Pour une sortie rapide de la crise : L'élection présidentielle est la seule issue    Après le Front El Moustakbel, rencontre avec Talaï El-Houryate : L'instance de médiation et du dialogue à la rencontre de la société civile    Ce ne sont pas de simples mots    Bourses : L'Europe clôture en baisse, la crise italienne pèse    Au second trimestre : Thomson Reuters relève ses prévisions après une croissance de 4%    Au deuxième trimestre : L'économie allemande s'est contractée, l'export souffre    Sahara occidental: Un professeur américain rejette la propagande marocaine    Yémen: Martin Griffiths met en garde contre la fragmentation du pays    Carlos Lopes: Avec la ZLEC, "les Africains ont avantage à faire du commerce intra-africain"    Jeux africains-2019-Foot féminin: Victoire de l'Algérie face au Mali 1-0    CAN 2019 (U23), Algérie- Ghana: La sélection algérienne en stage à Sidi Moussa    Paramédical : Plus de 300 places pédagogiques au titre de la nouvelle session de formation dans la wilaya d'Alger    Tourisme : Vers la création de pôles d'excellence en Algérie    Développement local à Illizi : Salah-Eddine Dahmoune constate le dénuement et la colère des citoyens, et annonce plusieurs mesures    Les 4 conditions de Benflis    L'opposition s'inquiète de l'entrée en vigueur de l'état d'urgence    Le président sahraoui met en garde    "Pour qui sonne le glas"    Appel à l'investissement privé    Ness el-Khir au chevet des nécessiteux    22 pèlerins algériens décédés    Javier Bardem appelle à protéger les océans    Bonnes perspectives en gaz et électricité    «L'investissement est ouvert au privé»    Un professeur américain rejette la propagande marocaine    DEGRADATION DU SOLDE COMMERCIAL : Les experts tirent la sonnette d'alarme    COUR DE JUSTICE D'ORAN : Le président de la cour et du procureur général installés    La paire Meriem Azem-Amel Zaïdi au dessus du lot    Islam Slimani en prêt à Monaco    ACCIDENT DE LA ROUTE A SIDI BEL ABBES : Six blessés dans une collision à Sidi Khaled    «Je n'ai pas envie de poursuivre ma mission»    La hantise des conducteurs    Les ventes de voitures en baisse en juillet en Chine    Farès opéré avec succès    L'EN «messieurs» se contente de la 12e place    L'histoire convoquée pour le présent    L'ONM demande la dissolution du FLN    Serge Michel : engagement total pour la Révolution algérienne    "L'enseignement des arts a besoin d'un nouveau souffle"    Yémen : Les séparatistes s'emparent de nouvelles positions    Blida : Installation du nouveau président de la Cour et du procureur général    Haï Nour: Deux dealers arrêtés    ASM Oran: Ahmed Belhadj ne viendra pas    Marche des étudiants: Maintien de la mobilisation à Alger    Afin d'atteindre "rapidement" ses objectifs : Le chef de l'Etat renouvelle son appel à faire avancer le processus de dialogue    Deuxième jour du ministre de l'Intérieur à Illizi : Les jeunes expriment leurs préoccupations    Plus de 180.000 unités en 2018    Nouvelle publication    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les exigences de "l'Alternative démocratique"
Dialogue national
Publié dans Le Midi Libre le 22 - 07 - 2019

Le bloc politique des démocrates, organisé dans ce qui est appelé l'Alternative démocratique, pose ses conditions pour un dialogue sérieux de sortie de crise. Réunis hier au siège du RCD, les partis membres de l'Alternative démocratique estiment, que "le soulèvement du 22 février porte en lui une lame de fond de la volonté de recouvrer la souveraineté populaire et la construction d'un Etat de droit".
Le bloc politique des démocrates, organisé dans ce qui est appelé l'Alternative démocratique, pose ses conditions pour un dialogue sérieux de sortie de crise. Réunis hier au siège du RCD, les partis membres de l'Alternative démocratique estiment, que "le soulèvement du 22 février porte en lui une lame de fond de la volonté de recouvrer la souveraineté populaire et la construction d'un Etat de droit".
"En proposant une transition démocratiqueà travers un processusconstituant et souverain, les partis,les organisations et les personnalités quiont signé le pacte pour une véritable transitiondémocratique, le 26 juin 2019, ouvrent
la seule perspective possible, pour donner laparole au peuple afin qu'il puisse choisirdémocratiquement la forme et le contenu desinstitutions qu'il souhaite mettre en place,et rejettent toutes les tentatives d'imposerune élection présidentielle qui vise à sauver le régime en place", ajoutent-ils, considérantque "c'est la condition pour garantir leslibertés fondamentales, une justice indépendante,l'égalité en droits entre les hommes etles femmes, les droits socio-économiques etconsacrer l'alternance démocratique à tous les niveaux".
"La période de transition estainsi le temps nécessaire, pour mettre en place cet environnement institutionnel, sans lequel toute idée de rupture avec le systèmeusurpateur sera vaine. Nous, signataires dupacte pour l'alternative démocratique, réaffirmons qu'aucune initiative politique, de quelque nature qu'elle soit, et aucun dialoguepolitique ne sont viables sans la satisfaction des exigences suivantes : la libération des détenus politiques et d'opinion, l'ouverture des champs, politique et médiatique, l'arrêtimmédiat du dispositif répressif et del'instrumentalisation de la justice, le départdu régime et de ses symboles", précisent-ils, affirmant qu'aujourd'hui déjà "à l'actif du mouvement, on compte plusieurs actions sur le terrain".
"Des actions sectorielles, des débats, des forums ou des comités voient lejour. Il est essentiel qu'elles trouvent desespaces de débats communs", poursuiventils dans leur déclaration. Les partis signataires du pacte pour l'alternative démocratique,à savoir le RCD, le FFS, le PT, le PLD, le PST, le MDS et l'UCP, appellent ainsi "les forces patriotiques, démocratiques et sociales, qui aspirent à faire valoir les revendications légitimes du peuple algérien et faire aboutir ses exigences révolutionnaires, à s'inscrire activement dans notre effort à entretenir l'espoir, et à imposer une alternative démocratique". Aussi appellentils à une convention du pacte politique, pour une véritable transition démocratique pour le 31 août 2019.
"En proposant une transition démocratiqueà travers un processusconstituant et souverain, les partis,les organisations et les personnalités quiont signé le pacte pour une véritable transitiondémocratique, le 26 juin 2019, ouvrent
la seule perspective possible, pour donner laparole au peuple afin qu'il puisse choisirdémocratiquement la forme et le contenu desinstitutions qu'il souhaite mettre en place,et rejettent toutes les tentatives d'imposerune élection présidentielle qui vise à sauver le régime en place", ajoutent-ils, considérantque "c'est la condition pour garantir leslibertés fondamentales, une justice indépendante,l'égalité en droits entre les hommes etles femmes, les droits socio-économiques etconsacrer l'alternance démocratique à tous les niveaux".
"La période de transition estainsi le temps nécessaire, pour mettre en place cet environnement institutionnel, sans lequel toute idée de rupture avec le systèmeusurpateur sera vaine. Nous, signataires dupacte pour l'alternative démocratique, réaffirmons qu'aucune initiative politique, de quelque nature qu'elle soit, et aucun dialoguepolitique ne sont viables sans la satisfaction des exigences suivantes : la libération des détenus politiques et d'opinion, l'ouverture des champs, politique et médiatique, l'arrêtimmédiat du dispositif répressif et del'instrumentalisation de la justice, le départdu régime et de ses symboles", précisent-ils, affirmant qu'aujourd'hui déjà "à l'actif du mouvement, on compte plusieurs actions sur le terrain".
"Des actions sectorielles, des débats, des forums ou des comités voient lejour. Il est essentiel qu'elles trouvent desespaces de débats communs", poursuiventils dans leur déclaration. Les partis signataires du pacte pour l'alternative démocratique,à savoir le RCD, le FFS, le PT, le PLD, le PST, le MDS et l'UCP, appellent ainsi "les forces patriotiques, démocratiques et sociales, qui aspirent à faire valoir les revendications légitimes du peuple algérien et faire aboutir ses exigences révolutionnaires, à s'inscrire activement dans notre effort à entretenir l'espoir, et à imposer une alternative démocratique". Aussi appellentils à une convention du pacte politique, pour une véritable transition démocratique pour le 31 août 2019.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.