Saïd Bouteflika, Mohamed Mediène, Athmène Tartag et Louisa Hanoune, devant le tribunal    Mohamed Charfi rassure les Algériens    Examen demain de la demande de levée d'immunité de Tliba et de Benhamadi    Démission de Salima Ghezali de l'APN    La participation de Karoui évoquée    80 Palestiniens dont un enfant blessé par des tirs israéliens à l'est de Ghaza    Bien négocier la manche aller    Encore buteur, Benzema se retrouve porté en triomphe à Madrid    L'Algérien Youcef Reguigui termine meilleur sprinter    Le Gouvernement tiendra-t-il ses promesses ?    Un espace pour préserver l'histoire de cette forme d'expression populaire    Une fresque murale en hommage au défunt Cheikh Atallah    BACCALAUREAT PROFESSIONNEL : Installation d'une Commission pour l'examen du dossier    MASCARA : 8 individus arrêtés pour vol de véhicule    ELECTION PRESIDENTIELLE : Le parti de Makri garde le suspense    AIN TEMOUCHENT : 3 ‘'harraga'' interceptés à Oulhaça    Vent de contestation au groupe média d'Ali Haddad    Le bilan s'élève à près de 200 victimes    Résultats    Batelli critique le rendement des joueurs    Bouchar risque 4 matches de suspension    Le temps des incertitudes    L'Iran plaide pour un projet régional de sécurité    L'armée envoie des renforts à proximité du plateau du Golan    Près de 300 manifestants arrêtés depuis vendredi    Les travailleurs exigent le versement de leurs salaires    Plus de 16 500 étudiants affiliés    Lancement de la campagne à Naâma    Un Plan national climat pour bientôt    Les magistrats confirment et dénoncent    "Trésor humain vivant" du Sénégal    Blonde ou brune ?    Tinder lance une série interactive qui influencera les rencontres proposées à l'utilisateur    Affaire Kamel Chikhi : Report du procès au 6 octobre prochain    «La classe politique et les personnalités doivent se positionner avec le peuple»    JS Kabylie : Enchaîner par une troisième victoire face au CRB    MO Béjaïa : Nechma remplace Bouzidi    La langue de Molière ou la langue de Shakespeare : «Is that ‘‘la question'' ?»    Aït Ferrach (Bouzeguène) : Un mémorial de chouhada en chantier    Aïn Defla : Abdelkader Chaterbache, un artisan au service de l'éducation    Le spleen du professeur avant la retraite    El-Tarf: Des transporteurs bloquent l'accès d'une base de vie chinoise    Pommades cancérigènes: Les précisions du SNAPO    Le ministère s'explique    Les victimes protestent et réclament leur argent    Téhéran met une nouvelle fois en garde contre une attaque    Présidentielle en Tunisie … La logique arithmétique plaide pour Kaïs Saïed    Brexit : Le Royaume-Uni quittera l'Union européenne le 31 octobre    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les avocats en colère
Arrestation de me Salah Dabouz
Publié dans Le Midi Libre le 09 - 04 - 2019

Les avocats sont en colère. L'arrestation d'un des leurs, Me Salah Debouz en l'occurrence, en est à l'origine. Ainsi l'Union nationale des ordres des avocats (UNOA) a décidé d'organiser une grève aujourd'hui mardi au niveau national pour exprimer sa solidarité avec Me Salah Dabouz.
Les avocats sont en colère. L'arrestation d'un des leurs, Me Salah Debouz en l'occurrence, en est à l'origine. Ainsi l'Union nationale des ordres des avocats (UNOA) a décidé d'organiser une grève aujourd'hui mardi au niveau national pour exprimer sa solidarité avec Me Salah Dabouz.
Il y a une "mobilisation sans précédent des avocats", a indiqué MeAbdelhak Mellah avocat de SalahDebouz. Pour rappel Me SalahDabouz a été transféré, avant-hier hierdimanche, en fin de journée, àGhardaïa après avoir été arrêté àAlgerpar la police, a précisé Me Mellah."On s'attend à ce qu'il soit présentédevant le juge qui a ordonné sonarrestation au cours de journée. C'estle magistrat qui va lui notifier leschefs d'inculpation. Il sera assisté pardeux avocats", précise la mêmesource. Après sa comparution hierlundi devant le tribunal de Ghardaïa,l'avocat Me Salah Dabouze a étélibéré. Il a été placé sous contrôle judiciaire.Me Dabouze a été arrêté pourune affaire de prétendue introductiond'une caméra dans la prison dans lecadre de l'"affaire Fekhar", accusationqui lui a été attribuée par
un quotidiennational et pour laquelle il a étécondamné à une année de prison parcontumace (d'où la décision du mandatd'amener), et pour ses critiquesvis-à-vis de décisions de justice dansune affaire de meurtre survenue àGhardaïa. Plusieurs militants desdroits de l'Homme ont dénoncé cette arrestation. La Ligue algérienne de des droits de l'Homme (LADDH, aile Me Benissad) a exigé hier lundi la libération immédiate de l'avocat. La ligue "exige la libération immédiate" de Me Salah Dabouze et les pratiques du système et de l'Etat profond qui continue à sévir" malgré le soulèvement du peuple contre les atteintes à la dignité humaine, écrit la LADDH dans uncommuniqué. "Outre le fait que le parquet général de Ghardaïa n'ait pas respecté la procédure légale d'informer au préalable le bâtonnier de l'ordre des avocats de Boumerdès dont dépend Me Dabouz,les poursuites à son encontre semblent dénuées de tout fondement dès lors que Me
Dabouz a agi dans le cadre de sa mission en tant qu'avocat et queconséquent constituent uneflagrante aux droits de la défense, principe garanti par la Constitution, les conventions internationales relatives aux droits de l'Homme et la loi sur la profession d'avocat", observe l'ONG. "L'émission du mandat d'arrêt à son encontre est une atteinte de plus aux droits de la défense, à la présomption d'innocence et dans les cas disproportionnée par rapport aux faits reprochés",note la LADDH
Il y a une "mobilisation sans précédent des avocats", a indiqué MeAbdelhak Mellah avocat de SalahDebouz. Pour rappel Me SalahDabouz a été transféré, avant-hier hierdimanche, en fin de journée, àGhardaïa après avoir été arrêté àAlgerpar la police, a précisé Me Mellah."On s'attend à ce qu'il soit présentédevant le juge qui a ordonné sonarrestation au cours de journée. C'estle magistrat qui va lui notifier leschefs d'inculpation. Il sera assisté pardeux avocats", précise la mêmesource. Après sa comparution hierlundi devant le tribunal de Ghardaïa,l'avocat Me Salah Dabouze a étélibéré. Il a été placé sous contrôle judiciaire.Me Dabouze a été arrêté pourune affaire de prétendue introductiond'une caméra dans la prison dans lecadre de l'"affaire Fekhar", accusationqui lui a été attribuée par
un quotidiennational et pour laquelle il a étécondamné à une année de prison parcontumace (d'où la décision du mandatd'amener), et pour ses critiquesvis-à-vis de décisions de justice dansune affaire de meurtre survenue àGhardaïa. Plusieurs militants desdroits de l'Homme ont dénoncé cette arrestation. La Ligue algérienne de des droits de l'Homme (LADDH, aile Me Benissad) a exigé hier lundi la libération immédiate de l'avocat. La ligue "exige la libération immédiate" de Me Salah Dabouze et les pratiques du système et de l'Etat profond qui continue à sévir" malgré le soulèvement du peuple contre les atteintes à la dignité humaine, écrit la LADDH dans uncommuniqué. "Outre le fait que le parquet général de Ghardaïa n'ait pas respecté la procédure légale d'informer au préalable le bâtonnier de l'ordre des avocats de Boumerdès dont dépend Me Dabouz,les poursuites à son encontre semblent dénuées de tout fondement dès lors que Me
Dabouz a agi dans le cadre de sa mission en tant qu'avocat et queconséquent constituent uneflagrante aux droits de la défense, principe garanti par la Constitution, les conventions internationales relatives aux droits de l'Homme et la loi sur la profession d'avocat", observe l'ONG. "L'émission du mandat d'arrêt à son encontre est une atteinte de plus aux droits de la défense, à la présomption d'innocence et dans les cas disproportionnée par rapport aux faits reprochés",note la LADDH


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.