Le projet de loi de finances complémentaire 2020 en chiffres    Le Snapo suggère l'utilisation de masques en tissu    Le déconfinement divise les Algériens    Dr Mohamed Bekkat Berkani évoque un "déconfinement territorial"    Plus de 5.000 poursuites judiciaires    Ouargla-Covid19: distribution de 100 000 bavettes aux citoyens    L'ADE promet de l'eau H24 pour Sétif    Plus de 10 000 agriculteurs sans carte professionnelle    ALGERIE-TURQUIE : Le président Tebboune s'entretient par téléphone avec Erdogan    La Grèce renforce le contrôle à sa frontière avec la Turquie    Un important dispositif policier dissuade les manifestants    8 soldats tués dans une attaque attribuée aux Houthis    Le renouvellement de Sayoud, une priorité    Les feuilles de l'automne    L'infrangible lien…    LE MINISTRE BELHIMER AFFIRME : L'accès à l'information relève du "droit au service public"    Le journaliste Drareni reste en prison    L'approche fiscale adoptée face au recul des recettes pétrolières (PLFC 2020): des députés émettent des réserves    Les pêcheurs de Mostaganem comptent faire le plein    Les habitants de la cité Makhat protestent    4 826 individus arrêtés à Mascara    Des commerces sommés de fermer à Relizane    Les lecteurs du versant sud de Tizi Ouzou privés de journaux    Je veux partir seul au paradis !    Les victimes algériennes du Covid-19 en attente de rapatriement    Le HCA plaide pour l'élaboration d'"une carte linguistique de Tamazight" en Algérie    Covid19: 160 nouveaux cas, 211 guérisons et 6 décès en Algérie durant les dernières 24h    Plan d'annexion israélien en Cisjordanie : "une telle décision ne peut pas rester sans réponse"    Crise libyenne: Boukadoum exprime la "profonde" préoccupation de l'Algérie et sa disposition à abriter le dialogue libyen    Sport-Coronavirus: le contrôle médical des athlètes d'élite impératif avant la reprise    Massacres du 8 mai 1945: des crimes revêtant une dimension génocidaire    Il y a 30 ans, un drame affligeait le handball algérien    Conflit libyen : Comment le GNA a réussi à chasser les mercenaires de Wagner de Tripoli    Kaïs Saïed : «Il n'y a qu'un seul Président en Tunisie»    L'Arav sévit, la police ouvre une enquête    The mask    Irresponsables !    organisée dans cette ville Vive tension à Kherrata    WA Tlemcen: Le Widad caresse le rêve de l'accession    Embarek Houcinat n'est plus    Boumerdès: Le procès de Hamel, son fils et d'ex-responsables reporté    Amar Belhimer: La presse nationale «présente des faiblesses structurelles»    Mutation et promotion de cadres de la wilaya    FAF - Département Intégrité: La FIFA ne se mêlera pas des affaires internes    AS Monaco: Slimani, une situation paradoxale    FAUSSES EVIDENCES    Guerre de libération nationale: Djanina Messali Benkalfat raconte Messali Hadj    France: Comment sont enterrés les musulmans isolés et sans ressources ?    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'opposition en conclave le 6 juillet
Pour un dialogue avec l'institution militaire
Publié dans Le Midi Libre le 26 - 06 - 2019

L'opposition, toutes tendances politiques confondues, s'attelle depuis quelques semaines déjà, à formuler des propositions de sortie de crise. En atteste la multiplication des rencontres.
L'opposition, toutes tendances politiques confondues, s'attelle depuis quelques semaines déjà, à formuler des propositions de sortie de crise. En atteste la multiplication des rencontres.
Ainsi, des partis politiques et des personnalitésde l'opposition, ont décidé de reporter la tenue de la conférence de dialogue national au 6 juillet prochain, après l'avoir programmée pourle 29 juin, et ce afin de finaliser les préparatifs techniques et, surtout, pour essayerd'obtenir un maximum d'adhésions. Les organisateurs cherchent, en effet, àassurer une large participation des forcespolitiques et de la société civile, et se donnen peu plus de temps pour convaincreles plus réticents, notamment les partisdémocrates, comme le FFS et le RCD, même si ce dernier, selon des sources proches de cette partie de l'opposition, a donné son accord pour y prendre part.
Or,le FFS risque même de ne pas être invité, au motif que la conférence rejette d'emblée toute discussion sur l'idée d'uneAssemblée constituante, ardemment défenduepar le parti fondé par Hocine AïtAhmed. En sont aussi exclus, tous les partis ou personnalités ayant "collaboré" avec le régime d'Abdelaziz Bouteflika. Cela dit,les organisateurs misent beaucoup sur la présence d'une belle brochette de personnalités de poids, telles qu'Ahmed-Taleb Ibrahimi, Youcef Khatib, Djamila Bouhired, les ex-chefs de gouvernement Mokdad Sifi, Sid-Ahmed Ghozali, Ahmed Benbitour et, probablement aussi, Mouloud Hamrouche, en plus de l'incontournable Abdelaziz Rahabi qui est déjà désigné comme coordinateur de cet événement.
Le choix de la date du 6 juillet pour la tenue de cette conférence semble dicté par le souci d'anticiper la fin du mandat du chef d'Etat intérimaire, Abdelkader Bensalah, qui interviendra le 9 juillet. Le Conseil constitutionnel avait décrété une prorogation de ce mandat jusqu'à l'organisation d'une nouvelle élection présidentielle, mais le mouvement populaire et l'ensemble de l'opposition ne cessent de réclamer le départ du chef d'Etat et du Premier ministre, Noureddine Bedoui, désigné en février dernier par l'ex-président Abdelaziz Bouteflika, en posant cette revendication comme un préalable pour unvrai processus de changement. Leur maintien à leur poste est devenu la principale source du statu quo actuel. Il faut donc s'attendre à ce que la conférence de dialogue interpelle solennellement, le commandement de l'Institution militaire et son chef, pour l'amener à accepter un compromis salutaire.
Ainsi, des partis politiques et des personnalitésde l'opposition, ont décidé de reporter la tenue de la conférence de dialogue national au 6 juillet prochain, après l'avoir programmée pourle 29 juin, et ce afin de finaliser les préparatifs techniques et, surtout, pour essayerd'obtenir un maximum d'adhésions. Les organisateurs cherchent, en effet, àassurer une large participation des forcespolitiques et de la société civile, et se donnen peu plus de temps pour convaincreles plus réticents, notamment les partisdémocrates, comme le FFS et le RCD, même si ce dernier, selon des sources proches de cette partie de l'opposition, a donné son accord pour y prendre part.
Or,le FFS risque même de ne pas être invité, au motif que la conférence rejette d'emblée toute discussion sur l'idée d'uneAssemblée constituante, ardemment défenduepar le parti fondé par Hocine AïtAhmed. En sont aussi exclus, tous les partis ou personnalités ayant "collaboré" avec le régime d'Abdelaziz Bouteflika. Cela dit,les organisateurs misent beaucoup sur la présence d'une belle brochette de personnalités de poids, telles qu'Ahmed-Taleb Ibrahimi, Youcef Khatib, Djamila Bouhired, les ex-chefs de gouvernement Mokdad Sifi, Sid-Ahmed Ghozali, Ahmed Benbitour et, probablement aussi, Mouloud Hamrouche, en plus de l'incontournable Abdelaziz Rahabi qui est déjà désigné comme coordinateur de cet événement.
Le choix de la date du 6 juillet pour la tenue de cette conférence semble dicté par le souci d'anticiper la fin du mandat du chef d'Etat intérimaire, Abdelkader Bensalah, qui interviendra le 9 juillet. Le Conseil constitutionnel avait décrété une prorogation de ce mandat jusqu'à l'organisation d'une nouvelle élection présidentielle, mais le mouvement populaire et l'ensemble de l'opposition ne cessent de réclamer le départ du chef d'Etat et du Premier ministre, Noureddine Bedoui, désigné en février dernier par l'ex-président Abdelaziz Bouteflika, en posant cette revendication comme un préalable pour unvrai processus de changement. Leur maintien à leur poste est devenu la principale source du statu quo actuel. Il faut donc s'attendre à ce que la conférence de dialogue interpelle solennellement, le commandement de l'Institution militaire et son chef, pour l'amener à accepter un compromis salutaire.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.