Les algérois manifestent malgré la répression    Campagne de circoncision collective    Huawei prépare son propre système d'exploitation    Norvège: le chômage a son plus bas niveau en mars    Le rebond économique mondial compromis par la guerre commerciale    Le Front Polisario regrette la démission de Horst Kohler    Le Botswana lève l'interdiction de chasser l'éléphant    Indonésie: sept morts dans des affrontements post-électoraux    Man United prêt à proposer un salaire conséquent à De Ligt    Real : Les supporteurs veulent Mbappé plutôt que Neymar    Le Gabon nomme son nouveau sélectionneur    VENDREDI 14ème : Une transition pour rouvrir l'espace-nation algérien obstrué    Un élément de soutien aux groupes terroristes arrêté à Tlemcen    L'Algérie certifiée exempte de Paludisme par l'OMS    Cher futur Président, je te veux…    Un éveil populaire pour une Algérie disruptive (Partie 1)    Football : Le gouvernement Bedoui veut s'attaquer à la violence dans les stades    En bref…    L'ES Tunis veut prendre une option face au WA Casablanca    14e vendredi de marche : Le peuple dit non à l'élection du 4 juillet    Scrutin présidentiel : «Rejet populaire»    Probium et l'Are-Ed, deux associations qui marquent la Journée mondiale de la biodiversité    Etudiants : Hirak, Ramadhan et examens    En bref…    Haizer : Deux exclus de logements sociaux entament une grève de la faim    Le trip de l'amour et ses revers    La presse a toujours été le souffre-douleur des régimes…    L'Encre de la liberté de Hocine Redjala : Un film documentaire sur la liberté d'expression en Algérie,    Edition du 24/05/2019    Le Soudan à l'heure d'une révolution incertaine    Des centaines de travailleurs et travailleuses de Rouiba-Réghaïa demandent à Sidi Saïd de dégager    Gaïd Salah nie toute «ambition politique»    Le procès de Kamel El Bouchi reporté au 19 juin    Les députés FLN tentent la manière forte    «L'armée doit écouter les propositions des élites»    Le FCE sous l'influence des résidus de l'ère Haddad ?    Mustapha Djallit sera désigné manager général du club    Le duel jusqu'au bout !    L'ONU et l'UA dénoncent les ingérences en Libye    ACTUCULT    Pari gagné !    Au cœur de la violence intégriste    La nuit du conte pour rallumer l'âtre de grand-mère    552 centres d'examen et 3.830 encadreurs: Plus de 33.000 candidats attendus aux examens de fin de cycle primaire    Elections européennes dans un fort climat eurosceptique    Le tombeau de la chrétienne comme vous ne l'avez jamais vu!    OCDE : L'organisation plus pessimiste sur le commerce mondial et la croissance    Analyse : Les transmutations génétiques des coups d'Etat africains    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Lancement à Paris d'un certificat international
Maîtrise de la langue
Publié dans Le Midi Libre le 17 - 04 - 2019

L'Institut du monde arabe (Ima) a lancé, lundi à Paris, un Certificat international de maîtrise en arabe (Cima) évaluant lacompétence en arabe moderne standard. L'annonce a été faite au siège de l'IMA aucours d'une cérémonie où le présidentJack Lang a annoncé que la première sessionest prévue au courant du mois de juinprochain.
L'Institut du monde arabe (Ima) a lancé, lundi à Paris, un Certificat international de maîtrise en arabe (Cima) évaluant lacompétence en arabe moderne standard. L'annonce a été faite au siège de l'IMA aucours d'une cérémonie où le présidentJack Lang a annoncé que la première sessionest prévue au courant du mois de juinprochain.
Conçu par l'Ima sur le modèleanglais Test of English as a Foreign Language (TOEFL), le CIMA est le premiercertificat intentionnellement reconnuà évaluer la capacité à communiquer àl'oral et à l'écrit en arabe, tel pratiqué dansle monde des médias, de la littérature, dela politique.Selon le président de l'Ima, le certificat dela maîtrise de cette langue, la 5e langue laplus parlée dans le monde, a été testé "scientifiquement", soulignant que "beaucoupd'efforts" restent à consentir dansl'apprentissage de cette langue universelleen France. Pourtant, a-t-il fait remarquer,"il y a une longue histoire entre la Franceet la langue arabe", rappelant la créationpar François 1er, de la chaire arabe et 1587. Le Cima, qui n'exige aucundiplôme ni aucune préparation, a été élaboréavec le concours du Centre international des études pédagogiques (CIEP), le support du ministère de l'Education nationale et
de Nokia en tant que mécène, après deux années de travail. Ce certificat, qui s'adresse à toute personnede plus de 15 ans, concerne les lycéens, étudiants, salariés, professionnels, personnes en recherche d'emploi,etc.Dans une tribune publiée par Le Monde le 2 septembre dernier, Jack Lang avait indiqué qu'il y avait en France une "forte demande" pour l'apprentissage de la langue arabe. "La langue arabe est aujourd'hui la cinquième langue la plus pratiquée dans le monde : plus de 430 millions de locuteurs. Est-il normal qu'elle occupe une place aussi marginale dans l'enseignement scolaire en
France, prisonnière de préjugés qui ont la peau dure et dont les populistes de tout poil font leur fonds de commerce", s'était indigné l'ancien ministre del'Education (1992-1993 et 2000-2002),rappelant que l'enseignement de la languearabe est "une lointaine, persistante etbrillante tradition française".Pour le président de l'Ima, le lancement du Cima "est une manière de dire que nous reconnaissons la langue rabe en tantque langue universelle et dans toute sa dignité".Le certificat, d'une durée de validité detrois ans, peut être passé dans des centres d'examen agréés répartis dans de nombreuxpays du monde, dont notamment à l'Ima à Paris, à Genève, à Rabat, Meknès,
Agadir et Casablanca, à Doha, Tunis,Muharraq (Bahreïn), Djeddah et Amman, en attendant l'ouverture d'autres centres.S'alignant sur le Cadre européen communde référence pour les langues -Apprendre, Enseigner, Evaluer (CECRL), le certificat ambitionne de valoriser l'enseignement de la langue arabe et de "la faire sortir des caves", a-t-on tenu à souligner. Le jour de la passation de l'examen, les candidats passeront des épreuves collectives de compréhension orale et compréhensionécrite, une épreuve collective de production écrite et une épreuve individuellede production orale.
En ce qui concerne les personnes en situationde handicap, l'Ima a indiqué que des instructions précises, pour chaque nature de handicap, sont données au responsablede session pour prendre les mesures permettantà ces personnes de composer dansde "bonnes" conditions lors de l'examen
Conçu par l'Ima sur le modèleanglais Test of English as a Foreign Language (TOEFL), le CIMA est le premiercertificat intentionnellement reconnuà évaluer la capacité à communiquer àl'oral et à l'écrit en arabe, tel pratiqué dansle monde des médias, de la littérature, dela politique.Selon le président de l'Ima, le certificat dela maîtrise de cette langue, la 5e langue laplus parlée dans le monde, a été testé "scientifiquement", soulignant que "beaucoupd'efforts" restent à consentir dansl'apprentissage de cette langue universelleen France. Pourtant, a-t-il fait remarquer,"il y a une longue histoire entre la Franceet la langue arabe", rappelant la créationpar François 1er, de la chaire arabe et 1587. Le Cima, qui n'exige aucundiplôme ni aucune préparation, a été élaboréavec le concours du Centre international des études pédagogiques (CIEP), le support du ministère de l'Education nationale et
de Nokia en tant que mécène, après deux années de travail. Ce certificat, qui s'adresse à toute personnede plus de 15 ans, concerne les lycéens, étudiants, salariés, professionnels, personnes en recherche d'emploi,etc.Dans une tribune publiée par Le Monde le 2 septembre dernier, Jack Lang avait indiqué qu'il y avait en France une "forte demande" pour l'apprentissage de la langue arabe. "La langue arabe est aujourd'hui la cinquième langue la plus pratiquée dans le monde : plus de 430 millions de locuteurs. Est-il normal qu'elle occupe une place aussi marginale dans l'enseignement scolaire en
France, prisonnière de préjugés qui ont la peau dure et dont les populistes de tout poil font leur fonds de commerce", s'était indigné l'ancien ministre del'Education (1992-1993 et 2000-2002),rappelant que l'enseignement de la languearabe est "une lointaine, persistante etbrillante tradition française".Pour le président de l'Ima, le lancement du Cima "est une manière de dire que nous reconnaissons la langue rabe en tantque langue universelle et dans toute sa dignité".Le certificat, d'une durée de validité detrois ans, peut être passé dans des centres d'examen agréés répartis dans de nombreuxpays du monde, dont notamment à l'Ima à Paris, à Genève, à Rabat, Meknès,
Agadir et Casablanca, à Doha, Tunis,Muharraq (Bahreïn), Djeddah et Amman, en attendant l'ouverture d'autres centres.S'alignant sur le Cadre européen communde référence pour les langues -Apprendre, Enseigner, Evaluer (CECRL), le certificat ambitionne de valoriser l'enseignement de la langue arabe et de "la faire sortir des caves", a-t-on tenu à souligner. Le jour de la passation de l'examen, les candidats passeront des épreuves collectives de compréhension orale et compréhensionécrite, une épreuve collective de production écrite et une épreuve individuellede production orale.
En ce qui concerne les personnes en situationde handicap, l'Ima a indiqué que des instructions précises, pour chaque nature de handicap, sont données au responsablede session pour prendre les mesures permettantà ces personnes de composer dansde "bonnes" conditions lors de l'examen


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.