Belmadi cherche les remplaçants de Chita et de Benzia.. Le milieu, un chantier ouvert    Volley-Championnat d'Afrique (dames).. Bonne entame du GS Pétroliers    Bouteflika veut imposer sa conférence nationale    MINISTERE DE LA DEFENSE : Ahmed Gaïd Salah en visite de travail à la 3e Région Militaire    PREMIERE SESSION DE L'APW : Le dossier des affaires sociales en débat    POUR DETOURNEMENT DE DENIERS PUBLICS A L'ADE BOUHADJAR : Arrestation de trois fonctionnaires à El Tarf    NOUVEAU GOUVERNEMENT : Le CNES refuse de participer aux consultations    Une AG extraordinaire pour baliser le terrain à l'Hyproc    Un staff technique collégial pour terminer la saison    La Mekerra en quête de 18 points pour éviter le purgatoire    L'Union européenne trouve un accord provisoire sur une protection des lanceurs d'alerte    «Il faut faire confiance aux jeunes»    Tebboune, le retour ?    Marches et rassemblements des blouses blanches mardi    Des taches brunes sur tout le visage : que faire ?    Vers la classification de 7 sites et monuments à Mila    ACTUCULT    Dire la vérité contre le mensonge    Le réveil d'un peuple : un nouvel horizon politique ? (1ère partie)    Augmentation des salaires des policiers: La DGSN dément et menace    La crise actuelle en Algérie    Banque d'Algérie: Le taux des réserves obligatoires des banques passe de 8 à 12%    El-Bayadh: Les trois derniers martyrs du 19 mars 1962    Formation du nouveau gouvernement    Les fidèles tués dans les mosquées de Christchurch étaient âgés de trois à 77 ans    Cinq conventions signées entre la BASTP et des PME    Ligue des champions (6e et dernière journée)    Le bleu de la mer à Cap-Djinet    Suivi permanent des projets publics    La cité des 58 logements, un quartier aux multiples problèmes    Le MC Oued Tlelat à trois points du rêve    Le football national doit faire dans l'optimisme    Le FNA, le PT et le Mouvement El Islah se prononcent    Initiatrice du projet «Past Forward Architecture»    Un prix pour les auteurs édités en Afrique    Importance des études historiques sur les sciences et autres spécialités    Les journalistes et correspondants de Tizi Ouzou observent un sit-in    Cela doit se concrétiser pour le bien de la Patrie    Casino : Le groupe livre des prévisions à trois ans fraîchement accueillies    Sahara occidental: Les accords UE-Maroc violent la jurisprudence de la CJUE    Acte 18 des "gilets jaunes": Violences et scènes d'émeutes, pillages et saccages à Paris    La France a-t-elle "perdu" l'Afrique de l'Est au profit de la Chine?    Tarik Chenafa, un miraculé algérien    Exhumation d'un charnier de Yézidis victimes de l'EI    Bourses L'Europe salue les nouvelles sur le front du commerce et du Brexit    Chine : Pékin ne laissera pas son économie dérailler, dit Li    Vent de fronde au FLN    "La douleur de voir souffrir le peuple syrien se ressent dans ma musique"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le CNDH élude la presse électronique
Rapport sur les droits de l'homme
Publié dans Le Midi Libre le 17 - 12 - 2018

ContenLa révolution numérique a bouleversé le paysage médiatique algérien, à l'instar desautres pays avec l'apparition de nombreuxjournaux électroniques, objet d'un engouement croissant des lecteurs, en ce qu'ils offrent les avantages d'une diffusiongratuite et en temps réel, soumettant ainsià rude concurrence la presse traditionnelle.
ContenLa révolution numérique a bouleversé le paysage médiatique algérien, à l'instar desautres pays avec l'apparition de nombreuxjournaux électroniques, objet d'un engouement croissant des lecteurs, en ce qu'ils offrent les avantages d'une diffusiongratuite et en temps réel, soumettant ainsià rude concurrence la presse traditionnelle.
En effet, la profusion des sites électroniquesdénote du développement de ce créneauen Algérie, est une réalité que personnene peut ignorer jusque là, sauf leConseil national des droits de l'Homme(CNDH), qui leur a emboîté le pas, dansson rapport annuel sur la situation desdroits de l'Homme en Algérie durant l'année2017. En effet, ses remarques dans lechapitre réservé à la liberté de la presse sesont limitées à la presse écrite, à la radioet à la télévision. Aucun mot sur le combatque mènent les médias
électroniquesdepuis plus d'un an, pour arracher unereconnaissance et également le statut destélévisions privées ignoré. Pis encore, lerapport a totalement éludé le blocage partial,non assumé, du site électronique Toutsur l'Algérie (TSA), entre le 5 octobre etle 28 novembre 2017. Dans la page 16, leCNDH formule des recommandations auxpouvoirs publics pour "Promouvoir laliberté de la presse en Algérie". Là encore,les rédacteurs du document donnent l'impressionque le temps s'est arrêté pour euxau milieu des années 90. "Le Conseilnational recommande, également, auxautorités publiques d'installer l'autorité derégulation de la presse écrite qui délivre,notamment, les autorisations pour la créationde publications", lit-on dans le rapport.L'absence d'une autorité de régulationpour la presse écrite est le seul souci de cette institution qui refuse d'admettre que la généralisation de l'utilisation d'Internet
a bouleversé le monde de la dans le monde et en Algérie aussi. Le statut flou et ambigu des télévisions privées en Algérie, n'est pas aussi un problème des droits de l'homme pour leCNDH, comme précité au dessus. Refuser aux Algériens de créer des chaines de télévisions, reconnues en tant médias algériens, ne constitue pas une violation des droits humains aux yeux du Conseil national des droits de l'Homme. Dans son rapport, le conseil a préféré parlerd'éthique et déontologie que doivent
respecterles journalistes que d'évoquer leblocage en séries que subissent les chaines,de télévisions algériennes, commençantpar la problématique du statut juridique. Il est utile de rappeler, que toutes les chaines de télévisions privées existantes en Algérie, sont considérées comme deschaines étrangères. Un paradoxe qui renseignesur la volonté réelle des décideurs,d'ouvrir le champ audiovisuel à l'investissement privé.u
En effet, la profusion des sites électroniquesdénote du développement de ce créneauen Algérie, est une réalité que personnene peut ignorer jusque là, sauf leConseil national des droits de l'Homme(CNDH), qui leur a emboîté le pas, dansson rapport annuel sur la situation desdroits de l'Homme en Algérie durant l'année2017. En effet, ses remarques dans lechapitre réservé à la liberté de la presse sesont limitées à la presse écrite, à la radioet à la télévision. Aucun mot sur le combatque mènent les médias
électroniquesdepuis plus d'un an, pour arracher unereconnaissance et également le statut destélévisions privées ignoré. Pis encore, lerapport a totalement éludé le blocage partial,non assumé, du site électronique Toutsur l'Algérie (TSA), entre le 5 octobre etle 28 novembre 2017. Dans la page 16, leCNDH formule des recommandations auxpouvoirs publics pour "Promouvoir laliberté de la presse en Algérie". Là encore,les rédacteurs du document donnent l'impressionque le temps s'est arrêté pour euxau milieu des années 90. "Le Conseilnational recommande, également, auxautorités publiques d'installer l'autorité derégulation de la presse écrite qui délivre,notamment, les autorisations pour la créationde publications", lit-on dans le rapport.L'absence d'une autorité de régulationpour la presse écrite est le seul souci de cette institution qui refuse d'admettre que la généralisation de l'utilisation d'Internet
a bouleversé le monde de la dans le monde et en Algérie aussi. Le statut flou et ambigu des télévisions privées en Algérie, n'est pas aussi un problème des droits de l'homme pour leCNDH, comme précité au dessus. Refuser aux Algériens de créer des chaines de télévisions, reconnues en tant médias algériens, ne constitue pas une violation des droits humains aux yeux du Conseil national des droits de l'Homme. Dans son rapport, le conseil a préféré parlerd'éthique et déontologie que doivent
respecterles journalistes que d'évoquer leblocage en séries que subissent les chaines,de télévisions algériennes, commençantpar la problématique du statut juridique. Il est utile de rappeler, que toutes les chaines de télévisions privées existantes en Algérie, sont considérées comme deschaines étrangères. Un paradoxe qui renseignesur la volonté réelle des décideurs,d'ouvrir le champ audiovisuel à l'investissement privé.u


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.