"Allo Chorta", une application mobile pour signaler tout crime    12 camions chargés d'aides arrivent à Mila    Constantine: campagne de sensibilisation pour protéger les forêts    Fin de l'isolement pour Rachid Nekkaz    La prière du vendredi reste suspendue    Sortie de nouvelles promotions de l'ESNT    L'ARPE chargée d'encourager la pluralité de l'information et sa diffusion    Covid-19: 521 nouveaux cas, 423 guérisons et 9 décès    EXPLOSION DE BEYROUTH : Le président du Conseil constitutionnel exprime sa solidarité    ORAN : Décès du secrétaire de wilaya de l'ONM, Soumer Abdelkader    FERMEES DEPUIS LA MI-MARS : Le ministre du transport écarte la réouverture des frontières    Les explosions à Beyrouth ravivent la contestation au Liban    REUNION PERIODIQUE DU CONSEIL DES MINISTRES : La rentrée universitaire au menu    BOUIRA : Cinq blessés dans une collision à Sour Ghozlane    Ben Selmane accusé de tentative d'assassinat    Un siècle, ça suffit !    Quatre avions d'aides décollent d'Alger vers Beyrouth    Un siècle de foot et de lutte    Plus qu'un journal, une école de formation    Ciccolini et son staff s'expriment sur leurs ambitions    Mandi reprendra demain    Les pharmaciens saisissent Tebboune    L'ANBT et le "faux communiqué"    "Il faut revoir l'architecture du financement de l'économie"    Si ça va au ralenti, c'est à cause de lui !    Le suspense perdure    Un activiste du Hirak arrêté    Le saviez-vous... ?    ...CULTURE EN BREF ...    Guéri de la Covid, Placido Domingo nie de nouveau tout    L'histoire de la gauche en Algérie, du PCA au Mouvement social    Vers une exploitation optimale des sites archéologiques et des musées    Lésion méniscale pour Boudaoui    Association La Radieuse : Hommage à Saïd Amara    MCA : Aymen Rahmani met fin au suspense    Acheminement d'une cargaison d'aides humanitaires au profit du peuple sahraoui    En prévision de sa réouverture : Protocole sanitaire pour les visiteurs du jardin d'essai    Chlef : Un meilleur éclairage pour le centre-ville    Parution. Amel Et Ses Sœurs de Leila Souidi : Hommage à vingt femmes algériennes d'exception    Equipe nationale: Aouar convoqué lors du prochain stage ?    80 logements LPA de Bir El Djir: Les souscripteurs s'impatientent, le promoteur s'explique    LES BAGNES INEDITS    La royauté et l'immunité    L'algérianite ou le rêve éveillé de Mustapha    La réunion périodique présidée par Tebboune    Amar Bellani dénonce et répond au Makhzen    Après le choc, la colère !    21 morts dans une attaque dans le nord du pays    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





"Fini le temps du népotisme"
Ould Abbés à propos des sénatoriales :
Publié dans Le Midi Libre le 04 - 11 - 2018

Le secrétaire général du parti du FLN, Djamal Ould Abbès, lance la campagne pour lesélections relatives aurenouvellement de la moitiédes membres du Conseil de la nation.
Le secrétaire général du parti du FLN, Djamal Ould Abbès, lance la campagne pour lesélections relatives aurenouvellement de la moitiédes membres du Conseil de la nation.
En présidant hier à Alger la première réunion avec les élus locaux de lacapitale, le chef de file du FLN a en effet donné le ton pour ce rendez-vous électoral, prévu pour le 29 décembre prochain.A l'occasion il a mis en avant la volontéde son parti de présenter les candidats lesmeilleurs et notamment les plus intègrespossibles.
Pour Ould Abbès certains critèresdoivent impérativement êtreprivilégiésdans le choix des candidats qui vontdéfendre les couleurs du parti lors de cetteéchéance électorale. Il en est ainsi de l'anciennetéque l'orateur a considéré comme incontournable car, selon lui, un militantqui dispose de plusieurs années d'anciennetédans les rangs du parti a plus dechances de remporter le siège mis en jeu, ce d'autant qu'il aura fort à faire avec la concurrence des postulants d'autres partispolitiques."Cela ne veut point dire queles autresmilitants seront exclus ou qu'ils ne jouissentpas de la confiance de la direction du parti" dira Ould Abbès. Les militants quin'ont pas beaucoup d'années d'anciennetédevraient, par voie de conséquence, rongerun tant soit peu leur frein en attendant d'autres rendez-vous électoraux pour fairevaloir leurs aptitudes. "Mais ceux qui seront choisis parmi les candidats le serontloin de tout népotisme. "Le tempsdunépotisme est fini" a-t-il martelé devantl'assistance ajoutant que lescandidatsseront issus des urnes lors d'électionstransparentes.
Il en est de même du "parrainage et du parachutage des candidats". Il aainsi confirmé qu'il y aura des élections primairespour départager les candidats.Unmodede choix qui a été privilégié ces dernièreannées alors qu'auparavant c'est ladirection du parti qui procédait au choix des candidats loin de toute opération électorale.Cette manière de faire a étéabandonnée car elle s'est démontrée infructueusepuisque portant moult préjudices auparti. En effet, nombreux sont les élus duparti qui se sont présentés commecandidatscontre le candidat officiel du parti ouqui ont voté contre lui au profit descandidatsde partis adverses. Cette attitude acontrarié les plans du parti qui a laissé des plumes dans pas mal debataillesélectoralespermettant ainsi au parti rival, leRND, de profiter pleinement de cettefâcheuse situation.
Et c'est sans aucun doute ce qui expliquerait pourquoi le partid'Ahmed Ouyahia dépasse le FLN ennombre de sièges au Conseil de la nationalors que l'ex-parti unique dispose,paradoxalement,du plus grand nombre d'élusdans les assemblées locales. Les 48 sièges qui seront mis en jeu - à raisond'un siège par wilaya - seront disputés entre ces deux grands partispolitiques et le secrétaire général du FLN nejure que par la victoire car un résultat négatif le fragiliserait davantage, luiqui a déjà fort à faire avec ses détracteurs qui sont à l'affut de la moindre opportunitépour revenir à la charge.
En présidant hier à Alger la première réunion avec les élus locaux de lacapitale, le chef de file du FLN a en effet donné le ton pour ce rendez-vous électoral, prévu pour le 29 décembre prochain.A l'occasion il a mis en avant la volontéde son parti de présenter les candidats lesmeilleurs et notamment les plus intègrespossibles.
Pour Ould Abbès certains critèresdoivent impérativement êtreprivilégiésdans le choix des candidats qui vontdéfendre les couleurs du parti lors de cetteéchéance électorale. Il en est ainsi de l'anciennetéque l'orateur a considéré comme incontournable car, selon lui, un militantqui dispose de plusieurs années d'anciennetédans les rangs du parti a plus dechances de remporter le siège mis en jeu, ce d'autant qu'il aura fort à faire avec la concurrence des postulants d'autres partispolitiques."Cela ne veut point dire queles autresmilitants seront exclus ou qu'ils ne jouissentpas de la confiance de la direction du parti" dira Ould Abbès. Les militants quin'ont pas beaucoup d'années d'anciennetédevraient, par voie de conséquence, rongerun tant soit peu leur frein en attendant d'autres rendez-vous électoraux pour fairevaloir leurs aptitudes. "Mais ceux qui seront choisis parmi les candidats le serontloin de tout népotisme. "Le tempsdunépotisme est fini" a-t-il martelé devantl'assistance ajoutant que lescandidatsseront issus des urnes lors d'électionstransparentes.
Il en est de même du "parrainage et du parachutage des candidats". Il aainsi confirmé qu'il y aura des élections primairespour départager les candidats.Unmodede choix qui a été privilégié ces dernièreannées alors qu'auparavant c'est ladirection du parti qui procédait au choix des candidats loin de toute opération électorale.Cette manière de faire a étéabandonnée car elle s'est démontrée infructueusepuisque portant moult préjudices auparti. En effet, nombreux sont les élus duparti qui se sont présentés commecandidatscontre le candidat officiel du parti ouqui ont voté contre lui au profit descandidatsde partis adverses. Cette attitude acontrarié les plans du parti qui a laissé des plumes dans pas mal debataillesélectoralespermettant ainsi au parti rival, leRND, de profiter pleinement de cettefâcheuse situation.
Et c'est sans aucun doute ce qui expliquerait pourquoi le partid'Ahmed Ouyahia dépasse le FLN ennombre de sièges au Conseil de la nationalors que l'ex-parti unique dispose,paradoxalement,du plus grand nombre d'élusdans les assemblées locales. Les 48 sièges qui seront mis en jeu - à raisond'un siège par wilaya - seront disputés entre ces deux grands partispolitiques et le secrétaire général du FLN nejure que par la victoire car un résultat négatif le fragiliserait davantage, luiqui a déjà fort à faire avec ses détracteurs qui sont à l'affut de la moindre opportunitépour revenir à la charge.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.