Des aliments sains à consommer avant de faire du sport    Aïn Témouchent : Le flou entoure la centrale électrique de Terga    Retards dans la réalisation de projets sportifs : Des mises en demeure adressées aux entreprises et bureaux d'études    Juventus : Ronaldo déterminant pour la signature de De Ligt ?    Saison estivale 2019 : Aménagement de 62 plages autorisées à la baignade    Nouvelles de l'Ouest    Le secteur de la santé à Chlef : Beaucoup d'argent consommé sans impact sur la population    Le coup de com de D. Trump    Alger : Rassemblement pour la libération de manifestants détenus    Affaire KIA: Youcef Yousfi auditionné par la Cour suprême    Conseil de la nation: La demande de levée de l'immunité parlementaire de Amar Ghoul à l'étude    Equipe nationale: Pouvait mieux faire !    Chambre de commerce et de l'industrie de l'Oranie - CCIO: La commission ad-hoc des JM 2021 installée    Groupe F : Ghana-Bénin, aujourd'hui à 21h00: Les Black Stars à la recherche de leur passé    Tébessa: Cinq personnes écrouées pour une affaire de 730 milliards    SDC-Sonelgaz de Tlemcen: Le président de la commission des marchés publics devant la justice    Le PDG de Sonelgaz à Oran: Deux nouveaux directeurs de distribution installés à Oran et Es-Senia    L'ARBRE DESSECHE    Le drapeau    Avec Uptis : Michelin lance le pneu increvable    APN : Examen de la levée de l'immunité parlementaire de Boudjemaa Talaï    Libye: Le président du Conseil social des tribus Touareg salue les efforts de l'Algérie    Fiba-Afrique : Le Mozambicain Anibal Manave nouveau président    Analyse : Paix et sécurité en Afrique pour les nuls…et les plus avertis    Pour "réduire leur dépendance envers Moscou" : Les USA veulent accorder des prêts aux pays de l'Otan    Raison d'Etat    Un fonctionnaire de la direction de l'Action locale arrêté en flagrant délit de corruption    Protection des plages contre la pollution    Les moustiques posent un problème de santé publique pour les habitants    Energies renouvelables : L'Algérie s'est dotée d'une stratégie "ambitieuse" pour son développement    Forum des chefs d'entreprises (FCE): Mohamed Sami Agli élu nouveau président    Les études se poursuivent pour la reconversion de la prison de Serkadji en musée public    Levée de l'immunité parlementaire du député Boudjemaa Talai et du sénateur Amar Ghoul    L'Etat à la rescousse    Can 2019 Les verts réussissent leurs débuts    Un médecin placé en détention provisoire    Baisse "importante" des quantités en mai 2019    L'opposant Abdourahman Guelleh a pu quitter le pays    Mustang Shelby GT 500, un V8 de…770 chevaux !    Speedy Algérie : Promo vacances sur les pneus, freins et cli    L'Algérien Toufik Hamoum à latête d'un conseil technique de l'Unesc    L'Iran a utilisé le système Sol-Air Khordad pour abattre le drone de reconnaissance Furtif US RQ-4A    Rassemblement devant le tribunal de Sidi M'hamed pour réclamer la libération des manifestants détenus à El Harrach    Déclaration    Lounès Matoub, la révolution dans l'âme    Paroles et images de femmes    Lancement au Maroc d'une exposition itinérante    Les études se poursuivent pour la reconversion de la prison de Serkadji en musée    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les Algériens maintiennent la pression
Sixiéme vendredi de manifestations
Publié dans Le Midi Libre le 30 - 03 - 2019

Les Algériens sont de nouveau sortis en masse, pour manifester contre le système politique et exiger le changement radical.
Les Algériens sont de nouveau sortis en masse, pour manifester contre le système politique et exiger le changement radical.
Par centaines de milliers, voire par millions, ils ont en effet investi lesrues et places, de toutes les villes dupays. Pour le sixième vendredi de suite,sans pour autant fléchir. La mobilisationpacifique, des foules très déterminés, esttoujours de mise, dans une ambiance festivede surcroit.L'acte VI de ces manifestations, entamées pour rappel, le 22 février dernier, intervientaprès la proposition émise par lechef d'Etat major de l'ANP.
Ahmed GaidSalah a, en effet, proposé mardi dernier,l'application de l'article 102 de laConstitution en considérant qu'il est àmême de constituer la solution à la criseque vit le pays, suite à cette mobilisationdes Algériens qui revendiquent le départ del'ensemble du système politique en place.L'application de l'article 102 suppose,notamment, dans un de ses alinéas, ladémission du président Bouteflika et sonremplacement par le président du Conseilde la nation, Abdelkader Bensalah, pourune période de 90 jours.Une proposition sur laquelle, comme onl'a déjà constaté à travers les réactions despartis politiques, des associations de lasociété civile et des personnalités, les avissont partagés tant il y'a des pour et descontre. Mais, tous attendaient la réactionpopulaire à cette proposition de l'armée.
Elle est donc venue hier, et il semble évidentqu'elle n'est pas la bienvenue. En tout cas, les manifestants d'hier l'ont exprimé à travers les slogans et les écrits sur les banderoles et les pancartes qu'ils ont brandis, lors des marches et des rassemblements. Ainsi, d'imposantes marches populaires ont eu lieu à Alger. Les premiers groupes de manifestants ont commencé à affluer vers l'esplanade de la Grande poste et la Place Maurice-Audin, dans la matinée, pour être rejoints par d'autres avant de sillonner, en début d'après-midi, les principales artères de la capitale, dans un climat serein. Les manifestants, drapés de l'Emblème national et brandissant des banderoles, ont scandé notamment des slogans, exprimant leur attachement à l'unité nationale et à l'édification d'un Etat de droit, et rendu hommage à l'Armée nationale populaire, entonnant comme à l'accoutumée
"djeich-chaâb khaoua khaoua" (Armée et peuple sont frères). Sur ces banderoles et pancartes, on pouvait lire aussi "Non aux forces extra-constitutionnelles", "Pacifique, pacifique", "Jusqu'à l'instaurationd'un Etat de droit, de justice et de savoir", et "Le peuple, source de pouvoir". Ces marches qui ont drainé des foules nombreuses, constituées de jeunes et de moins jeunes, des familles et des personnes âgées, étaient encadrées par les services d'ordre pour éviter d'éventuels dérapages. Même constat dans les autres wilayas, où des marches similaires ont été organisées avec les mêmes slogans, à l'instar de Constantine, Annaba, Sétif, Jijel, Skikda, Oran, Sidi Bel Abbes,
Ain Témouchent, Saida, Béjaia, Tizi-Ouzou, Laghouat, Djelfa, Ghardaïa, Ouargla et El Oued. A Saida, malgré la pluie battante, les citoyens sont sortis dans la rue pour réclamer le départ du système. Notons qu' à Alger-centre, les policiers antiémeute empêchent les manifestants de remonter leboulevard Mohamed VI. La police fait usage du canon à eau et gaz lacrymogène, contre les manifestants.
Par centaines de milliers, voire par millions, ils ont en effet investi lesrues et places, de toutes les villes dupays. Pour le sixième vendredi de suite,sans pour autant fléchir. La mobilisationpacifique, des foules très déterminés, esttoujours de mise, dans une ambiance festivede surcroit.L'acte VI de ces manifestations, entamées pour rappel, le 22 février dernier, intervientaprès la proposition émise par lechef d'Etat major de l'ANP.
Ahmed GaidSalah a, en effet, proposé mardi dernier,l'application de l'article 102 de laConstitution en considérant qu'il est àmême de constituer la solution à la criseque vit le pays, suite à cette mobilisationdes Algériens qui revendiquent le départ del'ensemble du système politique en place.L'application de l'article 102 suppose,notamment, dans un de ses alinéas, ladémission du président Bouteflika et sonremplacement par le président du Conseilde la nation, Abdelkader Bensalah, pourune période de 90 jours.Une proposition sur laquelle, comme onl'a déjà constaté à travers les réactions despartis politiques, des associations de lasociété civile et des personnalités, les avissont partagés tant il y'a des pour et descontre. Mais, tous attendaient la réactionpopulaire à cette proposition de l'armée.
Elle est donc venue hier, et il semble évidentqu'elle n'est pas la bienvenue. En tout cas, les manifestants d'hier l'ont exprimé à travers les slogans et les écrits sur les banderoles et les pancartes qu'ils ont brandis, lors des marches et des rassemblements. Ainsi, d'imposantes marches populaires ont eu lieu à Alger. Les premiers groupes de manifestants ont commencé à affluer vers l'esplanade de la Grande poste et la Place Maurice-Audin, dans la matinée, pour être rejoints par d'autres avant de sillonner, en début d'après-midi, les principales artères de la capitale, dans un climat serein. Les manifestants, drapés de l'Emblème national et brandissant des banderoles, ont scandé notamment des slogans, exprimant leur attachement à l'unité nationale et à l'édification d'un Etat de droit, et rendu hommage à l'Armée nationale populaire, entonnant comme à l'accoutumée
"djeich-chaâb khaoua khaoua" (Armée et peuple sont frères). Sur ces banderoles et pancartes, on pouvait lire aussi "Non aux forces extra-constitutionnelles", "Pacifique, pacifique", "Jusqu'à l'instaurationd'un Etat de droit, de justice et de savoir", et "Le peuple, source de pouvoir". Ces marches qui ont drainé des foules nombreuses, constituées de jeunes et de moins jeunes, des familles et des personnes âgées, étaient encadrées par les services d'ordre pour éviter d'éventuels dérapages. Même constat dans les autres wilayas, où des marches similaires ont été organisées avec les mêmes slogans, à l'instar de Constantine, Annaba, Sétif, Jijel, Skikda, Oran, Sidi Bel Abbes,
Ain Témouchent, Saida, Béjaia, Tizi-Ouzou, Laghouat, Djelfa, Ghardaïa, Ouargla et El Oued. A Saida, malgré la pluie battante, les citoyens sont sortis dans la rue pour réclamer le départ du système. Notons qu' à Alger-centre, les policiers antiémeute empêchent les manifestants de remonter leboulevard Mohamed VI. La police fait usage du canon à eau et gaz lacrymogène, contre les manifestants.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.