L'Inter Milan se penche sur un latéral argentin    Marche des travailleurs de Cevital à Bouira : « Libérez Rebrab, non à une justice instrumentalisé »    L'IRB Kheneg accède en Interrégions    Les Algériens pour une bonne moisson et des points olympiques    La communauté internationale face à ses «responsabilités»    "Il faut commencer par juger les véritables criminels"    L'opposition dénonce l'immixtion de l'armée dans la politique    Les frères Kouninef sous mandat de dépôt    Avantage aux Béjaouis, mais…    Le Chabab passe en finale    Le tournant    La JSK appelle à une marche de soutien à Issad Rebrab    Trois nouvelles plages proposées à l'ouverture    L'exécutif planche sur la saison estivale    Recul du taux d'analphabétisme    Protestation contre le directeur des transports    Parkours de Fatma-Zohra Zamoum présenté en avant-première à Alger    Le long-métrage Abou Leila en compétition à la «Semaine de la critique»    Benhadid : «La solution est politique»    L'Association des professionnels accentue la pression sur l'armée : Les Soudanais menacent de paralyser le pays    Nouvelle aérogare: Les travaux du parking à étages et la tour de contrôle achevés    Le porte-parole du gouvernement: «La justice est au-dessus de tous»    Chlef: Plus de 58.000 candidats aux examens de fin d'année    Les locaux commerciaux pour les jeunes au menu    Sûreté de wilaya: Plus de 3.000 permis de conduire retirés en trois mois    Le FFS dénonce une «démarche autoritaire»    Affaire Rebrab: L'ambassade de France dément toute demande de renseignements    KABYLIE 2001 : «HIRAK», SAISON I    Le pouvoir, ses manipulations et ses échecs catastrophiques (pour l'Algérie)    Relations russo/nord-coréennes: De nouveaux détails sur la prochaine rencontre Poutine-Kim    L'entraîneur du Kenya compte sur son collectif    Libye: Al-Sarraj dénonce le soutien "non proportionné" de la France à Haftar    Comment l'URSS a construit un "tueur de sous-marins"    Ali Baba et les 40 voleurs    Un terroriste abattu dans la région du Kef    La guerre de l'espace a-t-elle commencé?    Le prix du baril pourrait flamber    Le temps des décomptes    Tipasa : La commune de Tipasa maintient le nouveau plan de circulation "modifié" jusqu'à la fin l'été    Des pays africains exportateurs de pétrole et de gaz en 2022    Bourses : Les actions européennes se sont dégagées par le haut d'une séance terne    Décès : L'ancien fondateur du FIS Abassi Madani tire sa révérence    Abdelaziz Rahabi à la Radio chaîne III: "La transition porte tous les risques de ne pas aboutir"    Comment sécuriser nos musées!    Houston rend hommage au cinéma palestinien    De Ala Eddine Slim à Robert Rodriguez, via... Zahra!    "Laissez la justice faire son travail"    Festival d'Annaba du film méditerranéen : de la 4e édition au mois d'octobre    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Nécessité d'une totale refonte
La filiére lait, toujours dans l'embarras
Publié dans Le Midi Libre le 28 - 11 - 2018

La filière lait enregistre de mauvais scores. A peine 15% du marché est couvert, avec des importations massives de la poudre de lait, avoisinant les 2 milliards de dollars. Un comité d'expertise appelle à une réorganisation totale dusecteur qui a subi tous lesaléas.
La filière lait enregistre de mauvais scores. A peine 15% du marché est couvert, avec des importations massives de la poudre de lait, avoisinant les 2 milliards de dollars. Un comité d'expertise appelle à une réorganisation totale dusecteur qui a subi tous lesaléas.
Si l'on croyait que le dossier lait était fermé, c'est faux! Des experts réunisrécemment, ont réexaminé la situationde la filière qui bat de l'aile depuis desannées. En effet, beaucoup de facteurs négatifsn'aident pas le secteur à se stabiliser, avecune couverture à peine suffisante pour lesbesoins nationaux."Des moyens financiers colossaux et dessubventions de l'Etat, n'ont pas aidé lafilière à son autosuffisance", alerte lecomité d'experts qui précise que 46 milliardsde dinars, avec l'injection desdevises pour la poudre de lait, et les vacheslaitières n'ont pas aidé la filière à se stabiliser.
Le résultat se traduit par la rareté,sinon la quasi absence du lait en sachet quiest pourtant subventionné, alors que ducôté du privé, le nombre de laiteries estimpressionnant.La contradiction est nette. Beaucoup deproducteurs, pour peu de lait servi aux
consommateurs.Les spécialistes appellent dans ce cadre, "àrevoir les exploitations et leur mode defonctionnement, ainsi que des mécanismesde renouvellement du cheptel qui ne doitpas être celui de l'engraissement".
Lecomité considère ainsi l'urgence "de mettresur place des prestataires spécialisés de lafilière, dans un cadre d'activité de gestionautonome".On note qu'à ce propos, il y a une désintégrationtotale de la chaîne des activités.Souvent, ce sont les producteurs qui distribuentle lait par le biais de leur transport,alors qu'il faudra créer des activitésannexes spécialisées de la collecte du laitcru, jusqu'à son acheminement final aux magasins et superettes. D'autre part, il y a également de l'anarchie, dans l'aliment du bétail et les coûts supportés par l'Etat. éleveurs du bétail, notamment du cheptel destiné à la production laitière, n'arrivent plus à satisfaire les quantités exigées par les producteurs. Au total, unquintal de foin coûterait plus de 4.500 DA, alors que ce dernier était cédé à sa moitié, soit pas plus de 2.000 DA,
d'autant que les aires de pâturage sont presque inexistantes. La collecte du lait cru se fait au forceps, face à un manque de vaches laitières le processus industriel. Résultat :l'Etat est obligé d'importer même l'aliment des vaches, et de greffer ces budgets sur le coût de la production. Les écuries propres aux vaches laitières, ne respectent pas les normes d'hygiène et les seuils de production laitière.Face à ce diagnostic, les spécialistes de lafilière exhortent le gouvernement, à engager les recommandations signalées, par desmesures rapides et énergiques pour restructurer de fond en comble, tout le secteur dulait.
Si l'on croyait que le dossier lait était fermé, c'est faux! Des experts réunisrécemment, ont réexaminé la situationde la filière qui bat de l'aile depuis desannées. En effet, beaucoup de facteurs négatifsn'aident pas le secteur à se stabiliser, avecune couverture à peine suffisante pour lesbesoins nationaux."Des moyens financiers colossaux et dessubventions de l'Etat, n'ont pas aidé lafilière à son autosuffisance", alerte lecomité d'experts qui précise que 46 milliardsde dinars, avec l'injection desdevises pour la poudre de lait, et les vacheslaitières n'ont pas aidé la filière à se stabiliser.
Le résultat se traduit par la rareté,sinon la quasi absence du lait en sachet quiest pourtant subventionné, alors que ducôté du privé, le nombre de laiteries estimpressionnant.La contradiction est nette. Beaucoup deproducteurs, pour peu de lait servi aux
consommateurs.Les spécialistes appellent dans ce cadre, "àrevoir les exploitations et leur mode defonctionnement, ainsi que des mécanismesde renouvellement du cheptel qui ne doitpas être celui de l'engraissement".
Lecomité considère ainsi l'urgence "de mettresur place des prestataires spécialisés de lafilière, dans un cadre d'activité de gestionautonome".On note qu'à ce propos, il y a une désintégrationtotale de la chaîne des activités.Souvent, ce sont les producteurs qui distribuentle lait par le biais de leur transport,alors qu'il faudra créer des activitésannexes spécialisées de la collecte du laitcru, jusqu'à son acheminement final aux magasins et superettes. D'autre part, il y a également de l'anarchie, dans l'aliment du bétail et les coûts supportés par l'Etat. éleveurs du bétail, notamment du cheptel destiné à la production laitière, n'arrivent plus à satisfaire les quantités exigées par les producteurs. Au total, unquintal de foin coûterait plus de 4.500 DA, alors que ce dernier était cédé à sa moitié, soit pas plus de 2.000 DA,
d'autant que les aires de pâturage sont presque inexistantes. La collecte du lait cru se fait au forceps, face à un manque de vaches laitières le processus industriel. Résultat :l'Etat est obligé d'importer même l'aliment des vaches, et de greffer ces budgets sur le coût de la production. Les écuries propres aux vaches laitières, ne respectent pas les normes d'hygiène et les seuils de production laitière.Face à ce diagnostic, les spécialistes de lafilière exhortent le gouvernement, à engager les recommandations signalées, par desmesures rapides et énergiques pour restructurer de fond en comble, tout le secteur dulait.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.