Ali Laskri pointé du doigt: Le siège du FFS à Alger attaqué    Appel à une rencontre avec des personnalités nationales: L'opposition dit non à Bensalah    Les marches se poursuivent: Les Algériens exigent des comptes    Ils revendiquent le droit au recrutement: Les chômeurs de Bethioua entament leur troisième semaine de protestation    Un milliard d'euros pour Notre-Dame de Paris, combien pour les enfants du Yemen?    Affaire NCM-MCS: Le président Bennacer accuse Medouar de vengeance    LFP - Ligue 1: Les quatre dernières journées en plein mois de Ramadhan    Football - Ligue 2: Une journée explosive    Oum El Bouaghi : 5 morts dans un accident de la route    Préparatifs de la saison estivale: Lancement prochain de la formation des administrateurs des plages    Lutte contre le commerce des stupéfiants: Quatre dealers arrêtés et saisie de psychotropes et d'armes blanches    Fin de mission pour Mouad Bouchareb    Lutte à couteaux tirés pour l'accession    Asma Ben Messaoud désignée DTN de la FASM    Manifestations devant le QG de l'armée    Les tentatives ciblant la stabilité de l'Algérie ont néchoué et vont encore échouer    La date sera fixée dimanche    Sonatrach augmente la production de carburants    Un film algérien sélectionné au Festival de Cannes 2019    Exposition « L'Afrique à la mode » jusqu'au 25 juillet à Alger    Chlef : Le départ de Belaiz ne suffit pas    Bab El Oued(Alger).. Cinq marchés de proximité seront ouverts    Sidi Bel Abbés.. Légère baisse des accidents de la route    Fédération des sports mécaniques.. Asma Ben Messaoud désignée DTN    Sport scolaire.. Cinq accords de coopération avec des fédérations sportives    Libye.. Les combats continuent    Boumerdès.. De nouveaux projets pour relancer l'artisanat    Poutine rencontrera le président nord-coréen    Les Soudanais exigent un pouvoir civil    Gaïd Salah à partir de la 4e région militaire : «Les tentatives de déstabilisation ont échoué et vont échouer»    UGTA : Sidi Saïd dément sa démission    «La précédente Constituante n'a empêché ni les abus ni l'instabilité constitutionnelle»    Pour éviter la déstabilisation, pour une sortie rapide de la crise politique en Algérie : sept (07) propositions    1,033 milliard m3 lâchés du barrage de Béni Haroun    Plus de 6.600 qx d'agrumes transformés en conserves    MARCHE DE L'EMPLOI : Plus de 8000 nouveaux postes créés à Oran    Collision entre un camion et un véhicule à fait 5 morts    L'Afrique du Sud réitère son soutien constant aux peuples sahraoui et palestinien    Trump a donné l'ordre de limoger Robert Mueller    Papicha de Mounir Meddour en lice    Souidani Boudjemaâ, toujours un modèle pour les jeunes    Cœur de lumière    L'AUTRE FACE SI MERVEILLEUSE DU ‘'HIRAK'' : Mostaganem s'offre une superbe ‘'toilette''    On pourrait dire presque spontanément que le prix Nobel de la paix revient de droit au peuple algérien    Handi-basket : Les trois premières journées reprogrammées    Avril 1980, catalyseur des luttes pacifiques    Pour une authentique «République» «algérienne» «démocratique» et «populaire»    Forum Russie-Monde arabe: La sécurité et la stabilité en tête des priorités    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les "endettés" de l'Ansej ne seront pas poursuivis en justice
Selon le ministre du travail
Publié dans Le Midi Libre le 27 - 01 - 2019

Pas moins de 1.207.539 emplois directs ont été créés, grâce au financement de 532.451 micro-entreprises, depuis le lancement des dispositifs de l'Agence nationale de soutien à l'emploi des jeunes (Ansej), et de la Caisse nationale d'assurance chômage (CNAC), a indiqué hier à Alger, le ministre du Travail, de l'Emploi et de la Sécurité sociale, Mourad Zemali.
Pas moins de 1.207.539 emplois directs ont été créés, grâce au financement de 532.451 micro-entreprises, depuis le lancement des dispositifs de l'Agence nationale de soutien à l'emploi des jeunes (Ansej), et de la Caisse nationale d'assurance chômage (CNAC), a indiqué hier à Alger, le ministre du Travail, de l'Emploi et de la Sécurité sociale, Mourad Zemali.
Le ministre, qui intervenait à l'ouverture de la rencontre nationale desDirecteurs de wilayas des dispositifsANSEJ et CNAC, a précisé que pour laseule année écoulée, 22.450 emploisdirects ont été créés, au lancement des projets,grâce au financement de 9.009 microentreprises,dont 5.535 dans le cadre del'ANSEJ ayant permis la création de13.852 emplois.Ceci, sachant que le financement de
l'ensemble des projets de l'ANSEJ en 2017 (4.406), s'est effectué à travers les remboursementsdes crédits, alors qu'en 2018,les projets financés par ce moyen ontconstitué 74 % de la totalité des microentreprisescréées.Le remboursement des prêts accordés dansle cadre de ce dispositif a été, quant à lui,de l'ordre de 84% en 2018, a-t-il ajouté.S'agissant de la nature des activités, leministre a fait état du "recul" des services,passant de 86 % de l'ensemble des projetsfinancés en 2011, à 20% en 2017 puis à17 % en 2018 et ce, dans le cadre del'ANSEJ.En revanche, les projets se rapportant à l'agriculture, la pêche, les travaux publics et l'industrie ont enregistré une évolution, passant de 31 % en 2011 à 67 % en 2017,puis à 69 % en 2018.
Quant au profil des bénéficiaires des crédits en question, le ministre s'est réjoui que la part des diplômés du secteur de la Formation professionnelle soit passée de16 % en 2011 à 61 % en 2018, alors quecelle des universitaires est passée de 7 % en 2011 à 36 % en 2018.Abordant le volet inhérent au taux definancement, M. Zemali a affirmé que, pour l'ANSEJ, l'ensemble des projetsfinancés à hauteur de 5 millions de DA a représenté 83 % du total des projets, dont10 % avec un montant inférieur à 1 millionDA, 26% avec des montants comprisentre 1 et 2 millions DA, 46 % financés entre 2 et 5 millions DA et 17 % financésentre 5 et 10 millions DA.
Pas de "poursuites judicaires" contre les bénéficiaires
Tout en réaffirmant que "la majorité des jeunes bénéficiaires de crédits ont déjà remboursé ou sont en train de le faire et, pourcertains, par anticipation", M. Zemali a,par ailleurs, tenu à "démentir les rumeurs"faisant état de "poursuites judiciaires" àl'encontre de ceux qui n'ont pu rembourserleurs prêts dans les délais réglementaires,notant que les services de son Départementministériel oeuvrent, "en concertation avecles responsables des banques, à aider lesjeunes à trouver des solutions pratiques àleurs difficultés".Le ministre a réitéré "la disponibilité" despouvoirs publics à "accompagner" lesjeunes, à travers des dispositions "qui necontredisent pas la logique économique",sur laquelle se basent ces dispositifs,citant le "rééchelonnement" du délai de remboursement,
ainsi que la "révision" despénalités de retard et des taux bancaires.Dans ce sens, il a convié les concernés àse rapprocher des services de l'ANSEJ etde la CNAC, afin de pouvoir "relancer" activités, considérant, toutefois, quele "plus important acquis" réalisé grâce àces dispositifs a été d'inculquer aux jeunes"l'esprit d'initiative, d'entrepreunariat et d'audace". S'adressant aux responsables locaux encharge de la mise en oeuvre de ces deux dispositifs,il les a conviés à encouragerl'emploi des jeunes et la création de microentreprises,tout en prenant en considération"les moyens économiques ainsi queles besoins" de leurs wilayas respectives.
Le ministre, qui intervenait à l'ouverture de la rencontre nationale desDirecteurs de wilayas des dispositifsANSEJ et CNAC, a précisé que pour laseule année écoulée, 22.450 emploisdirects ont été créés, au lancement des projets,grâce au financement de 9.009 microentreprises,dont 5.535 dans le cadre del'ANSEJ ayant permis la création de13.852 emplois.Ceci, sachant que le financement de
l'ensemble des projets de l'ANSEJ en 2017 (4.406), s'est effectué à travers les remboursementsdes crédits, alors qu'en 2018,les projets financés par ce moyen ontconstitué 74 % de la totalité des microentreprisescréées.Le remboursement des prêts accordés dansle cadre de ce dispositif a été, quant à lui,de l'ordre de 84% en 2018, a-t-il ajouté.S'agissant de la nature des activités, leministre a fait état du "recul" des services,passant de 86 % de l'ensemble des projetsfinancés en 2011, à 20% en 2017 puis à17 % en 2018 et ce, dans le cadre del'ANSEJ.En revanche, les projets se rapportant à l'agriculture, la pêche, les travaux publics et l'industrie ont enregistré une évolution, passant de 31 % en 2011 à 67 % en 2017,puis à 69 % en 2018.
Quant au profil des bénéficiaires des crédits en question, le ministre s'est réjoui que la part des diplômés du secteur de la Formation professionnelle soit passée de16 % en 2011 à 61 % en 2018, alors quecelle des universitaires est passée de 7 % en 2011 à 36 % en 2018.Abordant le volet inhérent au taux definancement, M. Zemali a affirmé que, pour l'ANSEJ, l'ensemble des projetsfinancés à hauteur de 5 millions de DA a représenté 83 % du total des projets, dont10 % avec un montant inférieur à 1 millionDA, 26% avec des montants comprisentre 1 et 2 millions DA, 46 % financés entre 2 et 5 millions DA et 17 % financésentre 5 et 10 millions DA.
Pas de "poursuites judicaires" contre les bénéficiaires
Tout en réaffirmant que "la majorité des jeunes bénéficiaires de crédits ont déjà remboursé ou sont en train de le faire et, pourcertains, par anticipation", M. Zemali a,par ailleurs, tenu à "démentir les rumeurs"faisant état de "poursuites judiciaires" àl'encontre de ceux qui n'ont pu rembourserleurs prêts dans les délais réglementaires,notant que les services de son Départementministériel oeuvrent, "en concertation avecles responsables des banques, à aider lesjeunes à trouver des solutions pratiques àleurs difficultés".Le ministre a réitéré "la disponibilité" despouvoirs publics à "accompagner" lesjeunes, à travers des dispositions "qui necontredisent pas la logique économique",sur laquelle se basent ces dispositifs,citant le "rééchelonnement" du délai de remboursement,
ainsi que la "révision" despénalités de retard et des taux bancaires.Dans ce sens, il a convié les concernés àse rapprocher des services de l'ANSEJ etde la CNAC, afin de pouvoir "relancer" activités, considérant, toutefois, quele "plus important acquis" réalisé grâce àces dispositifs a été d'inculquer aux jeunes"l'esprit d'initiative, d'entrepreunariat et d'audace". S'adressant aux responsables locaux encharge de la mise en oeuvre de ces deux dispositifs,il les a conviés à encouragerl'emploi des jeunes et la création de microentreprises,tout en prenant en considération"les moyens économiques ainsi queles besoins" de leurs wilayas respectives.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.