Sûreté d'Alger: une sortie pour s'assurer du respect des mesures préventives à Tamaris    Wilaya d'Alger : fin de quarantaine pour 100 Algériens rapatriés de France    Renault Algérie lance un plan de départ volontaire    ACCORD ENTRE LES EMIRATS ET L'ENTITE SIONISTE : Des partis politiques algériens dénoncent    FACTURES IMPAYEES DEPUIS LE DEBUT DE 2020 : Sonelgaz révèle un montant 7000 milliards de centimes    MDN : Rencontre prochaine avec les représentants des retraités de l'ANP    ENSEIGNEMENT SUPERIEUR : La reprise universitaire est prévue pour le 23 août    SIDI BEL ABBES : Six arrestations et saisie de 3kg de kif traité    Accidents de la circulation et noyades: 15 décès en 48 heures    Trump croit à la théorie sur l'inéligibilité supposée de Kamala Harris    Crash d'un avion dans le Sud-Kivu    La réponse de l'UGTA au député    Presse vs pouvoir : une suspicion réciproque    Les ambitions de l'Eniem    Installation du président et du procureur général de la cour    Pékin accuse les USA de «diaboliser» ses instituts Confucius    Coup d'envoi du projet de la station d'épuration de Yellel    Fin prêt pour les examens et la prochaine rentrée scolaire    Si ! Si ! Les loups peuvent se dévorer entre eux !    Un nouvel ouvrage met à nu les pratiques sournoises du Maroc en Amérique latine contre la RASD    Sans touristes étrangers, la fréquentation de Versailles «s'écroule»    Un Etat à décongestionner    L'Union européenne se dit "préoccupée"    14 morts et 5 blessés dans une attaque dans le Centre    100 ans de la Bataille de Varsovie    L'indépendance de l'enquête remise en cause    Benkhelifa et Bouchina très sollicités    Arrestation d'un promoteur immobilier à Oran    Le recrutement de Guendouz "en bonne voie"    Amrane, nouvelle recrue    La direction du RCD chez Tabbou    Une Algérienne met dehors ses parents au Canada    Le baiser de Mahrez et le séisme de Mila et de Tipasa    Attia en pole position    FC Nantes : Abeid testé positif au coronavirus    Attar l'estime nécessaire pour combler les besoins intérieurs : Le débat sur l'exploitation du gaz de schiste relancé    Tlemcen : Coupures répétées de courant    Rififi chez le Doyen    La casbah au-delà du Mythe, la vie : Dar Soltane en travaux, suivez le guide    Mustapha Hadni. petit-neveu de Lechani Mohand Saïd : «Lechani était de tous les combats d'émancipation des Algériens»    Signaux d'alarme    Être «Président» !    UNE DIVISION CERTIFIEE    80 logements LPA de Bir El-Djir: Le bout du tunnel !    Football amateur: Quelle issue pour les groupes DNA ?    CA Bordj Bou-Arréridj: Les supporters montent au créneau    Tiaret: Les nouveaux président de cour et procureur général installés    El-Bayadh: Le doyen des facteurs n'est plus    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les exigences de "l'Alternative démocratique"
Dialogue national
Publié dans Le Midi Libre le 22 - 07 - 2019

Le bloc politique des démocrates, organisé dans ce qui est appelé l'Alternative démocratique, pose ses conditions pour un dialogue sérieux de sortie de crise. Réunis hier au siège du RCD, les partis membres de l'Alternative démocratique estiment, que "le soulèvement du 22 février porte en lui une lame de fond de la volonté de recouvrer la souveraineté populaire et la construction d'un Etat de droit".
Le bloc politique des démocrates, organisé dans ce qui est appelé l'Alternative démocratique, pose ses conditions pour un dialogue sérieux de sortie de crise. Réunis hier au siège du RCD, les partis membres de l'Alternative démocratique estiment, que "le soulèvement du 22 février porte en lui une lame de fond de la volonté de recouvrer la souveraineté populaire et la construction d'un Etat de droit".
"En proposant une transition démocratiqueà travers un processusconstituant et souverain, les partis,les organisations et les personnalités quiont signé le pacte pour une véritable transitiondémocratique, le 26 juin 2019, ouvrent
la seule perspective possible, pour donner laparole au peuple afin qu'il puisse choisirdémocratiquement la forme et le contenu desinstitutions qu'il souhaite mettre en place,et rejettent toutes les tentatives d'imposerune élection présidentielle qui vise à sauver le régime en place", ajoutent-ils, considérantque "c'est la condition pour garantir leslibertés fondamentales, une justice indépendante,l'égalité en droits entre les hommes etles femmes, les droits socio-économiques etconsacrer l'alternance démocratique à tous les niveaux".
"La période de transition estainsi le temps nécessaire, pour mettre en place cet environnement institutionnel, sans lequel toute idée de rupture avec le systèmeusurpateur sera vaine. Nous, signataires dupacte pour l'alternative démocratique, réaffirmons qu'aucune initiative politique, de quelque nature qu'elle soit, et aucun dialoguepolitique ne sont viables sans la satisfaction des exigences suivantes : la libération des détenus politiques et d'opinion, l'ouverture des champs, politique et médiatique, l'arrêtimmédiat du dispositif répressif et del'instrumentalisation de la justice, le départdu régime et de ses symboles", précisent-ils, affirmant qu'aujourd'hui déjà "à l'actif du mouvement, on compte plusieurs actions sur le terrain".
"Des actions sectorielles, des débats, des forums ou des comités voient lejour. Il est essentiel qu'elles trouvent desespaces de débats communs", poursuiventils dans leur déclaration. Les partis signataires du pacte pour l'alternative démocratique,à savoir le RCD, le FFS, le PT, le PLD, le PST, le MDS et l'UCP, appellent ainsi "les forces patriotiques, démocratiques et sociales, qui aspirent à faire valoir les revendications légitimes du peuple algérien et faire aboutir ses exigences révolutionnaires, à s'inscrire activement dans notre effort à entretenir l'espoir, et à imposer une alternative démocratique". Aussi appellentils à une convention du pacte politique, pour une véritable transition démocratique pour le 31 août 2019.
"En proposant une transition démocratiqueà travers un processusconstituant et souverain, les partis,les organisations et les personnalités quiont signé le pacte pour une véritable transitiondémocratique, le 26 juin 2019, ouvrent
la seule perspective possible, pour donner laparole au peuple afin qu'il puisse choisirdémocratiquement la forme et le contenu desinstitutions qu'il souhaite mettre en place,et rejettent toutes les tentatives d'imposerune élection présidentielle qui vise à sauver le régime en place", ajoutent-ils, considérantque "c'est la condition pour garantir leslibertés fondamentales, une justice indépendante,l'égalité en droits entre les hommes etles femmes, les droits socio-économiques etconsacrer l'alternance démocratique à tous les niveaux".
"La période de transition estainsi le temps nécessaire, pour mettre en place cet environnement institutionnel, sans lequel toute idée de rupture avec le systèmeusurpateur sera vaine. Nous, signataires dupacte pour l'alternative démocratique, réaffirmons qu'aucune initiative politique, de quelque nature qu'elle soit, et aucun dialoguepolitique ne sont viables sans la satisfaction des exigences suivantes : la libération des détenus politiques et d'opinion, l'ouverture des champs, politique et médiatique, l'arrêtimmédiat du dispositif répressif et del'instrumentalisation de la justice, le départdu régime et de ses symboles", précisent-ils, affirmant qu'aujourd'hui déjà "à l'actif du mouvement, on compte plusieurs actions sur le terrain".
"Des actions sectorielles, des débats, des forums ou des comités voient lejour. Il est essentiel qu'elles trouvent desespaces de débats communs", poursuiventils dans leur déclaration. Les partis signataires du pacte pour l'alternative démocratique,à savoir le RCD, le FFS, le PT, le PLD, le PST, le MDS et l'UCP, appellent ainsi "les forces patriotiques, démocratiques et sociales, qui aspirent à faire valoir les revendications légitimes du peuple algérien et faire aboutir ses exigences révolutionnaires, à s'inscrire activement dans notre effort à entretenir l'espoir, et à imposer une alternative démocratique". Aussi appellentils à une convention du pacte politique, pour une véritable transition démocratique pour le 31 août 2019.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.