Hamadou Lazhar, élu candidat du FLN    Déces : Le journaliste d'El Khabar Mohamed Cherak n'est plus    Noureddine Bedoui : "Les valeurs de l'ANP sont un précieux acquis à préserver "    Ould Abbès fait-il de la résistance ?    Des changements en vue    Atelier de formation de gestion associative    Succès des premiers tests des projets e-éducation et e-santé via Alcomsat-1    La production du fer et de l'acier relancée    Angola : Au large, un espoir pétrolier nommé Kaombo    Bouygues : Les résultats confirment leur dépendance aux télécoms    USA : La production record de pétrole brut tire les stocks à la hausse    Pourquoi les Algériens sont les derniers de la classe?    Le traité constitutif de l'UA doit "être préservé de toute révision"    43e Eucoco : Mme Feroukhi souligne le rôle de la conférence dans la sensibilisation sur le conflit    Une délégation de la Fédération internationale des journalistes, en visite à Ramallah    Washington vote contre une résolution de l'ONU condamnant Israël sur le Golan    Conférence de Palerme sur la Libye : Les divisions étalées au grand jour    Affaire Skripal : Zakharova qualifie de "blague" la nouvelle enquête de Bellingcat    La tenue d'un vote de défiance contre May "probable"    La pelouse du stade de Lomé, une arme à double tranchant pour les Verts    Zetchi appelle les Verts à faire preuve de combativité sur le terrain    «Gagner, pour éviter les calculs»    Slimani nouvel entraîneur    Violences après le match USMA-CSC: 30 personnes arrêtées et 10 policiers blessés    3e phase de la 24e opération de relogement d'Alger: Quelques 70 familles seront relogées lundi prochain    Un million de palmiers-dattiers pour produire plus de 100.000 tonnes/an    Quelque 500 éléments de la Protection civile mobilisés à Alger    Eviter l'usage des feux d'artifice à l'intérieur des immeubles ou devant les stations de service    Hausse des prix de la volaille, fruits et légumes à la veille du Mawlid : On annonce une baisse des prix incessamment    19 morts et 31 blessés    Da Méziane, c'est le «Djihad», l'engagement et la modestie personnifiés    La 2e édition s'ouvre à Alger    CNAL et Commission de visionnage des films    La nouvelle pièce "Sekta" de Tounès Aït Ali présentée à Alger    VIOLENCES BAB EL OUED (ALGER) : 10 policiers blessés et 30 personnes arrêtées    ACCES DIFFICILE AUx MEDICAMENTS DU CANCER : Le ministère de la Santé pointé du doigt    La répudiation politique est-elle l'ADN du FLN ?    Y a-t-il un avion dans le pilote ?    Un merveilleux «Safar» à travers l'art    Réouverture «au premier trimestre 2019»    Sakta brise le silence    Nouvelles d'Oran    Blida : Le ministre des Affaires religieuses et des Wakfs anticipe la célébration du Mawlid Ennabaoui Charif    CAN 2018 - Dames: Les Algériennes à l'épreuve du pays hôte    Ligue 1 : PAC 2 CABBA 0: A sens unique    Enigme et interrogations    Violence aux stades : El Habiri au chevet des policiers blessés à l'issue du match MCA-USMBA    L'Onu lève ses sanctions    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Menace sur 2 millions de diabétiques !
Tension novo nordisk/CNAS
Publié dans Le Midi Libre le 16 - 10 - 2018

Si notre médicament n'est pas remboursé par la Sécuritésociale, nous cesseronsd'investir en Algérie."
Si notre médicament n'est pas remboursé par la Sécuritésociale, nous cesseronsd'investir en Algérie."
C'est la menace directe qu'a lancé le directeur de Novo Nordisk Maghreb, Jean-PaulDigy, lors d'une conférence de presse.L'objet du mécontentement du laboratoire danois est le fait que la Cnas refuse d'incluredans la nomenclature des produitspharmaceutiques remboursables, du seulanalogue du GLP-1 – unenouvelleclassed'antidiabétiques, alternative à l'insuline(diabète de type 2), ayant obtenu l'AMM(autorisation de mise sur le marché national).Une classe que les praticiens spécialistes,de par le monde, recommandent de favoriseren premier recours.
Que ce soit pourson efficacité ou pour son coût."Nous nous engageons à produire ce traitementlocalement s'il est pris en charge parla Sécurité sociale". C'est ce qu'a promisle responsable du groupe pharmaceutique danois. Ce dernier estime illogique decontinuer à consentir de gros investissementsdans le pays sans pouvoir faireaussi des bénéfices.
Les chiffres et positions de la Société de diabétologie
Le président de la Société diabétologie, le professeur Mourad Semrouni conforte le plaidoyer du laboratoire danois. Il sefonde, en cela, sur le consensusinternationalsur la gestion de l'hyperglycémie chezles patients atteints de diabète de type 2. Ce dernier a été rendu public le 5 octobredernier, à
Berlin, par les associations américaine et européenne. Il s'agit d'une sortede feuille de route sur les nouvelles stratégies thérapeutiques à adopter par les praticiensspécialistes. Et qui favorise lerecours à la classe des agonistes du GLP-1en première intention. Pour le Pr Mourad Semrouni, le ministère du Travail, del'Emploi et de la Sécurité sociale s'entête à contredire les praticiens spécialisés en matière de service médical rendu de tel outel traitement. "Depuis dix ans, aucuneinnovation thérapeutique n'a été introduitedans le pays pour les diabétiques", at-ilregretté.
En chiffres ce dernier, indiquequ'un patient mis sous insuline coûteentre 45.000 et 60.000 DA par mois.Alors quele malade traité par des antidiabétiquesoraux revient entre 7.000 et? 10.000 DA pendant la même période.Ainsi, "Si l'on considère l'approche pharmacoéconomique, il sera plus rentable de recourir à des traitements plus efficaces. Etpeut-être plus chers à l'unité, mais qui réduisent la dépense par patient guéri", a-til développé.
C'est la menace directe qu'a lancé le directeur de Novo Nordisk Maghreb, Jean-PaulDigy, lors d'une conférence de presse.L'objet du mécontentement du laboratoire danois est le fait que la Cnas refuse d'incluredans la nomenclature des produitspharmaceutiques remboursables, du seulanalogue du GLP-1 – unenouvelleclassed'antidiabétiques, alternative à l'insuline(diabète de type 2), ayant obtenu l'AMM(autorisation de mise sur le marché national).Une classe que les praticiens spécialistes,de par le monde, recommandent de favoriseren premier recours.
Que ce soit pourson efficacité ou pour son coût."Nous nous engageons à produire ce traitementlocalement s'il est pris en charge parla Sécurité sociale". C'est ce qu'a promisle responsable du groupe pharmaceutique danois. Ce dernier estime illogique decontinuer à consentir de gros investissementsdans le pays sans pouvoir faireaussi des bénéfices.
Les chiffres et positions de la Société de diabétologie
Le président de la Société diabétologie, le professeur Mourad Semrouni conforte le plaidoyer du laboratoire danois. Il sefonde, en cela, sur le consensusinternationalsur la gestion de l'hyperglycémie chezles patients atteints de diabète de type 2. Ce dernier a été rendu public le 5 octobredernier, à
Berlin, par les associations américaine et européenne. Il s'agit d'une sortede feuille de route sur les nouvelles stratégies thérapeutiques à adopter par les praticiensspécialistes. Et qui favorise lerecours à la classe des agonistes du GLP-1en première intention. Pour le Pr Mourad Semrouni, le ministère du Travail, del'Emploi et de la Sécurité sociale s'entête à contredire les praticiens spécialisés en matière de service médical rendu de tel outel traitement. "Depuis dix ans, aucuneinnovation thérapeutique n'a été introduitedans le pays pour les diabétiques", at-ilregretté.
En chiffres ce dernier, indiquequ'un patient mis sous insuline coûteentre 45.000 et 60.000 DA par mois.Alors quele malade traité par des antidiabétiquesoraux revient entre 7.000 et? 10.000 DA pendant la même période.Ainsi, "Si l'on considère l'approche pharmacoéconomique, il sera plus rentable de recourir à des traitements plus efficaces. Etpeut-être plus chers à l'unité, mais qui réduisent la dépense par patient guéri", a-til développé.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.