PSG : Pas moins de 300M€ pour laisser partir Neymar ?    Neuf «Tasers» de 15 000 volts saisis    Gaïd Salah met en garde contre ceux brandissant des drapeaux autres que l'emblème national    Les journalistes appellent l'Etat à agir    Confirmer la mutation du football africain    Une bonne gouvernance et l'Etat de droit    L'appel des sept    70% des objectifs atteints    Rachid Taha, cet «ambianceur» et «sapeur» africain    Les habitants en colère    Pionnière dans la formation d'étudiants entrepreneurs    Le procès de Kamel El Boucher reporté pour la seconde fois    88,24% de réussite à Médéa...    Un combiné innovant    La marque qui a révolutionné l'automobile    La Russie victime de cyberattaques américaines "depuis des années"    De la justice d'exception à la justice sans exception !    «Noureddine Bedoui doit démissionner»    Signature d'un contrat de partenariat et de coopération    Une ouverture du capital, mais à quel prix ?    Bouzidi : "Remettre le club en Ligue 1"    Ouverture de Club-des-Pins reportée    ONM : "La solution constitutionnelle a échoué"    L'octroi d'un terrain au groupe médias de Haddad annulé    Economie politique du pillage du foncier agricole    Tout savoir sur les pneumatiques    Mise en service de la station de traitement des eaux du barrage Sarno    Livraison de la première voiture de marque vietnamienne    Retard dans les rappels    Kendji Girac en concert algérois    Elaine Mokhtefi raconte une des périodes fastes de l'Algérie postindépendance    Découverte d'un cimetière datant de l'époque romaine dans la région de Smara    Chikhi Samir représentera Aïn Témouchent    "L'Algérie était la pièce manquante que je voulais restituer"    Es Sénia : Cinq enfants mordus par un chien errant    L'ONU demande l'ouverture d'une enquête indépendante : Al Sissi a-t-il fait tuer le président Morsi ?    Nouvelles d'Oran    Les étudiants réclament un «Etat civil»    Bensalah inaugure la Foire internationale d'Alger    Tlemcen: Détournement de bons d'essence, 14 mandats de dépôt    29 harraga interceptés à Oran et Tipaza    Equipe nationale: Les Verts depuis hier au Caire    USM Alger: Kaïs Yaâkoubi ne viendra pas    Urgence au dialogue consensuel    Selon des experts économiques : La persistance de la crise politique affectera négativement l'économie nationale    Une amitié de voisinage et une coopération régionale    Comité bilatéral stratégique algéro-malien: La contribution de l'Algérie saluée    La justice se penche sur les dossiers du secteur    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Bensalah exprime l'inquiétude de l'Algérie
Développements de la situation en Libye
Publié dans Le Midi Libre le 25 - 05 - 2019

Le chef de l'Etat, Abdelkader Bensalah, a exprimé jeudi à Alger, au président du Conseil présidentiel du Gouvernement d'union nationale (GNA) libyen, Faiz El Serradj, "la profonde inquiétude de l'Algérie, quant aux développements de la situation en Libye".
Le chef de l'Etat, Abdelkader Bensalah, a exprimé jeudi à Alger, au président du Conseil présidentiel du Gouvernement d'union nationale (GNA) libyen, Faiz El Serradj, "la profonde inquiétude de l'Algérie, quant aux développements de la situation en Libye".
Lors d'une audience accordée à M. El Serradj, M. Bensalah a fait état de "la profonde préoccupation et inquiétude de l'Algérie, concernant les développements de la situation en Libye, pays frère et voisin, en raison des affrontements qui y ont lieu et de leurs répercutions en termes de pertes humaines et matérielles, en plus du nombre conséquent de déplacés", a indiqué un communiqué de la présidence de la République.
Déplorant "la poursuite des affrontements malgré les différents appels pressants à l'arrêt des hostilités et à la reprise du dialogue en tant que solution politique incontourable à la crise libyenne", le chef de l'Etat a rappelé que "les efforts de l'Algérie, sur le plan international, n'ont de cesse de viser à parvenir rapidement à l'arrêt des hostilités et à la reprise duprocessus politique, avec la participation de l'ensemble des forces nationales libyennes". Il a affirmé, à ce propos, que "la persistance de la situation actuelle serait susceptible d'approfondir davantage les divisions, d'aggraver les tensions politiques internes et d'alimenter, voire accroitre, les ingérences étrangères". Outre l'analyse et l'évaluation de la situation en Libye, "les deux parties ont évoqué les relations bilatérales et les voies et moyens de leur renforcement, pour les hisser au niveau des liens de fraternité, d'entraide et de coopération unissant les deux peuples frères". M.
El Sarradj a effectué jeudi, une visite de travail et d'amitié en Algérie dans le cadre de "la tradition de concertation et de dialogue entre les deux pays". Par ailleurs, s''exprimant dans une déclaration à la presse en marge des entretiens bilatéraux ayant réuni le ministre des Affaires étrangères, Sabri Boukadoum et son homologue libyen, Mohamed Tahar Siala, M. Benali Cherif a indiqué que la visite de M. Al-Serradj et de la délégation qui l'accompagne, s'inscrivait dans le cadre des "consultations permanentes avec les frères libyens et avec l'ensemble des acteurs, au double plan international et régional, dans une tentative de dépasser la situation actuelle en Libye".
"L'Algérie ne peut, en aucun cas, accepter que la Libye continue de vivre dans l'instabilité qui a des retombées très dangereuses, non seulement sur la sécurité et la paix de la Libye, mais sur l'ensemble des pays voisins", a ajouté le Porteparole
Lors d'une audience accordée à M. El Serradj, M. Bensalah a fait état de "la profonde préoccupation et inquiétude de l'Algérie, concernant les développements de la situation en Libye, pays frère et voisin, en raison des affrontements qui y ont lieu et de leurs répercutions en termes de pertes humaines et matérielles, en plus du nombre conséquent de déplacés", a indiqué un communiqué de la présidence de la République.
Déplorant "la poursuite des affrontements malgré les différents appels pressants à l'arrêt des hostilités et à la reprise du dialogue en tant que solution politique incontourable à la crise libyenne", le chef de l'Etat a rappelé que "les efforts de l'Algérie, sur le plan international, n'ont de cesse de viser à parvenir rapidement à l'arrêt des hostilités et à la reprise duprocessus politique, avec la participation de l'ensemble des forces nationales libyennes". Il a affirmé, à ce propos, que "la persistance de la situation actuelle serait susceptible d'approfondir davantage les divisions, d'aggraver les tensions politiques internes et d'alimenter, voire accroitre, les ingérences étrangères". Outre l'analyse et l'évaluation de la situation en Libye, "les deux parties ont évoqué les relations bilatérales et les voies et moyens de leur renforcement, pour les hisser au niveau des liens de fraternité, d'entraide et de coopération unissant les deux peuples frères". M.
El Sarradj a effectué jeudi, une visite de travail et d'amitié en Algérie dans le cadre de "la tradition de concertation et de dialogue entre les deux pays". Par ailleurs, s''exprimant dans une déclaration à la presse en marge des entretiens bilatéraux ayant réuni le ministre des Affaires étrangères, Sabri Boukadoum et son homologue libyen, Mohamed Tahar Siala, M. Benali Cherif a indiqué que la visite de M. Al-Serradj et de la délégation qui l'accompagne, s'inscrivait dans le cadre des "consultations permanentes avec les frères libyens et avec l'ensemble des acteurs, au double plan international et régional, dans une tentative de dépasser la situation actuelle en Libye".
"L'Algérie ne peut, en aucun cas, accepter que la Libye continue de vivre dans l'instabilité qui a des retombées très dangereuses, non seulement sur la sécurité et la paix de la Libye, mais sur l'ensemble des pays voisins", a ajouté le Porteparole


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.