Explosion de Beyrouth: quatre avions d'aides décollent d'Alger    Hommage à Gisèle Halimi: une halte en reconnaissance à ceux qui ont soutenu l'Algérie    Constantine: réception prochaine du projet de raccordement du CW1 à la RN 27    75 ans après Hirochima, le désarmement reste un vœu pieux    Covid-19: 571 nouveaux cas, 436 guérisons et 12 décès    Procès du journaliste Khaled Drareni : L'absurde devient ordinaire par lassitude    Ligue 1-ES Sétif: l'entraîneur Kouki OK pour prolonger son contrat de 2 saisons    Explosion de Beyrouth: Chanegriha présente ses condoléances    Feux de forêts : la Protection civile déploie un important dispositif    L'Italie prêtera main-forte à la France avec 200 soldats    Trump envisage un discours depuis la Maison Blanche pour officialiser sa candidature    La bataille du siège entre au tribunal    Le prêt de Benchaâ au CCS prolongé    Huit ambitieux et seulement quatre billets pour Lisbonne    Fin de l'été 2017 : la fausse victoire de l'oligarchie    Les enjeux hydrauliques et leur impact sur l'agriculture    Presse indépendante : 30 ans de combat et de sacrifice    La défense exige la présence du secrétaire particulier de Bouteflika    L'Alliance des designers algériens professionnels voit le jour    Gilles Lapouge, l'amoureux du Brésil    L'Unesco va réhabiliter le patrimoine de Bandiagara, victime du conflit    Attar plaide pour une "Opep du gaz"    Deux Algériens légèrement blessés    Tizi Ouzou, Drâa Ben Khedda et El-Tarf reconfinées    Le féminicide, un crime silencieux    Pertamina lorgne les actifs d'OXY en Algérie    Le général-major Meftah Souab en soins à l'étranger    La défense compte saisir le chef de l'Etat    Le désert agraire    Nacer Boudiaf demande la réouverture du dossier    Opéré de nouveau à Lille : Benzia espère un retour en janvier    CRB : Djerrar opéré avec succès    JS Kabylie : Relance de la webradio du club    Nedjma TV, l'environnement comme priorité    Un enfant de 4 ans se noie dans une retenue d'eau    FAUSSES SAINTETES    Prophéties de chaos    Le harrag anonyme ou le marigot des caïmans    Tiaret: Livraison de plus de 1.000 véhicules Mercedes-Benz    Les grands axes du protocole du MESRS    Des travaux pour améliorer l'AEP et l'assainissement    L'apocalypse à Beyrouth    La fille des Aurès    L'infrangible lien...    Washington condamne la présence militaire étrangère en Libye    Un néonazi avoue le meurtre d'un élu régional    "L'Euthanasie, entre légalisation et incrimination", nouvel ouvrage du chercheur Djamel Eddine Anane    Le parcours du pianiste Nassim Kahoul, un exemple de détermination    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le dernier obstacle levé
Réalisation de l'usine Peugeot
Publié dans Le Midi Libre le 30 - 10 - 2018

Longtemps freiné par un problème foncier, le projet demontage de Peugeot n'a plusdésormais, aucun obstacle dece genre
Longtemps freiné par un problème foncier, le projet demontage de Peugeot n'a plusdésormais, aucun obstacle dece genre
En effet, le gouvernement vient de lui affecter une parcelle de terre agricolequ'il a, au préalable déclassifié,comme l'exige la réglementation. Ledécret exécutif, signé de la main duPremierministre Ahmed Ouyahia, a étépublié auJournal officiel n° 59 du 8octobredernier. Portant le n°18-236, ce décretexécutif a trait au déclassement d'une parcellede terre agricole, destinée àlaréalisation d'un projet industriel au niveau de lawilaya d'Oran.
Cette parcelle de terre, située dans la commune de Tafraoui,estd'une superficie de 120 hectares. Quandbien même, le decret éxécutif neptrécisepas la nature du projet industriel. Il s'agirait bel et bien, de l'usine de montage dePeugeot. Ce projet dévaît initialement étre réalisé dans la région d'el Hamoul, dans lacommune d'el Karma, avant que cetteoption ne soit abandonnée, suite à l'alerte,il y'a quelques mois par un agriculteur de la région qui a posté une vidéo surYoutube, dans laquelle il a dénoncé le "sacrifice", pour les besoins d'un projetindustriel suscitant une levée de boucliers de larges pans de l'opinion publiquenationale. L'affaire, on s'en rappelle, a faitgrand bruit, poussant le gouvernement àsuspendre le projet ;
et c'est à la suite del'envoi d'une commission d'enquêtéministérielle, que cette terre agricole aétéfinalement préservée, et le projetdélocalisé vers la commune de Tafraoui, suruneautre terre agricole il est vrai. Le ministrede l'Industrie a déclaré recemment que, ceprojet verrait bientôt le jour après la levéedu dernier verrou, celui, à l'évidence, relatifà l'assiette foncière. Mais,ce projet avu aussi d'autres types de difficultés ayantentravé sa réalisation. Les autorités des deux pays étaient sur le point de signerl'accord définitif,
il y'a quelques années decela, mais des divergences de dernièreminute, entre les deux parties, ontretardécette échéance.Il a encore fallu d'âpres négociations, pourque les deux parties aboutissent à unaccord définitif. Lequel accord a été signé le 12 novembre 2017, à l'occasion de latenue de la quatrième session du Comité mixte franco-algérien (COMEFA). Cette usine d'assemblage produira, selonlesdiresdes promoteurs du projet, durantla première année de son lancement,25.000véhicules Peugeot avant de pouvoiratteindre le stade des 100.000 unités/an. Le projet entend attendre durant 4 ans, un taux d'intégration de 40% du marché algérien.
L'usine produira aussidesvoitures de la marque Citroen. Rappelonsque ce projet industriel devrait créer 1.000 emplois, pour un investissement de l'ordre de 100 millions d'euros. Le capital delasociété est réparti selon la règle 51/49% etce, à hauteur de 20% pour l'Entreprise nationale de production de machinesoutils,Algérie-PMO Constantine, de15,5% pour le Groupe privé Condor et de 15,5%, pour un opérateur pharmaceutiquealgérien (Palpa Pro), pour la partie algérienne,et de 49% pour PSA, pour la partie française.
En effet, le gouvernement vient de lui affecter une parcelle de terre agricolequ'il a, au préalable déclassifié,comme l'exige la réglementation. Ledécret exécutif, signé de la main duPremierministre Ahmed Ouyahia, a étépublié auJournal officiel n° 59 du 8octobredernier. Portant le n°18-236, ce décretexécutif a trait au déclassement d'une parcellede terre agricole, destinée àlaréalisation d'un projet industriel au niveau de lawilaya d'Oran.
Cette parcelle de terre, située dans la commune de Tafraoui,estd'une superficie de 120 hectares. Quandbien même, le decret éxécutif neptrécisepas la nature du projet industriel. Il s'agirait bel et bien, de l'usine de montage dePeugeot. Ce projet dévaît initialement étre réalisé dans la région d'el Hamoul, dans lacommune d'el Karma, avant que cetteoption ne soit abandonnée, suite à l'alerte,il y'a quelques mois par un agriculteur de la région qui a posté une vidéo surYoutube, dans laquelle il a dénoncé le "sacrifice", pour les besoins d'un projetindustriel suscitant une levée de boucliers de larges pans de l'opinion publiquenationale. L'affaire, on s'en rappelle, a faitgrand bruit, poussant le gouvernement àsuspendre le projet ;
et c'est à la suite del'envoi d'une commission d'enquêtéministérielle, que cette terre agricole aétéfinalement préservée, et le projetdélocalisé vers la commune de Tafraoui, suruneautre terre agricole il est vrai. Le ministrede l'Industrie a déclaré recemment que, ceprojet verrait bientôt le jour après la levéedu dernier verrou, celui, à l'évidence, relatifà l'assiette foncière. Mais,ce projet avu aussi d'autres types de difficultés ayantentravé sa réalisation. Les autorités des deux pays étaient sur le point de signerl'accord définitif,
il y'a quelques années decela, mais des divergences de dernièreminute, entre les deux parties, ontretardécette échéance.Il a encore fallu d'âpres négociations, pourque les deux parties aboutissent à unaccord définitif. Lequel accord a été signé le 12 novembre 2017, à l'occasion de latenue de la quatrième session du Comité mixte franco-algérien (COMEFA). Cette usine d'assemblage produira, selonlesdiresdes promoteurs du projet, durantla première année de son lancement,25.000véhicules Peugeot avant de pouvoiratteindre le stade des 100.000 unités/an. Le projet entend attendre durant 4 ans, un taux d'intégration de 40% du marché algérien.
L'usine produira aussidesvoitures de la marque Citroen. Rappelonsque ce projet industriel devrait créer 1.000 emplois, pour un investissement de l'ordre de 100 millions d'euros. Le capital delasociété est réparti selon la règle 51/49% etce, à hauteur de 20% pour l'Entreprise nationale de production de machinesoutils,Algérie-PMO Constantine, de15,5% pour le Groupe privé Condor et de 15,5%, pour un opérateur pharmaceutiquealgérien (Palpa Pro), pour la partie algérienne,et de 49% pour PSA, pour la partie française.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.