Les femmes-mères travailleuses entre le four et le moulin    1 500 milliards de DA hors circuit    Pas d'impacts de la crise financière    Pour l'annulation des poursuites judiciaires    Varsovie attend des excuses d'Israël    Le sénateur démocrate Bernie Sanders annonce sa candidature pour 2020    Pauvre Finkielkraut    Le Gambien Bakary Gassama au sifflet    Feghouli et Bennacer dans le Onze type africain de la semaine    Les présidents de l'ASAM et l'O Médéa suspendus    Le plan de Benghabrit pour faire face à la grève    Violences contre les femmes et trafic de drogue en hausse    Gâteau renversé aux agrumes    La « main étrangère » au service du régime illégitime d'Alger durant la « sale guerre ».    Rachid Mokhtari publie La Guerre d'Algérie dans le roman français    L'Orchestre symphonique de la ville d'Oran donne son premier concert    L'éclipse    Liberté de la presse : Le Maroc renoue avec les méthodes de barbouzes    Aïn El Hammam : Un commerce informel encombrant    Boufarik : 32 Omras octroyées par l'association Ennour    Opposition unie, un rêve ?    Tiaret: Un réseau de vol de véhicules démantelé    EN - La liste des joueurs à retenir: Un casse-tête pour Belmadi    Ligue 2 - Probabilités de relégation: Le temps de la calculette est arrivé !    UMA et sociétés civiles: «Laisser le règlement du problème du Sahara Occidental aux Nations unies»    Le vendredi de tous les dangers    Boumerdès: Un véhicule de transport de fonds attaqué, 15 milliards volés    Le mot du Chahid à ces gens-là...    Sebaâ et Haniched renforcent la DTS    Les acteurs politiques face aux risques de dérapages    «L'assiette destinée au centre de formation du club est prête»    Trois médailles, dont une en or, pour l'Algérie    Le développement de l'Afrique, un enjeu géostratégique au XXIe siècle»    Avec Ooredoo, suivez votre consommation d'eau sur votre mobile grâce au nouveau service exclusif «SEAAL Mobile»    Comment renforcer les capacités des bureaux d'hygiène    Les acquis enregistrés grâce à l'unité et la détermination du peuple sahraoui    La Ligue arabe condamne les prélèvements par l'occupant israélien sur les revenus d'impôts palestiniens    Retour des «djihadistes», un vrai casse-tête pour les autorités françaises    Où est le programme ?    Une cache contenant des armes et des munitions découverte à Tamanrasset    Exportation de 860.000 œufs vers la Libye    Influence de la cuisine orientale sur la cuisine européenne du Moyen-âge    Bedoui dénonce des tentatives de "gâcher" l'élection    Formation professionnelle : Réception de 40 nouveaux établissements pour la rentrée de février    17 personnes décédées et 1.242 autres blessées en une semaine    Déclaration de politique générale : M. Ouyahia la présentera lundi prochain devant l'APN    Augmentation de la bourse et suppression des réfectoires    Projection de "Maintenant, ils peuvent venir"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Ouyahia bientôt face aux députés
Déclaration de politique générale
Publié dans Le Midi Libre le 21 - 11 - 2018

Les députés, notamment ceux des groupes parlementairesde l'opposition, n'ont eu decesse d'appeler le Premierministre à respecter laConstitution et à souscrire,ainsi, à ses obligationsconstitutionnelles.
Les députés, notamment ceux des groupes parlementairesde l'opposition, n'ont eu decesse d'appeler le Premierministre à respecter laConstitution et à souscrire,ainsi, à ses obligationsconstitutionnelles.
Le Premier ministre, Ahmed Ouyahia, sera-t-il bientôt face aux députés pourprésenter le bilan de l'action du gouvernement? Selon certaines sources parlementaires,le Premier ministre fera ledéplacement du palais du Docteur-Saâdane à l'APN.La date n'a pas encore été fixée mais toutporte à croire que ce sera probablementdans une quinzaine de jours, en tout casdurant le mois de décembre.Les députés, notamment ceux des groupesparlementaires de l'opposition, n'ont eu decesse d'appeler le Premier ministre à respecterla Constitution et à souscrire, ainsi,
à ses obligations constitutionnelles.En effet c'est la Constitution qui oblige lePremier ministre à présenter devant lesdeux chambres du Parlement la déclarationde politique générale, synonyme d'unbilan de l'action annuelle de l'exécutif. Le"gouvernement doit présenter annuellementà l'Assemblée populaire nationale,une déclaration de politique générale. Ladéclaration de politique générale donne lieuà débat sur l'action du gouvernement. Ce débat peut s'achever par une résolution. Ilpeut également donner lieu au dépôt d'unemotion de censure par l'Assemblée populairenationale", indique, en effet, l'article 98 de la loi fondamentale.Ce même article précise que "le Premierministre peut demander à
l'Assembléepopulaire nationale un vote de confiance.Si la motion de confiance n'est pas votée,le Premier ministre présente la démissiondu Gouvernement". Le même article disposeque "le gouvernement peut égalementprésenter au Conseil de la Nation unedéclaration de politique générale".C'est dire combien l'écueil de l'APN pourrait s'avérer fatal pour Ahmed Ouyahia, même si cette éventualité d'une motion de censure parait improbable etd'ailleurs jamais les chefs de gouvernement ou les Premiers ministres n'ont eu à la subir par le passé. Il est par contre presque certain que la déclaration de politiquegénérale passera comme une lettre àla poste. Les députés de la majorité parlementaire,qui se recrutent essentiellementau sein du FLN et du RND, le parti duPremier ministre, disposent de la majoritéabsolue à l'APN.
Ce d'autant qu'ils seront aussi largement épaulés par leurs pairs duMPA, de TAJ et des indépendants. Les groupes parlementaires de la majoritéparlementaire ont toujours fait chorus derrièrel'exécutif. En effet, discipline etconsignes obligent, ils pourront tout au plus faire quelques remarques sur certaines insuffisances, maispas plus. Ce d'autant qu'Ahmed Ouyahia n'est que le coordinateur d'un gouvernement qui applique à la lettre le programme du présidentde la République.Ouyahia aura ainsi l'opportunité de défendre l'action du gouvernement et les réalisations accomplies durant une année. Il ne manquera pas aussi, estiment d'ores et déjàde nombreux observateurs, de faire un élogieuxbilan des quatres mandats duPrésident Bouteflika et des différents programmes mis en oeuvre depuis 1999.
Ce sera aussi une belle occasion pour les députés de l'opposition de critiquer à tout va le bilan du gouvernement. Dans un contexte politique particuliermarqué par de sourdes luttes en perspectivede la prochaine élection présidentielle,opposition et majorité vont se livrer à degrandes joutes oratoires.Notons qu'Ahmed Ouyahia a présenté le plan d'action du gouvernement au mois de septembre 2017.
Le Premier ministre, Ahmed Ouyahia, sera-t-il bientôt face aux députés pourprésenter le bilan de l'action du gouvernement? Selon certaines sources parlementaires,le Premier ministre fera ledéplacement du palais du Docteur-Saâdane à l'APN.La date n'a pas encore été fixée mais toutporte à croire que ce sera probablementdans une quinzaine de jours, en tout casdurant le mois de décembre.Les députés, notamment ceux des groupesparlementaires de l'opposition, n'ont eu decesse d'appeler le Premier ministre à respecterla Constitution et à souscrire, ainsi,
à ses obligations constitutionnelles.En effet c'est la Constitution qui oblige lePremier ministre à présenter devant lesdeux chambres du Parlement la déclarationde politique générale, synonyme d'unbilan de l'action annuelle de l'exécutif. Le"gouvernement doit présenter annuellementà l'Assemblée populaire nationale,une déclaration de politique générale. Ladéclaration de politique générale donne lieuà débat sur l'action du gouvernement. Ce débat peut s'achever par une résolution. Ilpeut également donner lieu au dépôt d'unemotion de censure par l'Assemblée populairenationale", indique, en effet, l'article 98 de la loi fondamentale.Ce même article précise que "le Premierministre peut demander à
l'Assembléepopulaire nationale un vote de confiance.Si la motion de confiance n'est pas votée,le Premier ministre présente la démissiondu Gouvernement". Le même article disposeque "le gouvernement peut égalementprésenter au Conseil de la Nation unedéclaration de politique générale".C'est dire combien l'écueil de l'APN pourrait s'avérer fatal pour Ahmed Ouyahia, même si cette éventualité d'une motion de censure parait improbable etd'ailleurs jamais les chefs de gouvernement ou les Premiers ministres n'ont eu à la subir par le passé. Il est par contre presque certain que la déclaration de politiquegénérale passera comme une lettre àla poste. Les députés de la majorité parlementaire,qui se recrutent essentiellementau sein du FLN et du RND, le parti duPremier ministre, disposent de la majoritéabsolue à l'APN.
Ce d'autant qu'ils seront aussi largement épaulés par leurs pairs duMPA, de TAJ et des indépendants. Les groupes parlementaires de la majoritéparlementaire ont toujours fait chorus derrièrel'exécutif. En effet, discipline etconsignes obligent, ils pourront tout au plus faire quelques remarques sur certaines insuffisances, maispas plus. Ce d'autant qu'Ahmed Ouyahia n'est que le coordinateur d'un gouvernement qui applique à la lettre le programme du présidentde la République.Ouyahia aura ainsi l'opportunité de défendre l'action du gouvernement et les réalisations accomplies durant une année. Il ne manquera pas aussi, estiment d'ores et déjàde nombreux observateurs, de faire un élogieuxbilan des quatres mandats duPrésident Bouteflika et des différents programmes mis en oeuvre depuis 1999.
Ce sera aussi une belle occasion pour les députés de l'opposition de critiquer à tout va le bilan du gouvernement. Dans un contexte politique particuliermarqué par de sourdes luttes en perspectivede la prochaine élection présidentielle,opposition et majorité vont se livrer à degrandes joutes oratoires.Notons qu'Ahmed Ouyahia a présenté le plan d'action du gouvernement au mois de septembre 2017.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.