Affaire «Tahkout»: Liberté provisoire pour le ministre du Tourisme    Quel dialogue national ?    Pour la 21ème semaine consécutive: Les étudiants poursuivent les manifestations    Automobile: La 1re pierre de l'usine Peugeot le 21 juillet    Tlemcen: Gendarmerie et police enquêtent à la CCLS    Une médiation morte avant de commencer    Equipe nationale: Cap sur le Sénégal    Les cinq clés de la réussite de l'Algérie    Constantine - Premier vol vers les Lieux Saints de l'Islam demain    Université «Mohamed Boudiaf»: 3.500 nouveaux bacheliers attendus    Douze accidents de la route en 48 heures    Chakib Khelil et le scandale Panama Papers    Energie nucléaire : Réalisation prochaine d'une station de production de l'électricité    Energies renouvelables : Sonelgaz possède l'expérience nécessaire pour accompagner le programme national    Les opérateurs intéressés bénéficieront de l'accompagnement public    La Tunisie toujours attractive    Karim Younes confirme sa présence    Les pays de l'UE à la recherche d'une approche commune à l'endroit de l'Iran    Al-Assad promet de poursuivre les efforts pour former un comité constitutionnel    Une guerre US contre l'Iran entraînera un déluge de missiles sur Israël    Algérie Motors annone l'arrivée du C400 X et le C400 GT    Une plateforme anticorruption contre 8.000 fonctionnaires    Italie : Les dessous du déplacement de Salvini à Washington    Algérie-Mali : Le ministre malien des AE en visite de travail à Alger    Le successeur d'Ouyahia connu ce samedi    La meilleure voie de voir l'Algérie de demain    CAN-2019: Les "Verts" droit au but    Le club NRAI El Harrach remporte le trophée    Afflux record au stade au 5 juillet    CAN-2019 : les Verts en finale    Le Real Madrid annonce la mort du frère de Zineddine Zidane    Ambiance : L'Algérie, entre liesse populaire et rêve de deuxième étoile    Cour suprême : Abdelkader Benmessaoud mis en liberté provisoire    Marches des étudiants à Alger    Baisse drastique des réserves de change    Conseil interministériel élargi : Examen des préparatifs de la prochaine rentrée sociale    Lancement d'une campagne de sensibilisation aux accidents de la route    Près de 700 millions de DA de marchandises non facturées mises sur le marché    14 orpailleurs arrêtés à Tamanrasset et Bordj Badji Mokhtar    Programme d'activités estivales : Cap sur la grande bleue    Exposition collective d'arts plastiques    30 wilayas au Salon national des arts traditionnels et cultures populaires    Regain de créativité théâtrale pour enfants    Un mythe, des voyages hors du commun    Participation de plus de 20 wilayas    Exposition collective d'artistes peintres des wilayas de l'Ouest    .sortir ...sortir ...sortir ...    L'autofiction, une quête de soi    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'opposition en conclave le 6 juillet
Pour un dialogue avec l'institution militaire
Publié dans Le Midi Libre le 26 - 06 - 2019

L'opposition, toutes tendances politiques confondues, s'attelle depuis quelques semaines déjà, à formuler des propositions de sortie de crise. En atteste la multiplication des rencontres.
L'opposition, toutes tendances politiques confondues, s'attelle depuis quelques semaines déjà, à formuler des propositions de sortie de crise. En atteste la multiplication des rencontres.
Ainsi, des partis politiques et des personnalitésde l'opposition, ont décidé de reporter la tenue de la conférence de dialogue national au 6 juillet prochain, après l'avoir programmée pourle 29 juin, et ce afin de finaliser les préparatifs techniques et, surtout, pour essayerd'obtenir un maximum d'adhésions. Les organisateurs cherchent, en effet, àassurer une large participation des forcespolitiques et de la société civile, et se donnen peu plus de temps pour convaincreles plus réticents, notamment les partisdémocrates, comme le FFS et le RCD, même si ce dernier, selon des sources proches de cette partie de l'opposition, a donné son accord pour y prendre part.
Or,le FFS risque même de ne pas être invité, au motif que la conférence rejette d'emblée toute discussion sur l'idée d'uneAssemblée constituante, ardemment défenduepar le parti fondé par Hocine AïtAhmed. En sont aussi exclus, tous les partis ou personnalités ayant "collaboré" avec le régime d'Abdelaziz Bouteflika. Cela dit,les organisateurs misent beaucoup sur la présence d'une belle brochette de personnalités de poids, telles qu'Ahmed-Taleb Ibrahimi, Youcef Khatib, Djamila Bouhired, les ex-chefs de gouvernement Mokdad Sifi, Sid-Ahmed Ghozali, Ahmed Benbitour et, probablement aussi, Mouloud Hamrouche, en plus de l'incontournable Abdelaziz Rahabi qui est déjà désigné comme coordinateur de cet événement.
Le choix de la date du 6 juillet pour la tenue de cette conférence semble dicté par le souci d'anticiper la fin du mandat du chef d'Etat intérimaire, Abdelkader Bensalah, qui interviendra le 9 juillet. Le Conseil constitutionnel avait décrété une prorogation de ce mandat jusqu'à l'organisation d'une nouvelle élection présidentielle, mais le mouvement populaire et l'ensemble de l'opposition ne cessent de réclamer le départ du chef d'Etat et du Premier ministre, Noureddine Bedoui, désigné en février dernier par l'ex-président Abdelaziz Bouteflika, en posant cette revendication comme un préalable pour unvrai processus de changement. Leur maintien à leur poste est devenu la principale source du statu quo actuel. Il faut donc s'attendre à ce que la conférence de dialogue interpelle solennellement, le commandement de l'Institution militaire et son chef, pour l'amener à accepter un compromis salutaire.
Ainsi, des partis politiques et des personnalitésde l'opposition, ont décidé de reporter la tenue de la conférence de dialogue national au 6 juillet prochain, après l'avoir programmée pourle 29 juin, et ce afin de finaliser les préparatifs techniques et, surtout, pour essayerd'obtenir un maximum d'adhésions. Les organisateurs cherchent, en effet, àassurer une large participation des forcespolitiques et de la société civile, et se donnen peu plus de temps pour convaincreles plus réticents, notamment les partisdémocrates, comme le FFS et le RCD, même si ce dernier, selon des sources proches de cette partie de l'opposition, a donné son accord pour y prendre part.
Or,le FFS risque même de ne pas être invité, au motif que la conférence rejette d'emblée toute discussion sur l'idée d'uneAssemblée constituante, ardemment défenduepar le parti fondé par Hocine AïtAhmed. En sont aussi exclus, tous les partis ou personnalités ayant "collaboré" avec le régime d'Abdelaziz Bouteflika. Cela dit,les organisateurs misent beaucoup sur la présence d'une belle brochette de personnalités de poids, telles qu'Ahmed-Taleb Ibrahimi, Youcef Khatib, Djamila Bouhired, les ex-chefs de gouvernement Mokdad Sifi, Sid-Ahmed Ghozali, Ahmed Benbitour et, probablement aussi, Mouloud Hamrouche, en plus de l'incontournable Abdelaziz Rahabi qui est déjà désigné comme coordinateur de cet événement.
Le choix de la date du 6 juillet pour la tenue de cette conférence semble dicté par le souci d'anticiper la fin du mandat du chef d'Etat intérimaire, Abdelkader Bensalah, qui interviendra le 9 juillet. Le Conseil constitutionnel avait décrété une prorogation de ce mandat jusqu'à l'organisation d'une nouvelle élection présidentielle, mais le mouvement populaire et l'ensemble de l'opposition ne cessent de réclamer le départ du chef d'Etat et du Premier ministre, Noureddine Bedoui, désigné en février dernier par l'ex-président Abdelaziz Bouteflika, en posant cette revendication comme un préalable pour unvrai processus de changement. Leur maintien à leur poste est devenu la principale source du statu quo actuel. Il faut donc s'attendre à ce que la conférence de dialogue interpelle solennellement, le commandement de l'Institution militaire et son chef, pour l'amener à accepter un compromis salutaire.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.