Gaïd Salah: «Le complot a commencé en 2015»    Les étudiants toujours mobilisés    Dans le cadre d'une enquête anti-corruption: Rebrab incarcéré à la prison d'El Harrach    Importation: Une centaine de produits exclus du DAPS    Coupe d'Algérie - 1/2 finale-retour : CRB - CSC, aujourd'hui à 16h00 - Un duel ouvert à tous les pronostics    Football - Ligue 1: Les deux extrémités du tableau en ébullition    CR Témouchent: Une accession méritée en division amateur    Les cinq victimes de l'effondrement de l'immeuble de la Casbah enterrées hier     Skikda: Tentative de meurtre, quatre arrestations    Préparatifs des JM 2021 à Aïn El Turk: Une campagne de sensibilisation pour un séjour agréable aux hôtes de l'Algérie    Ettrefehnâ !    Constantine - Un riche programme culturel pour le ramadhan    Avec Eataly : Les Galeries Lafayette visent une nouvelle attractivité    Révolution monétaire ? : 48 ans après la fin de Bretton Woods, l'or continue son come-back    Bulgarie : "Sans le Turkish Stream, les livraisons de gaz seraient remises en cause"    Soudan: La contestation suspend les discussions avec le Conseil militaire    Libye : Le chef de la diplomatie tunisienne évoque avec un responsable de l'ONU des alternatives de sortie de crise    Les armées des pays du lac Tchad intensifient leurs actions    Washington prêt à sanctionner ses alliés    Les rebelles disent frapper des cibles "stratégiques" en Arabie    Palestine: Soutien financier de la Ligue arabe face aux mesures de rétorsion d'Israël    Etudiants et enseignants au rendez-vous    Présidence : Mouvement partiel dans le corps des walis et des walis délégués    Transition politique : On avance à tatons    Fédération algérienne de tir sportif : Abdrezzak Lazreg élu nouveau président    Belfodil dans l'équipe-type de la 30e journée    L'Algérie, cinquième plus chère sélection    41 athlètes algériens en stage    Amuniké sélectionneur de la Tanzanie : "Je n'ai peur d'aucune équipe"    Tabbou fidèle à ses positions    Ould Abbès et Barkat dans le collimateur de la justice    Les travailleurs de Cevital ont marché à Béjaïa    Toujours déterminés    Une policière tuée dans son domicile    Ramadhan: Programme de sensibilisation pour la prévention des complications des maladies chroniques    Huawei lance le 2ème smartphone assemblé en Algérie    L'Algérie va connaître ses ambassadeurs au VivaTechnology    "Seul l'avenir de l'Algérie nous importe"    Programme enfant    Hirak du 22 février: l'appel aux sociologues lancé    Pagaille au FLN    L'onda avoue son impuissance    Casbah (Alger).. La 25e opération de relogement en préparation    Sri Lanka.. Daech revendique les attaques    72e festival du cinéma de Cannes.. Abou Leila en compétition à la Semaine de la critique    MASCARA : Une femme arrêtée pour escroquerie    Salamé insiste sur le «processus politique de facilitation de l'ONU»    …sortir…sortir…sortir…    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les pharmaciens dans la confusion
Anarchie dans les horaires et les gardes
Publié dans Le Midi Libre le 19 - 11 - 2018

Depuis la promulgation de la bnouvelle loi sur l'activité despharmaciens, il règne uneconfusion sur les horaires defermeture et la disponibilitédes gardes. Les citoyens nesavent plus où donner de latête.
Depuis la promulgation de la bnouvelle loi sur l'activité despharmaciens, il règne uneconfusion sur les horaires defermeture et la disponibilitédes gardes. Les citoyens nesavent plus où donner de latête.
l'anarchie qui s'installe. Les pharmaciens qui doivent ouvrir de 8heurs du matin à 20 heures, ne respectent pas le nouveau règlement.heures, alors
que d'autres Nous l'avons onstaté de visu où dans les artères de lacapitale, certaines pharmacies baissent rideau à 19
restentouvertes jusqu'à 22 heures.Interrogé sur les raisons de cette cacophoniedes heures de fermeture, un pharmaciensitué à la rue Didouche Mourad estimeque, "les horaires de fermeture doivent être fixées par la DSP, en collaboration avecl'ordre des pharmaciens d'officine".Certaines, dans d'autres quartiers populaires,restent parfois ouvertes même aprèsles heures indiquées.La raison fait que, certains disent "être
préoccupés par les malades qui peuventvenir acheter des médicaments dans l'urgence".Le comble fait que, 2 officines quisont à proximité restent ouvertes à lamême heure, sans que cela dérange lesautorités de contrôle. Pour ce qui est desgardes assurées, c'est le branle-bas au quotidien.Il est rare de trouver dans lesgrandes artères de la capitale, une pharmaciede garde, ce qui oblige le malade àeffectuer tout un périple, au-delà des quartiersavoisinants pour se procurer cesmédicaments. C'est l'absence de communication,a-t-on constaté qui jette plusd'émoi chez les citoyens, face à une dispositiondes plus confuses.En effet, l'arrêté du 20 août 2014, qui régitla garde au niveau des pharmacies d'officine, oblige les directeurs de la santé à établirune liste de garde, chaque 15 jours. Ildoit néanmoins tenir compte de l'importancede l'agglomération et ses besoins decouverture en médicaments.77
Mais, leconstat fait que cette liste est ignorée parles citoyens, faute de sa disponibilité.Le ministère de la Santé oblige sa publicationsur le Net, alors que beaucoup dene disposent pas de connexion à domicile. Sont-ils obligés de consulter cette liste de garde, dans les cyber-cafés ? Du côté duconseil de l'ordre des pharmaciens d'officine, on exhorte les pharmaciens "à fermerà 19 heures, selon la disposition de la loi",mais on constate que, "depuis l'entrée envigueur de la loi sur les gardes, celle-ci estdiversement appliquée, en fonction desrégions".
Dans certaines cités nouvellement aménagées,la pharmacie d'officine est rare ce quifait que les habitants se rabattent sur d'autres périphériques, alors que dansd'autres localités, des officines sont disponibles en quantité. Le conseil de l'ordre, qui approuve cettenouvelle procédure sur les gardes, estimela solution est dans la nouvelle plateformenumérique SIHA-DZ, qui contient toute la liste des pharmacies de garde, auniveau national. Le problème est-il pourautant réglé ?
l'anarchie qui s'installe. Les pharmaciens qui doivent ouvrir de 8heurs du matin à 20 heures, ne respectent pas le nouveau règlement.heures, alors
que d'autres Nous l'avons onstaté de visu où dans les artères de lacapitale, certaines pharmacies baissent rideau à 19
restentouvertes jusqu'à 22 heures.Interrogé sur les raisons de cette cacophoniedes heures de fermeture, un pharmaciensitué à la rue Didouche Mourad estimeque, "les horaires de fermeture doivent être fixées par la DSP, en collaboration avecl'ordre des pharmaciens d'officine".Certaines, dans d'autres quartiers populaires,restent parfois ouvertes même aprèsles heures indiquées.La raison fait que, certains disent "être
préoccupés par les malades qui peuventvenir acheter des médicaments dans l'urgence".Le comble fait que, 2 officines quisont à proximité restent ouvertes à lamême heure, sans que cela dérange lesautorités de contrôle. Pour ce qui est desgardes assurées, c'est le branle-bas au quotidien.Il est rare de trouver dans lesgrandes artères de la capitale, une pharmaciede garde, ce qui oblige le malade àeffectuer tout un périple, au-delà des quartiersavoisinants pour se procurer cesmédicaments. C'est l'absence de communication,a-t-on constaté qui jette plusd'émoi chez les citoyens, face à une dispositiondes plus confuses.En effet, l'arrêté du 20 août 2014, qui régitla garde au niveau des pharmacies d'officine, oblige les directeurs de la santé à établirune liste de garde, chaque 15 jours. Ildoit néanmoins tenir compte de l'importancede l'agglomération et ses besoins decouverture en médicaments.77
Mais, leconstat fait que cette liste est ignorée parles citoyens, faute de sa disponibilité.Le ministère de la Santé oblige sa publicationsur le Net, alors que beaucoup dene disposent pas de connexion à domicile. Sont-ils obligés de consulter cette liste de garde, dans les cyber-cafés ? Du côté duconseil de l'ordre des pharmaciens d'officine, on exhorte les pharmaciens "à fermerà 19 heures, selon la disposition de la loi",mais on constate que, "depuis l'entrée envigueur de la loi sur les gardes, celle-ci estdiversement appliquée, en fonction desrégions".
Dans certaines cités nouvellement aménagées,la pharmacie d'officine est rare ce quifait que les habitants se rabattent sur d'autres périphériques, alors que dansd'autres localités, des officines sont disponibles en quantité. Le conseil de l'ordre, qui approuve cettenouvelle procédure sur les gardes, estimela solution est dans la nouvelle plateformenumérique SIHA-DZ, qui contient toute la liste des pharmacies de garde, auniveau national. Le problème est-il pourautant réglé ?


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.