Rappel à l'ordre    Bouteflika s'obstine, Gaïd Salah prêche la sagesse patriotique    Selon Ali Benflis: La lettre de Bouteflika «va au-delà des limites de la provocation et du défi»    Lamamra rencontre Lavrov: Moscou appuie la feuille de route de Bouteflika    Tébessa: Les devises flambent !    «Boeing 737-Max 8» et «Boeing 737-Max 9»: Suspension des vols dans l'espace aérien algérien    Equipe nationale: Belmadi met tout le monde sur le même pied d'égalité    UNAF - Tournoi international U15: Coup d'envoi aujourd'hui au stade Ahmed-Zabana    ASM Oran: Il y a péril en la demeure    Le président de la FOREM l'affirme: Il n'y a pas de société civile en Algérie    La mobilisation ne faiblit pas: Blouses blanches et étudiants investissent la rue    Béchar: Un pilote italien meurt lors du Rallye Touareg    Des matches risquent de toucher le fond    Khazri et Sekhiri forfaits face au Swaziland et l'Algérie    Brentford fixe la clause libératoire de Benrahma    Médecins et étudiants hier à Alger    Un émissaire de l'ONU exprime son inquiétude face aux manifestations populaires    Des femmes ayant activé dans l'action humanitaire et de solidarité honorées    Une baisse de près de 14% enregistrée en janvier 2019    Livraison de 252 camions au MDN    L'égoïsme économique, obstacle majeur devant la relance du secteur de l'exportation    Prise en charge des malades atteints du cancer au CHU Nedir Mohamed de Tizi Ouzou    Neutralisation d'un réseau régional spécialisé dans le vol de véhicules    Sessions de formation pour 150 apiculteurs    Le syndrome de la déconcentration et de la déconnexion    51e fête du tapis de Ghardaïa    60e Salon international du livre de Québec    Ouyahia dément    Classement ITF Juniors: L'Algérien Rihane, désormais 109e mondial    Fifagate: Deux sociétés de marketing sportif condamnées à 500.000 dollars d'amende    Bouchareb tente de reprendre la main    Brexit: Le président de la Chambre des communes bouleverse les plans de May    Guerre commerciale USA-UE: "Ce sont les Etats-Unis qui sont le vrai perdant aujourd'hui"    Mali : Le gouvernement réaffirme sa détermination à lutter contre le terrorisme    GAID SALAH : "Pour chaque problème existe une solution"    Chine : Plus fort ralentissement de la production en 17 ans    Oran: Réception l'été prochain de 15 projets d'établissements hôteliers    Les précisions du ministère e la Santé    Etats-Unis : Wall Street signe l'arrêt de mort des producteurs de schiste américains    Pétrole : L'AIE s'inquiète de la baisse de production au Venezuela    Le choix du destin de l'Algérie    Programme "Forsa, école de la 2ème chance" : Une vingtaine de jeunes en voie d'insertion à Oran    FÊTE DE LA VICTOIRE (19 MARS 1962) : Une célébration dans un contexte politique national particulier    Concert de guitare flamenca    Tournée de Ramtane Lamamra à l'étranger sur fond de crise interne.. Une internationalisation de fait    Guerre de libération.. 203 heures de témoignages enregistrées à Tlemcen    La longue complainte de Lakhdar Brahimi    ACTUCULT    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Menace sur 2 millions de diabétiques !
Tension novo nordisk/CNAS
Publié dans Le Midi Libre le 16 - 10 - 2018

Si notre médicament n'est pas remboursé par la Sécuritésociale, nous cesseronsd'investir en Algérie."
Si notre médicament n'est pas remboursé par la Sécuritésociale, nous cesseronsd'investir en Algérie."
C'est la menace directe qu'a lancé le directeur de Novo Nordisk Maghreb, Jean-PaulDigy, lors d'une conférence de presse.L'objet du mécontentement du laboratoire danois est le fait que la Cnas refuse d'incluredans la nomenclature des produitspharmaceutiques remboursables, du seulanalogue du GLP-1 – unenouvelleclassed'antidiabétiques, alternative à l'insuline(diabète de type 2), ayant obtenu l'AMM(autorisation de mise sur le marché national).Une classe que les praticiens spécialistes,de par le monde, recommandent de favoriseren premier recours.
Que ce soit pourson efficacité ou pour son coût."Nous nous engageons à produire ce traitementlocalement s'il est pris en charge parla Sécurité sociale". C'est ce qu'a promisle responsable du groupe pharmaceutique danois. Ce dernier estime illogique decontinuer à consentir de gros investissementsdans le pays sans pouvoir faireaussi des bénéfices.
Les chiffres et positions de la Société de diabétologie
Le président de la Société diabétologie, le professeur Mourad Semrouni conforte le plaidoyer du laboratoire danois. Il sefonde, en cela, sur le consensusinternationalsur la gestion de l'hyperglycémie chezles patients atteints de diabète de type 2. Ce dernier a été rendu public le 5 octobredernier, à
Berlin, par les associations américaine et européenne. Il s'agit d'une sortede feuille de route sur les nouvelles stratégies thérapeutiques à adopter par les praticiensspécialistes. Et qui favorise lerecours à la classe des agonistes du GLP-1en première intention. Pour le Pr Mourad Semrouni, le ministère du Travail, del'Emploi et de la Sécurité sociale s'entête à contredire les praticiens spécialisés en matière de service médical rendu de tel outel traitement. "Depuis dix ans, aucuneinnovation thérapeutique n'a été introduitedans le pays pour les diabétiques", at-ilregretté.
En chiffres ce dernier, indiquequ'un patient mis sous insuline coûteentre 45.000 et 60.000 DA par mois.Alors quele malade traité par des antidiabétiquesoraux revient entre 7.000 et? 10.000 DA pendant la même période.Ainsi, "Si l'on considère l'approche pharmacoéconomique, il sera plus rentable de recourir à des traitements plus efficaces. Etpeut-être plus chers à l'unité, mais qui réduisent la dépense par patient guéri", a-til développé.
C'est la menace directe qu'a lancé le directeur de Novo Nordisk Maghreb, Jean-PaulDigy, lors d'une conférence de presse.L'objet du mécontentement du laboratoire danois est le fait que la Cnas refuse d'incluredans la nomenclature des produitspharmaceutiques remboursables, du seulanalogue du GLP-1 – unenouvelleclassed'antidiabétiques, alternative à l'insuline(diabète de type 2), ayant obtenu l'AMM(autorisation de mise sur le marché national).Une classe que les praticiens spécialistes,de par le monde, recommandent de favoriseren premier recours.
Que ce soit pourson efficacité ou pour son coût."Nous nous engageons à produire ce traitementlocalement s'il est pris en charge parla Sécurité sociale". C'est ce qu'a promisle responsable du groupe pharmaceutique danois. Ce dernier estime illogique decontinuer à consentir de gros investissementsdans le pays sans pouvoir faireaussi des bénéfices.
Les chiffres et positions de la Société de diabétologie
Le président de la Société diabétologie, le professeur Mourad Semrouni conforte le plaidoyer du laboratoire danois. Il sefonde, en cela, sur le consensusinternationalsur la gestion de l'hyperglycémie chezles patients atteints de diabète de type 2. Ce dernier a été rendu public le 5 octobredernier, à
Berlin, par les associations américaine et européenne. Il s'agit d'une sortede feuille de route sur les nouvelles stratégies thérapeutiques à adopter par les praticiensspécialistes. Et qui favorise lerecours à la classe des agonistes du GLP-1en première intention. Pour le Pr Mourad Semrouni, le ministère du Travail, del'Emploi et de la Sécurité sociale s'entête à contredire les praticiens spécialisés en matière de service médical rendu de tel outel traitement. "Depuis dix ans, aucuneinnovation thérapeutique n'a été introduitedans le pays pour les diabétiques", at-ilregretté.
En chiffres ce dernier, indiquequ'un patient mis sous insuline coûteentre 45.000 et 60.000 DA par mois.Alors quele malade traité par des antidiabétiquesoraux revient entre 7.000 et? 10.000 DA pendant la même période.Ainsi, "Si l'on considère l'approche pharmacoéconomique, il sera plus rentable de recourir à des traitements plus efficaces. Etpeut-être plus chers à l'unité, mais qui réduisent la dépense par patient guéri", a-til développé.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.