FC Barcelone: Ce message fort sur l'influence de Lionel Messi au Barça...    Tribunal de Sidi M'hamed à Alger : 24 manifestants jetés en prison    Al Ahli: L'entraîneur de Belaili limogé    BENSALAH SIGNE LES LOIS RELATIVES A LA TENUE DE L'ELECTION PRESIDENTIELLE : Convocation du corps électoral    SOUTIEN A LA CREATION D'ENTREPRISES AU SUD : Levée de gel pour les projets des jeunes    RENTREE UNIVERSITAIRE 2019-2020 A MOSTAGANEM : L'université renforce ses capacités d'accueil    HECATOMBE ROUTIERE : 11 morts et 20 blessés en 48 heures    KHEIR-EDDINE : Les parents d'élèves demandent une protection policière    Les forces de sécurité répriment un rassemblement pacifique à Constantine    Liverpool : Van Djik encense Firmino    Le Kremlin en faveur d'une relance des discussions    Les manifestants insistent sur le départ du système    Des personnalités nationales et des organisations dénoncent    L'Opep et ses alliés sur le gril    La FTF a défalqué six points au Club Africain    Le Real se régale, puis se relâche    "La Tunisie est en train de forger son propre modèle démocratique"    La libération du candidat Nabil Karoui sera «une évidence» s'il sort vainqueur    Qui succédera à Essebsi en Tunisie ?    Saisie de 12 000 comprimés de psychotropes    Meilleures recettes au gingembre pour traiter l'asthme    Un homme électrocuté    Hommage à Cheb Hasni par les siens    Soirées diwane au dendoune et karkabou    Le lion mécanique de Léonard de Vinci exposé à Paris    Ligue des champions (2e tour, match aller) USM Alger – GOR MAHIA (20H45) : Tout pour assurer au stade Tchaker    CAF Football Awards : Les 10 candidats connus en octobre    Football professionnel : Une AGEx mardi pour adopter un nouveau système de compétition    Parution. L'Encyclopédie algérienne (édition 2019) : Un coffret fort intéressant    Washington confirme la mort de Hamza Ben Laden    Tlemcen: La Casnos veut ratisser large    Ils avaient subtilisé l'arme d'un policier: Un individu tué et deux autres blessés près d'Azeffoune    Mort des tribus, naissance des tribalismes (III)    Lancement du concours international de la photographie sous-marine de la corniche jijelienne    Appel à hâter la désignation d'un nouvel envoyé personnel du SG de l'ONU    Aigle Azur (SNLP) : Le Comité d'entreprise soutient deux offres de redressement    Résoudre rapidement, par une élection présidentielle transparente, la crise politique ou la régression    Bomare Company mise à l'honneur dans le magazine allemand de l'IFA Berlin    Le Mouvement El Bina prêt à s'engager dans l'élection présidentielle    Prochaine édition du Festival national de la littérature et du cinéma de la femme    Il fête ses 50 ans de carrière à Alger    De nouvelles taxes sur les véhicules ?    Le président de Microsoft se positionne aux côtés de Huawei    L'Algérie réaffirme sa position    Ahmet Davutoglu quitte l'AKP pour créer un mouvement rival    Un individu abattu à Tizi-Ouzou    Bedoui exprime sa "gratitude" à l'ANP    Deux films algériens en compétition officielle au festival international d'Elgouna en Egypte    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La sécurité publique renforcée
Police communale et lutte contre la "harga"
Publié dans Le Midi Libre le 02 - 12 - 2018

La sécurité publique sera davantage renforcée. Outre les services traditionnels qui ont été dotées de moyens, les autorités publiques projettent d'accélérer la création d'une police communale.
La sécurité publique sera davantage renforcée. Outre les services traditionnels qui ont été dotées de moyens, les autorités publiques projettent d'accélérer la création d'une police communale.
Sur le front de la lutte contre la migration clandestine, le gouvernementévoque la stabilité sociale etla création de l'emploi comme garantsaux aspirations des jeunes.Si dans son dernier discours, AhmedOuyahia avait parlé de "guerre de gangsdans les villes", c'est que l'approchesécuritaire est pointée du doigt. Pour luiemboîter le pas, son ministre del'Intérieur vient de révéler que "le projetde création de la police communale seraaccéléré". Et de souligner que "la policecommunale est devenue une nécessité auregard du développement du tissu urbain".Il faut savoir que ce chantier date d'il y a3 ans où le gouvernement entendaitd'abord créer ce corps en parallèle au corpsclassique de la police. Cette fois-ci, un
coup d'accélérateur semble être biendonné pour faire aboutir ce nouveau corpsqui sera placé sous l'autorité des maires.Les axes retenus dans ce cadre parlent"d'une police de proximité qui se pencherasur des prérogatives spéciales". Onévoque au ministère de l'Intérieur l'importancede "mettre fin à une délinquancequi se développe en dehors des villes".Outre cette fonction, le projet de policecommunale aura à mettre sur pied unestratégie "de surveillance des sites culturelset cultuels ainsi que le renforcementde la sécurité des présidents d'APC dansleurs déplacements". Quant aux modalitésde
recrutement, l'autorité de tutelle misesur l'intégration des gardes communauxdans ce corps avec une formation à l'appui. Il y a 2 ans, les autorités en charge de ce dossier avaient indiqué que 5.000 agents devaient composer ce corps mais ce chiffre sera probablement revu à la hausse étant donné que les communes ont besoin de davantage de personnels en sécurité publique. Pour éviter tout chevauchement de prérogatives avec les corps de la DGSN , il appartient de préciser que "la police communale sera régie par la loi du 22 juin 2011 qui dans son article 93 précise les fonctions et rôles de la police administrative".
La migration clandestine une approche sociale
Le phénomène de la "harga" qui devient de plus en préoccupant sera encadré par une nouvelle approche que compte développer le gouvernement d'Ouyahia. L'approche serait plutôt d'ordre social etéconomique que celle qui consiste au tout répressif. Nourredine Bedoui estime que "la création des conditions pour améliorer le niveau de vie des citoyens et des jeunes devra passer l'emploi et la stabilité sociale".
Deux éléments qui ne figuraientpas dans le discours politique se penchant uniquement dans la stricte application de la loi en cas de délit. Or, face aux drames qui emportent les jeunes en haute mer, le gouvernement veut cette fois miser sur "de nouveaux outils de communication" face aux jeunes qui sont dans le désarroi. Plus question de culpabiliser la frange juvénile de la population qui est en perte de repères face aux nouveaux défis, l'Etat veut s'impliquer de façon concrète pour l'aide de cette catégorie de jeunes. La création d'emplois d'utilité publique destinés à l'insertion sociale sera dorénavant la piste privilégiée.
Outre les dispositifs Ansej et Cnac, le gouvernement veut créer d'autres segments dans le marché du travail. Une réflexion est déjà engagée àce stade où l'élément moteur est celui de la stabilité sociale. Le gouvernement voudrait mettre en place une nouvelle dynamique pour faire comprendre les dangers de la migration clandestine avecl'implication de plusieurs secteurs dontcelui de l'Education nationale, la culture et la Solidarité sociale.
Sur le front de la lutte contre la migration clandestine, le gouvernementévoque la stabilité sociale etla création de l'emploi comme garantsaux aspirations des jeunes.Si dans son dernier discours, AhmedOuyahia avait parlé de "guerre de gangsdans les villes", c'est que l'approchesécuritaire est pointée du doigt. Pour luiemboîter le pas, son ministre del'Intérieur vient de révéler que "le projetde création de la police communale seraaccéléré". Et de souligner que "la policecommunale est devenue une nécessité auregard du développement du tissu urbain".Il faut savoir que ce chantier date d'il y a3 ans où le gouvernement entendaitd'abord créer ce corps en parallèle au corpsclassique de la police. Cette fois-ci, un
coup d'accélérateur semble être biendonné pour faire aboutir ce nouveau corpsqui sera placé sous l'autorité des maires.Les axes retenus dans ce cadre parlent"d'une police de proximité qui se pencherasur des prérogatives spéciales". Onévoque au ministère de l'Intérieur l'importancede "mettre fin à une délinquancequi se développe en dehors des villes".Outre cette fonction, le projet de policecommunale aura à mettre sur pied unestratégie "de surveillance des sites culturelset cultuels ainsi que le renforcementde la sécurité des présidents d'APC dansleurs déplacements". Quant aux modalitésde
recrutement, l'autorité de tutelle misesur l'intégration des gardes communauxdans ce corps avec une formation à l'appui. Il y a 2 ans, les autorités en charge de ce dossier avaient indiqué que 5.000 agents devaient composer ce corps mais ce chiffre sera probablement revu à la hausse étant donné que les communes ont besoin de davantage de personnels en sécurité publique. Pour éviter tout chevauchement de prérogatives avec les corps de la DGSN , il appartient de préciser que "la police communale sera régie par la loi du 22 juin 2011 qui dans son article 93 précise les fonctions et rôles de la police administrative".
La migration clandestine une approche sociale
Le phénomène de la "harga" qui devient de plus en préoccupant sera encadré par une nouvelle approche que compte développer le gouvernement d'Ouyahia. L'approche serait plutôt d'ordre social etéconomique que celle qui consiste au tout répressif. Nourredine Bedoui estime que "la création des conditions pour améliorer le niveau de vie des citoyens et des jeunes devra passer l'emploi et la stabilité sociale".
Deux éléments qui ne figuraientpas dans le discours politique se penchant uniquement dans la stricte application de la loi en cas de délit. Or, face aux drames qui emportent les jeunes en haute mer, le gouvernement veut cette fois miser sur "de nouveaux outils de communication" face aux jeunes qui sont dans le désarroi. Plus question de culpabiliser la frange juvénile de la population qui est en perte de repères face aux nouveaux défis, l'Etat veut s'impliquer de façon concrète pour l'aide de cette catégorie de jeunes. La création d'emplois d'utilité publique destinés à l'insertion sociale sera dorénavant la piste privilégiée.
Outre les dispositifs Ansej et Cnac, le gouvernement veut créer d'autres segments dans le marché du travail. Une réflexion est déjà engagée àce stade où l'élément moteur est celui de la stabilité sociale. Le gouvernement voudrait mettre en place une nouvelle dynamique pour faire comprendre les dangers de la migration clandestine avecl'implication de plusieurs secteurs dontcelui de l'Education nationale, la culture et la Solidarité sociale.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.