Eliminatoires de la CAN 2021: L'Algérie connait ses adversaires    Bahloul échoue aux élections du conseil exécutif de la CAF    Amar Ghoul placé en détention provisoire à la prison d'El Harrach    L'état de santé de Lakhdar Bouregâa inquiète ses avocats    Sonelgaz recourt à l'emprunt international    «Les pays émergents doivent leur essor au secteur privé producteur de richesses»    Trump accusé de racisme par le Congrès    13 personnalités proposées pour le dialogue    Sit-in devant la cour d'Alger pour la libération des détenus : La solidarité s'élargit    A la conquête de la seconde étoile !    Vendredi particulier en Algérie et au Caire    Baccalauréat 2019 : Les résultats connus aujourd'hui    Relogement de 71 familles    Arrestation de plusieurs malfaiteurs dans différentes localités    Arrestation de trois étudiants en flagrant délit de chantage    Révolution populaire : mémoire, identité et avatars constitutionnels    ACTUCULT    La mise en œuvre de l'Accord d'Alger sur le Mali toujours «en cours»    «La SPA Soprovi est le seul opérateur agréé dans le montage des véhicules en Algérie»    La France se dote d'un commandement de l'espace    La protection de l'enfance, «une responsabilité collective»    Brèves de Boumerdès    Oran : Un vaste réseau de trafiquants de véhicules démantelé    La campagne lancée à la veille du match de la finale de la CAN    Des personnalités conduiront le processus    Concours Cheikh Abdelhamid Benbadis    Bouira retrouve son ambiance nocturne    Village Sahel (Bouzeguène) : Ouverture, demain, du Festival Raconte-arts    LE JUSTE MILIEU    ASMO - Malgré les instructions du wali: Le bricolage se poursuit    Des habitants tirent la sonnette d'alarme: Oran impuissante face aux chiens errants !    Doit-on s'inquiéter du mode de gouvernance de Sonatrach ?    A quand le «provisoire» de ce «gouvernement» ?    Transition, débat politique et euphorie footballistique : mobilisations collectives et fluidité politique    Des points de vente pour l'approvisionnement des boulangers: 33 minoteries fermées à Oran    Chlef: Du nouveau pour les chemins communaux    La footballisation des esprits ou la défaite de la pensée    Algérie : «Pour enchaîner les peuples, on commence par les endormir»*    L'épuration ou le crime d'« indignité nationale »    Pour accompagner la dynamique nationale de développement : Nécessité de renforcer la production de l'énergie électrique    Récompense : Des tablettes des avancées technologiques du jeu remises aux quarts-de-finaliste    Niqab en Tunisie: "Montrez-moi patte blanche ou je n'ouvrirai point"    Saisie en 2012 : L'OMC donne raison à la Chine contre les USA    Syrie : Les combats s'intensifient à Idleb aggravant la situation humanitaire    Banques : Wells Fargo accroît son bénéfice, la marge d'intérêts sous pression    Le calvaire des usagers    Les 13 personnalités du Forum civil    Les élues démocrates répondent à Trump    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Une grève et des appréhensions
L'activité commerciale au ralenit
Publié dans Le Midi Libre le 11 - 03 - 2019

Les appels anonymes à une grève générale ont finalementeu un grand écho. En effet, lemot d'ordre à cette action deprotestation a été, dans une large mesure, suivi.
Les appels anonymes à une grève générale ont finalementeu un grand écho. En effet, lemot d'ordre à cette action deprotestation a été, dans une large mesure, suivi.
Un peu partout sur l'ensemble du pays, nombreux étaient les commerces qui ont baissé les rideaux.
L'activité commerciale était complètementà l'arrêt, dans de nombreuses villes et villagesdu pays.
Les villes du pays se sontréveillées hier matin, sans boulangeries,ni cafés qui ont ouvert.Les moyens de transport des voyageurs sesont fait rares.À Alger, Boumerdès, Béjaia, Annaba, Constantine et dans bien d'autres villes dupays, ce sont les mêmes images avec lafermeture de la majorité des magasins,notamment dans les grandes artères et boulevards.Tous les magasins ouverts,comme c'est le cas des boulangeries, ont été pris d' assaut par les consommateurs...A Alger, la plupart des boutiques de la rue
Didocuche Mourad étaient fermées. C'étaitaussi le même cas dans les rues Larbi BenM'hidi et Hassiba Benbouali.Les bus de l'Etusa ont totalement disparu,alors que les bus du privé se sont faitsrares, notamment sur certaines dessertes. Les taxis, moins nombreux que d'habitude il est vrai, ont alors été pris d'assaut, étant le seul moyen de locomotion. Beaucoup de travailleurs d'entreprises publiques ou privées, ont débrayé. Le port pétrolier de Bejaia a été paralysé par la grève, et les travailleurs de Cevital ont suivi le mouvement de grève. Le syndicat du groupe SNVI apporte son soutien au mouvement populaire, appelle à une grève de 4 jours, à partir de ce lundi.
Le taux de suivi du mot d'ordre est globalement mitigé. Sur les réseaux sociaux, les appels à ne pas aller vers ce moyen de lutte extrême se multiplient. Ils émanent de personnalités fortement impliquées dans le mouvement de contestation, comme l'avocat Mustapha Bouchachi qui a fait part de sa crainte de voir la désobéissance civile diviser le peuple, jusque-là uni, que ce soit autour des objectifs ou des moyens d'action. En effet, d'aucuns se sont interrogés sur la finalité de cette action ultime, sachant que les Algériens vont subir les retombées négatives.
Un peu partout sur l'ensemble du pays, nombreux étaient les commerces qui ont baissé les rideaux.
L'activité commerciale était complètementà l'arrêt, dans de nombreuses villes et villagesdu pays.
Les villes du pays se sontréveillées hier matin, sans boulangeries,ni cafés qui ont ouvert.Les moyens de transport des voyageurs sesont fait rares.À Alger, Boumerdès, Béjaia, Annaba, Constantine et dans bien d'autres villes dupays, ce sont les mêmes images avec lafermeture de la majorité des magasins,notamment dans les grandes artères et boulevards.Tous les magasins ouverts,comme c'est le cas des boulangeries, ont été pris d' assaut par les consommateurs...A Alger, la plupart des boutiques de la rue
Didocuche Mourad étaient fermées. C'étaitaussi le même cas dans les rues Larbi BenM'hidi et Hassiba Benbouali.Les bus de l'Etusa ont totalement disparu,alors que les bus du privé se sont faitsrares, notamment sur certaines dessertes. Les taxis, moins nombreux que d'habitude il est vrai, ont alors été pris d'assaut, étant le seul moyen de locomotion. Beaucoup de travailleurs d'entreprises publiques ou privées, ont débrayé. Le port pétrolier de Bejaia a été paralysé par la grève, et les travailleurs de Cevital ont suivi le mouvement de grève. Le syndicat du groupe SNVI apporte son soutien au mouvement populaire, appelle à une grève de 4 jours, à partir de ce lundi.
Le taux de suivi du mot d'ordre est globalement mitigé. Sur les réseaux sociaux, les appels à ne pas aller vers ce moyen de lutte extrême se multiplient. Ils émanent de personnalités fortement impliquées dans le mouvement de contestation, comme l'avocat Mustapha Bouchachi qui a fait part de sa crainte de voir la désobéissance civile diviser le peuple, jusque-là uni, que ce soit autour des objectifs ou des moyens d'action. En effet, d'aucuns se sont interrogés sur la finalité de cette action ultime, sachant que les Algériens vont subir les retombées négatives.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.