Zetchi : «Il y aura un France-Algérie dans un futur proche»    Foot/Algérie - Colombie : les Verts séduisent avant les choses sérieuses en novembre    Béjaia : Les chrétiens d'Algérie dénoncent la fermeture des lieux de culte    Convention entre le ministère de l'Agriculture et celui de l'Enseignement professionnels    L'Anie habilite un large éventail de fonctionnaires    L'espagnol Cepsa se retire de Medgaz    Le Conseil de sécurité se réunit aujourd'hui    "La véritable révolution qui reste encore à faire est économique"    Le RAV4 se métamorphose    La nouvelle Golf 8 se précise    Gaïd Salah maintient le cap du 12 décembre    Saïd Boudour sous mandat de dépôt    L'affaire MCA-USMA divise le BF    Mellal : "La JSK va se ressaisir"    Les Verts à la croisée des chemins !    Petite défaite face aux Pharaons    Un nul sépare les deux Corées, le choc historique    La rue gronde toujours    Les syndicats en renfort à Béjaïa    4 aliments à mettre dans votre assiette    Masque de gingembre pour accélérer la pousse des cheveux    Sonelgaz adresse 50 403 mises en demeure à ses clients    Les préalables de Belkhadem    11e Fcims: La Suède, la Russie et le Japon sur la scène de l'Opéra d'Alger    La Canadienne Margaret Atwood et l'Anglo-Nigériane Bernardine Evaristo lauréates du Booker Prize    Joker va-t-il battre Batman ?    ...Sortir... Sortir ...Sortir    Micro-crédit : 67 % des bénéficiaires âgés de moins de 40 ans    Dahmoun souligne la nécessité de la politique de prospective dans les secteurs vitaux    Alors que 435 cas de méningite ont été diagnostiqués à l'est : Les services sanitaires rassurent    Quadruple crime à Sidi Lahcen (Sidi Bel Abbès) : Le présumé meurtrier se suicide    Des logements alimentés en énergie solaire    S'adressant aux tenants du pouvoir: Des personnalités appellent à «satisfaire les revendications du Hirak»    34ème marche du mardi: Les étudiants toujours au rendez-vous    Université Sétif 2 : L'écrivain Mouna Srifak décroche le prix Katara Prize for Arabic Novel    Bordj-Bou-Arreridj (Irrigation): Une filiale du group IMETAL lance ses produits innovants    RUSSIE-ARABIE SAOUDITE: La Russie et l'Arabie Saoudite scellent leur rapprochement    L'OMC laisse Trump taxer les produits européens    Euro-2020: L'Angleterre demande une "enquête urgente" sur les cris racistes à Sofia    ROYAUME-UNI : La Reine Elizabeth II s'exprime sur le Brexit    Gestion d'actifs: L'investissement ESG s'épanouit dans les fonds infrastructures    Noureddine Bedoui au Conseil des ministres: Un remodelage de la sphère publique    L'heure de mettre en valeur la solidarité nationale et le partage du patriotisme    Accord de Trump avec la Chine et les "avancées" sur le Brexit: Les Bourses européennes pas convaincues    Ghardaïa: Des étudiants en architecture de Stuttgart achèvent une visite d'étude    5 gendarmes tués dans une attaque à Abarey    Le ministère de la Santé rassure    Martin Eden, une éducation amoureuse et politique sous le soleil noir de l'Italie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les pharmaciens dans la confusion
Anarchie dans les horaires et les gardes
Publié dans Le Midi Libre le 19 - 11 - 2018

Depuis la promulgation de la bnouvelle loi sur l'activité despharmaciens, il règne uneconfusion sur les horaires defermeture et la disponibilitédes gardes. Les citoyens nesavent plus où donner de latête.
Depuis la promulgation de la bnouvelle loi sur l'activité despharmaciens, il règne uneconfusion sur les horaires defermeture et la disponibilitédes gardes. Les citoyens nesavent plus où donner de latête.
l'anarchie qui s'installe. Les pharmaciens qui doivent ouvrir de 8heurs du matin à 20 heures, ne respectent pas le nouveau règlement.heures, alors
que d'autres Nous l'avons onstaté de visu où dans les artères de lacapitale, certaines pharmacies baissent rideau à 19
restentouvertes jusqu'à 22 heures.Interrogé sur les raisons de cette cacophoniedes heures de fermeture, un pharmaciensitué à la rue Didouche Mourad estimeque, "les horaires de fermeture doivent être fixées par la DSP, en collaboration avecl'ordre des pharmaciens d'officine".Certaines, dans d'autres quartiers populaires,restent parfois ouvertes même aprèsles heures indiquées.La raison fait que, certains disent "être
préoccupés par les malades qui peuventvenir acheter des médicaments dans l'urgence".Le comble fait que, 2 officines quisont à proximité restent ouvertes à lamême heure, sans que cela dérange lesautorités de contrôle. Pour ce qui est desgardes assurées, c'est le branle-bas au quotidien.Il est rare de trouver dans lesgrandes artères de la capitale, une pharmaciede garde, ce qui oblige le malade àeffectuer tout un périple, au-delà des quartiersavoisinants pour se procurer cesmédicaments. C'est l'absence de communication,a-t-on constaté qui jette plusd'émoi chez les citoyens, face à une dispositiondes plus confuses.En effet, l'arrêté du 20 août 2014, qui régitla garde au niveau des pharmacies d'officine, oblige les directeurs de la santé à établirune liste de garde, chaque 15 jours. Ildoit néanmoins tenir compte de l'importancede l'agglomération et ses besoins decouverture en médicaments.77
Mais, leconstat fait que cette liste est ignorée parles citoyens, faute de sa disponibilité.Le ministère de la Santé oblige sa publicationsur le Net, alors que beaucoup dene disposent pas de connexion à domicile. Sont-ils obligés de consulter cette liste de garde, dans les cyber-cafés ? Du côté duconseil de l'ordre des pharmaciens d'officine, on exhorte les pharmaciens "à fermerà 19 heures, selon la disposition de la loi",mais on constate que, "depuis l'entrée envigueur de la loi sur les gardes, celle-ci estdiversement appliquée, en fonction desrégions".
Dans certaines cités nouvellement aménagées,la pharmacie d'officine est rare ce quifait que les habitants se rabattent sur d'autres périphériques, alors que dansd'autres localités, des officines sont disponibles en quantité. Le conseil de l'ordre, qui approuve cettenouvelle procédure sur les gardes, estimela solution est dans la nouvelle plateformenumérique SIHA-DZ, qui contient toute la liste des pharmacies de garde, auniveau national. Le problème est-il pourautant réglé ?
l'anarchie qui s'installe. Les pharmaciens qui doivent ouvrir de 8heurs du matin à 20 heures, ne respectent pas le nouveau règlement.heures, alors
que d'autres Nous l'avons onstaté de visu où dans les artères de lacapitale, certaines pharmacies baissent rideau à 19
restentouvertes jusqu'à 22 heures.Interrogé sur les raisons de cette cacophoniedes heures de fermeture, un pharmaciensitué à la rue Didouche Mourad estimeque, "les horaires de fermeture doivent être fixées par la DSP, en collaboration avecl'ordre des pharmaciens d'officine".Certaines, dans d'autres quartiers populaires,restent parfois ouvertes même aprèsles heures indiquées.La raison fait que, certains disent "être
préoccupés par les malades qui peuventvenir acheter des médicaments dans l'urgence".Le comble fait que, 2 officines quisont à proximité restent ouvertes à lamême heure, sans que cela dérange lesautorités de contrôle. Pour ce qui est desgardes assurées, c'est le branle-bas au quotidien.Il est rare de trouver dans lesgrandes artères de la capitale, une pharmaciede garde, ce qui oblige le malade àeffectuer tout un périple, au-delà des quartiersavoisinants pour se procurer cesmédicaments. C'est l'absence de communication,a-t-on constaté qui jette plusd'émoi chez les citoyens, face à une dispositiondes plus confuses.En effet, l'arrêté du 20 août 2014, qui régitla garde au niveau des pharmacies d'officine, oblige les directeurs de la santé à établirune liste de garde, chaque 15 jours. Ildoit néanmoins tenir compte de l'importancede l'agglomération et ses besoins decouverture en médicaments.77
Mais, leconstat fait que cette liste est ignorée parles citoyens, faute de sa disponibilité.Le ministère de la Santé oblige sa publicationsur le Net, alors que beaucoup dene disposent pas de connexion à domicile. Sont-ils obligés de consulter cette liste de garde, dans les cyber-cafés ? Du côté duconseil de l'ordre des pharmaciens d'officine, on exhorte les pharmaciens "à fermerà 19 heures, selon la disposition de la loi",mais on constate que, "depuis l'entrée envigueur de la loi sur les gardes, celle-ci estdiversement appliquée, en fonction desrégions".
Dans certaines cités nouvellement aménagées,la pharmacie d'officine est rare ce quifait que les habitants se rabattent sur d'autres périphériques, alors que dansd'autres localités, des officines sont disponibles en quantité. Le conseil de l'ordre, qui approuve cettenouvelle procédure sur les gardes, estimela solution est dans la nouvelle plateformenumérique SIHA-DZ, qui contient toute la liste des pharmacies de garde, auniveau national. Le problème est-il pourautant réglé ?


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.