Décès de Abderhamane El Youssoufi: une étoile du Grand Maghreb s'éteint    Diplomate yéménite: "le Maroc n'a aucune souveraineté sur le Sahara occidental"    L'Afrique du Sud alerte le Conseil de sécurité sur les violations marocaines au Sahara occidental    Le MJS et le COA décidés à travailler dans un "climat de sérénité"    137 nouveaux cas confirmés et 8 décès enregistrés en Algérie    Le massacre des Ouffia à El-Harrach (Alger): un crime qui révèle la barbarie de la France coloniale    Covid19-Championnat d'Algérie: Medouar sceptique sur une éventuelle reprise    Essais nucléaires: une illustration des crimes français contre l'homme et la nature    Affaire d'enregistrement sonore: les présidents de l'USB et du CABBA convoqués    La prison rouge de Ferdjioua (Mila), témoin de la barbarie de la France coloniale    Commercialisation des masques: des facilitations pour les chefs d'ateliers de confection    Covid 19-Soirée artistique à Oran: 5 personnes sous contrôle judiciaire    Covid-19: près de 322.000 bénéficiaires de l'allocation de solidarité    Covid19: Djerad plaide pour l'allègement de la dette des pays en développement    Décès de Guy Bedos: Un artiste épris de justice s'en va    4 médecins et 6 paramédicaux testés positifs au Coronavirus    Tayeb Zitouni nouveau SG du RND    PLFC 2020: la Commission des finances et du budget de l'APN examine les amendements proposés    Le porte-parole du Quai d'Orsay s'exprime    140 nouveaux cas confirmés et 7 décès enregistrés en Algérie    Le Président Tebboune reçoit le moudjahid Othmane Belouizdad    Biskra, la Mitidja du Sud    Le harcèlement des activistes continue    Saâdaoui, l'homme par qui le scandale est arrivé    Le moudjahid Ramdane Leftissi inhumé hier à Skikda    Argentine : le nord subit une sécheresse majeure    CANADA : à 14 ans, elle est élue jeune ministre de l'Environnement à Pointo    PLFC 2020: traiter les effets de la crise tout en soutenant le pouvoir d'achat    Rapatriement: Arrivée mercredi à Alger de 300 Algériens bloqués à Londres    Coronavirus: Peurs, défis et remises en question    Pouvoir et géopolitique - Hirak : jeux et enjeux    RC Relizane: Un parcours en deçà des prévisions    Pour non-respect des mesures de confinement: 8.237 personnes interpellées durant le mois de Ramadhan    Non, demain ne ressemblera pas à hier    En hommage aux victimes du Covid-19: Une minute de silence, hier, à l'Institut «Cervantès» d'Oran    Le Snapo suggère l'utilisation de masques en tissu    La Grèce renforce le contrôle à sa frontière avec la Turquie    Un important dispositif policier dissuade les manifestants    Les pêcheurs de Mostaganem comptent faire le plein    Les feuilles de l'automne    L'infrangible lien…    L'ADE promet de l'eau H24 pour Sétif    Les lecteurs du versant sud de Tizi Ouzou privés de journaux    Je veux partir seul au paradis !    Les victimes algériennes du Covid-19 en attente de rapatriement    Kaïs Saïed : «Il n'y a qu'un seul Président en Tunisie»    Conflit libyen : Comment le GNA a réussi à chasser les mercenaires de Wagner de Tripoli    FAF - Département Intégrité: La FIFA ne se mêlera pas des affaires internes    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les Algériens maintiennent la pression
Sixiéme vendredi de manifestations
Publié dans Le Midi Libre le 30 - 03 - 2019

Les Algériens sont de nouveau sortis en masse, pour manifester contre le système politique et exiger le changement radical.
Les Algériens sont de nouveau sortis en masse, pour manifester contre le système politique et exiger le changement radical.
Par centaines de milliers, voire par millions, ils ont en effet investi lesrues et places, de toutes les villes dupays. Pour le sixième vendredi de suite,sans pour autant fléchir. La mobilisationpacifique, des foules très déterminés, esttoujours de mise, dans une ambiance festivede surcroit.L'acte VI de ces manifestations, entamées pour rappel, le 22 février dernier, intervientaprès la proposition émise par lechef d'Etat major de l'ANP.
Ahmed GaidSalah a, en effet, proposé mardi dernier,l'application de l'article 102 de laConstitution en considérant qu'il est àmême de constituer la solution à la criseque vit le pays, suite à cette mobilisationdes Algériens qui revendiquent le départ del'ensemble du système politique en place.L'application de l'article 102 suppose,notamment, dans un de ses alinéas, ladémission du président Bouteflika et sonremplacement par le président du Conseilde la nation, Abdelkader Bensalah, pourune période de 90 jours.Une proposition sur laquelle, comme onl'a déjà constaté à travers les réactions despartis politiques, des associations de lasociété civile et des personnalités, les avissont partagés tant il y'a des pour et descontre. Mais, tous attendaient la réactionpopulaire à cette proposition de l'armée.
Elle est donc venue hier, et il semble évidentqu'elle n'est pas la bienvenue. En tout cas, les manifestants d'hier l'ont exprimé à travers les slogans et les écrits sur les banderoles et les pancartes qu'ils ont brandis, lors des marches et des rassemblements. Ainsi, d'imposantes marches populaires ont eu lieu à Alger. Les premiers groupes de manifestants ont commencé à affluer vers l'esplanade de la Grande poste et la Place Maurice-Audin, dans la matinée, pour être rejoints par d'autres avant de sillonner, en début d'après-midi, les principales artères de la capitale, dans un climat serein. Les manifestants, drapés de l'Emblème national et brandissant des banderoles, ont scandé notamment des slogans, exprimant leur attachement à l'unité nationale et à l'édification d'un Etat de droit, et rendu hommage à l'Armée nationale populaire, entonnant comme à l'accoutumée
"djeich-chaâb khaoua khaoua" (Armée et peuple sont frères). Sur ces banderoles et pancartes, on pouvait lire aussi "Non aux forces extra-constitutionnelles", "Pacifique, pacifique", "Jusqu'à l'instaurationd'un Etat de droit, de justice et de savoir", et "Le peuple, source de pouvoir". Ces marches qui ont drainé des foules nombreuses, constituées de jeunes et de moins jeunes, des familles et des personnes âgées, étaient encadrées par les services d'ordre pour éviter d'éventuels dérapages. Même constat dans les autres wilayas, où des marches similaires ont été organisées avec les mêmes slogans, à l'instar de Constantine, Annaba, Sétif, Jijel, Skikda, Oran, Sidi Bel Abbes,
Ain Témouchent, Saida, Béjaia, Tizi-Ouzou, Laghouat, Djelfa, Ghardaïa, Ouargla et El Oued. A Saida, malgré la pluie battante, les citoyens sont sortis dans la rue pour réclamer le départ du système. Notons qu' à Alger-centre, les policiers antiémeute empêchent les manifestants de remonter leboulevard Mohamed VI. La police fait usage du canon à eau et gaz lacrymogène, contre les manifestants.
Par centaines de milliers, voire par millions, ils ont en effet investi lesrues et places, de toutes les villes dupays. Pour le sixième vendredi de suite,sans pour autant fléchir. La mobilisationpacifique, des foules très déterminés, esttoujours de mise, dans une ambiance festivede surcroit.L'acte VI de ces manifestations, entamées pour rappel, le 22 février dernier, intervientaprès la proposition émise par lechef d'Etat major de l'ANP.
Ahmed GaidSalah a, en effet, proposé mardi dernier,l'application de l'article 102 de laConstitution en considérant qu'il est àmême de constituer la solution à la criseque vit le pays, suite à cette mobilisationdes Algériens qui revendiquent le départ del'ensemble du système politique en place.L'application de l'article 102 suppose,notamment, dans un de ses alinéas, ladémission du président Bouteflika et sonremplacement par le président du Conseilde la nation, Abdelkader Bensalah, pourune période de 90 jours.Une proposition sur laquelle, comme onl'a déjà constaté à travers les réactions despartis politiques, des associations de lasociété civile et des personnalités, les avissont partagés tant il y'a des pour et descontre. Mais, tous attendaient la réactionpopulaire à cette proposition de l'armée.
Elle est donc venue hier, et il semble évidentqu'elle n'est pas la bienvenue. En tout cas, les manifestants d'hier l'ont exprimé à travers les slogans et les écrits sur les banderoles et les pancartes qu'ils ont brandis, lors des marches et des rassemblements. Ainsi, d'imposantes marches populaires ont eu lieu à Alger. Les premiers groupes de manifestants ont commencé à affluer vers l'esplanade de la Grande poste et la Place Maurice-Audin, dans la matinée, pour être rejoints par d'autres avant de sillonner, en début d'après-midi, les principales artères de la capitale, dans un climat serein. Les manifestants, drapés de l'Emblème national et brandissant des banderoles, ont scandé notamment des slogans, exprimant leur attachement à l'unité nationale et à l'édification d'un Etat de droit, et rendu hommage à l'Armée nationale populaire, entonnant comme à l'accoutumée
"djeich-chaâb khaoua khaoua" (Armée et peuple sont frères). Sur ces banderoles et pancartes, on pouvait lire aussi "Non aux forces extra-constitutionnelles", "Pacifique, pacifique", "Jusqu'à l'instaurationd'un Etat de droit, de justice et de savoir", et "Le peuple, source de pouvoir". Ces marches qui ont drainé des foules nombreuses, constituées de jeunes et de moins jeunes, des familles et des personnes âgées, étaient encadrées par les services d'ordre pour éviter d'éventuels dérapages. Même constat dans les autres wilayas, où des marches similaires ont été organisées avec les mêmes slogans, à l'instar de Constantine, Annaba, Sétif, Jijel, Skikda, Oran, Sidi Bel Abbes,
Ain Témouchent, Saida, Béjaia, Tizi-Ouzou, Laghouat, Djelfa, Ghardaïa, Ouargla et El Oued. A Saida, malgré la pluie battante, les citoyens sont sortis dans la rue pour réclamer le départ du système. Notons qu' à Alger-centre, les policiers antiémeute empêchent les manifestants de remonter leboulevard Mohamed VI. La police fait usage du canon à eau et gaz lacrymogène, contre les manifestants.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.