont rendre leur verdict avant que ladécision soit entérinée finalement par le gouvernement.
Comment rendre les langues efficaces
Certains membres de la commission penchant plutôt vers un équilibre de l'enseignement de toutes les langues quel quesoit leur statut. Il faut se rappeler la polémique engagée il y a quelques mois et quicontinue toujours sur la place de la languearabe. Les détracteurs et autres zélateurs ont accusé Benghabrit "de fairereculer lalangue arabe au profit de la francisation del'école".
Un démenti a été vite apporté parle conseiller aux langues au niveau du ministère en indiquant que"l'enseignementdes langues ne se départit pas de lalangue arabe". Mais le plus urgent déscette rentrée est de s'éloigner des considérationsidéologiques des uns et desautres et de miser sur une réforme linguistiquequi a trop tardé. Pour les experts en langue faisant partie de cette commission,le constat est sansappel : "Le niveau du français reste faible avec des disparités entre filières". Pou eux"il faut revoir les outils pédagogiques decette langue en introduisant un contenu algérianisé".D'autres comme certains syndicalistesrecommandent de "mettre au point une généralisation de l'anglais au même côté que celui du français et de l'arabe" considérantque les élèves ont une préférence de la langue de Shakespeare même si"leurniveau reste en dessous de la moyenne".
Ily a ceux enfin qui disent que "chaque filière devrait bénéficier d'une autre langue comme l'italien, l'espagnol ou l'allemand les en introduisant dans toutes les classes".Il y a également la prise en compte de la question centrale des moyensd'acquisitiondes langues, le niveau de réussite ou de déperdition scolaire et leur taux correspondant.Quelle que soit la recommandation, le ministère de l'Education ne veut pasimproviser, ni faire cavalier seul. L'approche serait d'impliquer les autresacteurs dans la décision des choix qui seront arrêtés prochainement. LaFédération des parents d'élèves, les syndicats autonomes et spécialistes de la culture et des langues seront invités à donnerpart à la réflexion.
La ministre va donner le coup d'envoi prochainement à un conclave à grandeéchelle qui va réunir des inspecteurs de l'enseignement, des conseillers enEducationet des experts en linguistiques pourévaluer le système d'enseignement des langues en Algérie. C'est ce qu'indiqueune source proche de ce dossier au niveau du département de Benghebrit oùilestquestion "d'un bilan sur la pédagogie deslangues étrangères, la réforme de son systèmeet l'introduction d'une nouvelle approche qualitative pour l'enseignementdurantcette année".
Il est à souligner que la commission qui a été créée à cet effet ennovembre dernier n'a pas rendu encore cesconclusions. Mais tout porte à croire qued'ici à quelques jours, la réunion que présiderala ministre sera plus décisive et tranchantesur ces questions. Selon la mêmesource "il faudra d'abord trancher sur larépartition du volume d'horaires deslangues étrangères dans les 3 paliers".
A rappeler qu'actuellement, lesélèvesdes 2premiers cycles n'ont que 4 heures de français,3 à 4 heures d'anglais etplusd'heures pour la langue arabe. Dans les lycées, il existe une certaine disproportion dans la répartition des langues avec uneprédominance pour certaines filières del'anglais (plus de 4 heures) et le françaisavec 3 à 4 heures alors que l'espagnol ou l'italien à une juste mesure l'allemand nebénéficient pas d'une répartition équitablesauf pour les filières de lettres et philosophie.Pour en finir avec ce système, les experts linguistes et conseillers à la pédagogievont rendre leur verdict avant que ladécision soit entérinée finalement par le gouvernement.
Comment rendre les langues efficaces
Certains membres de la commission penchant plutôt vers un équilibre de l'enseignement de toutes les langues quel quesoit leur statut. Il faut se rappeler la polémique engagée il y a quelques mois et quicontinue toujours sur la place de la languearabe. Les détracteurs et autres zélateurs ont accusé Benghabrit "de fairereculer lalangue arabe au profit de la francisation del'école".
Un démenti a été vite apporté parle conseiller aux langues au niveau du ministère en indiquant que"l'enseignementdes langues ne se départit pas de lalangue arabe". Mais le plus urgent déscette rentrée est de s'éloigner des considérationsidéologiques des uns et desautres et de miser sur une réforme linguistiquequi a trop tardé. Pour les experts en langue faisant partie de cette commission,le constat est sansappel : "Le niveau du français reste faible avec des disparités entre filières". Pou eux"il faut revoir les outils pédagogiques decette langue en introduisant un contenu algérianisé".D'autres comme certains syndicalistesrecommandent de "mettre au point une généralisation de l'anglais au même côté que celui du français et de l'arabe" considérantque les élèves ont une préférence de la langue de Shakespeare même si"leurniveau reste en dessous de la moyenne".
Ily a ceux enfin qui disent que "chaque filière devrait bénéficier d'une autre langue comme l'italien, l'espagnol ou l'allemand les en introduisant dans toutes les classes".Il y a également la prise en compte de la question centrale des moyensd'acquisitiondes langues, le niveau de réussite ou de déperdition scolaire et leur taux correspondant.Quelle que soit la recommandation, le ministère de l'Education ne veut pasimproviser, ni faire cavalier seul. L'approche serait d'impliquer les autresacteurs dans la décision des choix qui seront arrêtés prochainement. LaFédération des parents d'élèves, les syndicats autonomes et spécialistes de la culture et des langues seront invités à donnerpart à la réflexion.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.