Metz : Boulaya fait son retour face au PSG    300 milliards de dinars en deux ans    La mise au net de Amar Belani à l'ambassadeur du Maroc    L'ONU très inquiète des expulsions d'Haïtiens par Washington    Une demi-victoire pour Trudeau, réélu mais toujours minoritaire    Quelles prérogatives pour les élus ?    Niger-Algérie à Niamey à 17h    Séminaire pour les arbitres d'élite    15 joueurs déjà engagés    NAÂMA, MOSTAGANEM, RELIZANE , EL-TARF , JIJEL    Un pas vers l'école numérique    1 mort et 14 blessés    Hatab Sarajevo traduit en anglais    Focus sur le cinéma espagnol contemporain    La crédibilité se gagne sur le terrain, pas dans les communiqués de condoléances !    La justice se saisit du dossier    Mustapha Bendjama de nouveau devant la justice d'Annaba    "Le remaniement de l'effectif de la JSK peut être un avantage pour les FAR"    Un stage en Tunisie pour préparer l'Asec Mimosa    Un sénateur du FFS exige la libération des détenus politiques    Tentative de putsch avortée au Soudan    Le Parlement vote une motion de censure contre le gouvernement    Inondations et villes bloquées    La forêt, un gisement inexploité    Saïed maintient les mesures d'exception    Les prix poursuivent leur hausse    877 employeurs concernés à M'sila    Rencontre avec Saïd Boutadjine autour de l'oeuvre katébienne    «Un centre de recherche dédié à la science et à la technologie en projet»    Tipaza: L'autoroute Bou Ismaïl-Zeralda fermée à cause de la pluie    Suppression des pénalités de retard des cotisations à la CASNOS    Où sont passés les indépendants ?    Le SNAPO met en garde: Réticence des citoyens à se faire vacciner     Tebboune reçoit un appel téléphonique de Macron    Quel avenir pour les entreprises publiques ?    Quelle solution outre que la révision des salaires ?    Koeman tire sur ses joueurs    Des dépotoirs à ciel ouvert    Tebboune tient son engagement    Le gouvernement impulse une nouvelle dynamique    Le retour du FFS    Des partis politiques à la traine    un conseil national du tourisme?    Intense activité pour Lamamra à New York    L'événement est reporté pour le 2 octobre    Appel à candidatures    Ces chanteuses kabyles qui ont bravé les tabous    Le FFS appelle à renforcer les prérogatives des élus locaux    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Les députés en colère
Groupes parlementaires de l'opposition
Publié dans Le Midi Libre le 26 - 02 - 2019

Hier à l'APN les groupes parlementaires de l'opposition étaient très remontés contre le gouvernement et AhmedOuyahia, qui a présenté hier la déclaration de politiquegénérale, était vraiment attendu de pied ferme.
Hier à l'APN les groupes parlementaires de l'opposition étaient très remontés contre le gouvernement et AhmedOuyahia, qui a présenté hier la déclaration de politiquegénérale, était vraiment attendu de pied ferme.
Ce rugissement des députés de l'opposition intervenaitjuste quelques jours après les manifestations de vendredidernier réclamant le changement. Autant dire qu'il y avait,
tant à l'intérieur de l'hémicycle que dans les couloirs de lachambre basse une véritable tension où les députés del'opposition et ceux affiliés à la majorité parlementairerivalisaient de déclarations pour défendre leurs positionssur les derniers développements survenus sur la scènenationale. Dans ce registre les députés du FFS ont étéceux qui se sont les plus distingués. Ils ont en effet tenusun rassemblement en brandissant des pancartes pourdénoncer ce qu'ils ont appelés la "mascarade électorale" du18 avril prochain.Le FFS a, pour rappel, appelé au boycott de l'électionprésidentielle et, hier, ses députés ont réitéré avec force cette position transcrite dans la déclaration qu'ils ontrendu publique.
Les députés du FFS ont apporté leurs soutiens aux dernièresmanifestations organisées un peu partout sur l'ensembledu territoire. "Nous sommes avec les marchespacifiques car nous sommes pour le changement pacifique"a indiqué Djamel Baloul ajoutant que "nous ne voulonspas qu'il y ait des dérapages". De son côté NacerHamdadouche, chef du groupe parlementaire du MSP, n'a pas manqué de critiquer la déclaration de politique généraleindiquant que le Premier ministre n'a pas fait un bilan de l'année dernière, mais un bilan depuis l'année 1999. Il a bien sûr réaffirmé le soutien de son parti aux dernièresmanifestations pacifiques en précisant que les militants du MSP y ont participé.
Lakhdar Benkhalaf, député du FJD, a lui aussi critiqué le bilan présenté par Ouyahia en indiquantqu'il s'agit plutôt d'un bilan qui entre dans le cadre de la campagne électorale. "Nous sommes avec les manifestations pacifiques" a-t-il ajouté en précisant que lesmilitants de son parti ont pris part aux marches de vendredi dernier. Ramdane Taazibt du Parti des travailleurs a abondé dans le même sens. Dans une déclaration à lapresse il a reproché au Premier ministre d'avoir totalement occulté les vrais messages transmis par les manifestants.Comme d'ailleurs il l'a accusé d'avoir présenté un bilan idyllique puisqu'il a présenté une situation paradisiaquealors que la réalité et tout autre.
Ce rugissement des députés de l'opposition intervenaitjuste quelques jours après les manifestations de vendredidernier réclamant le changement. Autant dire qu'il y avait,
tant à l'intérieur de l'hémicycle que dans les couloirs de lachambre basse une véritable tension où les députés del'opposition et ceux affiliés à la majorité parlementairerivalisaient de déclarations pour défendre leurs positionssur les derniers développements survenus sur la scènenationale. Dans ce registre les députés du FFS ont étéceux qui se sont les plus distingués. Ils ont en effet tenusun rassemblement en brandissant des pancartes pourdénoncer ce qu'ils ont appelés la "mascarade électorale" du18 avril prochain.Le FFS a, pour rappel, appelé au boycott de l'électionprésidentielle et, hier, ses députés ont réitéré avec force cette position transcrite dans la déclaration qu'ils ontrendu publique.
Les députés du FFS ont apporté leurs soutiens aux dernièresmanifestations organisées un peu partout sur l'ensembledu territoire. "Nous sommes avec les marchespacifiques car nous sommes pour le changement pacifique"a indiqué Djamel Baloul ajoutant que "nous ne voulonspas qu'il y ait des dérapages". De son côté NacerHamdadouche, chef du groupe parlementaire du MSP, n'a pas manqué de critiquer la déclaration de politique généraleindiquant que le Premier ministre n'a pas fait un bilan de l'année dernière, mais un bilan depuis l'année 1999. Il a bien sûr réaffirmé le soutien de son parti aux dernièresmanifestations pacifiques en précisant que les militants du MSP y ont participé.
Lakhdar Benkhalaf, député du FJD, a lui aussi critiqué le bilan présenté par Ouyahia en indiquantqu'il s'agit plutôt d'un bilan qui entre dans le cadre de la campagne électorale. "Nous sommes avec les manifestations pacifiques" a-t-il ajouté en précisant que lesmilitants de son parti ont pris part aux marches de vendredi dernier. Ramdane Taazibt du Parti des travailleurs a abondé dans le même sens. Dans une déclaration à lapresse il a reproché au Premier ministre d'avoir totalement occulté les vrais messages transmis par les manifestants.Comme d'ailleurs il l'a accusé d'avoir présenté un bilan idyllique puisqu'il a présenté une situation paradisiaquealors que la réalité et tout autre.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.