Belmadi cherche les remplaçants de Chita et de Benzia.. Le milieu, un chantier ouvert    Volley-Championnat d'Afrique (dames).. Bonne entame du GS Pétroliers    Bouteflika veut imposer sa conférence nationale    MINISTERE DE LA DEFENSE : Ahmed Gaïd Salah en visite de travail à la 3e Région Militaire    PREMIERE SESSION DE L'APW : Le dossier des affaires sociales en débat    POUR DETOURNEMENT DE DENIERS PUBLICS A L'ADE BOUHADJAR : Arrestation de trois fonctionnaires à El Tarf    NOUVEAU GOUVERNEMENT : Le CNES refuse de participer aux consultations    Une AG extraordinaire pour baliser le terrain à l'Hyproc    Un staff technique collégial pour terminer la saison    La Mekerra en quête de 18 points pour éviter le purgatoire    L'Union européenne trouve un accord provisoire sur une protection des lanceurs d'alerte    «Il faut faire confiance aux jeunes»    Tebboune, le retour ?    Marches et rassemblements des blouses blanches mardi    Des taches brunes sur tout le visage : que faire ?    Vers la classification de 7 sites et monuments à Mila    ACTUCULT    Dire la vérité contre le mensonge    Le réveil d'un peuple : un nouvel horizon politique ? (1ère partie)    Augmentation des salaires des policiers: La DGSN dément et menace    La crise actuelle en Algérie    Banque d'Algérie: Le taux des réserves obligatoires des banques passe de 8 à 12%    El-Bayadh: Les trois derniers martyrs du 19 mars 1962    Formation du nouveau gouvernement    Les fidèles tués dans les mosquées de Christchurch étaient âgés de trois à 77 ans    Cinq conventions signées entre la BASTP et des PME    Ligue des champions (6e et dernière journée)    Le bleu de la mer à Cap-Djinet    Suivi permanent des projets publics    La cité des 58 logements, un quartier aux multiples problèmes    Le MC Oued Tlelat à trois points du rêve    Le football national doit faire dans l'optimisme    Le FNA, le PT et le Mouvement El Islah se prononcent    Initiatrice du projet «Past Forward Architecture»    Un prix pour les auteurs édités en Afrique    Importance des études historiques sur les sciences et autres spécialités    Les journalistes et correspondants de Tizi Ouzou observent un sit-in    Cela doit se concrétiser pour le bien de la Patrie    Casino : Le groupe livre des prévisions à trois ans fraîchement accueillies    Sahara occidental: Les accords UE-Maroc violent la jurisprudence de la CJUE    Acte 18 des "gilets jaunes": Violences et scènes d'émeutes, pillages et saccages à Paris    La France a-t-elle "perdu" l'Afrique de l'Est au profit de la Chine?    Tarik Chenafa, un miraculé algérien    Exhumation d'un charnier de Yézidis victimes de l'EI    Bourses L'Europe salue les nouvelles sur le front du commerce et du Brexit    Chine : Pékin ne laissera pas son économie dérailler, dit Li    Vent de fronde au FLN    "La douleur de voir souffrir le peuple syrien se ressent dans ma musique"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le FLN favorisé
Elections sénatoriales
Publié dans Le Midi Libre le 12 - 12 - 2018

Dans une quinzaine de jours aura lieu un scrutin dont l'enjeu est primordial, pour les deux principaux partis politiques du pays.
Dans une quinzaine de jours aura lieu un scrutin dont l'enjeu est primordial, pour les deux principaux partis politiques du pays.
En effet, le FLN et le RND vont s'affronter, par urnes interposées, dansune âpre bataille électorale avec, en ligne de mire, la quête du leadership auConseil de la nation. C'est le 29 décembre qu'aura lieu cette bataille qui rentre dans lecadre du renouvellement de la moitié desmembres du Conseil de la nation, comme c'est le cas tous les trois ans. Les deuxpartis qui dominent très largement dans la chambre haute du Parlement, et qui se partagentpresque à égalité les 96 siéges decette instance parlementaire, ne laissentque quelques strapontins aux partis del'opposition, dont la représentation, avecjuste quelques sièges qui se comptent surles doigts d'une seule main, est insignifiante.Ces deux mastodontes de la scène politique nationale se partagent le leadership dans cette chambre du
Parlement,avec les 48 sénateurs du tiers présidentielqui seront eux aussi concernés par cerenouvellement puisque, ainsi, 24 nouveauxsénateurs seront désignés par le présidentde la République, AbdelazizBouteflika. Ce renouvellement de pasmoins de 48 sièges, intervient justementdans un contexte politique particulier marqué.Un contexte qui aura certainement desincidences sur ce scrutin. Il intervientavant la tenue des élections présidentielles,prévues normalement au mois d'avril2019. Mais cette échéance pourrait êtrereportée puisque, avec les initiatives politiqueslancées par des partis politiques,tant de l'opposition que ceux soutenant lepouvoir, il est de plus en plus question d'un période de transition.
Et ce sont justement ces manoeuvres et ces luttes autour de cette échéance des élections présidentielles, qui pourraient favoriser un parti au détriment d'un autre. Et là, force est de constater que c'est plutôt le FLN qui semble d'ores et déjà, jouir de certaines faveurs. Dans certains cercles politiques, l'on ne cache presque plus la préférence pour le vieux parti, comme l'atteste si bien certains faits parlants qui expriment cette tendance. Ainsi, de nombreux candidats du RND, ont été disqualifiés sous prétexte que leur dossiers ne sont as conformes avec la législation. On leur reproche notamment, d'avoir maille à partir avec la justice et, de fait donc, ne sont pas éligibles. Cela a été le cas dans une dizaine de wilayas, que d'aucuns considéraient comme des places fortes du parti
Ouyahia. Certes, le RND a usé son droit de faire appel devant les tribunaux administratifs, mais il n'est parvenu a avoir gain de cause que dans deux ou trois wilayas, ce qui l'a alors poussé à designer de nouveaux candidats qui ne semblent pas jouir de la même aura que ceux qui ont été disqualifiés par les commissions de wilaya. C'est dire combien ces dernières ont joué un rôle capital dans l'affaiblissement de ce parti au profit, il va sans dire, du FLN. De hauts responsables du RND soupçonnent certains walis d'être à l'origine de cette campagne qui ne dit pas son nom. Une campagne qui serait orchestrée par certains wali qui roulent ouvertement pour le FLN.
Ces responsables du RND, soucieux sans doute d'une certaine obligation de réserve, ne le disent pas ouvertement et publiquement, ce d'autant que le RND fait partie de la majorité présidentielle. Quelque part donc, à en croire ce raisonnement à travers le RND, c'est son premier responsable, Ahmed Ouyahia, qui serait directement visé par cette campagne dont le but ultime serait de permettre au FLN d'avoir une totale mainmise sur les deux chambers du Parlement. Pour les tenants de cette stratégie, il est donc hors de question de faire le moindre cadeau pour Ahmed Ouyahia et son parti, alors que la course à la succession du président Bouteflika, et donc à la plus haute marche du pouvoir, fait l'objet d'âpres luttes et de manoeuvres au pus haut sommet de l'Etat
En effet, le FLN et le RND vont s'affronter, par urnes interposées, dansune âpre bataille électorale avec, en ligne de mire, la quête du leadership auConseil de la nation. C'est le 29 décembre qu'aura lieu cette bataille qui rentre dans lecadre du renouvellement de la moitié desmembres du Conseil de la nation, comme c'est le cas tous les trois ans. Les deuxpartis qui dominent très largement dans la chambre haute du Parlement, et qui se partagentpresque à égalité les 96 siéges decette instance parlementaire, ne laissentque quelques strapontins aux partis del'opposition, dont la représentation, avecjuste quelques sièges qui se comptent surles doigts d'une seule main, est insignifiante.Ces deux mastodontes de la scène politique nationale se partagent le leadership dans cette chambre du
Parlement,avec les 48 sénateurs du tiers présidentielqui seront eux aussi concernés par cerenouvellement puisque, ainsi, 24 nouveauxsénateurs seront désignés par le présidentde la République, AbdelazizBouteflika. Ce renouvellement de pasmoins de 48 sièges, intervient justementdans un contexte politique particulier marqué.Un contexte qui aura certainement desincidences sur ce scrutin. Il intervientavant la tenue des élections présidentielles,prévues normalement au mois d'avril2019. Mais cette échéance pourrait êtrereportée puisque, avec les initiatives politiqueslancées par des partis politiques,tant de l'opposition que ceux soutenant lepouvoir, il est de plus en plus question d'un période de transition.
Et ce sont justement ces manoeuvres et ces luttes autour de cette échéance des élections présidentielles, qui pourraient favoriser un parti au détriment d'un autre. Et là, force est de constater que c'est plutôt le FLN qui semble d'ores et déjà, jouir de certaines faveurs. Dans certains cercles politiques, l'on ne cache presque plus la préférence pour le vieux parti, comme l'atteste si bien certains faits parlants qui expriment cette tendance. Ainsi, de nombreux candidats du RND, ont été disqualifiés sous prétexte que leur dossiers ne sont as conformes avec la législation. On leur reproche notamment, d'avoir maille à partir avec la justice et, de fait donc, ne sont pas éligibles. Cela a été le cas dans une dizaine de wilayas, que d'aucuns considéraient comme des places fortes du parti
Ouyahia. Certes, le RND a usé son droit de faire appel devant les tribunaux administratifs, mais il n'est parvenu a avoir gain de cause que dans deux ou trois wilayas, ce qui l'a alors poussé à designer de nouveaux candidats qui ne semblent pas jouir de la même aura que ceux qui ont été disqualifiés par les commissions de wilaya. C'est dire combien ces dernières ont joué un rôle capital dans l'affaiblissement de ce parti au profit, il va sans dire, du FLN. De hauts responsables du RND soupçonnent certains walis d'être à l'origine de cette campagne qui ne dit pas son nom. Une campagne qui serait orchestrée par certains wali qui roulent ouvertement pour le FLN.
Ces responsables du RND, soucieux sans doute d'une certaine obligation de réserve, ne le disent pas ouvertement et publiquement, ce d'autant que le RND fait partie de la majorité présidentielle. Quelque part donc, à en croire ce raisonnement à travers le RND, c'est son premier responsable, Ahmed Ouyahia, qui serait directement visé par cette campagne dont le but ultime serait de permettre au FLN d'avoir une totale mainmise sur les deux chambers du Parlement. Pour les tenants de cette stratégie, il est donc hors de question de faire le moindre cadeau pour Ahmed Ouyahia et son parti, alors que la course à la succession du président Bouteflika, et donc à la plus haute marche du pouvoir, fait l'objet d'âpres luttes et de manoeuvres au pus haut sommet de l'Etat


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.