Real Madrid: ça discute prolongation pour Benzema    Tottenham: Mourinho veut Ibrahimovic !    Tottenham : Le message d'adieux de Pochettino (Photo)    41e Festival international du cinéma du Caire : deux films algériens en compétition    Vo Vietnam: la Fédération algérienne passe sous l'égide de la World Federation    Karaté-do : après l'or mondial, Anis Helassa rêve des JO    Les manifestants en masse pour le 40e vendredi à Alger    Algérie Télécom lance une nouvelle application mobile ''E-Paiement espace client''    Mondiaux de para-athlétisme: Bernaoui encense la sélection algérienne auréolée de 16 médailles    Arrestation de 6 individus pour tentative de ralliement aux groupes terroristes au Sahel    Toutes les options seront examinées lors du Congrès du Polisario y compris la lutte armée    Les syndromes coronaires aigus, 1ère cause de mortalité en Algérie    Le Conseil de la nation prend part à l'Eucoco en Espagne    La campagne électorale se déroule dans le calme et la sérénité la plus totale    Décès du chanteur chaâbi Cheikh Liamine    Algérie-EAU: les voies de développement des relations bilatérales évoquées    Concours "Hult prize": trois projets d'étudiants de Tlemcen choisis    Eucoco/Sahara occidental: plus de 500 personnes prennent part aux travaux de la Conférence    Wilaya d'Alger: signature de marchés pour le raccordement au réseau de gaz et d'électricité    Les candidats soulignent la nécessité de renforcer le front interne pour préserver la stabilité de l'Algérie    «Les rassemblements contre les élections sont antidémocratiques»    La Palestine refuse toute médiation américaine    Egypte-Côte d'Ivoire en finale    Les chapeaux connus    Tractations tous azimuts pour la formation du gouvernement    Sonatrach renouvelle avec le français Engie    L'homme d'affaires Omar Allilat incarcéré à El Harrach    «Les maladies professionnelles, l'affaire de tous»    Des mises en demeure aux enseignants grévistes    Le corps électoral global avoisine les 24,5 millions d'inscrits    Bengrina s'en prend à l'opposition    Plongée dans l'univers d'Amadeo Modigliani    ACTUCULT    Présidentielle 2019: paroles de candidats au quatrième jour de la campagne    Hai Nedjma: Saisie de 210 comprimés psychotropes    Quand le «pays inutile» se souvient de l'Algérie utile !    Marche de soutien à l'organisation des élections    Cela s'est passé un 28 juin 1835 : la bataille d'El-Megta'â    James Ellroy : «Bien-sûr que je suis un génie»    8 individus arrêtés à Relizane et à Ghardaïa    Rencontre Bensalah - Bedoui    Sahara occidental : 15 e Congrès du Polisario : conférences préparatoires au niveau de l'Armée sahraouie    La police anti-émeute disperse des manifestants    Mali : 24 soldats et 17 jihadistes tués dans des combats    Recettes douanières: Hausse de plus de 5% durant les 9 premiers mois de 2019    L'Algérie peut rééquilibrer son économie    Ouargla : Le moineau blanc observé pour la première fois à Touggourt    Forum de l'Unesco: Rabehi relève l'importance accordée par l'Algérie à la culture    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Nécessité d'une totale refonte
La filiére lait, toujours dans l'embarras
Publié dans Le Midi Libre le 28 - 11 - 2018

La filière lait enregistre de mauvais scores. A peine 15% du marché est couvert, avec des importations massives de la poudre de lait, avoisinant les 2 milliards de dollars. Un comité d'expertise appelle à une réorganisation totale dusecteur qui a subi tous lesaléas.
La filière lait enregistre de mauvais scores. A peine 15% du marché est couvert, avec des importations massives de la poudre de lait, avoisinant les 2 milliards de dollars. Un comité d'expertise appelle à une réorganisation totale dusecteur qui a subi tous lesaléas.
Si l'on croyait que le dossier lait était fermé, c'est faux! Des experts réunisrécemment, ont réexaminé la situationde la filière qui bat de l'aile depuis desannées. En effet, beaucoup de facteurs négatifsn'aident pas le secteur à se stabiliser, avecune couverture à peine suffisante pour lesbesoins nationaux."Des moyens financiers colossaux et dessubventions de l'Etat, n'ont pas aidé lafilière à son autosuffisance", alerte lecomité d'experts qui précise que 46 milliardsde dinars, avec l'injection desdevises pour la poudre de lait, et les vacheslaitières n'ont pas aidé la filière à se stabiliser.
Le résultat se traduit par la rareté,sinon la quasi absence du lait en sachet quiest pourtant subventionné, alors que ducôté du privé, le nombre de laiteries estimpressionnant.La contradiction est nette. Beaucoup deproducteurs, pour peu de lait servi aux
consommateurs.Les spécialistes appellent dans ce cadre, "àrevoir les exploitations et leur mode defonctionnement, ainsi que des mécanismesde renouvellement du cheptel qui ne doitpas être celui de l'engraissement".
Lecomité considère ainsi l'urgence "de mettresur place des prestataires spécialisés de lafilière, dans un cadre d'activité de gestionautonome".On note qu'à ce propos, il y a une désintégrationtotale de la chaîne des activités.Souvent, ce sont les producteurs qui distribuentle lait par le biais de leur transport,alors qu'il faudra créer des activitésannexes spécialisées de la collecte du laitcru, jusqu'à son acheminement final aux magasins et superettes. D'autre part, il y a également de l'anarchie, dans l'aliment du bétail et les coûts supportés par l'Etat. éleveurs du bétail, notamment du cheptel destiné à la production laitière, n'arrivent plus à satisfaire les quantités exigées par les producteurs. Au total, unquintal de foin coûterait plus de 4.500 DA, alors que ce dernier était cédé à sa moitié, soit pas plus de 2.000 DA,
d'autant que les aires de pâturage sont presque inexistantes. La collecte du lait cru se fait au forceps, face à un manque de vaches laitières le processus industriel. Résultat :l'Etat est obligé d'importer même l'aliment des vaches, et de greffer ces budgets sur le coût de la production. Les écuries propres aux vaches laitières, ne respectent pas les normes d'hygiène et les seuils de production laitière.Face à ce diagnostic, les spécialistes de lafilière exhortent le gouvernement, à engager les recommandations signalées, par desmesures rapides et énergiques pour restructurer de fond en comble, tout le secteur dulait.
Si l'on croyait que le dossier lait était fermé, c'est faux! Des experts réunisrécemment, ont réexaminé la situationde la filière qui bat de l'aile depuis desannées. En effet, beaucoup de facteurs négatifsn'aident pas le secteur à se stabiliser, avecune couverture à peine suffisante pour lesbesoins nationaux."Des moyens financiers colossaux et dessubventions de l'Etat, n'ont pas aidé lafilière à son autosuffisance", alerte lecomité d'experts qui précise que 46 milliardsde dinars, avec l'injection desdevises pour la poudre de lait, et les vacheslaitières n'ont pas aidé la filière à se stabiliser.
Le résultat se traduit par la rareté,sinon la quasi absence du lait en sachet quiest pourtant subventionné, alors que ducôté du privé, le nombre de laiteries estimpressionnant.La contradiction est nette. Beaucoup deproducteurs, pour peu de lait servi aux
consommateurs.Les spécialistes appellent dans ce cadre, "àrevoir les exploitations et leur mode defonctionnement, ainsi que des mécanismesde renouvellement du cheptel qui ne doitpas être celui de l'engraissement".
Lecomité considère ainsi l'urgence "de mettresur place des prestataires spécialisés de lafilière, dans un cadre d'activité de gestionautonome".On note qu'à ce propos, il y a une désintégrationtotale de la chaîne des activités.Souvent, ce sont les producteurs qui distribuentle lait par le biais de leur transport,alors qu'il faudra créer des activitésannexes spécialisées de la collecte du laitcru, jusqu'à son acheminement final aux magasins et superettes. D'autre part, il y a également de l'anarchie, dans l'aliment du bétail et les coûts supportés par l'Etat. éleveurs du bétail, notamment du cheptel destiné à la production laitière, n'arrivent plus à satisfaire les quantités exigées par les producteurs. Au total, unquintal de foin coûterait plus de 4.500 DA, alors que ce dernier était cédé à sa moitié, soit pas plus de 2.000 DA,
d'autant que les aires de pâturage sont presque inexistantes. La collecte du lait cru se fait au forceps, face à un manque de vaches laitières le processus industriel. Résultat :l'Etat est obligé d'importer même l'aliment des vaches, et de greffer ces budgets sur le coût de la production. Les écuries propres aux vaches laitières, ne respectent pas les normes d'hygiène et les seuils de production laitière.Face à ce diagnostic, les spécialistes de lafilière exhortent le gouvernement, à engager les recommandations signalées, par desmesures rapides et énergiques pour restructurer de fond en comble, tout le secteur dulait.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.