Vers l'élection d'un autre président    17 recommandations adoptées    Plaidoyer pour une agriculture «raisonnée»    L'Américain Pompeo tente de dénouer l'affaire Khashoggi avec Riyad    TARIFS DES VEHICULES NEUFS MADE IN ALGERIA    Evolutions en profondeur    La LFP établit le calendrier de la phase aller    Les Verts mal inspirés !    Madar Holding va acquérir 67% des actions de la SSPA    Arrestation de 4 dealers dans 3 opérations différentes    Plus de 16 000 doses pour Jijel    Le chocolat peut provoquer des migraines    Alger sous le charme du classique    Nobel de la paix : mérite et contexte !    Relizane - Travaux publics : le casse-tête des délais de réalisation    Aïn El-Turck: Les demandeurs de logement reviennent à la charge    Ni rébellion ni déstabilisation    Attentat du Palais du Gouvernement: Le dossier de nouveau devant la justice    Guelma: Un 17 octobre 1961...    Saïd Bouhadja. Président de l'APN : «Ma démission a été exigée en dehors du Parlement»    Les Etats-Unis développent de nouveaux sites militaires en Europe    Brèves…    Une poudrière sociale appelée Maroc    Les relations économiques sino-russes passent à la vitesse supérieure    Portant ratification d'accords entre l'Algérie et quatre pays : Le président Bouteflika signe plusieurs décrets    Les investissements privés en cale sèche    L'ASMO s'apprête à revenir au stade Bouakeul, la crise financière s'amplifie    Le CR Belouizdad sanctionné d'un match à huis clos    Ligue 1 (mise à jour) : L'USMA rejoint la JSK en tête, le MCA s'offre le CSC (2-1)    Mobilis au Salon international des énergies renouvelables ERA 2018    lancement d'une nouvelle offre digitale    Exploitations agricoles: Fin 2018 dernier délai pour la conversion du droit de jouissance en droit de concession    Point focal de la mobilisation et de la vigilance    Inscriptions en Master 1 : La grogne des étudiants recalés    24 heures    Iferhounène : Les villageois protestent    «Plus de 1.500 magistrats ont été désignés pour superviser les prochaines élections»    Combiné avec munitions réelles Gaïd : Salah supervise l'exécution d'un exercice démonstratif    Risque de flux migratoires «plus inquiétants» à cause de la situation au Sahel    57ème anniversaire des manifestations du 17 Octobre 1961    Nouveau rebondissement    Festival international de théâtre de Béjaïa    Cheurfa N'Bahloul : Saïd Guerdi, ancien membre de l'ALN, n'est plus    Bataille de Tinsaouine (Yakourène) en 1959 : Le jour où deux sœurs sauvèrent un moudjahid    Les Rouge et Noir annoncent la couleur    Les verts s'inclinent à cotonou    La coalition de Merkel en plein doute    Une bande démantelée à Alger    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Pari difficile pour Benghabrit
L'enseignement des langues en question
Publié dans Le Midi Libre le 20 - 09 - 2018

L'enseignement des langues dans les 3 paliers sera décisifcette année. La ministre de, l'Education, NouriaBenghabrit, tient à sa réformeen introduisant de nouveauxoutils didactiques pour rendreefficace la pédagogie.
L'enseignement des langues dans les 3 paliers sera décisifcette année. La ministre de, l'Education, NouriaBenghabrit, tient à sa réformeen introduisant de nouveauxoutils didactiques pour rendreefficace la pédagogie.
La ministre va donner le coup d'envoi prochainement à un conclave à grandeéchelle qui va réunir des inspecteurs de l'enseignement, des conseillers enEducationet des experts en linguistiques pourévaluer le système d'enseignement des langues en Algérie. C'est ce qu'indiqueune source proche de ce dossier au niveau du département de Benghebrit oùilestquestion "d'un bilan sur la pédagogie deslangues étrangères, la réforme de son systèmeet l'introduction d'une nouvelle approche qualitative pour l'enseignementdurantcette année".
Il est à souligner que la commission qui a été créée à cet effet ennovembre dernier n'a pas rendu encore cesconclusions. Mais tout porte à croire qued'ici à quelques jours, la réunion que présiderala ministre sera plus décisive et tranchantesur ces questions. Selon la mêmesource "il faudra d'abord trancher sur larépartition du volume d'horaires deslangues étrangères dans les 3 paliers".
A rappeler qu'actuellement, lesélèvesdes 2premiers cycles n'ont que 4 heures de français,3 à 4 heures d'anglais etplusd'heures pour la langue arabe. Dans les lycées, il existe une certaine disproportion dans la répartition des langues avec uneprédominance pour certaines filières del'anglais (plus de 4 heures) et le françaisavec 3 à 4 heures alors que l'espagnol ou l'italien à une juste mesure l'allemand nebénéficient pas d'une répartition équitablesauf pour les filières de lettres et philosophie.Pour en finir avec ce système, les experts linguistes et conseillers à la pédagogievont rendre leur verdict avant que ladécision soit entérinée finalement par le gouvernement.
Comment rendre les langues efficaces
Certains membres de la commission penchant plutôt vers un équilibre de l'enseignement de toutes les langues quel quesoit leur statut. Il faut se rappeler la polémique engagée il y a quelques mois et quicontinue toujours sur la place de la languearabe. Les détracteurs et autres zélateurs ont accusé Benghabrit "de fairereculer lalangue arabe au profit de la francisation del'école".
Un démenti a été vite apporté parle conseiller aux langues au niveau du ministère en indiquant que"l'enseignementdes langues ne se départit pas de lalangue arabe". Mais le plus urgent déscette rentrée est de s'éloigner des considérationsidéologiques des uns et desautres et de miser sur une réforme linguistiquequi a trop tardé. Pour les experts en langue faisant partie de cette commission,le constat est sansappel : "Le niveau du français reste faible avec des disparités entre filières". Pou eux"il faut revoir les outils pédagogiques decette langue en introduisant un contenu algérianisé".D'autres comme certains syndicalistesrecommandent de "mettre au point une généralisation de l'anglais au même côté que celui du français et de l'arabe" considérantque les élèves ont une préférence de la langue de Shakespeare même si"leurniveau reste en dessous de la moyenne".
Ily a ceux enfin qui disent que "chaque filière devrait bénéficier d'une autre langue comme l'italien, l'espagnol ou l'allemand les en introduisant dans toutes les classes".Il y a également la prise en compte de la question centrale des moyensd'acquisitiondes langues, le niveau de réussite ou de déperdition scolaire et leur taux correspondant.Quelle que soit la recommandation, le ministère de l'Education ne veut pasimproviser, ni faire cavalier seul. L'approche serait d'impliquer les autresacteurs dans la décision des choix qui seront arrêtés prochainement. LaFédération des parents d'élèves, les syndicats autonomes et spécialistes de la culture et des langues seront invités à donnerpart à la réflexion.
La ministre va donner le coup d'envoi prochainement à un conclave à grandeéchelle qui va réunir des inspecteurs de l'enseignement, des conseillers enEducationet des experts en linguistiques pourévaluer le système d'enseignement des langues en Algérie. C'est ce qu'indiqueune source proche de ce dossier au niveau du département de Benghebrit oùilestquestion "d'un bilan sur la pédagogie deslangues étrangères, la réforme de son systèmeet l'introduction d'une nouvelle approche qualitative pour l'enseignementdurantcette année".
Il est à souligner que la commission qui a été créée à cet effet ennovembre dernier n'a pas rendu encore cesconclusions. Mais tout porte à croire qued'ici à quelques jours, la réunion que présiderala ministre sera plus décisive et tranchantesur ces questions. Selon la mêmesource "il faudra d'abord trancher sur larépartition du volume d'horaires deslangues étrangères dans les 3 paliers".
A rappeler qu'actuellement, lesélèvesdes 2premiers cycles n'ont que 4 heures de français,3 à 4 heures d'anglais etplusd'heures pour la langue arabe. Dans les lycées, il existe une certaine disproportion dans la répartition des langues avec uneprédominance pour certaines filières del'anglais (plus de 4 heures) et le françaisavec 3 à 4 heures alors que l'espagnol ou l'italien à une juste mesure l'allemand nebénéficient pas d'une répartition équitablesauf pour les filières de lettres et philosophie.Pour en finir avec ce système, les experts linguistes et conseillers à la pédagogievont rendre leur verdict avant que ladécision soit entérinée finalement par le gouvernement.
Comment rendre les langues efficaces
Certains membres de la commission penchant plutôt vers un équilibre de l'enseignement de toutes les langues quel quesoit leur statut. Il faut se rappeler la polémique engagée il y a quelques mois et quicontinue toujours sur la place de la languearabe. Les détracteurs et autres zélateurs ont accusé Benghabrit "de fairereculer lalangue arabe au profit de la francisation del'école".
Un démenti a été vite apporté parle conseiller aux langues au niveau du ministère en indiquant que"l'enseignementdes langues ne se départit pas de lalangue arabe". Mais le plus urgent déscette rentrée est de s'éloigner des considérationsidéologiques des uns et desautres et de miser sur une réforme linguistiquequi a trop tardé. Pour les experts en langue faisant partie de cette commission,le constat est sansappel : "Le niveau du français reste faible avec des disparités entre filières". Pou eux"il faut revoir les outils pédagogiques decette langue en introduisant un contenu algérianisé".D'autres comme certains syndicalistesrecommandent de "mettre au point une généralisation de l'anglais au même côté que celui du français et de l'arabe" considérantque les élèves ont une préférence de la langue de Shakespeare même si"leurniveau reste en dessous de la moyenne".
Ily a ceux enfin qui disent que "chaque filière devrait bénéficier d'une autre langue comme l'italien, l'espagnol ou l'allemand les en introduisant dans toutes les classes".Il y a également la prise en compte de la question centrale des moyensd'acquisitiondes langues, le niveau de réussite ou de déperdition scolaire et leur taux correspondant.Quelle que soit la recommandation, le ministère de l'Education ne veut pasimproviser, ni faire cavalier seul. L'approche serait d'impliquer les autresacteurs dans la décision des choix qui seront arrêtés prochainement. LaFédération des parents d'élèves, les syndicats autonomes et spécialistes de la culture et des langues seront invités à donnerpart à la réflexion.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.